DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 16 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 10:37Ben le Bouc
    Derrière le rideauAujourd'hui à 10:22Ben le Bouc
    Souvenirs douloureux [PV Nut Shidhi]Aujourd'hui à 9:01Amédée Sauventreen
    Nomination [Cyradil]Aujourd'hui à 0:33Cyradil Ariesvyra
    Anha zhavvorsa [Tensai]Hier à 23:14Tensai Ryssen
    L'air du Vent | Feat ZéphyrHier à 23:06Zéphyr Zoldyck
    OrigineHier à 22:59Zéphyr Zoldyck
    La lune et ses étoiles - PAHier à 22:54Tensai Ryssen
    Déchéance [Lyra et Alaric]Hier à 22:47Zéphyr Zoldyck
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:43Erwin Staal
    +8
    Savoir
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zéphyr Zoldyck
    Kahl
    Alasker Crudelis
    Lardon
    Deydreus Fictilem
    PNJ
    12 participants
    Aller en bas

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Brak'Trarg
    Brak'Trarg
    Messages : 331
    crédits : 1914

    Info personnage
    Race: Oni/Drakyn
    Vocation: Guerrier - Combattant
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B - Garde royal
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t104-brak-trarg-la-creature-du-reike-termine
  • Sam 17 Juin - 13:05
    leur ligne de defense tenait et c'était un honneur et a la fois un plaisir dans l'adversité que de combatre et proteger son ami Tagar. le moral des troupe remontait au beau fixe, a tel point que les officier devait recadrer les jeunes soldat un peut trop fougeux. cela rappelait des souvenir à Brak ses premier pas sur le sable des arène ou lui aussi avait tendance a être en exces de confiance, et ou lui aussi fut recadrer par le maitre d'arène en plus de Golrthra après que cela est failli lui couter cher. Enfin l'heure actuelel était a la concentration et la continuation de l'ecrabouillage de zombis, sous une pluie de sang.

    Les morts vivant continuait de reculer jusque a ce qu'un flash lumineux de grande intensité eclate comem un explosion lumineuse. Brak d'instinct se protegea les yeux avant de se retrouver sur les fesse sur le trose d'un troll zombi qu'il venait de retuer. se relevant Brak put constaer que les mort était maintenant ... tous mort et ne bougeait plus. SI il navait pas vécu autant de combats en arène et dan sl'ex shoumei. le grand nenfant qu'était Brak se serait rejoit et aurait sauté de joie. Mais Brak bien que toujours grand enfant, n'en fit rien car ses instinct de guerrier , d'oni , et experience lui cirait que c'était anormal et ne pouvait annoncer que une nouvelel attaque de l'enemi recupérant sa magie pour autre chose.

    et en effet les craintes et instinct de Brak ne l'avait pas trompé car apparu bientôt un grand monstre zombi armé de deux haches qui d'un coup ravagea une zone plus vaste que le cratère que Brak avait creusé précédement. un monstre zombi de grande taille et de valeur guerriere a combatre mais serait ils seuleement à la hauteur du défi. Brak à l'interieur de lui même avait peur et commençait a prier de tout son coeur de gentil monmonstre les Dragons de reiveiller Tensai et de le faire venir de mêem que de tous els protéger et de leur permetre de revoir la lumière du jour.

    des ordres de deydreus furent donner et Tagar en s'adressant à Brak le sortit de ses prières, (brak n'était pas execisement dévot mais il était des circonstances qui vous rende très religieux). Brak hocha la tête affrimativemen ten réponse à Tagar lui répondant rapidement de sa voix grave la frimousse neutre et serieuse.

    " Alons y mon ami, pour le Reike."

    Brak n'affichait plus le moindre sourire à présent tant il était concentré sur le combat à mener. Brak y va en volant son ami Tgaar dan sles bras il le dépose près du stand de baterie de cuisine qui lui indiqua. sur place les papates au sol. Tagar explique à Brak son plan. là encore Brak hocha la tête mais ne dit rien. qu'avait il a dre de toute façon quand la situation urgeait de toute part.

    pendant que Tagar assemblait sa lance Brak serra fort dan ses paluche ses marteaux et leur fit a chacun un zibou, si ce devait être sa dernière attaque autant remercier ses fidèle compagnons a tete de metal avant. S'envolant donc Brak opta pour la tactique de l'attaque moustique. C'est a dire ne jamais cesser de bouger et faire des lancer de marteaux sur les poignet et vant bras du monstre pour l'ocuper et le distraire. Brak volant le plus rapidemetn et fouguesement possible en adoptant des trajectoire et changement de direction aléatoire pour mettre tout les chances de son coté. Puisse les dragon être avec lui.


    pouvoir utilisé ce tour :
    - vol palier 1
    - force palier 1
    - prouesse d'arme "lancer de marteaux du dragon"


    Résumé :

    _ Brak répond affirmativemet à Tagar et le prend n evol vers le marché
    _ Brak dépose Tagar près du stand de baterie de cuisine et ecoute son plan
    _ Brak suit l'idée de son ami Tgaar, et s'envole autour du monstre le harcelant avec des lancé de marteaux force surhumaine palier 1 sur ses mains et avant bras pour le distraire.
    CEPENDANT Brak reste prudent en adoptant le plus de distance possile et des trajectoire de vol alétoire et imprévisible


    pouvoir utilisé jusque à maintenant :

    - vol palier 1: plusieurs fois
    - sens surhmain (vue, ouie, odorat,) palier 1 : 2 fois
    - force palier 1: 6 fois
    - force palier 2: 4 fois
    - force palier 3: 2 fois
    - force palier 4: 1 fois
    - prouesse d'arme "lancer de marteaux du dragon" : 5 fois


    voix et thème de Brak'Trarg:


    Bric à Brak (inventaire de Brak'Trarg:


    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 16 W84111
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Oyun
    Oyun
    Messages : 77
    crédits : 1361

    Info personnage
    Race: Orc
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1783-oyun-est-ce-qu-il-te-reste-un-peu-de-morale-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2735-chronologie-d-oyun#23731
  • Sam 17 Juin - 13:08
    Le ciel devient la scène d'un spectacle aussi terrifiant qu'impressionnant. Oyun coince un mort-vivant sous son bras le temps de lever la tête pour essayer de distinguer ce qui se passe à travers la pluie carmine. Son champ de vision est entravé par les toits et le sang qui alourdit ses cils - elle devra attendre un moment plus propice pour mieux comprendre ce qui se passe. Elle contracte tous les muscles de son bras, et les cervicales du revenant, déjà affaiblies par la décomposition, éclatent sous son geste. Elle jette ce qui reste du cadavre au sol.

    Peu après, de nouveaux ordres sont transmis. L'orc jette un regard à l'oni, et lui fait un signe de tête. Il est temps de retourner au marché. Au moins, à ce stade, elle sera largement assez familière avec la zone pour orienter les camarades ou les aider à se positionner. Lance en main, elle court de toutes ses forces en direction du Nord, évitant le plus possible les monceaux de cadavres sur le chemin. Plus elle se rapproche, plus elle distingue l'ampleur (littérale) de la menace, et plus elle accélère. Cette créature est encore plus grande que le démon qu'ils ont croisé plus tôt, et elle semble tout aussi assoiffée de mort.

    Oyun s'essuie les yeux du revers de la main, et renforce sa vue pour repérer ses différents alliés encore un peu éparpillés. Le bras droit de la Griffe, un hybride antilope un peu maigrichon, le Ministre des Finances, le Garde royal de l'Impératrice, un hybride cochon avec un seul bras, et… un bouffon de la cour ? Sacré peloton. Elle ne prononce cependant aucun jugement : ses nattes imbibées de sang, les viscères pourries qui collent à son armure et la boue pourpre qui couvre ses bottes, sans compter le fait qu'elle brandisse actuellement une lance de chasseur, ne doivent pas non plus renvoyer une image des plus élégantes. Au moins, un regard suffit pour savoir qu'elle n'a pas chômé.

    Le ministre semble avoir pris l'initiative pour assembler un projectile de métal imposant, comptant visiblement sur l'aide de l'immense oni-drakyn qui s'élève dans les airs. Oyun contourne le duo avec précaution pour se placer un peu plus en arrière, et avoir un meilleur aperçu du flanc de l'entité ennemie. De son point de vue, la seule façon d'abattre une créature d'une telle envergure, c'est en visant son point faible - mais quel genre de point faible pouvait donc avoir cet énorme bousin ? … En avait-il seulement un ?

    Non, ce n'est pas le moment de céder à la peur. Restons méthodique. Elle braille en direction de ses camarades, pour les prévenir de sa ligne d'action.

    - Je grimpe par là, je vais viser ses articulations. Si vous avez besoin de moi ailleurs, vous saurez où me trouver.

    L'orc prend ensuite appui sur des décombres pour grimper sur un pan de mur à moitié écroulé. Elle grimace en entendant le bruit des cadavres qui craquent sous les pierres, mais se fait violence pour continuer d'avancer : leur sacrifice ne sera pas vain. Après avoir pris environ deux mètres de hauteur, elle fait attention au placement de ses pieds et de son centre de gravité pour ne pas perdre l'équilibre après avoir tiré. Oyun se met en position, utilise sa magie pour renforcer sa précision, et jette sa lance de toutes ses forces au niveau du coude droit (ou ce qui y correspond) de l'entité. Sans attendre la moindre réaction, elle dégaine un second projectile qu'elle tire cette fois un peu plus bas, visant cette fois le poignet du même bras.

    Elle n'est pas sûre de toucher, ni même que ses frappes soient réellement efficaces si elles touchent, mais sa manœuvre devrait au moins lui permettre de mieux comprendre le fonctionnement du monstre géant en fonction de sa réaction. Les manœuvres de ses alliés seront toutes aussi précieuses, à ce titre.


    CENDRES

    Résumé:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 17 Juin - 19:38
    Alerte : Défense de Sable d'Or
    Invasion venue d'outre-tombe


    Des années plus tôt,

    -Ouais je l’ai eu !

    Une flèche se planta dans une pomme au sommet d’un crâne surmonté de petites cornes. L’enfant hybride se raidit, se forçant à fermer les yeux pour ne pas voir sa prochaine mort. Le cobe portait encore son pelage marron-clair de juvénile. Il tremblait et des larmes roulaient sur ses joues. Heureusement pour lui, le tireur avec réussi son coup. Et lui aussi n’était qu’un enfant. Car eux aussi avaient appris de leurs parents que les esclaves étaient des biens dont on pouvait disposer. Excité, le fils d’Arkugal vint chercher la pomme percée. Broken Goat restait raide, terrifié.

    - Pourquoi tu pleures comme un bébé toi ?! Aller on recommence pour la peine !

    Quand une nouvelle pomme fut placée sur la tête de l’esclave contraint de rester immobile, car il savait que même les enfants d’Arkugal avaient appris que la cruauté envers ces êtres réduits à l’état d’objets était possible. Puis une fois le fruit installé entre les cornes de l’hybride, l’apprenti-archer se remit en position pour un nouveau tir. Broken Goat ferma les yeux pour ne pas voir la mort sur le point de lui arriver dessus. Puis l’enfant décocha sa flèche qui parvint à atteindre sa cible, mais l’esclave s’effondra. Le haut de son crâne était en sang. En effet, la flèche avait éraflé son cuir chevelu. L’épouse d’Arkugal arriva et interpella son fils.

    - Attention à ne pas abîmer les esclaves.

    Puis le maître des lieux la rejoignit peu de temps après.

    - Laisses le faire, il s’entraîne et les esclaves peuvent servir à ça !
    - Mais ça coûte cher de nos jours… Surtout un enfant !
    - Il doit apprendre à maintenir la terreur chez ses esclaves. Car s’ils sentent la moindre faiblesse, ils se rebelleront !

    Elle parvint à convaincre son mari et ils demandèrent à leur fils d’arrêter. En revanche, même avec la tête encore maculée de sang, Broken Goat avait été contraint de ranger le matériel. Il devait garder ses souffrances pour lui. Des autres esclaves, il n’avait eu le droit qu’à un sommaire nettoyage de sa plaie. Il avait encore les images de cette flèche qui lui arrivait dessus. Il aurait put mourir. Et il devait continuer à travailler avec ça en tête. Puis quand la nuit vint, alors qu’il était un peu à l’écart des autres esclaves dans leur hutte, il pleurait dans son coin, en silence, encore traumatisé par ce qui lui était arrivé.

    _________________________________

    Tandis que Broken Goat arrivait au campement de fortune de la ligne-nord, il avait entendu une altercation entre un civil et un des soldats en armure cramoisie. Le gars en question avait osé les traiter d’animaux. Et effectivement, le cobe avait senti une certaine brutalité en eux. Ils n’étaient pas comme les Serres. Ils semblaient se complaire dans la violence. S’il y avait une chose avec laquelle le cobe était d’accord dans la réponse d’un des Dévoreurs, c’était qu’effectivement, ils n’étaient pas des animaux. Car les traiter ainsi, c’était insulter les animaux. Aucun d’entre-eux ne s’abaisserait à une telle chose.

    Même les humains, tous ne se mettaient pas à de telles bassesses. Bakt lui avait rencontré son passé dans son village natal. Les gens se connaissaient, s’entraidaient, vivaient en paix. Ils avaient compris que la solidarité était une force dans un monde aussi hostile. Ils n’avaient pas besoin d’écraser les autres pour obtenir ce qu’ils voulaient. Mais les humains, comme tous les autres animaux avaient une part sombre. En revanche, beaucoup avaient appris à la dompter car ils savaient qu’ils avaient besoin des autres pour s’en sortir. En revanche, d’autres y avaient succombés et ne semaient que mort, misère et destruction, juste pour satisfaire des caprices éphémères et cacher leur vulnérabilité propre sous ce masque de violence. Car en vérité ceux qui tombaient dedans étaient pour la plupart mal dans leur peau et usaient de leur brutalité pour combler à leur mal-être, comme une drogue passagère. Ils ne se sentaient exister qu’en massacrant les autres ou en les dominant. Ils étaient une minorité, mais leur pouvoir de nuisance était énorme. Ils imposaient leur terreur aux autres.

    Le groupe du port fraîchement arrivé voyait des types en armure pourpre s’approcher d’eux. Ces types semblaient dans leur élément dans cet enfer. Décidément, ils étaient des anomalies ou des individus choisissant la voie de la violence pour mieux masquer leurs vulnérabilités. Bakt avait raconté que ces parents disaient qu’on ne gagnait rien à tenter de négocier ou de coopérer avec ce genre d’individus. La meilleure chose à faire c’était de fuir et de reconstruire après leur passage. Bien qu’officiant dans l’armée, ils n’étaient pas différents des pillards qui faisaient des razzias dans des villages ou sur des caravanes. Exister en détruisant. En constatant qu’ils étaient les rares qui faisaient ça, Broken Goat réalisait qu’ils avaient sans doutes étaient contraints de façonner le monde pour pouvoir exister. Car si les humains étaient restés comme les autres animaux proches comme les babouins, ces individus n’auraient eu aucune chance. Car les brutes étaient détestés des babouins. Pour préserver leurs familles, les animaux avaient compris qu’on ne gagnait pas grand-chose à garder des individus capables de s’en prendre à leurs semblables juste parce qu’ils se sentaient exister ainsi.
    Broken Goat se disait qu’heureusement que les Serres étaient là entre lui et les barbares en armure cramoisies. Finalement, les conscrits comme l’hybride avaient été envoyés aux postes de soins. Au moins, il pourrait souffler un peu. Même si le fait de voir encore des êtres aux armures écarlates faire des allers-retours au milieu des blessés tels des prédateurs devant un buffet à volonté. Il sentait les gens tendus avec ces individus dont on préférait la plupart du temps fuir et rester à distance. Et il ne pouvait pas trop leur en vouloir. C’était un stress supplémentaire, comme si les morts-vivants et la pluie écarlate ne suffisaient pas.

    Il fut approché par Afosios qui avait combattu l’être aux mille yeux avec lui. Il demanda qui était le commandant. Le cobe montra le lycanthrope au loin d’un geste de tête.


    - Homme-loup rouge qui aller vers truc bizarre…

    En revanche le sol boueux devenait avantageux pour Broken Goat qui mit pied à terre. Ses sabots étaient parfaitement taillés pour les terrains aquatiques et mous. Là où la plupart des soldats, surtout ceux en armure lourde, peinaient à bouger, le cobe se mouvait dans cet élément avec une grande aisance. Même si pour cela, il devait faire des efforts pour tenter d’oublier que c’était du sang et potentiellement des bouts de cadavre.

    Mais le répit fut de courte durée, un portail s’ouvrit et une forme géante s’en échappa. Un nouveau cauchemar qui surplombait les vivants. Une créature équipée de deux haches, un regard aux orbites vides, un corps décharnés aux allures d’arachnide venait de faire son apparition. L’instinct de Broken Goat lui indiquait de fuir le plus loin possible. Mais il ne le pouvait. L’immense être croisa les bras avant de les écarter brusquement, faisant voler les maisons pulvérisées prenant l’allure de fétus de roseaux. Puis la chose détourna son attention vers la maison du Régent où une partie des civils avaient trouvés refuge au début de l’assaut des morts-vivants. Puis les télépathes se mirent à donner de nouveaux ordres. Le groupe de Broken Goat devait aller à la rencontre de l’entité sur le marché qui lorgnait vers la maison du Régent. On indiqua à l’hybride d’être de ceux qui feraient barrage si celle-ci voulait s’en prendre aux civils. Des soldats plus expérimentés iraient l’affronter. Broken Goat accouru vers la destination qu’on lui avait indiqué, bougeant avec une plus grande aisance que ses homologues humains grâce à ses sabots taillés pour le sols mous. Malgré tout, il ne se sentait pas du tout de taille à affronter ce cauchemar colossal.


    CENDRES

    Résumé:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 17 Juin - 22:38
    Les choses s’étaient déroulés parfaitement comme il l'avait prévu. C’était en fait presque trop facile. Il avait eu la sensation que lorsque sa lame acheva l'avant dernière créature, il ne pouvait tellement rien leur arriver qu'une chose d’extrême mauvaise augure allait se dérouler. Il se redressa, passant le revers de sa main sur son front pour l'éponger, se préparant a frapper la dernière créature.

    Mais elle n’entait plus la, contre toute attente, elle était même déjà loin. Prenant la fuite. Il leva un sourcil interrogateur. Un zombie ne fuyait pas, il n'avait pas d'instinct de survie. Quelque chose etait en train de se passer. Alors qu'il approchait des cadavres, la jeune fille approcha a son tour, ayant mit fin au déferlement de sa magie, et il lui fit un signe de la tête.

    - C’était bien. Je n'ai pas exactement compris tous le but...mais nous avons été performant.

    Il se pencha pour ramasser une de ses dagues sur le cadavre du loup quand un frisson lui parcourut l’échine. Comme bravant l'insoluble, sortit de nulle part, il se redressa pour faire face a la gigantesque créature des ténèbres qui approchait lentement. Avant même qu'il ai pu cligner des yeux, et analysé la situation, bien plus loin vers le nord, une autre avait fait son apparition. Comme pour marquer le fait que le jeu était terminé, et qu'il était temps de passer a sa conclusion. Il n'avait pas eu de mal a éradiquer l'engeance, jusque la. Mais ces monstres allaient être une autre paire de manche.

    Avant qu'il n'ai pu dire quoi que ce soit de plus a la jeune femme, la créature volante l'emportait un peu de force pour foncer droit vers le premier monstre, le plus proche. Bon, au moins elles avaient l'air motivées, c’était déjà ça. Il n'aurait pas été étonné qu'une bonne partie des guerriers n'abandonnent et s'enfuient. Il ne pourrait pas leur en vouloir. Mais au vu de comment le dernier moyen de transport avait volé en éclat, même ça n'allait pas être facile. L'enfer appelait l'enfer, et ne voulait pas les laisser s'en sortir.

    Il sauta dans la rue. Un chemin de glace formé par l'oiseau, un peu plus loin, était une véritable aubaine pour les combattants au corps a corps, mais il ne servait a rien de partir tete baissé, il fallait agir avec discernement. Il remarqua la présence de l'autre homme plus loin, sur la place. Il était visiblement revenu aprés son aventure avec la cible en son centre, après avoir profité de leur diversion. Il lui fit un signe de la tete assez simple, lui offrant même un petit sourire.

    - Sacrée journée.

    Aprés les zombies, les géants, la pieuvre, les loups garous, et maintenant les deux monstruosités du chaos, il pouvait bien se dérider un peu, rien qu'une minute. Shan n'en avait pas fini. Il posa un genou a terre en observant le monstre qui avait commencé a subir plusieurs assauts. Les reikois n'avaient pas dit leur derniers mot.

    - Je ne crois pas qu'ils vont tomber si facilement, mais c'est une opportunité. Cette créature doit avoir un point faible. Je pense que je pourrais le frapper si on m'aide a le trouver.

    Il en avait encore sous le pied. Il se connaissait, et savait qu'il pouvait frapper un coup a un endroit précis sans qu'on puisse l’arrêter, sur une poussée. Mais il ne pouvait pas s'y rendre au hasard, il devait avoir des indications, et si on pouvait lui crée une ouverture, comme plus tot avec Shaina, ce serait encore mieux. Il se redressa et fit légèrement craquer sa nuque, tout son corps commençant un peu par souffrir, après une si longue durée de combat non stop. Il était habitué au joute rapide. Il n'avait jusque la jamais fait la guerre. Aujourd'hui, il entrevoyait ce qu'elle avait vécu, son amour.

    - Mais visiblement, les plans, c'est votre affaire, non ? Alors faisons ça. A nous deux, nous pourrons faire la différence.

    Ils etaient peut etre l'un des derniers espoirs des resistants...

    Action:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 18 Juin - 1:47
    La lame fend l’air, manquant le loup de peu. Avec un grognement, l'élémentaire retient un pas en avant. Le comportement de la créature n’est pas normal. Elle semble… Fuir. Pas dans un acte de peur mais comme si elle n’avait plus rien à faire avec eux. Ou qu’elle était rappelée ailleurs. Deux mauvaises nouvelles. L’une moins pire que l’autre. Mais pour l’heure, dans l’esprit de la rouquine il n’est nullement question de savoir quel enfer l'attend. Le départ des créatures veut surtout dire une chose. Elle peut souffler. La tête levée vers le ciel, les gouttes de sang crépitent en s’écrasant sur son visage alors que sa forme élémentaire s’estompe doucement, la chaleur retombant, son corps reprenant des couleurs plus humaines. Avant qu’un frisson vienne la parcourir. Un frisson de peur, de haine, de crainte. Un frisson qui vient du plus profond de son être. Un frisson viscéral, primal. Comme si sa part élémentaire, comme si la nature elle-même avait peur.

    Sans baisser la tête, elle les voit apparaître au loin du coin de l'œil. Deux formes qui se dessinent dans la nuit, gigantesques, hideuses. Effrayantes. Comme un écho à leur apparition deux bruits sourds résonnent, fracas funeste de la puissance du coup qu’elles viennent toutes deux de porter. Sa prise se resserre sur les vestiges de la dague du maître espion. Dévorée par la chaleur, il ne reste qu’une lame tordue, percée par endroit, au manche émacié, le cuir dévoré par la sueur et les flammes. Pourtant c’est avec cette arme à la main qu’elle commence à avancer vers le port, l’ordre de regroupement des télépathes raisonnant encore dans les esprits. Ils n’avaient pas encore commencé à parler qu’elle s’était déjà élancée. Le temps presse. Si les derniers survivants de Sable-d’Or, et désormais l’armée fait partie des survivants, veulent voir le jour se lever la moindre seconde doit être pleinement exploitée.

    Alors qu’elle saute au-dessus de décombres deux serres viennent la saisir par les épaules, l’interceptant en plein vol pour l'emmener droit vers le port ne prononçant qu’un ordre simple synonyme d’un objectif partagé. “... Oui.” Elle acquiesce en s’agrippant fermement aux plumes bleues turquoises dans la même posture qu’avait pris sa sœur un peu plus tôt. Seules ses jambes s’étendent pour lui permettre de se tenir plus solidement au gigantesque corps de l’oiseau de glace. Contrairement aux deux autres passagers qui sont passés ici cette nuit, Shaïna est probablement la seule à pouvoir s’adapter à sa taille. Un avantage certain au regard de la manière dont Boreas fuse dans les cieux. L’estomac de Zéphyr s’en souvient encore.

    Dans les rues en contrebas, quelques personnes tournent les talons, d’autres lèvent les bras au ciel. Et les derniers saisissent leurs armes pour partir au combat. Comme attendu de la nation qui s’est soulevée contre les titans. Aussi effrayantes que soient ces créatures elles restent de loin inférieures à ce que le pays a pu affronter quelques années plus tôt. Et volontaires comme militaires semblent bien décidé à leur faire comprendre une chose. Leur place n’est pas ici. Le Reike ne compte pas leur laisser la moindre chance.

    La main libre de l’élémentaire commence à doucement chauffer alors que Boreas remonte le long de l’abomination. La glace semble prendre sur ses bras et ses armes, est-ce efficace ? Aucun moyen de le savoir et la rouquine ne compte pas prendre le temps de regarder. Rien d’autre ne compte que l’arrêter ici et maintenant. C’est avec cette pensée en tête qu’elle projette un flux continus de lave en suivant la piste de glace. Une reconstitution de ce qu’elles avaient pu faire au début de l’affrontement. Quand elles ne travaillaient pas encore ensemble, n’ayant que vaguement conscience de la présence l’une de l’autre. Le choc thermique est immédiat, explosif. Mais elle ne s’arrête pas. Elle continue de projeter sa lave de toute sa rage contre cette créature sortie de nul part.  Terminant son travail par une projection vers le visage, ou du moins l’endroit où il semble être, de la créature, dans un geste tenant plus de la provocation que et de l’énervement que dans le réel but d’infliger des dégâts.

    Att… Attention quand même… On… Même d’ici…. Elle a fait… Plus tôt une onde de choc. On est loin… Mais quand même… Reste prudent petit oiseau… Et… Pardon s’il fait un peu chaud… Quand… Une fois fini… Je… On trouvera quelque chose… Pour se faire pardonner… En… En attendant… On… On va… On va faire disparaître ce monstre.

    Sa voix tremble, elle doit s’y reprendre à plusieurs reprises pour formuler ses idées et finalement elle ne parvient à communiquer avec Boreas que péniblement et en regardant le ciel. Mais l’idée est passée. Elles veulent la même chose. Du haut des cieux prenant garde à bien viser le dos de la créature pour limiter les risques de toucher de potentiels alliés Shaïna commencent à la bombarder de boules de lave. Au port la fureur d'un jeune volcan s'abattant sur Repentance s'est mêlée à la pluie de sang.
    Résumée & Pouvoirs:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 184
    crédits : 540

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Dim 18 Juin - 16:37

    A la question du phénix de glace, Zéphyr hoche sobrement la tête. Il était évident qu’il voulait se battre encore. Pourquoi renoncer, d’abord ? La situation était terrible, certes. Ils étaient tous fatigués, vannés, il y avait une multitude de blessés et il était inutile de compter les morts, au sens littéral comme au sens figuré. Mais parmi tous les peuples du Sekai, les Reikois avaient cette détermination farouche en eux, cette volonté guerrière qui les empêchaient simplement de capituler quand il s’agissait de défendre leur domaine et leur territoire. Zéphyr pouvait cependant comprendre que Boréas soit agacée par cette lutte apparemment interminable, alors qu’elle avait suffisamment donné jusqu’à présent. Sa fatigue était palpable, et si son aide n’avait pas été si utile, il l’aurait congédiée avec plaisir en lui enjoignant d’aller retrouver Kaelinn. Mais pour l’heure, non. Chaque combattant était indispensable. Au maximum pourraient-ils chercher un moment de répit pour se reposer, songe-t-il encore alors que l’oiseau l’emmène vers l’élémentaire de lave et un elfe. Ce serait pour un mieux, mais cette histoire d’anomalie l’inquiète. A raison. Personne, dans leur groupe, ne s’attend en effet à ce que la sphère commence à se tordre et à se distordre de manière irrégulière. L’effet du sang peut-être ? Deydreus lui a dit que le liquide vermillon était délicieux. Serait-ce celui d’une race rare ? Mais comment un tel phénomène peut se produire s’il n’y a aucune créature blessée dans le ciel ? A moins que ce ne soit une entité très puissante qui ait su utiliser un sort unique ? L’Oreille se pose bien des questions, mais bientôt, la brusque lumière qui jaillit des anomalies l’interpelle et l’oblige à détourner la tête. Quand la luminosité décroit, il ne reste plus rien de l’étrangeté qu’il a touchée, mais il n’a pas le temps de s’en réjouir ou de s’en inquiéter. L’onde de choc qui ravage tout, et plus encore, l’énorme créature qui s’élève du côté portuaire, lui fait écarquiller les yeux, alors que bâtiments, pontons et barricades s’effondrent par la force de l’explosion. Il croit sentir que Boreas tressaille elle aussi, mais pas de peur, non. Comme lui, elle est peut-être perturbée, mais bientôt, un autre sentiment renforce l’oiseau. Est-ce que son vol n’est pas… plus véloce ? Plus puissant ? Zéphyr comprend rapidement que son élan est trop rapide, qu’elle ne va pas s’arrêter, et son instinct ne le trompe pas. Lorsque l’oiseau arrive près du sol, le maître-espion saute sans demander son reste, et c’est bien ainsi : Shaina est en effet aussitôt embarquée par le phénix, et n’a d’autres choix que de le suivre. L'assassin souffle légèrement alors qu’il est heureux de retrouver la terre ferme, mais bientôt, son visage se tourne la créature au loin.

    Putain, qu’est-ce que ça craint, quoi.

    Mais les ordres sont les ordres, et les télépathes sont efficaces. La Griffe ira donc tenir le port, alors que d’autres sont envoyés au Nord, où une autre entité est apparue grâce à un portail. Soit. Ils ne vont pas attendre Deydreus, mais tâter le terrain un maximum jusqu’à son arrivée.

    Un sourire fugace éclaire le visage de Zéphyr quand l’elfe l’aborde et lui déclare que c’est une sacrée journée. Sans doute la plus rocambolesque de l’année jusqu’à présent. Et le mot est faible.

    - Je vous remercie d’avoir aidée Shaina, fait l'homme aux yeux ambrés, alors qu’il tourne encore son visage vers Repentance. Je m’appelle Zéphyr. Et vous ?

    Question simplement pragmatique, s’il devait l’interpeler sur le champ de bataille.

    - Toute créature a un point faible, approuve le maître-espion d’un signe de tête. Je partirai pour la tête, le cœur, ou les articulations. Mais ça va être pénible à atteindre vu leur taille hors norme.

    Il devait faire quoi… cinq mètres ? Six mètres ? Ce n’était rien par rapporta aux géants qu’ils avaient affrontés plus tôt. Avisant un éclat d’acier grâce la lumière de la lune, Zéphyr s’y dirige alors qu’il reprend la parole d’un ton presque nonchalant.

    - Je vous avoue que mon seul plan, c’est de ne pas attendre la Griffe et d’aller là-bas en éclairage pour essayer de chercher ses points faibles ou mieux, lui faire des dégâts. Le bretteur s’agenouille un instant face au cadavre d’un soldat, un habitant de Sable d’Or apparemment. Sur son flanc réside une épée ou un sabre qu’il n’a pas eu le temps de dégainer, vu comment sa gorge est à moitié dévorée. Sans beaucoup d’état d’âme, Zéphyr tire l’arme et la déploie à la lumière de la lune pour tester son poids, sa souplesse, et son efficacité. Elle est plus longue qu’il n’en a l’habitude, mais ça devrait pouvoir faire l’affaire et il reprend. Vu l’onde de choc qu’il a créée, ça pourrait être suicidaire de s’en approcher, mais on peut utiliser notre vitesse pour éviter ses coups. Une fois proche de la créature, même si ce sera dangereux, on pourra essayer de grimper sur elle et de la toucher aux endroits qui font mal. Elles ont beau être énormes, elles sont toujours moins impressionnantes qu’un Titan.

    Visiblement satisfait par le sabre qu’il a trouvé, l’Oreille l’échange contre sa propre arme qui risque de lui faire faux bond en plein milieu de la bataille. Il n’a pas envie que la lame se brise alors qu’il doit porter un coup à la monstruosité sur le port, et mère est prudence de sureté. Puis il se tourne et sourit à son nouveau frère d’arme :

    - Allons-y.

    Il n’en faut pas plus pour que les deux guerriers s’élancent. Leur progression est rapide, car il n’y a plus aucun loup ni aucun chasseur pour leur faire obstacle. De plus, les morts se sont effondrés, comme si toute la magie nécrotique s’étaient accumulée dans les deux créatures. Il y a donc tout lieu d’espérer que cela sonnera le glas de fin si les Reikois en viennent à bout.

    Quittant les rues les moins touchées par l’explosion, les combattants s’aventurent dans le quartier ravagé par l’onde de choc. Il n’y a plus rien, maintenant : rien que des débris, des ruines, des débuts d’incendies. Sable d’Or est pour la plupart détruite, mais il reste encore une flamme dans l’esprit des survivants, et ceux-ci vont amèrement le faire goûter à cette monstruosité énorme. Au loin, Zéphyr croit reconnaître Boréas, et il salue leur collaboration d’équipe, ainsi que son ingéniosité : le phénix a gelé l’eau depuis la rive, et si cette glace ne va pas tenir bien longtemps, il s’agit là d’un chemin de choix pour les deux bretteurs, qui s’y engagent à pleine vitesse afin de se rapprocher du monstre.

    Autre point positif : l’ami de Kaelinn a essayé de geler ses membres. Cela tiendra peut-être une seconde. Deux tout au plus. Mais cela peut être suffisant pour que le duo monte chacun de leur côté sur cette entité chaotique avant qu’elle ne retrouve sa mobilité tout entière. Priant pour que Shaina ne leur envoie pas un tir de lave en pleine tronche, Zéphyr utilise les pointes sur les pattes ennemies pour s’élever avec adresse. Au sommet d’une de ses membres, qui ressemble à celles d’une araignée, il fait un premier essai pour tester la résistance de sa peau, à la jonction entre ses membres inférieurs et le reste du corps. La blesser à cet endroit pourrait endiguer ses déplacements, et de facto la rendre plus fragile. Mais si son coup n’a aucun effet et si cette zone est par exemple plus dure que la pierre, le maître-espion continuera à se déplacer sans une once d’hésitation. Rester mobile, après tout, c’est s’assurer sa survie, surtout devant une chose aussi gigantesque.

    Profitant de son élan, Zéphyr envoie une de ses dagues se planter dans la chair du monstre, et pour autant que l’arme se plante avec satisfaction dans le muscle de de la bête, il s’en sert de trépied pour s’élancer davantage en hauteur. Il en profite pour regarder si rien ne l’interpelle. Y a-t-il du mana présent à l’intérieur de son corps, un orbe quelconque qui lui insuffle de la vie, une flamme étrange qu’il faudrait annihiler pour la rendre aussi immobile qu’un pantin désarticulé : il cherche tout et n’importe quoi, tant que cela peut leur être utile. Finalement, l’assassin arrive finalement à hauteur de la hanche. Pas loin de la hampe d’une des faux destructrice et meurtrière. C’est à ce moment-là qu’il avise que peut-être, la créature va attaquer, et forcément, celle-ci va alors utiliser son arme, pour faire des dégâts à d’autres soldats venus en renfort. Il en aperçoit d’ailleurs en contrebas. Peut-être que l’homme aux yeux ambrés pourrait donc profiter de l’attaque de l’abomination. Même si ça représente un risque. Après, c’était déjà suicidaire de s’approcher de cette monstruosité.

    Décidant de jouer le tout pour le tout, notamment quand il estime que l’entité va se libérer de la glace et abattre ses deux armes au sol, il fait un bond en s’agrippant au long bout d’acier.

    Pourquoi s’amuser à grimper quand on peut avoir un ascenseur gratuit ?

    Si sa technique réussit, et qu’il arrive évidemment à tenir le coup du choc, sans lâcher prise, Zéphyr en profitera pour se laisser tomber à hauteur de l’épaule de Repentance.    

    Spoiler:

    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 19 Juin - 14:47
    Si je pensais que la situation semblait se stabilise a la demeure de Regent, je m’étais rapidement trompé. Tout d’abord , c’est avec scepticisme que je vis des hommes charger l’inconnue dans une sorte   de brancard mais ce dernier comporter de liens , était-ce là un traitement pour  une blessé de ce combat ? Non c n’était guère logique, ce n’était pas comme si c’était sa faute. J’hésitais un temps  puis je   m’n’enquérais de la situation , lorsque l’on m’expliqua qu’elle représentait peut être un risque je compris alors les mesures  prises  que ej trouvais auparavant extrême. La longue reconstruction e sable d’Or s’enclenchera avec pour mortier le sang de nos frères morts ce soir, un perspective sanglante mais réaliste, beaucoup d’entre nous  avaient passé l’arme a gauche ce soir , et ce pour  une raisons    qui nous ai tous chère , défendre l’intégrité de notre empire.   Tout à coup une  large détonation puis ils e mit à pleuvoir…du sang ? Qu’est ce que c’était encore que cette ville sorcellerie ?  

    - C’est quoi encore ce bordel !

    Lançais-je en sentait els première goutes sanguines harceler mon front , ce qui était sûre c’est qu’une fois rentrée je prendrais bien un bon bain d’eau chaude.   Cette détonation fut suivies d’éclair lumineux tandis qu’au loin dans la rue je pouvais voir les quelques Morts au contact de Zain   s’écrouler de nouveau ,   tous vaincue ,  , était-ils vraiment morts ?  Le nécromancien à l’origines de cette boucherie venaient-ils d’être défaits ?   Ou était-ce là une nouvelle ruse ?  
    De nouvelles instructions tombèrent. Il fallait rallier le port pour affronter l’enemis et donner le temps aux civils  de fuir , fuir cette ville de malheur.  Alors tandis que je me préparait pour livrer de nouveau bataille, cette pluies alourdissait l’air et l’odeur d’hémoglobine   emplissait mes narines d manière désagréables. Ce jour était un voyage pour le véritable Enfer.  Prenant mon courage a deux mains, malgré une fatigue bien présente, quittant la demeure, j’interceptais alors l’ancien homme sous le coup de la possession, entouré des cadavres des morts subitement tués par on en sait quels maléfices.

    - Je sais que ce n’étais pas votre faute ce que vous avez fait à al maison du régent, en outre, combattez  avec nous…Ne retenez pas vos coups , frapper comme à al demeure du régent , cette fois-ci , de votre plein grés mais sur nos ennemis. Et c’est ainsi que vous aurez un début de rédemption.

    Qu’il comprenne ou pas cela m’était égal mais s’il voulait il pouvait faire route avec moi jusqu’au port bien disposer à livrer   la suite de ce combat éreintant. En marche vers le port, j’enjambais parfois les morts.  La lance toujours en main, il fallait en finir. Quel dommage que les guerriers de mon père n’étaient pas là, leur présences rajouterait des effectifs aux défenseurs mais je doute qu’il pusse donner un tel ordre pour une ville qu’il ne connait pas et dont il n’a jamais foulé les pieds.  Je me dirigeais vers  le port bien disposer à defndre al ville corps et âme.

    résumé :
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 141
    crédits : 2706

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Lun 19 Juin - 16:23
    Dans un spectacle son et lumière partiellement gâché par l'averse et la nuit, Lardon, les Sablois, Serre-pourpre et Dévoreurs autour de lui assistait à l'élévation de la sphère qu'avait attaqué Alasker.
    Après un dernier retour de flamme vacillant l'orbe, tout disparu, impossible de savoir ce qu'il s'était passé d'aussi loin, mais les silhouettes, les très nombreuses silhouettes menaçantes des morts-vivants que les défenseurs pouvaient distingué à la limite de leur vision s'écroulaient soudainement comme des pantins à qui on venait de couper les fils.

    La victoire était-elle acquise ? Il n'y eu pas le temps de se poser la question, ni même de s'écrier de joie qu'une détonation étrange retentit à l'Ouest, depuis plus loin que les quais. Les maisons environnantes empêchaient de voir quoi que ce soit mais soudainement un des Serre-pourpre présent portait la main à son casque, comme s'il entendait quelque chose et dans le même temps, un civil s'écriait en pointant du doigt quelque chose dans le ciel à l'Est, du côté du marché.
    Cette chose, c'était une silhouette étrange mais surtout énorme puisqu'elle dépassait en hauteur la plupart des habitations. D'où il était, malgré la pluie, Lardon avait l'impression d'apercevoir des bras, ou alors des tentacules ? Impossible de savoir d'aussi loin. Peut-être un autre géant, ou un troll zombie comme ceux combattu plus tôt ?

    - Ordre à tous ! Aboyait l'officier des Serres. Rassemblement au marché pour combattre l'ennemi géant qui vient d'y apparaître ! La cible semble être la demeure du Régent, nous devons intercepter l'ennemi avant qu'il ne l'atteigne !

    Les soldats d'élites étaient les premiers à répondre à l'appel et se reformer, suivi par les miliciens et volontaires hésitants. L'information était encore en train d'être digérée, un ennemi géant ? Combattre les morts-vivants étaient déjà une épreuve en soit mais affronter quelque chose de plus grand sonnait comme un glas sinistre aux oreilles des moins chevronnés, surtout des civils.
    D'un coup d’œil aux Dévoreurs, l'hybride pouvait les voir se regrouper également, autour d'un grand Drakyn, mais il n'était pas assez proche pour les entendre. Peut-être était-ils en train de réfléchir à la manière d'aborder ces nouveaux ordres qui étaient différents de ceux donné par leur patron ? Lardon ne pouvait pas vraiment s'attarder sur la question qu'il était déjà prit dans le mouvement des troupes qui se dirigeait vers le marché.
    Les Serre-pourpres en formation serrée étaient difficiles à suivre à cause de la terre rendue collante par la pluie, eux par contre avançaient d'un pas rapide et sans hésitation comme s'ils connaissaient l'agencement de la ville comme leur poche. Après avoir dépassé la grande avenue, la silhouette se précisait, il n'avait pas des tentacules mais des bras armés de haches et des cornes, elle n'était pas aussi haute qu'un géant mais c'était bien suffisant pour dispenser des coups dévastateurs si l'envie lui en prenait. Pouvait-on seulement s'approcher d'elle sans être exterminé d'ailleurs ?

    Les élites se séparèrent en plus petits groupes d'assaut avant de se faufiler dans les ruelles, sûrement pour attaquer sur plusieurs fronts différents, puis un capitaine Sablois prit le temps de former également plusieurs groupes en se basant sur l'état apparent de chacun.
    Le cochon éclopé avec quelques autres personnes allaient se charger de faire évacuer les blessés plutôt que d'aller au contact. Ils ne savaient pas s'il restait d'autre menace en ville que l'étrange squelette géant mais il était à parier que la zone regorgerait certainement de nouvelles victimes d'ici peu et puisqu'il n'était pas capable de magie offensive, un travail de soutien et d'aide était plus approprié.
    Il était vrai que les pouvoirs du mage porcin, s'ils étaient efficaces pour affronter des ennemis à taille humaine, perdaient toute efficience contre des créatures géantes et massives, réduisant conséquemment leurs effets à la nuisance d'un insecte tout au plus.
    Lardon ne discutait pas les ordres, il était conscient de ses limites et n'était pas suicidaire non plus, et offrir une chance supplémentaire de survivre à des blessés était une tâche amplement suffisante pour lui, son état ne lui permettant pas d'aller batifoler au milieu du chaos d'une bataille avec un géant de toute façon.

    La petite troupe de cinq hommes, une femme et un Lardon diminué, tous jugés trop inaptes d'une manière ou d'une autre pour aller se battre, se tenait en retrait de la zone d'affrontement et du chemin qu'empruntait le colosse squelettique.
    La destruction des maisons du quartier leur donnait une vue assez dégagée sur la place et les ruines environnantes, ils pouvaient apercevoir les déplacements des petits groupes qui se rapprochaient du monstre par les flancs et l'arrière mais aussi de ceux qui le combattait déjà, notamment un certain mage toujours bien habillé mais désormais aussi sale qu'un souillon et son éternel ami vert aux « Waaargh » tonitruants qui harcelait l'ennemi depuis les airs, et sûrement d'autres que le cochon ne pouvait pas forcément distinguer à cause de l'averse.

    Il ne pouvait que leur souhaiter chance et réussite dans leur dantesque et mortelle dernière bataille.


    Résumé:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 368
    crédits : 674

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Lun 19 Juin - 18:25





    - Sable-d'Or -

    Le sang coulait à flot, des ruisseaux écarlates dévalaient les ruelles en direction du port, cette pluie surnaturelle donnant une teinte carmine à la baie. C'était une vision parfaitement apocalyptique à laquelle vint s'ajouter une puissante déflagration, une explosion digne des Titans eux-mêmes ! Et alors que tous les morts-vivants entourant Zaïn s'écroulèrent de manière synchrone, comme si la magie les animant s'était finalement estompée, il put voir l'apparition d'ennemis bien plus immenses et dévastateurs que la horde. Les deux créatures, visibles depuis la demeure du régent devant laquelle se tenait l'hybride étaient tout bonnement affreuses, surement les plus laides des choses qu'il ai vu en ce monde. Et elles se dirigeaient dans sa direction.

    Par chance, Zaïn commençait à reprendre ses esprits, les restes de violence incontrôlées demeurant dans son esprit commençaient à s'amoindrir. Il pouvait de nouveau réfléchir, embrasser pleinement l'étendue de la situation. Et bien qu'il était toujours un brin troublé, il pouvait bien se rendre compte de la menace imminente que représentaient les deux monstres avançant vers la demeure du régent. Sans plus tarder, il se mis en route vers Repentance, au dessus de la baie. Dans son dos, il perçu une voix qu'il avait déjà entendu alors qu'il était sur les remparts au tout début de cette nuit d'enfer. C'était cette Astryd, elle qu'il avait tenté de réduire en miettes sous l'influence de Violence, sans y parvenir.

    - Tiens c'est pas toi qui es responsable de l'explosion des remparts ? Dans ce cas, tu auras plus de soucis à te faire que moi après la bataille. Répliqua-t-il d'un ton qui charriait des glaçons.

    Toutefois, si la soldate eue envie d'ajouter quoique ce soit, elle n'en eu pas le temps. Un clocher en flammes, dont les fondations finirent par se rompre sous l'assaut de l'incendie, chuta tout près d'eux dans la boue de la rue, projetant du sang et de la terre mouillée en tout sens. Ils n'avaient pas trop à s'en faire pour les différents incendies, tant la plie sanguine en viendrait en bout d'elle-même. Cependant, juste avant que Zaïn ne se remette en route pour descendre vers le port, une éclat doré attira son regard dans les débris de la tour effondrée. Une cloche. Une très grosse cloche.

    Son récent combat contre Praelia lui avait prouvée que la meilleure méthode de vaincre une ennemi plus grand que lui était de s'armer d'un projectile capable de broyer son adversaire. Sans hésiter, tous les muscles du pugiliste se contractèrent, agrippant d'une prise solide la cloche avoisinant une tonne peut-être. L'alliage de cuivre et d'étain se plia sous la prise du guerrier, mais sans se briser. Il put de la sorte soulever la cloche au dessus de sa tête. Il exerça alors un mouvement qu'il avait perfectionné avec les âges, qui était le lancer de poids, consistant à tournoyer sur soi-même pour mieux projeter à une vitesse et une distance prodigieuse une projectile. Tout à l'heure face à Praelia il n'avait une prise suffisamment bonne pour tournoyer de la sorte, mais là, il pouvait atteindre Repentance même de là où il était.

    Soudain, il lâcha la cloche qui vola en direction de la créature qui constituait une cible suffisamment grande pour être facilement visée.

    S'il touchait, le monstre serait sonné... Badum-Tssss !


    Résumé :



    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 19 Juin - 19:00
    Elle ouvrit les yeux. Tiens, quand les avait-elle fermés ? Elle avait dû perdre connaissance. Que s'était-il passé, entre-temps ? Et... Où était-elle ? Elle avait bougé, ça, c'était certain. Et... Nefih ! Où était Nefih ?! Combien de temps exactement avait-elle été inconsciente ? Ce n'était pas possible, elle était censée travailler... D'ailleurs, Tagar ! Comment se portait-il ? S'il lui était arrivé quelque chose, elle ne pourrait pas se pardonner. Et Zaïn ? Hum... Zaïn... Il aurait des comptes à lui rendre une fois tout cela terminé, c'était certain.

    Mais ce n'était pas en restant ainsi immobile qu'elle pourrait s'enquérir de l'état de ceux qui comptaient pour elle ni, ce dont elle aurait besoin de manière plus probable, les venger. Lorsqu'elle se releva, la douleur la fit grimacer. Mais ce n'était pas le moment de s'apesantir sur son propre sort. Elle en était certaine, il y avait plus d'une personne, là-dehors, qui serait bien plus légitime pour râler qu'elle. Et elle devait veiller sur les deux hommes. D'un côté, c'était son devoir, de l'autre, son instinct. Mais les deux étaient aussi puissants l'un que l'autre en elle. Et ils n'avaient pas besoin de s'affronter. Elle s'était promis de veiller sur les deux, et elle le ferait. Zaïn risquait de s'être attiré la fureur de ses alliés, quant à Tagar... Elle n'en savait rien, cela faisait trop longtemps qu'elle ne l'avait pas vu. Les deux cas lui semblaient graves.

    Enfin, déjà, il fallait sortir de là... Encore une fois, ses ailes lui furent d'un grand secours. Il fallait parer au plus urgent... Quoi que... Même en proie à des humains assoiffés de vengeance, il avait les moyens de se défendre. Et elle DEVAIT savoir ce qu'il était advenu de Tagar. C'est donc lui qu'elle irait voir en premier. Seulement... Où se trouvait-il ? Elle n'en savait strictement rien.

    Mais elle ne pouvait pas non plus rester sans rien faire pour autant. Et ce fut à ce moment qu'elle les remarqua. Ces créatures titanesques... Qu'est-ce que c'était, encore ? Enfin, dans tous les cas, elle devait faire quelque chose. Alors, elle prit son envol et s'approcha, bien décidée à faire diversion. Le but ? Distraire la créature la plus proche pour permettre à ses alliés de l'attaquer plus facilement... Et esquiver leurs projectiles, comme cette... Quoi ? Une cloche ??? Décidemment, elle avait dû tomber sur la tête, plus tôt...

    Résumé :

    Pouvoirs utilisés :
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Kahl
    Kahl
    Messages : 164
    crédits : 3141

    Info personnage
    Race: Oni
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t930-kahl-l-ogre-du-blizzard-termine
  • Lun 19 Juin - 19:22
    Une goutte, puis une autre. Kahl porta à son épaule un regard incrédule et distingua la teinte singulière de ce liquide qui, définitivement, n'avait rien de naturel. Comme partout désormais à Sable-D'Or, c'était la réalité elle-même qui semblait se distordre toute entière au passage de ce voile de noirceur. Après l'image et les sensations vint l'odeur, atroce et poignante, mais celle-ci se noyait déjà dans les remugles affreux des dépouilles décomposées qui maculaient le sol du champ de bataille titanesque.

    Le colosse tourna la tête et aperçut l'immense tour de chair putride qui s'avançait, impérieuse et impitoyable, détruisant sur son passage l'entièreté des bâtisses lui faisant l'affront de se tenir trop droites à son goût. Hébété par ce spectacle somptueux de pure annihilation, le géant azuré porta une main à son masque rouge et vint s'en séparer, accueillant avec une humilité surprenante cette manifestation impensable d'un pouvoir allant bien au delà de ce que l'Homme espérait impossible en cette époque de fébrile restructuration d'un monde en ruines. Grâce à ces flammes toujours croissantes qui dévoraient Sable-D'Or, Kahl apercevait enfin la silhouette illustre de cet ennemi qui s'apprêtait à balayer son ennui d'un revers de sa hache démesuré. Illisibles, les visages fusionnés de la bête ignobles fixaient l'horizon mais Kahl, dans sa folie la plus absolue, se sentit directement fixé par ces orbites creux qui paraissaient l'appeler. Bredouillant et les yeux grands ouverts, il siffla entre ses crocs :

    "Ca... marche, ma grande."

    La voix d'Oyun lui était à peine parvenue, du fait de cette fascination morbide pour ce qui n'aurait jamais dû fouler la terre ferme de ses pattes corruptrices. Après ce long moment de calme étrange, il se mit à rire frénétiquement. Surexcité par cette perspective, il trépigna un moment puis se prépara à faire face. L'Ogre sangla son masque fétiche à sa ceinture, cogna ses pectoraux comme un colosse simien rendu sauvage et fonça tête baissée sur l'adversaire, traversant les ruelles tout en piétinant sans retenue les restes des zombies déchus qui, de toute manière, n'avaient représenté pour lui jusqu'à présent une nuisance hostile dénuée d'intérêt. Tel un cultiste obsédé par la vue d'une divinité offerte à sa vue, l'oni se mouvait à la recherche de cet affrontement si alléchant qu'il visualisait déjà, grisé par la splendeur de la bête effroyable.

    "Les cieux sont si cléments avec moi !"

    Désormais à moins d'une quarantaine de mètres de sa cible, Kahl était aux anges. Complètement galvanisé par cette irrépressible envie de répondre à la destruction par la destruction, il laissa la magie jaillir en un flot brutal dans tout son organisme. Sa gueule géante s'ouvrit et il poussa un hurlement rageur, tête levée vers le ciel empourpré. Ses muscles se contractèrent, sa crinière immaculée se hérissa sur toute sa longueur et même ses veines se mirent à pulser tandis que les arcanes faisaient leur office. Tout en mugissant comme un véritable ogre, Il bondit vers un énorme morceau de toiture que de précédents affrontements avait balayé puis il empoigna la pierre à pleines griffes, la bave aux lèvres. Une seconde pulsation eut lieu et les yeux injectés de sang de Kahl manquèrent de se révulser lorsqu'il perçut enfin le poids réel du bâtiment en ruine.

    Dans un grondement de gravas malmenés, la structure énorme de pierre ancienne et de bois détruit passa lentement au dessus des épaules du géant cornu. Riant aux éclats tel un dément, fier qu'il était de sa propre performance, il éleva à bras tendus son projectile improvisé et l'envoya droit sur le goliath de chair putride. Dans un grave bruissement de vent écarté par la puissance du lancer, la toiture partit en trajectoire courbe en direction de sa cible et Kahl, exalté comme jamais, se gaussa de plus belle entre deux inspirations difficiles, mains sur les hanches :

    "Qu'est-ce que tu dis de ça, ma belle ?"

    RESUME:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Alasker Crudelis
    Alasker Crudelis
    Messages : 158
    crédits : 1889

    Info personnage
    Race: Loup-Garou
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t889-alasker-crudelis-iratus-termine
  • Lun 19 Juin - 21:00
    Contrairement à certains de ses plus solides dévoreurs, Alasker ne pouvait prétendre avoir déjà reçu un coup de la part d’un géant rageur, quand bien même il était tout à fait persuadé que ce qu’il venait de subir le rapprochait dangereusement de l’expérience évoquée. L’anomalie, cette grotesque bulle à la fois noire et translucide, lui avait renvoyé son propre coup avec une telle violence que le fer de la salvatrice s’était rompu à de multiples endroits, détruisant l’engin de mort comme si celle-ci n’avait été qu’un jouet d’enfant. La riposte, non-contente de le désarmer brutalement, l’avait ensuite projeté en arrière, tel un boulet de canon de vaisseau républicain, et l’armure d’airain -au contact de la pierre des murs traversés- s’était en grande partie sacrifiée pour permettre à son porteur de vivre un jour de plus.
    Les restes d'une armure brisée, enfoncé dans la chair de son dos et sa Salvatrice détruite, Alasker s'extirpa d'un monticule de débris en hurlant sa rage et sa douleur. Rampant à moitié au milieu des détritus, saignant d'une demi-douzaines de plaies sans importance, le géant d'airain découvrit, au clair de la lune sanguine, une abomination qui n'aurait jamais dû exister, profiter de ses premières minutes en ce monde pour détruire tout ce qui se trouvait autour d'elle. C'était une sorte de gargantuesque brute, à demi-squelettique, dominant de deux à trois têtes les modestes bâtisses ayant jusqu'alors échappé à sa folie meurtrière.
    Figé dans une profonde et morbide admiration face à cet étrange avatar de la mort, Iratus demeura bouche-bée le temps d'innombrables battements de cœur. Il avait déjà tué des proies plus grosses ou plus grandes. Seedra, Ombragon et ogres pouvaient tous prétendre à ce titre…Mais aucun des êtres primitifs précédemment mentionnés n’avaient jamais su menacer la grandeur d’un territoire reikois.
    Cette chose, elle, y parvenait avec brio.
    L’airain d’une armure brisée se mit à grincer sous la pression de plus en plus forte des muscles de son porteur. Calmement, la brute décrocha de sa ceinture une fiole au liquide bleuâtre et déversa l’intégralité de son contenu, directement dans son gosier. Ensuite, de la gueule béante, débordant de sang et de bave, une joyeuse et sauvage déclaration filtra :
    “-Celui-ci est à …Nous.” S’exclamèrent le loup et l’homme se partageant le corps de l’entité jadis connue sous le nom d’Iratus.

    Rassemblés sous la pluie d’une place ravagée, les Dévoreurs piétinaient dans la boue, incapable de se décider. Les plus mesurés souhaitaient de tout cœur rejoindre le marché, pour intercepter l’Ennemi. D’autres souhaitaient aller à la recherche d’Alasker, qui aurait déjà dû être sur les talons de la créature, vu son dernier emplacement connu. Les plus sentimentaux, quant à eux, imaginaient déjà leur chef mort ou gravement blessés et leurs craintes avaient finie par déteindre sur Sanguin, qui geignait pitoyablement à la simple idée d’imaginer son chef vaincu.
    “-Les ordres sont les ordres.” Affirma Gorog. “Alasker les suivrait à la lettre, à notre place.
    -Alasker n’a jamais suivi quoique ce soit à la lettre.” Riposta Kirk, qui se trouvait dans le camp des sauveteurs uniquement parce que Gorog n’y était pas. “On respire tous encore grâce à lui. On devrait aller le tirer de là.
    Nahr grogna, agacé par le stratagème évident de l’autre Drakyn, alors même que quelques berserkers allaient se ranger derrière lui. Par défi, il poussa en arrière Kirk, qui recula d’un pas pour immédiatement braquer sa lame sur ce nouveau potentiel adversaire.
    “-Tu es fou si tu crois pouvoir survivre à un duel avec moi hors du cercle, sans-corne."
    Le lieutenant à peau verte du groupe soupira alors que son esprit usé par une nuit de combat s’efforçait de trouver un nouveau moyen de désamorcer la situation. Gatlig ricana. Sanguin se mit à siffler, sans que personne ne sache pourquoi.

    Puis ils l’entendirent. Comme tout le monde, en réalité, puisque ça n’avait rien d’un son discret. Un hurlement, inhumain, bestial, incommensurablement puissant. Chacun d’eux pouvait se targuer de le reconnaître, ce cri, puisqu’il appartenait à la créature la plus retorse et violente des Dévoreurs. C’était à la fois la plus belle des plaintes et la plus sinistre déclaration de guerre. La clameur signature d’une bête acculée ou d’un prédateur enragé.
    L’appel du loup. De la chasse.
    L’appel d’Iratus.
    Alors, les berserkers se mirent à sourire.
    Et sans plus attendre, la troupe ignora les ordres en se dirigeant -au pas de course- non pas en direction du marché servant de point de rendez-vous…Mais directement vers Miséricorde et ses gigantesques haches.

    ”résumé”:


    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 16 V2j7YdS
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 524
    crédits : 2741

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1731-comites-aeterni-liens-de-deydreushttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Lun 19 Juin - 22:51

    "And now... the darkness holds dominion – black as death."

    Deux entités gigantesques. Une pluie de sang. Des larmes. Des cris. Des morts. La ruine.

    Sable-d'Or était devenu un avant-gout de l'apocalypse. Les cadavres entremêlés de la horde et des défenseurs s'étendaient tels des tapis morbides pour les vivants qui continuaient d'avancer vers ce qui représentait à présent leur plus grande menace. Miséricorde et Repentance étaient là, dominant la ville de leurs corps déformés. Les entités étaient là pour détruire tout espoir restant. Toute volonté. Le balai mortel qui liait les reikois et la horde s'était achevé brutalement. A présent, il s'agissait de stopper une raz de marée déferlant sur ce qui restait de la cité portuaire.

    Les forces de l'Empire allaient-elles l'emporter?



    GROUPE MISERICORDE:  @Brak'Trarg  @Tagar Reys  @Lardon   @Alasker Crudelis  @Broken Goat  @Afosios Smaragdi  @Oyun  @Kahl  
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 16 UFBo08L

    Dérisoire. Pitoyable. Ingénieux? Ridicules. Défié.

    Subissant les différents assauts qu'on lui lançait, Miséricorde restait stoïque. Les marteaux de Brak venaient frapper ses bras, tandis que le projectile de Tagar siffla dans l'air pour venir s'écraser contre sa poitrine, fauchant quelques uns des ornements de l'entité. La frappe d'Oyun fit également mouche, s'enfonçant dans la chaire renforcée de la créature qui ne daigna même pas réagir, acceptant l'assaut. Quelques soldats arrivèrent à son niveau, frappant ses jambes avec férocité, tentant de traverser son derme et de sectionner quoique ce soit. Puis ce qu'il restait d'une maison vint s'écraser violemment contre la face de la bête. Un bruit sourd, projetant rocailles, bois et poussière sur toute la zone. Un nuage épais. Brumeux. Enténébrant. Puis le tonnerre gronda dans tout le quartier.

    - Amusant.

    Le gentil monmonstre, volant à quelques pieds du sol et observant la surface ensablé qu'était le nuage de poussière, fut le premier à le voir. Même s'il ne put réagir. Dans un sifflement affreux, l'une des deux gigantesques hachettes fendit l'air et le nuage qui englobait l'entité. Levant son arme en réponse, le garde royal ne put que subir l'assaut violent de son adversaire qui lui imposa plus le plat de l'arme qu'autre chose. Propulsé comme un boulet de canon, le géant vers s'écrasa dans un tumulte contre plusieurs bâtiments. Dans son corps, le gladiateur entendit ses muscles crier de douleur et quelques os craquer. Une grande gerbe de sang quitta ses lèvres tandis qu'il se relevait péniblement, son armure se trouvant fortement endommagée par l'impact reçu. D'ailleurs, de longs filets de sang glissaient au niveau des différentes parties brisées et les hématomes présents témoignaient de la violence de la frappe. Toussotant, le monstre devait à présent se ressaisir et repartir à l'assaut, même s'il constatait avec rage que ses ailes ne semblaient pas vouloir fonctionner convenablement.

    Dans un rire inhumain, le monstre impie tourna son gigantesque corps avant de bondir subitement, s'élevant à plusieurs mètres de hauteurs, laissant un cratère derrière lui qui entraina la chute -et la mort pour certains- des soldats étant parvenus au corps à corps. Suivant la créature du regard, les différents guerriers en présence observèrent l'entité retomber près de Kahl qui se trouvait là, toujours subjugué par la créature. Si l'aterrissage de cette dernière força l'Oni à esquiver l'impact, il ne put esquiver la frappe qui suivait. Ou plutôt la main qui venait de le saisir. Comme en réponse à la provocation, Miséricorde venait d'attraper avec l'une de ses mains libres le guerrier vermillon pour le traîner violemment contre le sol sur quelques mètres. Tout du long, l'horreur gigantesque avait laissé échapper un rire dément, éthéré, témoin de sa furie et de sa folie. Quand il estima la leçon suffisante, la créature laissa le corps du géant tout bleu voler et s'écraser contre les ruines les plus proches. Pour Kahl, la douleur était intense, décuplée par sa malediction et ses blessures déjà présentes. Du sang sortait de son corps en plusieurs endroits et si l'oni respirait encore, c'est parcequ'il était parvenu à geler le sol sur lequel on l'avait trainé, évitant ainsi de se faire trancher par les débris et les pierres. Seulement, son corps subissait encore l'assaut qu'il avait reçu et l'ancien fugitif républicain sentait clairement les os de son corps qui étaient brisés, tout comme les hémorragies qui laissait son sang s'échapper. D'ailleurs, la brute azurée gela une plaie plus béante que les autres, limitant la perte de sang à un degré "acceptable" pour le dévoreur. Mais... paradoxalement, il n'y avait aucune peur. Peut-être était-ce là pour lui le plus beau des débuts de combat? Après tout, la créature avait réagit à ses efforts. Et elle s'était même permis de venir lui offrir un traitement spécial.

    Se détournant de sa petite distraction, Miséricorde porta alors de nouveau son regard vers la demeure, sa tâche revenant à ses pensées.

    Pour ceux qui ne s'étaient pas encore lancé au combat, ou qui se chargeait de la protection des civils, les choses étaient irréels. Certains sentaient en eux une étrange rage bouillir, comme une volonté surnaturelle de se jeter au combat. De s'élancer sur cette chose afin de la terrasser. Ce n'était pas une rage naturelle. Pas un sentiment natif. Mais comme... Une aura les forçant à agir. D'ailleurs, au niveau des civils, plusieurs miliciens présents se courbèrent tout en saisissant leur crâne. Dans leurs yeux, une colère étrangère venait de s'installer. Le vide spatial s'était installé dans leurs iris et, se tournant vers leurs alliés et ceux qu'ils devaient protéger... Ils lancèrent leurs assauts.

    Miséricorde riait.

    Objectif:
    - Abattre Misericorde: 0/1
    - Protéger les civils: 0/1
    - Survivre: 8/8

    État de santé de Lardon: Très blessé - bras tranché État de santé de Broken: Légèrement blessé (mental renforcé) // État de santé d’Afosios: Légèrement blessé (mental toujours "stable") / Etat de santé de Brak: Blessé / Etat de santé de Kahl: Grièvement blessé

    GROUPE REPENTANCE: @Shaina Solare  @Kaelinn  @Zéphyr Zoldyck  @Shan'ael Lipswyrm  @Kilanna Launi  @Zaïn Tevon-Duncan  @Le Porte-Mort  @Astryd Isdotyr
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 16 MnXUqzS

    Le plaisir de voir souffrir des êtres pitoyables. La joie de le satisfaire. L'excitation de cette pluie vermillon et de l'aperçu de leurs tristes efforts. Une énergie nouvelle, forçant l'entité à se mouvoir doucement. Impérieuse et menaçante. Insensible à l'inquiétude. Un orgueil démesuré. Témoin d'une assurance sans pareille, ou d'une folie certaine?

    Les vivants s'organisaient tous pour tenter de lutter contre cette nouvelle force. Contre le monstre qui s'avançait au niveau du port. L'eau fut gelée, créant un "pont" temporaire pour les différents guerriers assez rapides pour l'exploiter. Puis les membres supérieurs furent à leur tour prit dans une fine couche de glace, permettant à quelques individus de grimper avant de subir une gerbe de lave qui vint provoquer une détonation due au choc thermique. Puis vinrent les lames. Et la cloche. Et la distraction d'une figure aussi grande qu'un moustique pour l'entité une fois mise à l'échelle.

    Les actions s'étaient enchainées proprement, chacun oeuvrant pour faciliter les actions des autres pour directement infliger des dégâts à la créature. Pourtant, toutes n'eurent pas nécessairement l'effet escompté. Le choc thermique, tout d'abord, endommagea légèrement la peau des membres de la créature tout comme le coup de sabre de Zéphyr, sans réellement infliger de dégâts profonds. Semblable à de la chitine, l'étrange épiderme résista à cette première tentative. Des dégâts avaient été faits, mais pas assez profondément pour handicaper la bête. Commençant sa contre-offensive, cette dernière réceptionna en plein thorax la cloche projeté par Zaïn. Dans un "gong" retentissant, l'acier se brisa en une multitude de morceaux qui furent projetés un peu partout, brisant au passage la glace se trouvant sur l'eau. Un hurlement strident résonna alors que Repentance titubait légèrement, visiblement plus atteinte par la projection que par les coups précédemment reçus. De son abdomen, un liquide noirâtre et particulièrement visqueux commença à s'écouler d'une plaie béante. Pour Shan'ael et Zéphyr, posés contre l'épaule de la créature, l'intérieur de cette dernière était révélateur de quelque chose. Si des organes étaient bien présents, ces derniers n'étaient ni à leur place, ni à un nombre classique. Pour peu, les deux hommes apercurent deux coeurs, si ce n'est plus.

    Malheureusement, leur observation fut de courte durée. Dans un geste violent, Repentance fit voler ses faucilles autour d'elle, créant une gigantesque bourrasque qui propulsa le maître espion, l'elfe, kilanna et Boréas - ainsi que l'élémentaire dans ses serres - à plusieurs mètres autour d'elle. Puis les bras contre se corps s'étirèrent brusquement, attrapant tous les moucherons qui avaient oser se coller à elle. Sa poigne était ferme, féroce. Et bientôt, elle fut destructrice. Secouant les malheureux attrapés, l'entité jeta purement et simplement Zéphyr en direction de la terre comme s'il s'agissait de déchets inutiles. Shan, lui, eut bien moins de chance puisqu'il fut projeté directement contre l'eau. Pour Boréas, Kilanna et la rouquine l'accompagnant, ils furent projetés également dans les airs, comme si l'entité jouait avec eux. A peine Repentance eut elle achevé son jet, qu'elle balaya de nouveau ses faucilles, cette fois en direction d'un groupe de pauvres miliciens venus aider. Dans un nuage rouge, ces derniers quittèrent ce monde pour ne laisser que tâches écarlates et restes écrasés.  

    - Misérables insectes. Hors de mon chemin.

    Dans l'eau, Shan'ael coulait doucement. Le choc avait été terrible. Abrutissant. Sa vision était troublée. Peut-être à cause de l'épaisseur aqueuse, du sang, et des débris flottant. Ou bien était-ce à cause de son propre état. Le noir l'entourait. Il sombrait. Encore. Et encore. Puis il rouvrit les yeux, animé par une colère vengeresse. Battant des bras, l'elfe remonta à la surface à une vitesse folle, ignorant temporairement l'extrême douleur qui le traversait. La créature avait continué d'avancer, et se trouvait à présent sur la terre ferme, contre le sillon qu'elle avait elle même creusé. D'ailleurs, ce dernier semblait plus grand, plus étendu. Rejoignant la berge, le guerrier vagabond fut aidé par quelques soldats hébétés qui lui firent poser pied à terre. Il faisait peine à voir. De multiples hématomes sur le corps, probablement quelques os cassés, des dommages internes. Mais il tenait bon. Et, au loin, un éclair sanguin qui brillait près de la créature.

    Zéphyr traversa plusieurs batisses. Emportant avec lui draps, linges et autres débris de meubles brisés par son propre corps. Tout comme le demi elfe, le maître espion perdit temporairement conscience. Il sentit son corps se déchirer et se briser, alors que la mort venait caresser sa joue telle une amante dévouée. Mais... Les reikois étaient résilients. Rouvrant les yeux à son tour, le bretteur toussota, tandis que sa vision troublait révélait la Griffe et quelques uns de ses hommes qui étaient venus le sortir des décombres. Le vampire se tenait droit, son armure brisée en quelques endroits tandis que ses ailes membranées se voyaient trouées ici et là. Le corps du maître espion était également en mauvais état. Une large plaie glissait le long de son ventre, révélée par un pieu en bois qui s'était installé de part en part. Son torse lui faisait mal, probablement à cause de quelques côtes brisées. Se penchant sur lui, le Dunark drakyn lui fit croquer un morceau de bois, avant de tirer brusquement sur le pieu, le retirant du corps du maître espion. Puis, il appliqua un onguent, stoppant l'hémorragie. Pour le reste, la Griffe aida son homologue à se relever péniblement, et pointa la créature d'une de ses lames, tandis que ses ailes frémissaient de rage.

    - Je vais me lancer à mon tour sur lui. J'ai ordonné à nos hommes d'évacuer les civils en passant par le sud, afin d'éviter de croiser cette... Chose. Il va nous falloir collaborer pour la faire tomber, et éviter son espèce de balayage. Désolé de ne pas être arrivé plus tôt. Je vais faire amende honorable et détourner son attention en le harcelant, cela devrait vous laisser à tous le temps nécessaire pour frapper fort. La bête est blessée, abattons-la.

    Puis, la Griffe s'élança, claquant dans l'air à une vitesse folle, se jetant dans l'arène. Pour Boréas et l'élémentaire de lave, la chance avait été avec eux. projetés comme le reste, le phoenix eut le temps de se stabiliser juste avant de frapper le sol, ce qui ne causa chez les deux individus que quelques égratinures et hématomes désagréables, mais rien d'handicapant. Même si les ailes de la créature commençaient à s'alourdir par la fatigue et l'épaisseur écarlate. Kilanna, quant à elle, eut la même chance. Roulant sur le sol sableux et humidifié par le sang, l'hybride se redressa pour voir l'horreur passer devant eux. Le combat continuait. Et le temps jouait contre tous.

    Du côté de la demeure du Régent, et des civils, les ordres de la Griffe furent appliqués. Un convoi se forma et commença à quitter les lieux, lentement et aussi ordonné que possible. Malheureusement, la panique mêlée à l'horreur de la créature avançant n'aidait pas. Pour les guerriers présents, l'envie de prêter assistance était forte. Tandis que, pour d'autres, l'envie de fuir était tout aussi grande.

    Objectif:
    - Abattre Repentance: 0/1
    - Protéger les civils: 0/1
    - Survivre: 8/8

    État de santé Zéphyr: Grièvement blessé / État de santé d’Astryd: Blessée / État de santé de Zaïn: Stabilisé / État de santé de Kilanna: Très blessée / Etat de santé de Shan: Grièvement blessé

    Résumé à lire - UPDATE DE LA CARTE:


    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 16 Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 19 Juin - 23:46
    Tout avait été très rapide. L'attaque était de base assez stupide, mais ils n'avaient pas eu énormément de solutions pour parvenir a atteindre la créature. Il n'avait aucune espérance pour que ses flèches fassent de vrais dégâts a distance, sans être au minimum en face des différents cœurs qu'il avait eu. Il allait falloir faire plusieurs attaques sans s’arrêter pour abattre toute les réserves de vie de la bête.  C’était une chasse, et c’était sa spécialité.

    C’était globalement ce qu'il aurait pensé si il ne s’était pas fait attrapé comme un bleu (a cause d'un très mauvais jet de dés mais c'est un détail.). Il avait aussitôt contracté ses muscles et accéléré sa production de mana, sa peau durcissant a vu d'eau. Envoyé comme un ballot de paille, il avait fendu l'air, en suivant par réflexe la chute de son camarade d'infortune. Le choc contre l'eau fut sec, dur, lui donnant l'impression d'avoir le corps littéralement brisé par l'impact. Mais a aucun moment il ne perdit son sang froid.

    Il avait vu pire en terme de blessures et d'impact. La fois ou un griffon lui avait déchiqueté le dos, par exemple. En terme de douleur et d'incapacité, c’était autrement plus douloureux. Mais il n'aurait pas de seconde chance, il le savait. Surtout, il n'etait pas face a un griffon. Si il avait vu pire en terme de blessures, question adversaire, c’était une première. Il ne pourrait pas s'en sortir seul.

    Il jaillit de l'eau en relâchant légèrement la pression musculaire qu'il s’était infligé, et doubla sa production de mana pour lancer la régénération se mettre en place en continu. Les échymoses et muscles lésés, c'etait une rigolade. Pour les os brisés, ca allait être plus long. Il n'avait pas de vraie hémorragie, et c’était une victoire en soi.

    - Je vais bien, concentrez vous !

    Il avait dit ça d'une voix rauque envers les soldats l'aidant rapidement. Le voir ainsi projeté n'avait pas du les mettre en confiance, mais d'un autre coté, ca avait sans doute augmenter sa cote de confiance avec tout ceux qui l'avait vu. Il avait eu le courage de grimper. Et peut être même, a force de passer de zone en zone dans la ville, que certain l'avait reconnu.

    Il resta un genou a terre, reprenant son souffle en analysant la créature si loin et pourtant si proche. Elle semblait plus gigantesque encore. Plus question de grimper dans son état. Si il pouvait...Aller et repartir, avec une aide. Pour au moins supprimer un des organes qu'il avait vu brièvement. Mais il fallait estimer l'emplacement exacte des cœurs pour qu'il soit sur d’où frapper. Une fois...peut être deux. Mais pas comme ça.

    Il se dirigea droit vers Zephyr, pour s'enquérir de son état. L'autre etait plus mal en point que lui dans la mesure ou Shan avait déjà commencé a se soigner. Il n'avait pas de quoi le faire entièrement. Rowena aurait pu le remettre sur pied en deux temps trois mouvements, au moins pour le combat. Il ferait avec.

    - Sire, vous etes en vie.

    Il reposa un genou a terre a coté de lui, pour garder ses forces. En vei etait un bien grand mot, dans la mesure ou il semblait en bien plus mauvais etat que lui meme. Mais il n'avait pas le temps de s'enquérir de son sort. Il avait l'air d'etre un chef ici. Il devait au moins donner les ordres adequat a son stratageme. Il avait raté le passage de la griffe de peu, et l'avait vu partir au loin sans avoir la moindre idée de qui cela pouvait bien etre. Il s'en moquait, ca lui gagnait du temps.

    - Vous avez vu comme moi, n'est ce pas ? Les organes de cette créature. Elle a, visiblement, plusieurs organes vitales qu'il serait pratique de frapper.

    Il s'essuya le front et le visage de la sueur et du sang qui le composait. Ils n'avaient plus beaucoup de temps. Les organes, le corps, ca le connaissait, en tant que chasseur. Mais sur un monstre pareil, ca n'avait rien a voir. Il se retourna et lança a la cantonade:

    - Quelqu'un a t'il de quoi m'aider a me soigner un minimum ?

    Puis de nouveau vers Zephyr, le souffle un peu court, chose rare chez lui qui semblait ne jamais manquer d'énergie:

    - J'ai quelque chose. Un dernier truc que je peux tenter. Mais je n'aurait pas le luxe de chercher ce que je dois frapper. Quelqu'un, vous ou un autre, devez me donner l'exacte emplacement du cœur ou de quoi que ce soit qui puisse au minimum la fragiliser.

    Il redressa le regard vers Zephyr, parlant autant pour lui que pour les soldats autour d'eux qui attendaient un tout petit peu de réconfort devant la mort iminente.

    - Si vous me trouvez et donnez cette information, je vous jure que je percerais l'organe sans faillir.

    Action:

    Pouvoir utilisé:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum