DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venir - Page 2 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    Validations RP d'Isolde / Reike Aujourd'hui à 11:53PNJ
    Consul K - Le chasseurAujourd'hui à 11:25Orion Yamveil
    La Traque SauvageAujourd'hui à 11:24Orion Yamveil
    Quand la Caravane passe... [PV Kassandra]Aujourd'hui à 10:05Alaric Nordan
    Une recherche tranchante [Pv Corvus]Aujourd'hui à 9:34Alaric Nordan
    Validation des RP d'AlaricAujourd'hui à 7:50Alaric Nordan
    Demande de modification de ficheAujourd'hui à 7:35Alaric Nordan
    5 participants
    Aller en bas
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 653
    crédits : 4294

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Mar 30 Avr 2024 - 1:42
    Sur l'Eclat d'Arcane


    Bigorneau et ses hommes s’avancent avec une confiance apparente sur le pont de l'Eclat d'Arcane, pensant probablement que la bataille était déjà gagnée. Un navire coulé, le second en passe de l’être, ils avaient frappés vite et, surtout, ils avaient frappés fort. Nul doute que les quelques survivants républicains s’empresseraient de raconter à qui voulait l’entendre que la piraterie avait encore de beaux jours devant elle, ainsi représentés.

    Si survivants il y avait.

    Car à peine commencent-ils à s'approcher d'Ania, la mage restée sur le navire et qui restreignait les mouvements de la Ginette, qu'un bruit de perforation déchire l'air. L'un des hommes de Bigorneau s'effondre soudainement, une expression de stupeur figée sur son visage, une pointe métallique surgissant de sa gorge, s’extirpant de la blessure dans une gerbe de sang qui éclabousse le pont.

    Les yeux écarquillés, les pirates se retournent pour faire face à leur agresseur, et leurs regards tombent sur Séraphe, le dernier mage de l'expédition MAGIC vers les îles. Ses doigts se résorbent grotesquement pour reprendre leur taille initiale, chacun orné d’une pointe de métal capable de perforer aussi bien la chair que les os. Sans un mot, le cul-bleus se jette dans la mêlée, ses doigts se transformant en appendices redoutables. Leur densité moléculaire renforcée par la magie leur confèrent une puissance dévastatrice. Chaque coup est exécuté avec une vitesse prodigieuse, les tentacules de chair sifflent l'air et frappant avec une précision mortelle et une force surhumaine.

    C'est là que les premiers boulets parjures du Fureur s'abattent sur le flanc de l'Eclat.

    Sur le Fureur


    Sur le Fureur, la cale devient rapidement le théâtre d'un véritable massacre. Les matelots qui s'y trouvent, harassés par les attaques incessantes de la Renégate, sont rapidement submergés par les hommes de Saumâtre. Ces forbans endurcis retournent alors les propres canons du Fureur contre l'Eclat d'Arcane, semant le chaos et la destruction à bord du navire ennemi.

    Pourtant, les Républicains ne restent pas inactifs face à cette offensive brutale. Aelianna, sentant le vent de la bataille tourner, prend rapidement les choses en main. Elle envoie un message télépathique à Calyx, lui accordant sa confiance pour gérer la situation de son côté. Pendant ce temps, devant la cale barricadée, ses hommes s'évertuent à en forcer l'accès, mais leurs efforts se révèlent vains. Alors que les canons continuent de tonner à l'extérieur, la frustration monte parmi les assaillis.

    Soudain, Aelianna ressent une colère bouillonnante monter en elle. D'un geste déterminé, elle ordonne à ses hommes de se retirer de l’entrée bloquée de la cale. L'eau, toujours proche sur un navire, devient alors son arme. Usant de sa magie élémentaire, elle fait jaillir les flots de l'océan, inondant la cale du Fureur en un instant.

    - On va bouffer du poisson, ce soir … Commenta-t-elle dans un sourire aussi sinistre que celui de Saumâtre lui-même.

    L'électricité allait jaillir de ses membres et se jeter à travers l'eau, dans un tourbillon de lumière bleue et d'éclairs étincelants. Les cris de douleur allait résonner dans l'air lorsque les assaillants, pris au piège dans leur propre piège, subirait la pleine puissance de la colère déchaînée de la République. Cependant, c’est là qu’Erwin intervint.

    L'attaque frappe l'arrière du Fureur avec une violence terrifiante, déclenchant une explosion cataclysmique qui secoue le navire de part en part. Dans un éclair de lumière aveuglante et un grondement assourdissant, le château arrière du navire est littéralement déchiré, réduisant le bois en éclats et projetant les combattants qui s'y trouvent dans les airs comme des fétus de paille. Les cris de terreur se mêlent au fracas de l'explosion alors que les membres d'équipage sont projetés à travers le pont, certains disparaissant dans les flammes qui embrasent le navire. La confusion et le chaos règnent alors que le Fureur vacille sous le coup de l'attaque dévastatrice.

    La fumée et les flammes tourbillonnent autour de la mage de foudre. Erwin, désorienté et rendu aveugle à ce qui pouvait se passer sur le Fureur par la fumée et l'aveuglement temporaire causé par son propre sort, doit se concentrer sur d'autres fronts de la bataille.

    Dans un cri de rage et de détermination, Aelianna canalise toute sa puissance magique dans un sort ultime. Ses mains tremblent d'anticipation alors qu'elle lève les bras vers le ciel sombre, invoquant les éléments eux-mêmes pour servir sa vengeance. La foudre jaillit de ses doigts tendus, s'abattant sur l'eau de la cale du Fureur avec une puissance inouïe. Les éclairs déchirent l'air et illuminent la scène d'une lueur spectrale, alors que l'eau elle-même semble frémir sous l'impact dévastateur de la magie élémentaire.

    Sur le Renégate


    Calyx reçoit le message d'Aelianna avec un sentiment de ferme résolution. Il sait que le moment est venu d'en finir avec ces maudits pirates une fois pour toutes. Sans hésitation, il abandonne son sort de vent lancé contre les voiles du Renégate, son regard se durcissant alors qu'il se tourne vers sa véritable cible : Erwin, posté à la proue du navire ennemi.

    Avec une détermination froide et implacable, il se dirige vers l'ennemi, ses hommes continuant le combat acharné contre l'équipage de forbans de la Renégate. Il sait que la clé de la victoire réside dans la neutralisation d'Erwin. Une fois cet obstacle éliminé, le navire sera à lui, et la bataille sera presque gagnée.

    S'élevant dans les airs avec une grâce féline, Calyx se rapproche silencieusement de sa proie, profitant du fait que son attention soit entièrement tournée vers le Fureur et les événements qui s'y déroulent, cherchant à tout prix à éliminer la "connasse de foudre". Dans un mouvement fluide et précis, il déchaîne son pouvoir, créant des lames d'air tranchantes qui fusent vers leur cible avec une vitesse mortelle.

    Sur le Gardien


    Sur le Gardien, Eustache se bat avec une fureur sauvage, son ancre tourbillonnant dans un ballet mortel alors qu'il affronte les troupes d’élite. Faisant fit de leur statut, cinq de ces culs-bleus finissent exterminés par la furie de l'hybride.

    Cependant, ce n’est pas d’eux qu’il doit se soucier, mais du mage de l'Académie qui vient d'arriver sur le pont. Malgré la fuite d'Arb, malgré sa bravoure et sa détermination, la situation ne joue clairement pas en sa faveur. Vélius est un adversaires redoutable, maîtrisant les arcanes avec une habileté déconcertante.

    Visages déterminé et yeux brillants d'une lueur meurtrière, les ombres tourbillonnent autour de lui, fondant dans un mélange mortel qu’ils lancent vers ses ennemis, telle une véritable pluie de projectiles. Des pieux d'ombre se précipitent vers le Boscambusier et les Naufrageurs avec une force impitoyable, chacun portant la promesse de destruction et de mort.

    Eustache et ses hommes se retrouvent rapidement submergés sous cet assaut implacable. Les projectiles les frappent de toutes parts, déchirant leurs armure et lacérant leur chair.

    Résumé des actions:

    Forces en présence:


    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venir - Page 2 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    L'Amiral Bigorneau
    L'Amiral Bigorneau
    Messages : 143
    crédits : 1029

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Eau)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3122-l-amiral-bigorneau-fleau-des-oceans-terminee
  • Jeu 2 Mai 2024 - 13:15
    "Mirez moi un peu ce minois, les gars."

    Les pirates se gaussèrent et sifflèrent de concert lorsque leur Amiral pointa du menton l'effrontée qui tenait leur navire en place par magie. Jouant des sabres et des massues en balançant ça et là quelques ricanements sardoniques, les infames naufrageurs s'avançaient sans grâce, défouraillant à tour de bras l'ensemble des matelots qu'avaient propulsé Bigorneau au sol lors de son dernier assaut aqueux; ce sans se préoccuper ne serait-ce qu'un instant de leurs arrières. Ce fut bien évidemment leur hubris qui les mena, tragiquement, à la perte de l'un des leurs.

    Habitué aux gargarismes peu ragoutants de ses pairs dont les mœurs alimentaires avaient tendance à provoquer des remontées pour le moins bruyantes, Bigorneau ne perdit pas immédiatement son sourire lorsqu'il entendit sur son flanc les bruissements déplaisants qu'émettaient l'un des siens. Lorsque les sonorités se firent néanmoins trop désagréables et répétitives pour être plus longtemps ignorées, il accorda tout de même une œillade en biais au responsable et fut figé par la plus pure stupéfaction lorsqu'il aperçut, avant même de voir le visage de son camarade, le tentacule difforme qui lui perforait la trachée.

    S'immobilisant en même temps que les siens, Bigorneau croisa le regard empli d'effroi du forban que la vie quittait et s'il n'eut pour lui d'empathie qu'une fraction de secondes, sa colère s'étendit bien au delà de sa sollicitude. La griffe acérée du blondinet se rétracta sur elle-même dans un chuintement sordide et le corps devenu blafard de sa première victime s'écroula sur le pont, ajoutant à la pile de cadavres un nouvel arrivant. L'œil de Bigorneau alla de son suivant jusqu'à l'adversaire tout désigné et, d'un air profondément mauvais, il cracha par terre avant de siffler :

    "Quitte à jouer la carte de la surprise, t'aurais dû commencer par moi. Mes hommes savent quels risques impliquent notre métier et tant que j'continue à batailler, ils marchent avec moi. Messieurs dames, vous savez quoi faire."

    Désireux de venger leur ami, ils enjambèrent sa dépouille en une ruade sauvage et firent hurler l'acier de leurs armes pour fondre sur le magicien. Souhaitant profiter des ouvertures laissées par les primo-assaillants, l'Amiral effectua une première fente en direction de son opposant. Les pointes des sabres fusèrent de tous côtés mais ne rencontrèrent ni l'air, ni la peau de leur cible. Des tintements métalliques résonnèrent et les pirates se retrouvèrent verrouillés sur place, constatant avec agacement qu'ils ne pouvaient mener leurs lames là où ils le désiraient car les serres étirées du magicien s'étaient distordues dans des angles improbables pour parer avec précision l'ensemble des coups portés.

    "Très joli tour, jeune."

    Le vieil Elémentaire usa de sa main libre pour commencer à canaliser un vortex marin au creux de sa paume mais l'ensorceleur qui lui faisait face le vit venir et, dans un cinglant balayage, il fit tournoyer ses armes renforcées par magie pour repousser l'ensemble des attaquants, les poussant au repli tout en annulant avec efficacité le sort que préparait le loup de mer. L'eau accumulée dans la main de Bigorneau se déversa par terre et l'Amiral lança dans sa barbe un juron venimeux avant de retourner à l'offensive, frappant plus vite que ses hommes pour se retrouver précisément dans la même situation.

    Le sabre offert par Beros claqua entre un index ainsi qu'un auriculaire devenus démesurés et une lutte entre force brut et puissance magique débuta, les deux duellistes offrant à l'autre un regard empli de reproches et de provocations non voilées. Usant de son habilité extraordinaire, Bigorneau fit glisser verticalement sa lame pour se soustraire à l'emprise de son partenaire de joute et voulut le frapper au flanc pour se heurter une fois encore aux dix excroissances qui se tordaient pour résister aux impacts.

    "La plupart des magiciens n'ont pas ton instinct. Le corps-à-corps te fait pas peur, c'est bien."

    Ce compliment n'était bien sûr qu'une opportunité de s'engager dans la mêlée avec plus de férocité. Ramenant son bras armé contre lui, Bigorneau bloqua savamment un trio de griffes filant droit vers son visage, les déviant pour ensuite manifester entre les doigts de sa main libre un filament d'eau aussi fin que discret. Le liquide salé se déploya depuis son point de départ avec une mortelle précision pour venir taper droit dans les yeux de l'adversaire. Pestant en fermant les paupières par réflexe, le magicien resserra sa protection magique pour s'éviter une seconde couche mais cette fois-ci, Bigorneau mit les moyens dans son attaque suivante et administra au républicain un coup d'épaule renforcé par magie aqueuse.

    De l'eau accumulée au cœur du marin quitta son enveloppe, produisant une vague rectiligne aux propriétés contondantes. Tel un bloc de marbre projeté en ligne droite, la scélérate fusa pour cogner contre la couverture ennemie, brisant finalement cette dernière pour permettre à Bigorneau d'envoyer un balayage au sabre, ouvrant ainsi une belle plaie béante sur le torse du sorcier qui rugit de douleur. Le cul-bleu se rattrapa tant bien que mal en s'aidant de ses mains dont les doigts avaient repris instinctivement des dimensions normales et Bigorneau, goguenard, vilipenda le jeunot :

    "T'as de la technique, mais t'as pas ma filouterie. Bosse sur tes appuis et attend toi toujours à l'inattendu mon p'tit bulot."

    Sa légendaire arrogance fut à nouveau punie. Alors que l'Amiral se tenait fièrement devant son vis-à-vis, il fut subitement frappé par une cinglante souffrance qui le prit au mollet gauche. Abaissant les yeux en direction de la source de ses maux, il découvrit avec surprise que sa jambe avait été perforée en trois endroits différents par des tentacules sortis des planches. Ses yeux laiteux allèrent des plaies jusqu'au gaillard accroupi qui le mirait avec insistance et Bigorneau comprit alors que le rattrapage avait permis au sorcier d'enfoncer ses doigts droit dans le bois, les étendant jusqu'à lui pour le frapper en traître. Les crocs serrés, Bigorneau rétorqua avec une audace parfaitement déplacée :

    "D'accord, t'as peut être un peu de ma sournoiserie en toi. Mais ça, tu sais faire ?"

    L'Amiral pointa son sabre vers le mage et passa son bras libre en dessous de l'autre pour orienter sa paume en biais, droit vers les océans tumultueux. Un grondement lourd retentit et une gigantesque scélérate naquit de nulle part, frappant la coque du galion à bâbord pour finalement engloutir le jeune guerrier qui s'était épinglé tout seul sur son propre navire. Frappé de côté par la vague monstrueuse, le garçon fut soufflé comme un fétu de paille et rencontra la rambarde tribord dans un impact brutal.

    Assommé ? Sûrement. N'ayant pas le temps de vérifier, Bigorneau fit signe à ses hommes en attente de vérifier et retourna solennellement vers Anya d'un pas décidé. Il profita du court instant d'accalmie pour regarder autour de lui, constatant avec joie que ses camarades continuaient à semer la mort aux quatre coins du champ de bataille navale. Malgré l'hémorragie qui le prenait à la jambe, il sut qu'il devait continuer à agir et que les blessures pouvaient attendre.

    Tant qu'il pouvait encore marcher et nager, il ne se rendait pas.

    Résumé:
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 79
    crédits : 173

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Ven 3 Mai 2024 - 21:02


    Ricanant comme un enfant, Saumâtre essuyait son coutelas sur la tunique d'un républicain abattu lorsqu'il observa la volet de boulets s'écrasant sur la coque de l'Eclat. Quel merveilleux spectacle de voir des tirs fratricides frapper ainsi les navires de la Nation Bleue. C'était beau. Presque poétique de voir ainsi une trahison s'opérer alors que la chouette dansait encore sur la pavillon républicain.

    - Capitaine!

    Revenant à la réalité, le triton chercha du regard le triton qui venait de l'alpaguer pour se rendre compte que de l'eau commençait à s'écouler dans la cale. S'il était logique qu'un peu d'eau passe via les sabords, cela était moins logique quand la dite eau se manifestait visiblement par delà la barricade qu'il avait dressé avec ses hommes. Ainsi, le mage - ou la mage pour ce qu'il en savait - qui se trouvait sur le Fureur savait aussi manier la flotte? Comme l'Amiral? Et beh, ça lui en faisait une belle. Soupirant dans une longue expiration, l'enfant du Récif Noir regretta un instant le fait qu'ils ne combattaient pas simplement des marins classiques. La magie, si elle était utile, commençait légèrement à l'agacer quand son ennemi était capable de tenter de l'atteindre sans le voir. Mais peu importait. A guerre non conventionnelle, solutions non conventionnelles. Canalisant sa propre magie, Saumâtre érigea rapidement un grand mur d'air qui vint glisser de la moitié de la cale jusqu'au fond, frottant les parois de bois de sorte qu'aucune goutelettes magiques ne puissent passer. Car si l'eau ne dérangeait absolument pas le triton, bien au contraire, ce dernier n'était pas idiot et se doutait bien que si leur adversaire cherchait à les inonder c'était pour quelque chose. C'était peut être pour les canons, à tenter de les rendre inutilisables, ou bien pour les griller ou tenter de les noyer. Peu importait en vérité, car il ne comptait pas laisser les choses se faire.

    - Ricardo, dis aux gars de placer tous les barils à l'endroit où j'suis. Alignez les moi parfaitement, entassez les, et laissez en un ouvert pour que la poudre s'écoule. J'compte pas rester enfermé bien longtemps, et j'compte pas laisser nos amis du continent faire ce qu'ils veulent.

    D'un signe de tête, l'intéressé ordonna à ses petits camarades de s'exécuter. Pendant ce temps, le capitaine esclavagiste se dirigea vers le fond du navire, attrapant l'un des canons lorsqu'une violente explosion déchira le vaisseau. Bien. C'était sans doute Erwin qui faisait des siennes. C'était pas mal, même si ça aurait pu tous les tuer. Mais bon, le spectacle avant tout, Saumâtre le comprenait bien. Relevant la tête alors que la fumée se répandait autour du mur d'air, le pirate utilisa sa force surhumaine pour projeter avec fracas le tube de fonte en direction de la barricade les séparant des républicains. Le but, s'il n'était pas entièrement de tuer, était surtout de briser leur formation et de déconcentrer quiconque tentait d'incanter de l'autre côté. Car ils avaient beau user de leurs petits bras, rien valait un tube d'acier projeter par des bras capable de soulever deux cents kilos comme du petit pain.

    - Allez, tirez-vous! Par les sabords!

    S'exécutant, la plupart des voltigeurs présents repassèrent, cette fois précipitemment, par les sabords qu'ils avaient emprunté pour pénétrer au sein du fureur. Pour les plus désespérés, ce fut par le trou causé par l'explosion d'Erwin qu'ils passèrent. Dans tous les cas, il ne restait à présent qu'un voltigeur présent avec Saumâtre, tandis que ce dernier incantait une tornade autour de lui, en prévision du choc à venir.

    - Qu'est-ce que tu fous encore là Ricardo?
    - Je vais tout faire péter Cap'.
    - Tu te fous de ma gueule, c'était à moi de le faire, juste avant de me barrer.
    - La mèche est trop courte Cap'.
    - Oh. Chiant ça.
    - Allez, sautez avec les gars. Au moins, j'vais offrir un beau spectacle à votre sœur. Et dire qu'elle a jamais voulu de moi. Pourtant vous avez vu les baloches que j'ai?
    - T'es con. Mais, ouais. On compte sur toi.
    - Adieu capitaine.

    Touchant l'épaule de son subordonné, Saumâtre s'approcha à son tour du trou, se tournant une dernière fois vers le bon Ricardo. Puis, sans un mot, le triton sauta dans l'eau. Il avait déjà perdu trop de temps et, il le savait, il était encore dans la zone dangereuse, contrairement à ses gars qui avaient eu un peu plus de temps. Nageant aussi vite que possible, alors qu'il était ridicule, entouré de sa tornade. L'esclavagiste jeta un coup d'œil vers le bateau et aperçu des carreaux frapper Ricardo. Alors que ce dernier laissait tomber sa torche, et que la foudre s'abattait.

    L'instant d'après une étoile naquit dans la cale du fureur.

    Dans un souffle particulièrement violent, l'explosion se déchaina, projetant débris et onde de choc autour d'elle. Si la foudre frappa également le navire, elle se répandit dans l'eau et vint frapper le triton partiellement, parvenant tout de même à briser sa barrière d'air. La douleur fut vive, trop vive. Les muscles de Saumâtre se contractèrent soudainement alors qu'il grogna dans l'eau et que ses écailles commencèrent à rougir au niveau du point d'impact de l'éclair. Puis, ce furent les débris qui parvinrent à lui. Des clous et autres morceaux de bois fusèrent dans l'eau et profitèrent de la brèche causée par l'attaque de foudre pour venir mordre le flanc gauche du presque-naga ainsi que son bras. Dans l'eau azurée, de longs filets rouge dansaient à présent dans les profondeurs alors que Saumâtre reprenait ses esprits et grognait de douleur.

    Bon dieu, quelle douleur! Mais surtout, quel beau spectacle de voir un nouveau bateau républicain dévoré par les flammes et les flots.

    *
    *  *


    Sur la Renégate, les choses s'apaisèrent un tantinet. Les vents qui tentaient de briser le mat se stoppèrent soudainement, permettant aux marins relevant les voiles de cesser leur oeuvre pour se concentrer sur la navigation à proprement parler. Si une violente détonation venait de résonner au niveau du fureur, ni l'équipage ni Syrtes n'avaient le temps de voir réellement ce qu'il se passait. Ils devaient repousser les assaillants, alors la sirène ordonna la poursuite du combat.

    Si l'explosion provoqué par Erwin, puis probablement par Saumâtre avait détruit le bateau républicain, alors le moral allait commencer à flancher pour les soldats de la nation bleue. Et les pirates pourraient ainsi poursuivre leur avantage. Car la guerre ne changeait jamais, et à cette dernière, les arpenteurs du récif noir étaient de véritable vétérans. Il fallait à présent qu'Erwin l'emporte dans son duel, car le plus vite ils seraient libérés des assaillants, le plus vite le combat serait porté sur l'éclat et la victoire à eux.


    Utilisation des pouvoirs (tour 4):
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Eustache le Boscambusier
    Eustache le Boscambusier
    Messages : 13
    crédits : 272

    Info personnage
    Race: Hybride (Homard)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3213-hrriiiiiiiiiiiiii-eustache-le-boscambusier-termine
  • Sam 4 Mai 2024 - 13:04
    Au début, ce sont des caresses un peu vigoureuses, mais fondamentalement bien-aimante, d’un enfant qui ne maîtrise pas sa force. Comme le gamin qui tiens un chiot un peu trop fragile contre son corps, Eustache broie, broie et broie ce soldat d’élite qu’il étreint avec une candeur contre-nature. Il broie, broie, broie jusqu’à ce que le corps ne craque, craque, craque.

    Plus de mouvements, plus de vie, plus d’intérêt. Rassasié, il laisse choir le corps inanimé au sol, qui comme une bouillie désarticulée, se tords et se plie dans des positions qu’un corps sain serait incapable de prendre. D’un geste un peu vif, il balaie l’air de sa pince pour la nettoyer de ce sang coagulé. Pas le temps de manger dans l’immédiat, ça l’énerve. Un autre soldat s’approche de lui, jusqu’à ce que la tête de son ancre ne vienne s’enfoncer dans son bras, le réduisant à l’état de brume rougeâtre, les côtes sont écrasées ensuite, pulvérisées, lacérant ses poumons et son cœur de gerbes tranchantes d’os broyés.

    Le troisième, lui, se fait attraper par la terrible pince, qui d’un mouvement simple se referme autour de son armure, dont l’acier se tords et s’enfonce sous la pression, jusqu’à ce que le col de son armure ne déborde d’un liquide rougeâtre, que ses yeux prennent la couleur du sang, que sa langue ne gonfle et que dans un « pop », il ne fasse sauter l’homme dans la Broyeuse qu’était sa pince.

    Trois morts, trois soldats d’élites formés et entrainés toute leurs vies pour devenir les meilleurs de la nation, réduits à l’état de vulgaires cadavres par l’abomination rouge de l’amiral Bigorneau. Triste sort, triste mort.

    C’est alors qu’il se rends compte que le sang frémit un peu, comme si quelque chose vibrait dedans. Un petit bourgeon semble en sortir, si beau qu’Eustache s’arrête pour se baisser un peu tandis que les abordeurs s’occupent des autres soldats un instant. S’appuyant sur sa pince et posant un coude au sol, le Boscambusier regarde ce sang qui frétille dont surgis ce bourgeon d’ombre. Puis, comme une fleur de ténèbres qui jaillit de terre, les ombres prennent vie et manifestent leurs sombres desseins. Frappant, tranchant et projetant l’intangible qui deviens tangible au contact avec sa carapace et les corps de ses camarades. Grondant, hurlant, rageant, Eustache cherche à se protéger un instant les yeux en levant le bras.

    Lacérée, tranchée, blessée. La bête rouge est acculée, reculant dans son assaut, repoussée par la magie noire qui le force à se retirer, à céder. Qu’importe la solidité de sa carapace, le fouet noir marque sa chair et libère sa lymphe bleutée qui coule sur sa carapace. Les bras marqués, le rostre partiellement cassé, la bête feule, gronde et vocifère à sa propre manière, en frottant son rostre.

    Ses camarades, qui n’ont pas la fortitude de sa carapace, s’en sortent bien moins, l’un d’entre eux se fait lacérer le visage, dont le sang l’aveugle partiellement, un autre est profondément entaillé à la jambe, tandis que le moins chanceux d’entre eux se fait attraper par deux ombres, l’une s’enroulant autour de ses épaules comme l’étreinte d’une mère aimante, la seconde s’agrippant à ses hanches comme une amante. Les deux femmes se tordent et resserrent leurs étreintes mortelles sur ce brave garçon qui avait accompagné Eustache au cours de nombreux abordages, l’amante veut conserver l’amant, la mère veut garder son fils. Tirant l’une et l’autre de leurs côtés respectifs, elles le déchirent en deux. Les gonades vont à l’amante, le cœur à la mère. Les entrailles, elles, s’étirent entre les deux, tentant de garder unis l’homme jusqu’à ce que finalement, elles ne cèdent et se répandent sur le sol dans un bruit humide. Puis, face à l’impuissance de l’homme, l’amante jette sa partie inférieure à l’eau et la mère, qui pleure son fils sans vie, le renvoie à la mer qu’il avait toujours aimé.

    Eustache, lui, regarde la scène, quand d’autres ombres tentent de s’enrouler autour de sa jambe, il les repousses d’un geste vif de sa jambe, imaginant une tête à la place de ce tentacule qui tentait de lui faire connaître le même sort qu’à son camarade. Quand sa propre mère tente de l’attraper par les épaules, il se débats et rue comme la bête enragée et assoiffée de sang qu’il est.

    Après tout, le matricide et le crime passionnel étaient des choses qu’il connaissait si bien.

    Il se débats et s’élance, sautant à travers les ombres qui tentent de former un mur solide pour l’arrêter, qu’il défonce durant sa charge. De la proue du navire jusqu’au mat central, il avance et fais tout pour reprendre l’ascendant. La bête avais été acculée et dans la panique, surtout en l’absence de tout réflexe de fuite, elle n’avait plus que le combat en tête.

    L’horreur baveuse, suintante de lymphe bleutée sur sa carapace rouge comme le sang, s’élançait en avant. Balayant l’air et les ombres de sa pince et de son ancre. Arrivé à hauteur du mat de misaine, il peut observer le mage qui maintiens son sort, protégé par les soldats qui ont érigé une muraille de futures cadavres pour l’empêcher d’avancer. Ils sont désormais assez proche, et surtout, ils sont groupés.

    L’opportunité fait naître à nouveau ces flammes malsaines dans son bas-ventre, dans cette excitation presque malsaine, c’est plus par pulsion que par réflexion qu’il glisse sa main dans l’ouverture de sa bourse dans laquelle il récupère une énorme poignée de billes. Probablement les dernières qui lui restent, enfin, pour l’instant.

    Le geste est vif et précis, travaillé des milliers de fois et qui sont le fruit juteux de sa mémoire musculaire. Il sait quoi lancer, à quelle distance, à quelle vitesse. Dans un bruit presque explosif, la bête mets toute sa force dans le lancer, envoyant cette pluie de projectiles sur la formation groupée qui, soudainement, se retrouve déchirée par le shrapnel. Dans la cohue, il peut voir des membres s’envoler, l’acier être percé et la mort être semée. Une brume rouge se lève, et comme un chien de chasse qui goûte le sang, Eustache n’est plus réellement là.

    Ensuite, il lance son ancre, avec force et fracas sur les survivants, qui vole à travers l’air. Peu importe la précision du geste, l’important c’est d’utiliser désormais de terreur et d’en récolter les fruits. Oh oui, le sang et les cris lui rendent la vie et la vigueur. Désarmé, il regarde autour de lui, puis ses pinces et ses doigts. Oui, il pourrait attaquer avec ça, mais non, il veut sentir l’effort, ses muscles broyer ses propres os et l’effort pousser sa carapace et sa chair dans ses retranchements ultimes. Aussi, la bête cherche un jouet à sa taille, maintenant qu’il s’est débarassé de l’ancre. C’est alors que deux billes noire se posent sur le grand mât qui repose à moitié dans l’eau.

    C’est d’abord le craquement du bois qui se brise qu’entendent les survivants. Dans la poussière et les ombres dansantes, la carapace rouge se pare de brun et soudainement, le grand mât est de nouveau dressé. Utilisé comme une arme par la bête furieuse qui jubile un instant. Et si elle avait une bouche, tous pourraient entendre son rire maniaque et enfantin.

    Jubilatoire, cette sensation de sentir ses os et son corps poussé dans ses derniers retranchements, la sensation est différente mais si proche de ce bain qui avait forcé sa carapace à garder cette taille, ce n’était plus de la vapeur qui s’échappait de ses joints, mais de la lymphe. Il était assez fort pour faire ce qu’il souhaitait faire, mais le corps lui était-il assez endurant ? Peu importe, en vérité, Eustache n’avais jamais été motivé par autre chose que la destruction, la mort et la faim.

    Dans un fracas terrible, il vient balayer le pont entier avec cette mort faite de bois et de cordages, plus qu’un seul but désormais. Tout détruire et couler le navire. Qu’importe les survivants, quand le coup sera passé, il enfoncera le mat dans le pont supérieur, brisera le pont intermédiaire pour empaler complétement le navire et l’ouvrir comme une huître.
    résumé tour 4:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 176
    crédits : 358

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Sam 4 Mai 2024 - 14:55
    Les prunelles ardentes du mercenaire reikois étaient rivées sur son œuvre précédente, la destruction de l’arrière du Fureur. Malgré le chaos déclenché par sa propre attaque sur le navire républicain, il tentait de discerner les traits de la silhouette de la mage de foudre qu’il eût ciblée plus tôt. Sous son masque démoniaque se dessiner un léger sourire mesquin, presque fier. Cependant, il ignorait totalement la menace bien plus imminente qui se préparait discrètement dans son dos, la présence d’un mage de vent, prêt à lui ôter la vie.

    - Pas mal.

    - Tu vois la magicienne ?

    - Impossible avec toute cette fumée. Mais bon, je m’en fous. Enfin je retrouve un peu plus de mon pouvoir passé, tu n’imagines pas comme c’est plaisant.

    - Et la mage de foudre, on peut pas la laisser continuer de…

    - C’est plus notre problème.


    - Bah, pas vraiment. Je te rappelle que tous nos potes comptent sur nous pour…

    Soudain, le démon, en pleine possession du corps du demi-oni, ressentit une violente bourrasque provenant de son dos, alors qu’il se tenait en équilibre sur la figure de proue, à peine plus épaisse que ses pieds. Enfin, heureusement pour lui, il s’était bien positionné, ayant deux barres perpendiculaires de chacun de ses côtés. Le vent était si puissant que, d’après Erwin, il ne pouvait pas être naturel, surtout en prenant en compte les conditions météorologiques qui n’étaient pas si désastreuses.

    Sous son masque de bois, imitant parfaitement les traits d’un démon oni, se dissipèrent les moindres d'expressions physionomiques qui y étaient dissimulées. Il pivota rapidement, mais précisément, d’un quart de tour, veillant à ne pas malencontreusement chuter de son perchoir. Une nouvelle bourrasque vint le secouer, accompagnée de quelques picotements. Il comprit instantanément que cela n’augurait rien de bon.

    Pivotant rapidement la tête, il aperçut enfin la menace imminente dans son champ de vision : le mage maîtrisant avec perfection la magie du vent. Celui-là même qui, plus tôt, s’était envolé avec ses hommes pour aborder la Renégate, mais aussi celui qui tentait de faire plier les mâts du navire de Saumâtre. Malheureusement, ce n’était pas seulement sa présence qui était dérangeante pour le Staal, cela aurait été bien trop simple. Le mage de Magic attaquait Erwin, à l’aide de lames de vent, aussi tranchantes et fines qu’un fil de rasoir. Bien évidemment, le demi-oni n’eut pas le temps de réagir correctement à cette attaque surprise, ne pouvant pas la parer efficacement. Tout ce qu’il pût faire, c’était encaisser et prier.

    Les multiples lames de vent, presque surnaturellement rapides, flottaient en direction du mercenaire reikois, traçant devant ses yeux incandescents et ébahis, des sillons blanchâtres aussi mortels que magnifiques. Certainement par instinct de survie, le démon eut le réflexe de baisser la tête et de lever rapidement ses deux bras, désormais complètement noirs. L’un vint se placer devant son torse, protégeant son cœur et sa gorge. L’autre, devant son front, protégeant partiellement le masque déposé sur son visage.

    Les lames magiques, d’une puissance modérée, tailladèrent le bas du masque du démon, parvenant à se frayer un chemin jusqu’à lui, malgré la protection, révélant le bas du visage du mercenaire et taillant légèrement une lèvre. Seulement, elles entaillèrent également les bras d’Erwin, laissant ce sang à la teinte si particulière, emplie de sa magie de feu et de foudre, couler le long de ceux-ci.

    Bien que le démon contrôlât l’entièreté du corps d’Erwin, ce dernier ne put s’empêcher de pousser un long hurlement de douleurs, pestant une série d’insultes à l’encontre du mage de vent. Instantanément, il usa de sa régénération pour guérir des plus faibles blessures, laissant un épais écran de fumée autour de lui. Après le passage des multiples lames d’air mortelles, une nouvelle bourrasque, aussi violente que les premières, balaya le demi-oni qui lui, était légèrement déstabilisé. Mais, semblerait-il que ce soit suffisant. Ainsi, Erwin chuta sur la droite.

    Alors que le Staal était persuadé de pousser son dernier soupir, le démon parvint à se rattraper de justesse sur la barre perpendiculaire à la figure de proue. Il profita de la fumée l’entourant pour se rendre invisible et faire croire qu’il fût simplement tombé dans la mer. Il espérait ainsi que son adversaire crût en une victoire et s’approchait de sa précédente position pour s’assurer qu’il ne fût plus.

    Remontant rapidement, en parfait équilibre sur la barre, le demi-oni, toujours invisible, se dirigea en direction du pont du Navire, tout en espérant que le mage de vent n’eût aucun moyen de discerner son sort d’invisibilité. Et, après quelques pas discrets et calculés, il posa enfin pied sur le pont de la Renégate, mirant désormais son adversaire, depuis son dos. La tendance s’était inversée et, celui qui serait surpris cette fois-ci, ce serait Calyx.

    Dissipant finalement son sort d’invisibilité une fois hors de portée de son adversaire, Carnage canalisa toute son énergie dans ses deux bras, répétant sa précédente attaque, dans une mesure beaucoup moins puissante. Son bras droit, manipulant la magie du feu, s’enflamma au fur et à mesure. D’abord le bout de ses doigts, puis, les flammes gagnaient du terrain jusqu’à ses épaules.

    Son bras gauche ensuite, d’un noir profond, comportant quelques sillons jaunâtres semblant être ses veines, accumula cette nouvelle magie. Des éclairs sortaient du bout de ses doigts et, gagnaient du terrain jusqu’à son épaule, dessinant des motifs anciens à l’aide des éclairs. La discrétion était de mise, aucun son plus bruyant que le brouhaha environnant ne s’échappait du corps d’Erwin.

    Soudain, dans un violent claquement, les mains du demi-oni se joignirent, cumulant toute la magie canalisée par le démon. Quasiment instantanément, le mage de vent était la cible d’un rayon d’énergie surpuissant, mêlant le feu et la foudre, en une énergie dévastatrice. Calyx, s’il n’était pas protégé par la magie, n’avait pas la moindre chance de s’en sortir en un seul morceau. Sous le masque fendu du démon se dessinait un large sourire carnassier, comme s’il était fier d’avoir déchaîné sa puissance sur un volatile un peu trop embêtant.

    Résumé:
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 653
    crédits : 4294

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Dim 5 Mai 2024 - 20:02
    Sur l'Eclat d'Arcane


    Sur le pont de l'Eclat d'Arcane, l'Amiral Bigorneau se tient face à Séraphe, une tension électrique remplissant l'air entre les deux combattants. Autour du capitaine, ses quelques hommes de main se reculent aussi prudemment que précipitamment, conscients que le cul-bleu n'est ni un adversaire à sous-estimer, ni un adversaire à leur portée.

    Le combat qui s'engage est intense, chacun des protagonistes déployant toute sa force et sa ruse pour prendre le dessus. Les coups d'estoc de l'Amiral, habilement portés, sont cependant repoussés par la magie de renforcement de Séraphe, qui semble prendre un malin plaisir à défier son adversaire. Ses doigts tentaculaires venant virevolter autour de l’élémentaire pour s'abattre sur lui comme les mouettes autour d’une charogne, tandis que son propre corps se mut plus rapidement, forçant le chef des pirates à faire preuve d’autant plus de prouesse martiale pour palier à ce désavantage.

    Soudain, avec un sourire jubilatoire, le républicain enfoncent ses appendices dans la jambe gauche du pirate. La douleur fulgurante qui en résulte fait vaciller Bigorneau, réalisant qu'il est à la merci de son adversaire. Pour Séraphe, la victoire semble assurée, il ne reste plus qu'à séparer la tête du tronc pour mettre fin à la bataille.

    Mais l'élémentaire, rusé et déterminé, refuse de se laisser abattre si facilement. Usant de la tromperie propre aux pirates, il canalise sa magie et invoque de puissantes trombes d'eau qui s'élèvent autour de lui avant de s'abattre violemment sur Séraphe. Pris par surprise, le mage est projeté sur le côté par la vague monstrueuse, son corps balloté avant de rencontrer la rambarde tribord dans un impact brutal.

    Promptement ligoté par les sbires qui encensent le capitaine, il ne reste plus qu’Ania, encore absorbée par son propre sort retenant la Ginette et, de ce fait, totalement aveugle à ce qui se passait autour d’elle. Séraphe à présent vaincu, il ne reste plus qu'à Bigorneau de tuer Ania, la dernière mage du navire et dernier obstacle qui se dressait entre lui et la proie qu'il guettait. Cependant, alors qu'il avance, Séraphe émerge de l'impact brutal, son visage maculé de sang, mais sa détermination intacte. D'une voix faible mais chargée de défi, il déclare :

    - Si vous tuez Ania, vous ne réussirez jamais à obtenir Hava, alors qu’ un rire mêlé de douleur s'échappant de ses lèvres meurtries.

    Un dilemme cruel se profile devant lui : tuer Ania et risquer de perdre la clé de sa victoire, ou laisser la mage vivante et affronter le risque de la voir s'échapper avec Hava.

    Ou bien n’était-ce qu’un coup de bluff de la part d’un homme encore sonné par sa blessure à la tête ?


    Sur le Fureur


    Le Capitaine Saumâtre et la mage Aelianna s'affrontent avec une détermination sans faille, chacun cherchant à anéantir l'autre dans un torrent de violence et de magie déchaînée. Les actions combinées des deux adversaires convergent vers un point critique, un point où la destruction totale semble inévitable.

    Dans une collision cataclysmique, les deux forces se rencontrent, fusionnant dans une explosion titanesque qui éventre et déchire le Fureur de part en part. Le navire est englouti dans un halo de feu et de débris, projetant des éclats mortels dans toutes les directions.

    L'explosion est si puissante, si assourdissante, que pendant quelques instants, le champ de bataille entier est plongé dans un silence irréel, où seul le rugissement infernal de l'explosion résonne dans les esprits des combattants. Le Fureur, jadis un fier navire de guerre, n'est plus qu'un amas de débris fumants, emporté par les flots tumultueux de la bataille.

    Dans ce chaos apocalyptique, le destin du Fureur est scellé, et avec lui, peut-être celui de ceux qui osaient le défendre jusqu'au bout.

    Le pirate, échappant de justesse à la mort grâce au sacrifice de son acolyte, file à travers les flots en direction de l'Eclat d'Arcane. Derrière lui, le Fureur, jadis fierté républicaine, sombre dans les profondeurs abyssales.

    Alors que Saumâtre surveille d'un coin de l’œil la chute inexorable de ce navire, une sensation d'angoisse l'envahit lorsque ses yeux les remarquent.
    Des paires d'yeux luisent d'une lueur phosphorescente dans les ténèbres abyssales, témoins silencieux de la bataille navale qui vient de se dérouler à la surface. Leurs mouvements saccadés révèlent une agitation fébrile, comme si les créatures qui les possédaient étaient animées d'une excitation indomptable, attisée par l'odeur du sang répandu.

    Pourtant, malgré cela, les êtres demeurent immobiles, comme figés dans l'attente. Leur silence énigmatique semble annoncer une menace latente, un danger tapi dans les profondeurs obscures de l'océan, attendant patiemment le moment opportun pour émerger et réclamer leur tribut.


    Sur le Gardien


    Le pont du navire résonne des cris des combattants blessés et mourants, tandis qu'Eustache, le visage déformé par la douleur et la rage, émerge des ombres qui l'avaient enveloppé. Son corps est parcouru de blessures béantes, le sang ruisselant de ses plaies se confondant avec la couleur de sa carapace.

    Ignorant la douleur qui le tenaille, Eustache se rue sur les survivants avec une férocité indomptable. Ses billes, fauchent tout sur leur passage avec une précision mortelle. Les hommes encore debout sont incapables de résister à la furie meurtrière qui les assaille. Quant à ceux qui survécurent à la pluie de métal, ils furent tout simplement fauchés par l’ancre qui vint briser les uns, broyer les autres, exterminant toute trace d’opposition.

    Même Velius ne put rien faire, ne devant sa survie qu’à sa propre invocation d’un bouclier d’ombre qui eut le mérite de le protéger du shrapnel avant d’être anéanti par la seconde attaque. Le mage est expulsé sur le côté, sonné et déboussolé.

    Puis le boscambusier saisit le grand mât du navire, le soulevant comme une arme improvisée. Le bois craque et gémit sous la pression, menaçant de se briser sous la puissance déchaînée de l’hybride possédé par la folie.

    Alors que le chaos se déchaîne sur le pont du navire, Velius réalise avec effroi qu'il est totalement dépassé par la fureur destructrice d'Eustache. Autour de lui, ses hommes gisent sans vie, fauchés par la lame impitoyable de leur ennemi. Même sa magie, habituellement si puissante, semble impuissante face à la déferlante de violence qui s'abat sur eux.

    Dans un geste de frustration et de résignation, Velius frappe le pont du navire de son poing, sentant la frustration monter en lui face à l'ampleur de la défaite imminente. Il comprend que rester signifierait une mort certaine, et qu'il n'a aucune chance de vaincre Eustache dans un combat direct.

    Rassemblant ses dernières forces, le républicain se résout à la retraite. Il enroule son être dans un voile d'ombre et d'illusions, se dissimulant aux yeux de son ennemi sous le couvert de l'obscurité. Alors qu'Eustache continue son assaut dévastateur, éventrant le navire avec une férocité incontrôlable, Velius disparaît de la vue, s'échappant silencieusement dans les ombres.

    Malgré le tumulte qui règne autour de lui, l’homme-homard ne semble pas prêter attention à la disparition de son adversaire. Sa folie meurtrière le consume, le poussant à poursuivre sa tâche macabre sans relâche, ignorant les menaces qui pourraient se cacher dans l'ombre, enfonçant le mat jusqu’à la quille pour éventrer le navire de part en part.


    Sur le Renégate


    Alors que Calyx déchaîne une puissante bourrasque qui envoie Erwin valser au sol, ce dernier profite de la confusion pour se dissimuler dans la fumée qui enveloppe le pont. Tandis que Calyx s'approche pour vérifier son succès, Erwin réapparaît soudainement derrière lui, invisible aux yeux de son adversaire.

    Sans prévenir, Erwin déclenche une attaque dévastatrice, fusionnant la foudre et le feu dans une attaque magistrale. La décharge électrique et les flammes engloutissent Calyx dans une explosion fulgurante, faisant disparaître le mage des vents à la vue de tous.

    Cependant, la victoire d'Erwin est de courte durée. La fumée dissipée par l'explosion laisse place à une bourrasque de vent encore plus puissante, qui projette violemment tous les occupants du navire au sol, amis comme ennemis. Plus aucun n’est réellement capable de se relever pour poursuivre le combat.

    Dans un état de rage incontrôlable, Calyx, gravement blessé mais animé d'une détermination féroce, concentre toute sa magie. La pression de l'air s'intensifie davantage autour du pont, tandis que des lames tranchantes d'air commencent à se matérialiser, déchirant le bois et les voiles du navire sous leur impact dévastateur.

    C'est le dernier sort de Calyx, un ultime acte de désespoir ou de vengeance, qui décidera du sort de ce duel.

    Résumé des actions:
    Forces en présence:


    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venir - Page 2 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    L'Amiral Bigorneau
    L'Amiral Bigorneau
    Messages : 143
    crédits : 1029

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Eau)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3122-l-amiral-bigorneau-fleau-des-oceans-terminee
  • Lun 6 Mai 2024 - 16:02
    L'Amiral s'immobilisa lorsque la voix défiante de Séraphe résonna dans son dos. Le sabre posé sur l'épaule et la mine bougonne, le pirate fit volte-face pour capter le regard de celui qui, rageusement, tentait d'instiller chez les forbans les germes du doute. Embrasé par la simple idée de l'opposition à la force des siens, il inspecta brièvement le piteux état du jeune homme qui avait l'audace de s'adresser à lui avec tant d'ardeur malgré l'évidence de son absolue défaite puis porta sa main libre à l'arête de son nez, qu'il vint pincer tout en se massant les yeux. Ce faisant, il gronda entre ses crocs serrés :

    "Tu m'as déjà fait perdre un temps précieux en t'attaquant à moi et maintenant, tu t'complais à jouer aux devinettes ?"

    Bigorneau avala une part de la distance qui le séparait du valeureux républicain et leva son coude pour ensuite venir cogner férocement le pommeau de son sabre contre la tempe du malheureux, le renvoyant au sol par un impact aussi cinglant que possible. La folie du Fléau des Océans était dénuée de toute frontière et s'il avait su faire preuve de clémence une fois, il avait déjà épuisé le peu de patience qu'il conservait en son sein. Sa voix rauque se fit plus tonitruante et d'un ton devenu pure vocifération, il beugla :

    "Quand on veut survivre, on donne l'entièreté des informations requises à son ravisseur, sac à merde !"

    Un pointu cogna brutalement le bas-ventre du pauvret, le propulsant sur son flanc et l'incitant par la même occasion à se recroqueviller sur lui-même. Bigorneau ne s'arrêta pas là et se lança dans une série de coups administrés avec une frénésie sans pareil, tapant à la volée en poussant des mugissements sourds pour passer à son adversaire l'envie de rétorquer avec une arrogance aussi déplacée que l'était la sienne.

    "T'as voulu causer, t'as voulu t'étendre en palabres ? Ben fais le grand, y'a rien qui t'arrête ! Cause ! Vas-y; chante mon p'tit bulot !"

    Les cris encore honorables se muèrent en soupirs épuisés ainsi qu'en râles gras alors que Bigorneau, avec toujours plus de barbarie, continuait inlassablement de rouer de coups sa victime du moment. Essoufflé par cet effort de cruauté, l'Amiral cessa d'attaquer quand les premières gouttes de sang vinrent jaillir de la bouche malmenée du gaillard et, après quelques instants passés à observer l'étendue des dommages causés, Bigorneau adressa une œillade en biais à l'un des siens, crachant avec fureur :

    "M'sieur Fildeplomb, attrapez moi ce salopard; on va le traîner jusqu'à la maudite sotte qui croit pouvoir entraver la sauvagerie de notre vaisseau par ses pouvoirs de médiocre."

    Le gros triton à tête de carnassier offrit à son supérieur hiérarchique un sourire effroyable et empoigna sans douceur le magicien torturé, l'amenant avec eux en direction de la fameuse Ania. Lorsque les quatre pirates furent à portée de voix de la sorcière qui s'efforçait par tous les moyens d'empêcher la Ginette de bouger, Bigorneau plaça deux doigts dans sa gueule et siffla de toutes ses forces pour attirer son attention avant d'agripper Séraphe par les cheveux, l'arrachant à Fildeplomb pour ensuite venir placer le tranchant de son sabre contre la gorge de celui qui oscillait entre deux états de conscience.

    "M'dame Ania, si j'me gourre pas ? Y'a ce p'tiot pinçon qui m'a dit que j'pouvais pas kidnapper Hava tranquillement sans passer par vous. J'ai une offre à vous proposer et, vous allez voir, je suis un excellent négociateur."

    Les ricanements de hyènes qui retentirent autour du marin aliéné laissèrent sans mal entrevoir la grandeur du mensonge qu'il venait de proférer.

    "L'idée est simple. Si vous me menez docilement jusqu'à la gamine que j'suis venu chercher, vous et les quelques survivants de votre rafiot pourrez repartir sans trop de casse supplémentaire. Toute proposition contraire nous mènera à l'autre conclusion : à savoir un aller simple pour notre garde-manger. Après vous avoir massacrés, on aura la dalle et ça fait au moins trois jours qu'on a pas bouffé de républicain. Le cuistot va pas tarder à me rejoindre et sachez que si je n'partage pas ses talents culinaires, j'ai à peu près le même degré de patience que lui. A savoir aucune. Alors, tentée ?"

    Il resserra son étreinte sur la chevelure de Séraphe tout en poinçonnant légèrement le cou de ce dernier. Sa langue passa sur les crocs de sa mâchoire supérieure et il ajouta :

    "Vous avez dix secondes. Au delà, je vous étripe là où vous vous tenez et j'aime autant vous dire que j'suis un créatif."

    Résumé:
    HO HO HO !
    HO HO HO !
    Capitaine Saumâtre
    Capitaine Saumâtre
    Messages : 79
    crédits : 173

    Info personnage
    Race: Triton
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3178-terminee-sous-l-ocean-sous-l-oceaaaannn-capitain-saumatrehttps://www.rp-cendres.com/t3198-journal-de-bord-sale-chronologie-de-saumatre#27729
  • Mar 7 Mai 2024 - 18:26


    Soufflé par l'explosion du Fureur, Saumâtre laissa les eaux à présent teintées de rouge le porter quelques longues secondes. De ses pupilles fendues, l'enfant du Récif Noir observa les flammes dévorantes et les débris projetés un peu partout. Il venait d'échapper de peu à un sort funeste, il le savait. Et pourtant, ses lèvres ne pouvaient pas se positionner autrement que dans un sourire particulièrement sadique. La République, aussi fière pouvait-elle être, se voyait particulièrement humiliée en ce jour. Et il en était grandement responsable.

    Se retournant finalement, le presque-naga laissa sa régénération s'activer tandis qu'il continuait de dériver dans les fonds marins, rejoint cette fois par ses voltigeurs. Ces derniers, tout aussi souriant que lui, vinrent s'assurer de son état et qu'aucun mauvais sort n'allait empêcher leur capitaine de poursuivre le combat. Au dessus des eaux, les affrontements continuaient et visiblement le chaos prenait peu à peu possession de ce qui restait de cohésion chez les culs-bleus. Tant mieux. Erwin saurait sûrement s'occuper des obstacles présents sur la Renégate, et l'Amiral et Eustache sauraient également achever leur assaut mortifère. Les yeux jaunâtres de l'esclavagiste défilèrent alors vers les profondeurs, remarquant soudainement différentes paires d'yeux qui semblaient fixer sa direction. Ils bougeaient, de manière erratiques, comme s'ils attendaient la suite des événements avec envie. Et celui qui était proche des nagas se doutait légèrement de ce qu'ils pouvaient être. Ou bien il se plantait royalement. Dans tous les cas, l'être aquatique se voyait presque absorbé par ces regards aussi brillants que le sien. Il se sentait étrangement... Attiré.

    - Capitaine ? On fait quoi ?
    - Hum ?

    Reportant son attention vers ses hommes, Saumâtre dévoila ses dents acérés dans un nouveau sourire. Où devaient-ils aller? Vers quelles gorges leurs lames allaient-elles se porter?

    - Continuez de filer vers l'Eclat d'Arcane, et portez assistance à l'Amiral. Si tout se passe bien sur la Renégate, elle filera ensuite aussi vers là bas pour récupérer la demoiselle que nous sommes venus sauver. Je vais aller voir ce que j'ai crut apercevoir. Si c'est rien, je vous rejoint sous peu.
    - Ok chef.

    Se séparant donc de ses voltigeurs, le rejeton du Récif Noir retira ses chausses et son pantalon sans ménagement. Réajustant son ceinturon pour que ce dernier vienne se placer un peu plus haut, le triton laissa ensuite son corps se tordre dans un réajustement osseux. Ses jambes se collèrent, laissant de multiples écailles venir recouvrir ces dernières dans un écrin bleuté tandis qu'il grimaçait sous la douleur. De ses pieds, il ne restait à présent qu'une longue queue dont le bout en nageoire ne laissait aucun doute sur sa nature amphibie. Passant ses mains le long de ses écailles pour frotter doucement les quelques nageoires éparpillées le long de sa queue, le pirate s'élança par la suite vers les profondeurs depuis lesquelles les yeux l'observaient. Sous cette forme, il était extrêmement difficile de le dissocier des nagas parcourant les abysses. Pour cause, c'était même pour cela que sa famille avait été assassinée à Aquaria, alors qu'elle plaidait la cause des être aquatiques opposés à la cité des sirènes.

    Nageant donc avec vitesse et agilité, l'esclavagiste s'arrêta lorsqu'il se rendit compte que tous les yeux s'étaient à présent tournés vers lui. C'était le moment de vérité. Soit il s'agissait bien de nagas, et il pourrait probablement parler avec eux. Soit c'était autre chose, et il était dans une sacrée merde. Se redressant pour faire face à ses observateurs, le capitaine de la Renégate laissa son propre regard jaune glisser jusqu'aux formes cachées dans les ombres océaniques. Sur sa peau, les blessures reçues terminaient de se refermer alors qu'il prenait enfin la parole.

    - Je sais pas qui vous êtes ni de quel clan vous faites partie. Je suis Saumâtre, ennemi d'Aquaria, et de la République. Il marqua une pause, renforçant tout de même son corps "au cas où". Nous attaquons les navires de la nation bleue afin de récupérer une femme. Une "Hava". Enceinte de l'un des votres. Si tant est que vous êtes bien ce que je crois et que je me plante pas. Les républicains vont sûrement donner encore un peu de fils à retordre pour la suite. Et surtout, ils pourraient vouloir nous la mettre à l'envers en envoyant des renforts. Alors... Si vous êtes au service de Kaiyo, de l'Assemblée, ou juste des profondeurs maritimes. Aidez-nous. On ne sert que la liberté. Et personnellement, la suprématie des races aquatiques et la chute d'Aquaria.

    Il étira un sourire, prêt à décamper si les choses tournaient mal, ou à combattre. Dans tous les cas, il ajouta.

    -  Pour le Récif Noir, et pour les flots.

    Restait maintenant à savoir s'il avait eu la plus brillante idée de jouer au diplomate. Ou la pire.

    Utilisation des pouvoirs (tour 5):
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Erwin Staal
    Erwin Staal
    Messages : 176
    crédits : 358

    Info personnage
    Race: Humain/Oni
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3223-erwin-staal-terminee
  • Mar 7 Mai 2024 - 19:38
    Décidément, toutes les tentatives d’assassinat du jeune demi-oni échouaient, même celles prodiguées contre son propre camp. Peut-être fallait-il qu’il pensât à se reconvertir dans quelque chose de plus simple, comme la cuisine, par exemple. Ah non, la Ginette avait déjà un cuisinier attitré. Techniciens de surface, ça lui irait certainement mieux que mercenaire, assassin ou même pirate, de toute façon.
    Trêve de plaisanteries, l’attention du mercenaire reikois et de son fidèle acolyte démon devait surtout se porter sur ce putain de mage de vent qui refusait de rendre son dernier souffle. C’était plutôt ironique d’ailleurs. Le vent, le souffle. Bref.

    Carnage baissa la tête, gardant tout de même un œil sur ce qui se passait devant lui, puis porta son bras gauche devant ses yeux, de manière à se protéger. Mais, se protéger de quoi ? C’était du vent. Le démon n’était peut-être pas le pingouin qui glissait le plus loin, mais il avait la volonté de faire, on ne pouvait pas lui enlever ça. Enfin, bref. En l’instant, il fallait surtout trouver un moyen de stopper l’attaque de Calyx, sinon, la Renégate ne pourra plus manœuvrer et, ça serait franchement chiant, au plein milieu de la mer.

    Il fallait donc agir, mais, comme la magie n’avait pas l’air de fonctionner face au mec de vent, Carnage, couplé à Erwin, devait trouver une solution pour abattre une bonne fois pour toute ce cul-bleu.
    Grommelant tout un tas d’insultes -oui, ça l’aide à réfléchir-, Carnage eut enfin l’éclair de génie qui, non seulement, lui permettrait d’abattre le mage de vent, mais en plus, ne mettrait pas la vie de ses amis en danger. Tout en offrant bien sûr, un joli spectacle. Même si, en portant ses prunelles embrasées tout autour de lui, il ne voyait personne pouvant l’applaudir.
    Dommage, il n’y aura personne pour voir la magnificence de ses tactiques de combat rapproché. Peut-être pouvait-il au moins garder un souvenir de Calyx. Non, même pas en rêve.

    Merde, la force du vent de Calyx était bien trop élevée. De ce fait, le démon ne pouvait ni se rapprocher comme il l’entendait, ni utiliser de sort magique, risquant de le retourner contre lui. Bon, bah, adieux.
    Non, une nouvelle idée germa dans l’esprit malade du demi-oni. Il céda sous la pression du vent, puis se laissa porter par celui-ci, jusqu’au premier mât qu’il pût attraper. De là, il grimpa au sommet, toujours soumis à cette incroyable force, durant quelques mètres. Une fois les quatre mètres de hauteur dépassés, le sort de Calyx n’avait plus effet. Ce dernier semblait vraiment cibler le pont, une stratégie somme toute louable, qui lui permettrait certainement de briser les mâts.

    Mais heureusement, Erwin est là, perché à mi-hauteur du mât, au-dessus de la première voile. Il se posta sur celle-ci, puis s’appuya pour prendre l’élan. Bien évidemment, il fit apparaître ses deux armes, chaque main tenait une épée bien aiguisée, prête à déchirer la chair de ce cher mage de vent. Un sourire se dessina sous le masque démoniaque, puis ses pieds se décolèrent brusquement de son appui.
    Un grand saut. Il avait plutôt intérêt à ne pas se foirer et à amortir sa chute, sinon, adieu les jambes.

    Alors en plein vol, Carnage plaça ses deux lames de manière à ce qu’elles fussent dirigées vers Calyx. Lame vers le bas donc. Les flammes sortant de ses yeux glissèrent le long de son masque, tant la chute était grande. Un pari risqué, mais qui réussira à n’en point douter.
    Fendant les airs, Carnage ne manqua pas sa cible et, tomba sur Calyx. Chacune des lames perforèrent les épaules du mage, puis dans sa chute, il finit empalé dans le pont du navire. Une chance pour Carnage, qui, en plus d’abattre sa cible, amortit cette chute.
    De nouveau, un sourire décora le visage balafré du demi-oni, à moitié visible à cause de l’attaque surprise de cet enfoiré de mage mort. Inutile de lui faire un doigt, il ne le verrait pas, celui-là.

    Résumé:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Eustache le Boscambusier
    Eustache le Boscambusier
    Messages : 13
    crédits : 272

    Info personnage
    Race: Hybride (Homard)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3213-hrriiiiiiiiiiiiii-eustache-le-boscambusier-termine
  • Ven 10 Mai 2024 - 19:17
    Comme une palourde qu’on force à s’ouvrir, la coque craque et geint. Le bois se tords et se déforme puis, dans un cri strident du fruit de mer démesuré et le grondement de la coque qui cède finalement sous l’effort, le bateau s’éventre. Impossible à colmater, impossible à récupérer, il commence déjà à couler tandis que l’abomination rouge de l’amiral se recule pour admirer son travail, cliquetant de contentement face au travail fini.

    Il marche sur le pont tandis que déjà la ligne de flottaison se fait engloutir par la plus vorace des amantes, la mer que lui et ses compagnons prétendent dominer, alors qu’ils ne sont en vérité que ses plus fidèles serviteurs. Sur le chemin qui le ramène à ses frères naufrageurs qui l’accueillent en héros, l’énorme pince coupante de l’abominable créature se ferme autour de la gorge d’un survivant qui, jusque-là, était bien trop occupé à presser contre l’affreuse plaie à son ventre une masse rougeâtre d’organes et d’intestins perforés. Une blessure atroce qui, hélas pour lui, n’avait pas suffit à venir à bout de la fortitude paradoxale du corps humains. S’il en avait la force, ses cris couvriraient même les cannonades et les explosions des autres navires, mais l’humain ne pouvait plus que geindre, trop faible pour résister au sort atroce que lui réservait le boscambusier.

    Comme un père aimant, il regarda ses deux camarades blessés par la bataille après avoir glissé ses billes noires sans âmes sur ce qu’il restait de celui qui avais péri dans l’abordage. Sa main chitineuse passa sur les épaules de ses quatre frères restants, avant d’aller récupérer le tricorne du naufrageur décédé ainsi que son sabre. Le corps allait retourner à la mer, mais le chapeau lui allait rester.

    Cambusier attentif, il déchira les vêtements du mourant qu’il tirait de sa pince. Saisit le biceps de sa pince avant de jouer doucement avec le bras pour tenter de sentir le point de rupture le plus apte. Pivotant à droite lentement, l’avant-bras faisant une rotation complète sur son articulation, puis pivotant à gauche jusqu’à ce que les tendons ne cèdent, il lui arracha d’un coup sec, dans un claquement sonore de l’os sautant de son articulation. Il lança le bras au premier blessé, puis l’autre au second. Mima le geste de manger et, agacé par les gémissements larmoyants de sa victime, enfonça ses doigts chitineux dans la plaie béante qui l’éventrait, fouilla dans la bouillie d’organe jusqu’à trouver quelque chose de solide et, d’une pression de sa main, broyer ce qu’il y trouvait. Ca ne criait plus, ça vivait peut-être encore mais peu lui importait. Se redressant, enroulant la chaîne autour de son avant-bras, Eustache observa ses deux camarades encore en bonne forme tout en levant son ancre sur son épaule.

    Il signa de ses mains. « Vous. Venir. » puis signa pour les deux autres avec des gestes assez secs. « Vous. Attendre. Manger. Bobo. Manger. Guérir. Bobo. Pas venir. Bobo. », puis, il plongea à l’eau vers la dernière cible vivante qui pouvait lui offrir encore un peu d’amusement.

    L’éclat.

    Dans l’eau, les voltigeurs vinrent se joindre à lui, portant le nombre de son escouade à huit. Depuis le royaume du titan des mers, le boscambusier pouvait observer la beauté du massacre qu’ils venaient d’organiser. Plus loin, les débris d’un navire éventré et les statues immobiles qui commençaient à couler. De l’autre, des fragments oubliés d’un navire ayant implosé, mélangeant bois, poix et sang dans l’eau. Attirant les requins à la ronde pour venir festoyer sur les cadavres que la mer avait décidé d’avaler. Puis derrière eux, le Gardien qui coulait lentement.

    Il nageait paisiblement, le sel piquant sa chair exposée à travers sa carapace et l’eau nettoyant sa lymphe bleutée qui enlevait son lustre à sa carapace. Il était en paix, là, dans l’eau, à entendre les bruit lointains du bois qui craque et les quelques cris étouffés de ceux qui se noyaient. Vraiment, la vie était belle.

    Une fois à hauteur de l’éclat, Eustache, les naufrageurs et les voltigeurs qui l’accompagnaient grimpaient le long de la coque, jusqu’à rejoindre le pont. Sortant dans une trombe d’eau rougeâtre, s’armant directement de son ancre de combat, le boscambusier lâcha un cri strident.

    - M’enfin Eustache, dis-donc ! Tu vois pas que je suis occupé à parler là ?

    Se redressant comme un enfant qu’on venait de gronder, l’abomination à la carapace rouge s’arrêta net dans son élan et, comme s’il était puni, venait se ranger silencieusement aux côtés de l’amiral. Les naufrageurs et les voltigeurs, eux, prirent position en arrière. Prêts à se battre.
    résumé tour 5:
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 653
    crédits : 4294

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Dim 12 Mai 2024 - 23:17
    Sur l'Eclat d'Arcane


    Ania se tient debout sur le pont de l'Eclat d'Arcane, les yeux fixés sur le capitaine pirate Bigorneau qui a osé envahir son navire. Malgré la surprise de voir son vaisseau investi par l'ennemi, aucun signe de panique ou de désespoir ne traverse son visage.

    Elle arbore plutôt une expression de détermination farouche, ses traits empreints de la fierté inébranlable propre aux membres de la République. Les bras croisés derrière son dos, elle soutient le regard de Bigorneau avec une assurance déconcertante, comme si elle était agacée par son intrusion et ses manières peu raffinées.

    - Vous êtes ridicule … soupire t-elle. Les hommes comme vous ne comprennent rien à la loyauté.

    Dans un geste rapide et déterminé, Séraphe rapproche son coup de  la lame qui reposait à proximité. Son regard reste fixement porté sur Ania, dénué de toute émotion, alors qu'il exécute le mouvement sans la moindre hésitation.

    La lame tranche nettement sa gorge dans un mouvement fluide et précis, libérant un flot de sang écarlate qui jaillit de la plaie béante. Malgré la violence de l'acte, son visage reste impassible, comme s'il avait accepté son destin avec résignation.

    Un silence pesant envahit l'air alors que le mage s'effondre lentement sur le sol, sa vie s'échappant de lui en un dernier soupir.

    - Qu’allez-vous faire à présent que votre otage est mort ? Reprend Ania. Si je le désir, je pourrais tout simplement faire sombrer ce navire et vous avec. Mon nom serait chanté à MAGIC tandis que le votre tombera dans l’oubli. Et m’est avis que ce n’est pas ce que vous désirez.

    Ania avance avec une assurance calme sur le pont, ses pas résonnant légèrement malgré le chaos ambiant. Son regard, d'un bleu acier glacial, fixe Bigorneau avec un mélange de mépris et de détermination. Un sourire dédaigneux étire ses lèvres alors qu'elle observe l'homme qui se dresse devant elle, défiant toute forme d'intimidation.

    - Séraphe disait vrai, vous ne pouvez pas emporter Hava. Tout simplement car si vous le faites, alors vous vous condamner vous même à la damnation.

    Malgré la menace qui pèse sur elle, Ania semble résolue à ne pas se laisser impressionner, sa détermination transparaissant dans chaque geste, chaque expression de son visage.

    - Vous n’avez aucune idée de sa valeur réelle, pirate. Elle pourrait être la clé de la survie de la République.

    Son regard glisse furtivement vers la Renégate et, l’espace d’un instant, elle ferme les yeux.

    - Il est des menaces dont nous ne connaissons pas encore la puissance. Ces menaces sont déjà sur nous.

    Elle tend son doigt vers le navire pirate, invitant l’Amiral à l’observer et à découvrir ce qui se passait.

    Sous les flots

    Cette idée, ce fut la pire qu’il ait eu.

    Plus Saumâtre s’approchait, plus il pouvait discerner les traits des créatures qui avaient attirés son attention et il apparut rapidement qu’ils n’étaient en rien similaire à des nagas ou des tritons. Quand bien même leurs formes évoquaient un mélange étrange entre l'humain et le marin, avec des membres palmés, des écailles chatoyantes et des branchies frémissantes, leurs yeux, grands et lumineux, semblaient vides de toute sagesse et de toute réflexion possible. Il n’y avait nulle intelligence humaine, nulle ruse animale dans leur regard.

    Alors que Saumatre s'approche, le groupe se met à s'agiter, comme agité par une force invisible. Leurs murmures aquatiques résonnent dans l'eau, créant une symphonie étrange et mystérieuse. Les mouvements de leurs corps s'accélèrent à mesure que le capitaine commence à parler, comme s'ils percevaient quelque chose d'important dans ses paroles.

    Une tension palpable règne parmi eux alors que le capitaine poursuit son discours. Leurs gestes deviennent frénétiques, leurs regards se croisant dans un échange silencieux et chargé de sens. Et lorsque le pirate termine enfin ses paroles, une agitation intense parcourt le groupe. Dans un mouvement synchronisé, ils se dispersent soudainement en tout sens, tel un éclatement sous-marin.

    Ils se réorganisent subtilement, comme s'ils communiquaient par un langage non verbal complexe et ancestral. Leurs mouvements fluides et coordonnés évoquant ceux d'une meute de prédateurs aquatiques, tournant autour du Second des Pirates avec une aisance déconcertante. Le capitaine sent le piège se refermer lentement sur lui alors que les créatures resserrent leur cercle, réduisant progressivement son espace de manœuvre.

    Malgré son habileté naturelle dans l'eau, Saumatre réalise rapidement qu'il est dépassé par ces créatures hybrides. Leurs gestes calculés et leurs regards perçants le font frissonner d'appréhension. Il sait qu'il ne pourra pas leur échapper aussi facilement qu'il le pensait.

    Soudain, dans un mouvement synchronisé et préparé, ils passent à l'attaque. Leurs membres palmés fendent l'eau avec une précision mortelle, convergeant vers Saumatre avec une détermination implacable. Il se retrouve submergé par une force collective bien supérieure à la sienne, réalisant trop tard que ces créatures marines sont bien plus qu'un simple assemblage d'instincts primitifs et qu’ils sont bien hermétiques à toute tentative de négociation.

    Sur la Renégate

    Carnage, porté par le vent puissant invoqué par Calyx, vole à travers le pont de la Rénégate jusqu'à ce qu'il croise le premier mât. Sans hésitation, il grimpe avec agilité à mi-hauteur, au-dessus de la première voile, ses mouvements empreints d'une détermination féroce.

    Arrivé à sa position désirée, il fait apparaître ses lames, étincelantes à la lumière du soleil, prêtes à accomplir leur funeste dessein. Dans un geste fluide et rapide, il saute de sa perche élevée, son regard fixé sur sa cible : Calyx.

    Dans un élan de détermination, Carnage fond sur sur le mage avec la férocité d'un prédateur affamé. Les lames s'abattent avec une précision mortelle, traversant l'air avec une vitesse fulgurante. Avec un mouvement gracieux mais implacable, il empale Calyx sur le pont, mettant fin à la menace qu'il représentait. Et avec sa défaite,  les quelques hommes qui l'avaient accompagné, démoralisés par la perte de leur chef et submergés par le nombre des pirates, sont peu à peu exterminés dans un carnage sanglant. À la fin, le navire est libéré de l'attaque des républicains, ses drapeaux flottant triomphalement dans la brise marine, annonçant leur victoire.

    Dans un silence presque irréel, la Rénégate, qui fendait les flots avec une assurance indomptable, s'immobilise soudainement. Un frisson d'inquiétude parcourt l'équipage alors que tous les hommes à bord sont projetés au sol par la force de l'arrêt brutal.

    Une brume épaisse et mystérieuse émerge des profondeurs de l'océan, enveloppant le navire pirate dans son étreinte opaque. Elle s'étend rapidement, comme une créature vivante s'insinuant entre les planches du pont et se glissant dans chaque interstice du navire.

    En quelques instants seulement, la Rénégate semble disparaître, engloutie par la brume insidieuse qui l'entoure. Le navire pirate, autrefois majestueux et menaçant, est désormais enveloppé d'une aura d'incertitude et de mystère, dissimulé aux yeux du monde extérieur.

    Dans l'obscurité naissante de la brume, l'équipage retient son souffle, se demandant ce qui pourrait bien se cacher dans les ténèbres marines qui les entourent. Aussitôt, tous se rassemblent vers Erwin et Syrte, les interrogeant du regard. Que devaient-ils faire ?

    Au loin, à travers l’inconnu que représente désormais le seul horizon, une corne de brume retentit. Allié ? Ennemi ?

    Ou pire ?

    Résumé des actions:


    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venir - Page 2 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    L'Amiral Bigorneau
    L'Amiral Bigorneau
    Messages : 143
    crédits : 1029

    Info personnage
    Race: Elémentaire (Eau)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3122-l-amiral-bigorneau-fleau-des-oceans-terminee
  • Mar 14 Mai 2024 - 9:25
    Mirant d'un œil vitreux l'enveloppe de brume qui s'emparait de la Renégate, Bigorneau sentait à nouveau la présence d'un étau qui se resserrait contre son crâne, faisant poindre un début de migraine occasionnée par la complexification excessive d'un plan qui, pourtant, avait vocation à rester simpliste du début à la fin. Repoussant d'un coup de pied colérique la dépouille de l'imbécile qui avait sciemment donné sa vie pour sa cause, l'Amiral frotta rageusement le fil de sa lame ensanglantée contre son manteau déjà bien empourpré. Affichant une grimace qui se voulait ridicule, il se mit à dodeliner de la tête en tirant la langue tout en répétant d'un air idiot les mots de son vis-à-vis :

    "Beuh beuh beuh, la survie de la République..."

    Les forbans qui accompagnaient le vieux loup de mer s'esclaffèrent franchement et même Eustache eut la décence de jouer des pédipalpes pour donner plus de cachet aux provocations de son supérieur. S'il était agacé par la perspective d'un nouvel obstacle se dressant entre lui et sa proie, Bigorneau n'était pas homme à se laisser abattre et avait suffisamment foi en Erwin pour savoir que celui-ci ne se laisserait pas vaincre si facilement, quoi que puisse abriter ce nuage empli de funestes présages. Adressant à Ania un regard fichtrement noir, il lança alors :

    "Si votre exemple le plus parlant de loyauté, c'est de se trancher la gorge par excès de fierté, j'vous avoue que vous auriez pu trouver plus convaincant. Ca lui a valu quoi au p'tit, à part une mort pitoyable ainsi qu'un nom gravé sur une stèle que les Titans balaieront quand ils en auront marre de vous voir saloper le paysage avec des briques bleues ?"

    Grattant sa barbe remplie de crustacés divers, il se surprit à relever l'aspect surréaliste de ce moment. Ania croyait vraiment qu'elle allait s'en tirer à si bon compte simplement en marmonnant à ses adversaires une énigme cryptique concernant de fantomatiques menaces planant sur l'ensemble des vauriens du coin ? C'était bien mal connaître l'équipage de l'Amiral ainsi que les hommes de sa Flotte qui, non contents de s'extirper des pires situations avec un arrogant brio, avaient vu bien pire dans leurs carrières respectives qu'un pet aqueux balancé au beau milieu de rien.

    "La question était pas d'savoir si vous me donniez l'autorisation d'aller choper la gamine. L'unique considération était votre implication -ou votre absence d'implication- dans une telle entreprise. Tout c'que je vois pour l'instant, c'est que vous empêchez mon vaisseau de se mouvoir librement en plus de me marcher sur les bourses. Ca fait deux fautes, c'est deux de trop."

    L'eau déversée sur le pont par les vagues scélérates commença à s'agiter, formant ça et là des sphères aquatiques qui s'élevèrent doucement tandis que l'Amiral éveillait à nouveau sa maîtrise des flots. Les hommes de main commencèrent à jouer des sabres et des coutelas tandis qu'Eustache armait son ancre massive, se préparant au massacre qui n'allait inévitablement pas tarder à suivre.

    "Et si j'peux vous donner un conseil, trouvez une menace plus adéquate que celle de la noyade lorsque vous vous adressez à une horde de requins. Messieurs dames..."

    Tournant les talons, il claqua des doigts. Les sphères d'eau accumulées autour d'Ania se déformèrent pour se changer en poiscailles artificielles, un banc de piranhas fait d'eau salée qui fusèrent comme des flèches sur l'ensorceleuse tandis que les Naufrageurs bondissaient en avant avec la ferme intention d'illustrer l'étendue de leur sauvagerie. Par dessus son épaule, Bigorneau lança avec nonchalance à son boscambusier :

    "Garde les meilleurs morceaux de côté. On la cuisinera au blanc et aux herbes, pour changer un peu."

    Boitant vers l'arrière du navire en quête de celle qu'il était venu chercher, il ignora la conclusion du carnage en approche et chercha du regard Saumâtre qui ne réapparaissait toujours pas à la surface. Il espérait que rien ne lui soit arrivé.

    Résumé:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum