DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 17 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    Temple des Secrets | Savoir & SiameAujourd'hui à 3:18Savoir
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesAujourd'hui à 2:25Rachelle Virsce
    [PA] Les Gorges d'Ildrekyhr.Aujourd'hui à 1:01Falconi Genova
    Fissurer le marbre [Siame - Rêve]Aujourd'hui à 0:41Siame
    La névrosée fuyant sa chimère | KassandraHier à 22:17Meradev Vigelfrost
    Rp's de Tulkas [Reike]Hier à 22:15PNJ
    Validation RP DimitriHier à 22:10Dimitri Chagry
    Un air familier [Genryusai]Hier à 21:50Neera Storm
    +8
    Savoir
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zéphyr Zoldyck
    Kahl
    Alasker Crudelis
    Lardon
    Deydreus Fictilem
    PNJ
    12 participants
    Aller en bas
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Afosios Smaragdi
    Afosios Smaragdi
    Messages : 54
    crédits : 1692

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t340-afosios-smaragdi-l-emeraude-du-dragon-dc-koraki-exousia
  • Mar 20 Juin - 0:18
    image rp

    Message 11

    Sis sur le toit de la plus haute demeure qu'il put trouvé dans le quartier nord, c'est dans une colère effrayée qu'Afosios observait les silhouettes malingres de Miséricorde et Repentance apparaitre et prélever leurs dimes de sang parmi les rues de Sable d'Or. Quel péché avait dont put commettre le peuple du Reike pour se voir infliger tel châtiment ? Plus la nuit avançait, plus la réalité semblait s'égarer pour titiller de trop près la folie qui suivait d'ordinaire les guerres titaniques. Les réminiscences des effroyables combats qu'avaient mené l'Empire contre les Titans à Shoumeï revinrent distiller leur poison dans l'esprit de l'Arlequin. Il devait se l'avouer, quand bien même il ne l'avouerait jamais, lui aussi avait grandement souffert durant le précédent conflit. Si son corps en était ressortie aussi parfait qu'à l'accoutumé, sa psyché avait payé le même prix que tout les guerriers qui y avaient participés.

    Et ce soir, Sable d'Or prenait douloureusement l'apparence de Maël.

    De son perchoir, il put observer Kahl et Brak n'être rien de plus qu'une vague gêne pour ses créatures antédiluviennes, être propulsés contre les batîments dans un terrible fracas et être broyés entre leurs immenses mains rachitiques. Portant son regard de l'autre côté, ce ne fut que pour voir Zéphyr subir peu ou proue le même sort. Si même eux n'étaient de taille, alors que pouvaient bien faire l'Empire ? La seule solution serait une intervention directe de ses divins souverains. Or, pour l'heure, ils n'étaient pas là. Etait-il possible de gagner du temps en espérant vaguement leur intervention providentielle ? Même avec toute sa foi, Afosios ne le croyait pas.

    Tout ce qui lui restait à faire était de serrer les poings en regardant ses monstres commencer à se diriger vers la Maison du Gouverneur.

    D'ailleurs ... Où était-il ? Depuis le début de cette bataille, personne ne l'avait vu, ni ne c'était enquis de son absence. Une goutte froide vint chatouiller la nuque de l'Arlequin lorsque se dernier commença à envisager ce que son cœur ne pouvait concevoir. Quelque chose n'allait pas. Outre le fait que Sable d'Or semblait être devenue un vortex où les créatures eldritchiennes prospéraient, son dirigeant n'avait donné aucun signe de vie alors même que la plupart des habitants dont il avait la charge c'étaient réfugiés chez lui. C'était-il muré chez lui, à attendre que la tempête passe ?

    Fronçant les sourcils, il commença à se poser les questions dont il savait parfaitement que les réponses ne lui plairaient pas, tandis qu' apparaissait dans son esprit un cheminement d'évènement de plus en plus suspects.

    Pourquoi Repentance et Miséricorde se dirigeaient-ils vers sa demeure ?

    Pourquoi l'assaut initial c'était-il porté sur le Nord et le Port, à l'opposé de la dites résidence?

    Pourquoi tout ces combats donnaient-ils l'impression de n'avoir cherchés qu'à en éloigner les combattants ?

    Et si ... Et si cela était bel et bien le cas ? Se pouvait-il que le gouverneur de Sable d'Or se soit dissimulé aux yeux de tous pour ne mieux se dissimuler qu'aux yeux de ceux de Repentance et Miséricorde ? Alors cela impliquerait qu'il connaissait leur existence et leur arrivée certaine. Qu'il agisse ainsi ne pouvait dire que deux choses : ou bien il se savait être la cible des deux monstruosités ou, pire, il se savait être leur origine.

    • L'enculé de fils de ...

    Ne prenant même pas la peine de terminer son insulte, il sauta du toit et se jeta en direction de la demeure. Il avait déjà pris du retard par rapport aux Abominations et ne pouvait se permettre de perdre plus de temps. Il ne lui restait plus que le frêle espoir que les autres guerriers réussissent à les arrêter ou du moins les ralentir.

    Soudain, le parcours de toiture s'arrêta, alors que se présentait à lui le cratère provoqué par le gladiateur vert. A utiliser ses pouvoirs sans réfléchir, il en avait coupé le chemin d'Afosios. Atterrissant au sol, il continua sa course sans s'arrêter, avant de finalement tomber sur un cheval abandonné. Sautant sur son dos, il lui agrippa fermement la bride et fila en direction de la demeure où se trouvait peut-être la réponse à toute cette folie. Et il n'y avait aucun mage télépathe aux alentours pour lui permettre de communiquer son hypothèse ! Peut-être réussirait-il à en croiser un en chemin, mais là n'était pas la priorité. Tout ce qui comptait, c'était les secrets qui cachaient potentiellement cette maison construite il y'a 5 000 ans.

    Faites que je me trompe ... Faites que je me trompe ... Ne cessait-il de se répéter dans sa course effrénée, alors qu'il poussait sa monture à galoper toujours plus vite, sans se soucier des débris qui jonchaient le sol et qui risquaient de lui briser les pattes, ou des projectiles qui volaient dans les airs, fruits des combats et de la destruction qui naissaient de la marche des abominations.

    Malheureusement, Afosios était né avec une terrible malédiction : celle de la perfection. Et la perfection ne pouvait se tromper.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Kahl
    Kahl
    Messages : 183
    crédits : 227

    Info personnage
    Race: Oni (demi-archonte)
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t930-kahl-l-ogre-du-blizzard-termine
  • Mar 20 Juin - 14:35

    Enfin contraint au mutisme car sa trachée était partiellement comprimée par une force impensable, Kahl volait. Incapable de traiter l'entièreté des informations reçues, son esprit en pleine d'errance tâchait de mettre du sens sur ce qui se déroulait autour de lui, sans succès. Tandis qu'il était déplacé dans les airs à vive allure, le vent sifflant dans ses oreilles et la pluie sanglante battant furieusement sa peau meurtrie, il fut incapable de se défendre ou de réagir malgré sa fureur estimée sans limite. Pour la première fois depuis le début de cette grande bataille, l'oni des glaces comprit réellement à quel point ce qui se déroulait à Sable-D'Or le dépassait. Des multiples plaies qui ornaient son cuir, les vaisseaux noircis faisaient leur apparition et chacun d'entre eux donnait naissance à un monde entier de souffrance si ahurissante que Kahl était devenu incapable de traiter convenablement la chose.

    Il sentit ses organes se soulever lorsque s'amorça l'inexorable descente. Ce fut un éclat de rire si tonitruant qu'il fit vibrer ses entrailles qui le ramena temporairement à la réalité. Toujours silencieux, le colosse du Grand Nord ouvrit sa gueule en prévision de l'impact et vint réunir le peu de forces dont il disposait encore afin de se concentrer sur son point d'atterrissage. La glace s'y manifesta en une bien trop maigre pellicule mais sa surface lisse fut assez cependant pour protéger la carcasse malmenée du géant cornu lorsque celui-ci fut amené, bien malgré lui, à tester la qualité du sol avec son visage. Un cri de douleur s'échappa cette fois-ci de sa gorge enrouée et lorsqu'il fut traîné dans la boue sanguinolente avec une puissance herculéenne, cela manqua de peu de lui faire tourner de l'œil.

    Après quelques secondes d'inconscience partielle, il se réveilla une fois encore et découvrit avec stupeur qu'il volait comme une lamentable poupée de chiffon projetée à toute allure, sans le moindre espoir de se rattraper où que ce soit. Son corps blessé ne répondait plus et ce fut donc de plein fouet qu'il s'écrasa contre les ruines avec fracas, avant de retomber lourdement sur la terre tel un mannequin désarticulé. Par miracle, il parvint grâce à l'adrénaline à se redresser très lentement et à congeler, par pur réflexe, une zone de son bas-ventre dans laquelle se déclarait une hémorragie plus terrible que toutes les autres. Sa souffrance, décuplée par magie, dépassait tout bonnement l'entendement et c'était désormais dans une sorte de transe que se trouvait le Dévoreur. A peine capable de dissocier le vrai du faux, le visage si ensanglanté qu'il n'y voyait plus clair, Kahl peinait à conserver un semblant de conscience dans le chaos. Prostré à genoux, les bras pendants, il leva les yeux vers la silhouette titanesque qui se dressait encore au dessus d'eux. Malgré tout ce chaos, son sourire éternel ne s'était pas affaissé.

    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 17 85di

    "Est-ce... est-ce cela l'amour ?"

    Cette fascination morbide qu'il avait développé pour la bête meurtrière s'était, à la suite de cet état second dans lequel il avait été plongé, muée en une véritable obsession déraisonnable. Baigné dans la douleur à tel point qu'il en oubliait finalement le sens, Kahl observait la beauté de cette créature impossible auxquels des yeux mortels ne pouvaient tout bonnement pas rendre justice. Elle décimait tout sur son passage et, de la même façon qu'elle l'avait balayée lui, elle s'était défaite sans mal du plus célèbre des gladiateurs et de tant d'autres après lui. Tant de raisons, pour un être rendu déraisonnable par une quantité de souffrance allant au delà de ce qu'un être vivant pouvait subir, de laisser se développer peu à peu un sentiment de vénération tout à fait hors du commun.

    Malgré ce sifflement persistant et ô combien inquiétant qui accompagnait chacune de ses expirations, malgré les côtes brisées et l'océan de souffrance, Kahl se releva. Son enveloppe, presque intégralement noircie par les vaisseaux sombres qui décrivaient sur son épiderme bleu des spirales sordides, se redressa en chancelant et tel la horde ressuscitée contre laquelle il avait combattu jusqu'à présent, l'Ogre se mit à marcher dans les rues désolées, droit sur la bête qu'il avait déjà eu l'arrogance de vouloir défier une fois. Il souffla un épais nuage de brume givrée et un peu partout sur son corps blessé, des picots de glace se dessinèrent dans une symphonie de craquements cristallins. L'oni saisit sa massue et la laissa racler sur le sol derrière lui, la traînant comme une lame d'exécuteur dans son sillage.

    La marche devint une course, lente, claudicante et pitoyable mais déterminée néanmoins. L'arme cessa de racler la pierre et s'éleva peu à peu. Kahl voulut hurler à pleins poumons mais ce fut un grognement rauque et étranglé qui s'échappa de sa gorge abîmée. Sa massue solidement empoignée à deux mains, il galopait comme l'idiot qu'il était en direction de cette mort certaine pour laquelle il voulait un culte incompréhensible. Les muscles blessés s'endurcirent et du sang s'en échappa en gerbes. Comment avait-il pu insulter ce Dieu en lui jetant au visage des gravas blasphématoires ?

    Ce qu'elle voulait, c'était l'affronter en face à face.

    RESUME:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 237
    crédits : 2086

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Mar 20 Juin - 23:01
    S’approcher de la créature est risqué.
    Encore plus quand elle fait six mètres de haut. Et qu’elle a explosé toute une zone en une seule attaque.
    Pour autant, si la raison invite à attendre des renforts, l’instinct, lui, leur souffle de ne pas perdre de temps.
    C’est peut-être pourquoi le groupe Spina a pris autant de risques en quelques minutes seulement.

    Il n’empêche que les résultats sont là. Et ils ne sont guère concluants. Zéphyr salue certes le coup de la cloche – même si un gong retentissant vrombt à ses oreilles – et il est encore plus satisfait quand la monstruosité émet un cri. Mieux encore, son abdomen semble percé, et le maître-espion croit apercevoir des organes entremêlés, certainement pas à la façon des humains. Il y a un cœur… voire deux ? L’assassin n’en est guère sûr. Et il n’a pas le temps de vérifier. L’abomination réagit en effet aussitôt, et pour le membre de la Main, autant dire que c’est la fin des haricots. D’abord projeté par une bourrasque à cause de ses faucilles, le bretteur est ensuite propulsé dans les airs et n’a pas l’opportunité de songer à son atterrissage dans l’eau. L’homme est vif et agile, ç’aurait donc été possible d’amortir le plus possible l’impact en se préparant à plonger dans la mer, pour mieux revenir ensuite. C’aurait été harassant, ça leur aurait fait perdre du temps, mais les deux guerriers s’en seraient sorti à moindre mal. Au lieu de ça, non. Le géant n’a aucun mal à saisir les deux moustiques qui l’ont gêné, et le combattant est assez vif pour comprendre qu’ils sont radicalement dans la merde. Encore plus que lors d’une entrevue avec Tensai. C’est pour dire. La poigne du monstre se referme sur lui, et si le Reikois croit un instant qu’il va être réduit en bouillie, les Astres en décident visiblement autrement. A la place, il est plutôt envoyé dans les cieux de Sable d’Or.

    La douleur du choc est déjà terrible, mais l’Oreille a appris depuis longtemps à gérer la souffrance, et son esprit cherche déjà inconsciemment à sortir de là en vie. Se retournant grâce à son agilité et à ses réflexes, en tournant le dos à la créature, l’homme a le temps de voir ce qu’il va heurter. Même si c’est très court, il se met dans la position la plus idéale pour qu’il ne se retrouve pas avec plusieurs membres cassés, le dos en compote, avec une convalescence de plusieurs mois à plusieurs années. L’espace d’un instant, il vole. Puis l’impact a lieu. Il heurte d’abord une fenêtre à moitié détruite, traverse un mur en bois, et puis encore un autre, et encore un autre, jusqu’à ce que sa course ne finisse par ralentir, renversant des débris, des tables, des chaises déjà abîmées par le souffle de la première explosion. Rapidement, des égratignures naissent sur le corps de Zéphyr, mais le pire, c’est évidemment le contrecoup du choc. Ses côtes se cassent, il y a sûrement des organes endommagés, plusieurs lésions, et os déboités. Le maître-espion a pu au moins protéger sa tête de la majorité des dégâts, mais c’est le seul point positif qu’il peut retirer de sa course folle dans les maisons de Sable d’Or. Evidemment, le pieu qui le transperce est le coup de grâce qui le plonge dans l’inconscience tant la douleur ne le foudroie sur place. Mais c’est un repos trop doux pour les guerriers du Reike. Et lorsque Zéphyr toussote, alors que des voix s’élèvent autour de lui, il lui faut un peu de temps pour comprendre qu’il s’agit des Serres et de la Griffe. Trop faible pour protester quand le Dunnark  lui fourgue un morceau de bois dans la bouche, la souffrance le parcourt de nouveau de part en part lorsque le Reikois lui retire le pieu. Au moins, cela a le mérite de lui remettre les idées en place et de se souvenir de tout ce qu’il s’est passé. Accordant un bref remerciement au guerrier, qui ressemble plus à un marmonnement qu’autre chose, l’assassin saisit la main de Deydreus et il doit attendre un instant avant de se stabiliser. La tête lui tourne, il a l’impression de pas savoir faire trois pas sans marcher come un ivrogne, et putain, qu’est-ce qu’il a douillé, bordel. Son corps le rappelle tellement à l’ordre qu’il est à ça de passer à côté des propos du général, mais il comprend l’idée globale. Il va détourner l’attention de la bête, et pour peu, Zéphyr croirait qu’il va s’envoler sans demander son reste. Et c’est pour prévenir cet état de fait qu’il reprend la parole d’une voix rauque et étouffée.

    - Attends. Juste… attends.

    Une main contre sa tête qui tourniole, le maître-espion serre les dents alors qu’il veut lui transmettre ce qu’il a vu très brièvement un peu plus tôt. Cela semble tellement simple, et pourtant, avec le vol plané qu’il a subi, l’Oreille doit mobiliser toute sa volonté pour refluer sa douleur et se concentrer sur le combat imminent.

    - Il n’a pas l’organisme d’un humain. Au niveau de son abdomen… Il a deux cœurs. Au moins. Et ses autres organes... Sont placées différemment. Ses membres extérieurs sont trop bien protégés… A moins d’avoir une force supérieure à la moyenne. Là, ça pourrait peut-être faire quelque chose. Mais peut-être qu’en profitant de sa blessure et sa plaie… On pourrait l’exploser de l’intérieur. Si on détruit ses organes… Il pourra être affaibli… Et par conséquent être plus vulnérable… Zéphyr s’interrompt alors qu’un dernier toussotement ne lui rappelle ses côtes cassées. Fais chier, t’as un guérisseur qui peut me remettre plus en état ? Son regard se tourne légèrement vers un elfe qui vient de le rejoindre, et qu’il reconnaît aussitôt. Shan’ael. Pour lui et pour moi. Quand bien même son compatriote utilise régénération ou d’autres stratagèmes, des soins supplémentaires ne feront pas de mal. Evidemment, Zéphyr ne demande pas une guérison complète, juste de quoi leur éviter d’être des meubles qui assistent de loin au combat. Il n’y a rien de plus frustrant pour des guerriers que d’être mis sur le ban en plein milieu de l’ultime bataille. Pas que l’Oreille resterait inactive si elle ne peut aller directement au Front, il faut encore aider les civils, mais il prendrait très mal d’abandonner indirectement ses frères d’armes. Laisse-moi aussi un télépathe pour te contacter et te transmettre les informations si c’est nécessaire.

    Shan prend ensuite le temps de l’aborder et Zéphyr se contente d’acquiescer quand le beau brun lui fait remarquer qu’il est en vie.

    - Content que vous le soyez aussi. C’était sincère, d’autant plus que le soldat semblait aussi vif et observateur que le maître-espion en personne. Le bretteur apprécie particulièrement que l’homme lui mentionne les organes de la créature et il confirme d’un hochement de tête qu’il a vu la même chose. Ca lui évite de parler et de réveiller ses côtes cassées. Lorsque Shan lui mentionne cependant qu’il a encore un atout dans sa manche, le stratège ne peut s’empêcher de prendre en compte cette dernière information. Même si ça met en danger son camarade. Silencieux alors qu’il réfléchit le plus vite possible, un battement d’aile assez puissant dans la rue annexe attire son attention. Un éclair d’intérêt et de soulagement apparaît dans ses yeux alors qu’il se doute de qui il s’agit. Laissant faire bon gré mal gré le médecin s’il y en a un sur les lieux, il s’avance aussitôt après vers la sortie du bâtiment à moitié détruit d’une démarche mal assurée. Comme le chasseur, Zéphyr est en sueur, faute des blessures qu’il a reçues, mais il est toujours vivant et un vrai sourire apparaît sur son visage lorsque son regard se pose sur Shaïna et Boreas. Mais Shan lui a suggéré quelque chose d’intéressant et c’est à lui qu’il répond en premier.

    - Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour vaincre cette chose. La Griffe n’est pas invincible. Les Serres et les Dévoreurs non plus. Si vous avez donc une capacité qui peut changer le cours de la bataille, on doit l’utiliser. Mais vous avez raison… On ne peut vous envoyer à l’aveugle. Autant se dire qu’on aura une seule et unique chance et que le coup doit être décisif. Un silence. Pour ça… Il faudrait agrandir la blessure… Voir ce que nous avons pu manquer… Et la lave de Shaina, même à faible dose… pourrait faire des dégâts internes avec la coopération de Boreas. Le phénix pourrait – non, il doit – être  suffisamment rapide pour éviter ses coups.

    Une esquisse, non moins dangereuse, mais peut-être viable si chaque élément travaille en symbiose se dessine dans son esprit.

    La Griffe qui distrait la chose et permet une diversion.
    Shaina et Boreas qui s’approchent, autant pour aggraver la plaie que pour vérifier que Shan et Zéphyr n’ont pas loupé quelque chose. Elles peuvent très bien refaire le coup de la cocotte-minute : remplir l’abdomen de lave et refermer le tout avec de la glace, qui fera fondre l'intérieur du corps de la créature. Ce sera efficace pour détruire tout de l’intérieur.
    Parallèlement, les deux filles pourraient ensuite revenir donner des précisions à Shan pour lui dire s'il peut attaquer une zone en particulier avec sa vitesse et ravager ainsi l’abomination. Mais ce serait très risqué pour le soldat qui est déjà grièvement blessé.

    Cela étant dit... Un autre fait doit être pris en compte, et Zéphyr se tourne vers l’un des officiers rester avec lui.

    - Vous savez qui a lancé la cloche ?

    L’officier n’hésite pas un instant à lui répondre.

    - Certains de nos soldats l’ont aperçu, c’est un hybride renard qui est dans le coin.
    - Trouvez-le. Dites-lui de lancer le projectile le plus grand qu’il puisse trouver sur la créature. N’importe quoi. Idéalement, qu’il vise de nouveau l’abdomen pour aggraver la blessure. Ou la tête. Qu’il ne se retienne pas.

    Mais est-ce que cela valait la peine d’être précisé ? Ce qui est sûr, c’est que tout en ayant Shan à ses côtés, Zéphyr est maintenant devant l’oiseau de Kaelinn et l’élémentaire de lave.

    - Vous vous en êtes mieux tirée que moi.

    Très léger trait d’espièglerie de sa part, mais ça prouve au moins qu’il n’est pas encore abattu et plus encore qu’il n’est pas mort.

    - Shaïna… Toi qui es douée pour la stratégie, dis-moi si ce que je vais vous proposer te paraît viable.

    Et Zéphyr leur propose que, pendant que la Griffe et ses hommes font diversion, elle se précipite avec l’oiseau près de la plaie ouvert pour catapulter tout ce qu’elles peuvent en lave avant de refermer le tout par de la glace. Cela obligera la créature à subir des dégâts : le tout est d’espérer qu’elle n’ait pas la capacité de se regénérer.

    - Outre les dégâts, qui risquent toujours d’être moindre vu la longueur de la bataille… Il faudrait que vous examiniez exactement quels sont les endroits que pourrait frapper Shan pour en finir avec la créature. J’aurais bien dit d’attaquer le cerveau, mais sa boite crânienne est intacte et est trop massive. Les cœurs devraient suffire si on vise juste… et s'ils ne sont pas touchés par ta lave. J’ai également demandé à ce qu’un autre guerrier envoie le projectile le plus massif possible sur la bête, pour autant qu’il trouve quelque chose d’efficace.

    Un dernier silence.

    - Shan et moi allons trouver le meilleur point de vue pour attaquer à pleine vitesse. L’attirer vers le rivage pourrait peut-être s’avérer utile.

    Peut-être que ça, ce serait davantage du ressort des hommes de Deydreus. Mais il pouvait toujours le prévenir d’une stratégie via le télépathe à leurs côtés.

    Spoiler:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 167
    crédits : 3182

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Mer 21 Juin - 9:48
    Bien qu'il ne distinguait pas tout avec précision, Lardon voyait bien assez le combat, ou plutôt le massacre, contre l'entité squelettique.
    Un seul coup monstrueux avait envoyé Brak'Trarg à travers plusieurs maisons, les pulvérisant sous la force de l'impact du corps massif du champion d'arène. Puis la chose s'élançait d'un bond, un bond qui semblait irréel tant il était invraisemblable que cette énormité puisse sauter avec la même aisance qu'un humanoïde lambda, mais elle le faisait, et sa chute propagea une onde de choc presque aussi puissante que l'explosion des remparts, ébranlant toute la zone du marché.
    Le géant d'outre-tombe s'en prenait à une nouvelle victime dans un rire à glacer le sang.

    - Maintenant ! Allons les sortir de là ! Lançait à mi-voix l'un des membres de l'équipe.

    Aussitôt, et sans prêter plus attention aux agissements de Miséricorde, le groupe de Lardon se faufilait entre les couverts des ruines jusqu'aux soldats qui avaient été blessé par le saut du monstre.
    La pluie et la pénombre couvraient leurs déplacements, du moins l'espéraient-ils, ça ou les combats que menaient les officiers, la troupe d'estropié devait être aussi discrète et rapide que des souris venues chaparder les grains de blé dans le sac troué de la grange en évitant le chat.
    Les dizaines de mètres qui les séparaient des corps et cadavres étaient parcouru rapidement et un tri entre qui était vivant ou mort se faisait sur le tas. Lardon attrapait une élite aux deux jambes brisés mais qui geignait, encore bien vivante, la chargeant vaille que vaille sur son épaule valide, et lorsqu'il se redressait, il remarquait ses coéquipiers figés, leurs regards dirigés vers la silhouette de l'immense guerrier squelette. L'hybride les imitait.

    Il avait eu l'impression d'avoir reçu un coup de hache en plein crâne, si fort qu'il en lâchait sa blessée qui retombait comme un sac de patate dans la boue de sang. Impossible pour Lardon de savoir si c'était réel ou non mais la sensation d'un acier froid qui transperçait sa cervelle lui semblait tangible, peut-être même que s'il levait sa main jusqu'à sa tête il sentirait le manche d'une hallebarde dépasser, mais en vérité il ne parvenait déjà plus à penser à cet instant, sa cervelle était comme gelée alors qu'il avait l'impression d'avoir son sang en ébullition dans ses veines.

    Un filtre rouge couvrait sa vision, le monde était en feu tout autour, d'un orange lumineux, le bruit d'un incendie de forêt rugissait à ses oreilles, le bois des bâtiments craquait en étant rongé par les flammes, une chaleur insoutenable et sèche l'étouffait, il ne pleuvait plus du sang mais des étincelles incandescentes qui lui brûlaient la couenne au contact, il ne savait pas comment mais Lardon était certain que c'était un tour du gigantesque squelette flamboyant au loin dont l'aura de feu sombre le découpait parfaitement dans le décor.
    Au loin ? Non, cette monstruosité était là, tout autour de lui. Le responsable de ce chaos, et des morts récents, même des morts depuis le tout début sûrement. Quand l'avait-il encerclé ? Peu importe, il allait payer pour ses actes abominables. Ha, il prenait le drakochon de haut en venant se mesurer à lui à sa taille ? Le porcin allait lui donner ce qu'il voulait, il allait lui faire goûter toute la colère et la rage que lui inspirait ces morts injustes. Il était d'ailleurs le plus rapide et envoyait son poing dans la face sans visage du plus proche squelette cornu pour l'envoyer au bouler au sol. L'hybride recevait un coup dans le flanc du côté opposé, le traître n'avait pas attendu pour faire bouger ses doubles et l'engageait au corps à corps à mains nues, quel idiot, même si le cochon n'avait plus qu'un seul poing gauche, le bouclier attaché à son bras droit était suffisant pour parer les assauts du monstre à taille humaine et lui coller des bourre-pif bien sentit en guise de contre-attaque. Menton suivit du plexus, et voilà un des guerriers morbides était à terre, à qui le tour maintenant ? Un nouveau challenger se présentait tout aussi fourbe que le précédent puisqu'il le chargeait dans le dos d'une bourrade, jetant Lardon à terre.
    Mini-miséricorde lui sautait sur le paletot et l'hybride se cabrait comme dans un rodéo pour le dégager de là, il prenait deux coups dans le groin avant de parvenir à le faire basculer et reprendre l'avantage, lui rendant coup pour coup tout en roulant dans la boue sanguine comme un chiffonnier.
    Quand enfin il parvenait à se hisser au dessus de son adversaire, Lardon ! attrapait sa gorge pour l'étrangler. Il n'y avait pas grand-chose à étrangler en fait mais peut-être que s'il serrait assez fort il pourrait lui rompre les os qui lui servait de cou. Ha ! Pourquoi fallait-il qu'il manque au cochon pugiliste sa seconde main ? Il ne pouvait pas serrer comme il faut et le cornu profitait de l'ouverture pour le frapper de son poing osseux. Qu'à cela ne tienne ! Il avait un bouclier, il allait le frapper avec la tranche jusqu'à le décapiter. Il levait son bras pour frapper, si cela ne suffisait pas il n'aurait qu'à lui écraser son double-crâne jusqu'à le réduire en miette se disait LARDON ! et ilardon aurait gARDONgner et vLainrdoncuLARLDAORNDON!LardonLArdonLaRdonlaRDON !

    Une voix lui transperçait l'ouïe, ou plutôt l'esprit, comme un javelot, comme des dizaines de javelots en fait. L'hybride était désorienté, cherchant du regard pendant une seconde qui était cette voix familière qui l'appelait, bien plus qu'il n'en faut pour recevoir un coup dans le museau qui le dégageait de son assise, retombant lourdement dans la gadoue.
    Avec ce coup et cette chute, le monde était redevenu sombre et humide, la pluie avait de nouveau ce goût de fer, et non de cendre, et elle ne brûlait plus, elle était tiède, seul le vent sinistre qui soufflait sur le marché par les remparts éventrés la rendait froide.
    Son agresseur revenait à l'attaque, c'était la femme de son groupe d'estropié, blessée à la hanche, elle n'avait donc aucun mal à lui attraper son cou large avec ses deux mains pour étrangler le goret, sa chevelure blonde était souillée par le sang de l'averse et lui donnait un air de faucheuse dégoûtante, elle grognait comme un animal en colère en serrant les dents si fort qu'elles grinçaient désagréablement, et ses yeux semblaient étranges, Lardon n'était même pas sûr si c'était ses pupilles qui étaient dilatées mais ses iris étaient comme deux tâches d'encre d'une profondeur insondable.
    Oui, même s'il était en train de suffoquer, l'attention de l'hybride parvenait à se focaliser sur des détails qui pouvaient paraître anodins tant son cerveau turbinait à plein régime pour trouver une échappatoire à l'étranglement dont il ne parvenait à défaire la prise avec son unique main.
    Les autres autour de lui étaient dans le même état, ils se battaient avec rage folle, mais « heureusement » les membres de son groupe avaient rengainé leurs armes afin d'avoir les mains libres pour transporter les blessés donc les altercations se faisaient naturellement à coups de poings et de pieds et à la lutte.
    Lui aussi était-il ainsi juste avant de retrouver ses esprits ? Était-ce lui qui avait cassé le nez de cette blonde sur le point de lui écraser la gorge ? Tout ce dont il se souvenait c'était d'avoir regardé en direction de géant morbide et d'avoir entendu son rire lugubre et irréel. Avait-il été... hypnotisé ?
    Le mage porta sa senestre la tempe de la soldate, il ne pensait pas que son domaine de prédilection puisse être utile ici mais la lutte contre les morts-vivants avaient bien évoluée depuis le début de cette nuit sinistre, il ne lui fallait pas longtemps pour former dans son esprit le tissage de sort adéquat et infuser son énergie magique directement depuis sa paume dans la tête de son assaillante, le plus difficile étant de déterminer la puissance du sort pour le rendre efficace.

    Si cela ne fonctionnait pas, il lui faudrait trouver un autre moyen pour d'abord repousser l'étrangleuse et la gérer, mais en cas de succès, il saurait comment faire pour libérer les autres, et prévenir les télépathes de l'armée de ce pouvoir sournois que possède l'entité géante.


    Résumé:

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Oyun
    Oyun
    Messages : 77
    crédits : 1597

    Info personnage
    Race: Orc
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1783-oyun-est-ce-qu-il-te-reste-un-peu-de-morale-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2735-chronologie-d-oyun#23731
  • Mer 21 Juin - 14:23
    Viser les articulations n'est pas efficace. Les provocations, en revanche, semblent au moins attirer brièvement l'attention du monstre… Ce qui a des conséquences horrifiantes. Oyun suit du regard le garde royal balayé par un simple coup, et serre les dents en constatant l'ampleur des dégâts d'une attaque visiblement portée sans efforts. Mais ça ne fait que commencer. Elle s'accroupit pour garder l'équilibre alors que la créature saute et atterrit de tout son poids au sol, ce qui lui permet de conserver une place de choix pour voir son ami se faire attraper et malmener comme une poupée de chiffon. Son regard suit celui de l'entité et du coin de l'œil, elle aperçoit une silhouette sur les toits qui semblent se diriger vers la demeure du Régent - initiative qu'elle salue intérieurement.

    Ses observations stoïques s'arrêtent ici.

    Un frisson familier remonte le long de sa colonne vertébrale, et titille chacun de ses nerfs jusque dans le bout des doigts. Le rire malfaisant du monstre ne cesse de résonner dans ses oreilles et de faire vibrer ses tempes, et les poings de l'orc tremblent légèrement alors qu'elle accueille en elle des émotions qu'elle n'avait pas laissé s'éveiller depuis des années. Les espèces de tentacules à l'arrière du monstre lui rappellent les lianes de celle qui a voulu la tuer. Les bougies sur ses épaules luisent comme celles des chandeliers du manoir où elle avait été élevée. Et ce rire infame, odieux et hautain, sonne comme le nom qu'elle avait abandonné avant de choisir le sien, comme les elfes qui l'avaient tourmentée, comme cet autre monstre de miséricorde qu'elle avait affronté - et détruit. Oyun a beau sentir que son envie de tuer n'est pas naturelle : comment y résister ? Chez elle, la Miséricorde appelle la Vengeance. Et pourquoi s'en priver ? Si ce monstre souhaite autant les provoquer pour être tué, s'il est responsable du chaos et de la destruction de Sable-d'Or, alors pourquoi se retenir ? Ses pupilles carmin brillent d'une soif de carnage.

    Elle canalise toute l'agilité et la précision dont elle est capable dans ses prochains mouvements : le peu de lucidité lui restant sera utilisé pour que ses projectiles ne croisent pas les trajectoires alliées.

    La guerrière dégaine un javelot, tend tous ses muscles, et vise l'épaule droite de Miséricorde (pour éteindre les bougies du manoir). Un autre javelot, envoyé entre deux côtes (pour éloigner les lianes). Une lance, cette fois, mélangée avec les autres projectiles qu'elle a ramassé, tirée vers une des orbites vides et béantes de la créature (pour détourner son regard méprisant).

    Et ses trois prochains tirs, les trois dernières javelines qu'il lui reste avant qu'elle tende la main vers son carquois vide, se concentrent tous sur les deux mains droites de la créature, visant leurs centres pour percer leurs paumes. Pour blesser ces mains faussement miséricordieuses, ces mains qui ne s'ouvrent que pour frapper, ces mains qui ne l'ont jamais vraiment sauvée.

    Est-ce suffisant, est-ce que le monstre souffre ? Oyun ne sait pas, et ne prend pas le temps de savoir. Elle tâte son dos et n'y trouve plus rien sinon sa dernière arme, sa fidèle hallebarde. Elle la saisit à deux mains, et dans une ultime attaque, saute de son perchoir pour s'abattre sur un des bras de la Miséricorde.


    CENDRES

    Résumé:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 21 Juin - 15:36
    Alerte : Défense de Sable d'Or
    Invasion venue d'outre-tombe


    Les guerriers qui s’attaquaient à Miséricorde, l’être squelettique ne semblaient être que de simples mouches face à cette chose. Le genre de truc dont on se débarrassait d’un coup de queue ou d’un frémissement de peau. Mais pour une fois, Broken Goat espérait que les guerriers aient la ténacité des mouches, capables de revenir à la charge, même après avoir été chassées. Enfin pour le moment, la chose semblait prendre la menace à la légère, pire, elle s’en amusait, comme en témoignait un rire sinistre qui résonnait à travers les rues de la ville meurtrie. Broken Goat était resté avec les civils et les blessés, il devait se charger de les soulager, de les protéger des morts-vivants et de cette chose qui menait la vie-dure aux guerriers. Enfin, pas pour longtemps. Après s’être débarrassée d’une première salve de combattants, l’entité décharnée repris sa marche en direction de la demeure du régent où étaient réfugiés encore des blessés et civils.

    Un détachement, comptant un hybride porcin à qui il manquait un bras était parti rapatrier les blessés du premier assaut contre l’abomination qui faisait presque regretter à Broken Goat le truc à tentacules et aux mille yeux. Même les morts-vivants à l’intelligence limitée comme celui qui devait-être encore dans sa cage avec le haut du corps dans une amphore et les jambes continuant de s’agiter après qu’il soit tombé en se cognant aux barreaux. Si seulement Miséricorde pouvait-être comme ça. Enfin, il faudrait une grande cage et une très grande amphore pour ce truc. Non, il fallait que cette saleté soit intelligente.

    Le cobe était resté aux côtés des civils et des blessés.

    Broken Goat remarquait la plupart des guerriers aux tenues alourdies par la pluie et pataugeant dans la boue. Surtout quand ils devaient porter un blessé. Grâce à l’huile que sécrétait son corps, le cobe restait au sec et seule l’armure en cuir l’alourdissait un peu. Il prit tout de même la peine de s’ébrouer un peu. En revanche, il fallait prendre sur soi pour ne pas vomir. Là, Broken Goat n’était pas vraiment de ceux qui s’en tiraient le mieux là-dessus.

    Les blessés n’allaient pas tarder à arriver et Broken Goat devait se tenir prêt à les accueillir. En revanche, il constata des soldats devenir soudainement étrange, leur esprit semblait devenu absent avant qu’ils adoptent un comportement tristement familier. Des regards vides se tournaient vers ceux qui avaient encore toute leur tête. Des sourires morbides suivis de rires se faisant en même temps que ceux de la créature venaient de ces êtres qui s’étaient transformés en ses pantins. Les oreilles du cobe se plaquèrent en arrière de terreur face à ce qui se déroulait devant-lui. Les combattants possédés se dirigeaient vers ceux aux côtés de qui ils devaient combattre et ceux qu’ils devaient protéger. Miséricorde lança l’assaut de ces soldats corrompus qui étaient comme des chiens lors d’une chasse à courre. Ils se jetaient sur ceux qui avaient été leurs alliés sans vraiment réfléchir. Les voilà qui s’en prenaient aux civils. Des cris de terreur résonnèrent tandis que ceux qui pouvaient courir détalaient comme des lapins dans tous les sens pour échapper aux miliciens devenus fous.

    Broken Goat se sentait de nouveau impuissant. Les genoux à terre, il contemplait Miséricorde riant du massacre qui se déroulait sous ses yeux. Elle avait réussi sans peine à se débarrasser de la première salve de guerriers venus l’arrêter. Le cobe entendit des pas venir vers lui. Il se retourna et remarqua un homme lui lançant un regard noir. L’hybride se leva pensant que c’était un milicien venu remuer les traînards. Enfin, il avait une armure différente des Serres et de pas trop mauvaise facture, faisant penser qu’il avait assez d’argent pour se payer un équipement personnalisé. Non, ce n’était qu’un conscrit parmi d’autres, jusqu’il était un bourgeois ou un noble.


    - Eh toi, je te reconnais ! T’es l'hybride geignard ?!

    De la colère se sentait chez ce type. Broken Goat se demandait qui ça pouvait-être. Puis il se souvint de la flèche dans la pomme. De cet enfant qui lui disait qu’il pleurait comme un bébé. Cette personne devant lui, c’était le fils d’Arkugal déjà parti du foyer bien avant la visite des autorités Reikoises chez son paternel. Ainsi, il avait échappé aux mailles du filet malgré sa nostalgie de l'esclavage. Les oreilles de Broken Goat se baissèrent de terreur.

    - Tu vas me le payer !

    L’homme tira son épée et se jeta sur celui qui avait été l’esclave de son père. Un jouet dont-il pouvait disposer à sa guise. Heureusement, que la boue ralentissait son adversaire. Le cobe parvint à esquiver l’attaque grâce à sa facilité à se mouvoir sur des terrains mous. Ce type était aveuglé par sa colère. Comme si Miséricorde avait décidé de tourmenter à sa manière le cobe. Car les deux individus avaient un passif entre-eux. Un esclave et un enfant gâté étant habitué à vivre avec des gens dont sa famille traitait comme des objets dont ils pouvaient disposer. Malgré la lourdeur de mouvement, une perte d’équilibre de la part du cobe lui permit de l’attraper et de le plaquer au sol. Il leva son épée prêt à achever sa victime.

    - Il y a une chose qui me distingue d’un animal stupide de ton espèce, c’est que moi, j’ai pas de problème à tuer…

    Cela rappelait à Broken Goat la phrase d’un des Dévoreurs qu’il avait vu au campement de fortune lors de leur altercation avec un civil.

    - Je peux pas retourner dans le passé, mais tu aurais dû rester qu’un esclave. Tu es un misérable, tu l’as toujours été. Je vais venger mon père !

    Redevenir esclave, c’était ce que lui avait montré l’être aux mille yeux lors de son attaque psychique. Une vivacité mêlée à une colère vint dans le regard de l’hybride. La même que quand il s’était défait de l’entité du port. Il était hors de question qu’il retourne à cette vie. Et pas question que le type qui s’était servi de lui comme un jouet ne soit celui qui l’achève. Broken Goat parvint à se libérer un bras et prit la lance qui était au sol et donna un coup dans le ventre de son agresseur avec le manche de la lance. L’humain se recula, ce qui libéra totalement le cobe. Malgré sa surprise, il revint à la charge, mais Broken Goat avait beau être au sol, il l’attendait et lui plaça un coup de sabot dans le visage qui fit tomber son ancien tortionnaire au sol.

    - Désolé, moi avoir chose à faire…

    Le fils d’Arkugal était encore groggy tandis que l’ancien esclave qu’il prenait plaisir à tourmenter comme son père s’éloignait. Comme une volonté de laisser derrière-lui son passé qui tentait de s’accrocher à lui. Il avait battu une entité plus dangereuse que ce minable qui avait elle aussi voulu lui réimposer l’esclavage. C’était avec une nouvelle énergie que Broken Goat partait avertir un télépathe de la situation pour faire venir en urgence un mage capable de faire une barrière psychique. Mais aussi pour aider à protéger les civils.

    CENDRES

    Résumé:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Brak'Trarg
    Brak'Trarg
    Messages : 363
    crédits : 2900

    Info personnage
    Race: Oni/Drakyn
    Vocation: Guerrier - Combattant
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B - Garde royal
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t104-brak-trarg-la-creature-du-reike-termine
  • Mer 21 Juin - 21:19
    la situation tournai ... au dévantage des reikois et du coté de Brak non seulement ses attaques ne semblèrent ne pas avoir vraiment d'effet bien qu'elel est toute touché la cible. le monstre ennemi se recu sur le coin de la guelle une toiture qui provaca un nuage de pousierre ne même temsp qu'un nuage d'incertitude vite balayé par la lame de l'une de ses hache qui de son plat envpoya balader Brak tel une raquette de tennis faisant un smash fort. suaf que la "balle" qui était brak filla droit dans plsieur murs et batiments les traverssant de part en part avant de s'arrêter.

    Se relevant péniblement sous l'effet du choc. et crachant un peut de sang entre ses corcs de dragon, Brak avaitentendu avec efroit certians de ses os craquer de mêem que certains muscles lui faisait mal, la vision fut un peut floue et la tête lourde les première secondes. Brak vit une personen s'approcher de lui . sa vision et sa tete etant revenu a leur état normal. Brak vit deux choses la première son armure avait tenu mais le plastonr etait enfoncé sr l'avant, et comble de l'horeur ses ailes de dragon était maintenant blessé et un peut tordue ne pourait pas fonctionner corectement au mieux il pourait planer mais ne pourait pas s'envoler avant de les guerrir. san scompter le sang qui s'échapaitr de ses diferentes blessure et les hematomes.

    la personequi s'était approche de lui n'était autre que Tgaar son meilleur ami, lui demandant de voir son arme, gardant ses marteaux à la ceinture Brak sorti de son dos "Titan's Slayer" son épée géante à Tagar. Brak meêm bléssé retournerait attaquer le monstre ne ce fut ce qu'une fois avant d'aller se faire soigner. Il en allait de son honneur de guerrier et gladiateur on n'abandonnait pas le combat san savoir porte une dernière attaque a son adverssaire.

    Tagar de son coté usa de sa magie pour renfocer la solidité le tranchant et la solidité de la lame de l'épée géante de Brak. et ensuite de lui porposer de sauter sur le monstre en créant une colone de terre au bon endroit et au bon moment sur laquelee il pourait prendre apui et de l'élan. Brak hocha sa caboche a l'afirmative, le temps n'était pas aux palabres mais à l'action. un petti coté de Brak dans sa caboche n'aurait pas dit non a ce Tagar le soigne mais jaamais il ne l'aurait exprimer a haute voix, Brak sachant bien que son ami mage était épuisé et que si daventure il oui restait de la magie de soin Brak préferait qu'io la garde pour lui ou les civils en danger. après tout il l'avait déjà soigné deux fois.

    Brak prenant le temps l'espace de quelque seconde de canaliser en lui sa rage de guerrier et de gladiateurpour oublier sa douleur et se centrer a 100 pour 100 sur son objectife recupéra des mains de son meilleur son épée géante et s'élança droit sur le monstre usant de sa grande foce une première fois pour sauter et de la colone de terre de Tagar c'est les ailes deployé de traviole come sa queue de dragon, l'armure bien abimé et sanguinolent que depuis les airs Brak brandit son épée géante hurlant un tonitruand qui s'entendrait dan stout la cité tout en mettant le maximum de sa force de ragon dans on attaque

    "WWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWWAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH"

    Brack hachevant sa trajectoire de descente droit sur la tête du monstre depuis le haut de celle ci épée "titan's slayer" en avant l'atttaque de Brak attaquerait la tete dui monstre de bia en diagonale descende pour la reduire en charpie en même temps que de le décapiter puis par un habile mouvement de poignet la suite de l'attaque consisterait a decouper en deux le monstre dan sle sens de la longueur a la manière d'un boucher a l'abatoir separent en deux moitié la carcases des cochons, sauf que sur cette carcasse ci la tête serait en charpie et séparé du corp, enfin si l'attaque de Brak réussirait.

    Quel qu'en serait le résultat Brak se dirigerait comme il le pourait ensuite vers les medecins et infirmier se faire soigner, ca rmine de rien notre monsontre vert tout gentil qui soit saignait et ce n'était pas la faute de la pluie de sang.


    pouvoir utilisé ce tour :
    - force palier 2 pour le saut en plus de l'apui sur le pilier de terre de Tagar
    - force palier 4 pour le cri de guerre et l'attaque de décapitiation et coupage en deux du vilain monstre
    (il n'ya de la place que pour UN SEUL gentil monmonstre dans le reike ^^ )

    Résumé :

    _ Brak répond affirmativemet à Tagar et suivra son plan tout en acceptant avec reconnaissance son aide pour son épée
    _ Brak s'elance aussi vite qu'il peut et suse de force palier 2 pour sauter tout en prenant apuit sur la colone de terre de Tagar, affin d'atterir par les airs au dessu de la tete du vilain monstre
    _ Brak lance un cri de guerre "wargh" magistral et tonitruant, tout ne usnatn de son dernier force palier 4 dans son attaque aérienn descendante depuis la tête du monstre au sol dont le but est de détruire la tête, le décapiter et le couper en deux dans le sens de la longeur.


    pouvoir utilisé jusque à maintenant :

    - vol palier 1: plusieurs fois
    - sens surhmain (vue, ouie, odorat,) palier 1 : 2 fois
    - force palier 1: 6 fois
    - force palier 2: 5 fois
    - force palier 3: 2 fois
    - force palier 4: 2 fois
    - prouesse d'arme "lancer de marteaux du dragon" : 5 fois

    (cri de guerre "wargh" : 2 fois ^^)


    voix et thème de Brak'Trarg:


    Bric à Brak (inventaire de Brak'Trarg:


    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 17 W84111
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 21 Juin - 21:54
    Zombieland
    Feat Des morts et des vivants


    Irritée...

    La chose était tenace, encore plus que la puanteur d'un Reikois malpropre ! Grinçant du bec, tu te laissais retomber lourdement dans les airs afin de réceptionner sur ton dos et en piquet la rousse qui s'était vue être éjectée un peu plus loin, hors de tes prises. Même si tu rechignais à l'effort, tu avais encore besoin d'elle, et la voir se changer en une crêpe magmatique totalement inapte à sa propre survie n'était pas une idée que tu pouvais envisager dans ces conditions. Bien que cela aurait été sacrément drôle à voir...

    Pestant alors que tu rasais le sol avant de prendre tes distances, tu fixais, depuis les maigres hauteurs, l'étendu des dégâts qu'avait laissé dans son sillage la créature suite à sa dernière attaque fulgurante. Un simple balayage avait été suffisant pour envoyer valser l'intégralité de ses opposants, et si tu t'en étais échappée grâce à ta maîtrise aérienne, cela n'avait pas été le cas de Zéphyr et de son compagnon d'infortune.

    Davantage intéressée par le fait de savoir si le Maitre-Espion avait survécu plutôt que repartir directement dans un assaut désespéré, tu tentais de le retrouver parmi les décombres, ne faisant que suivre la trace d'une chute des plus tragiques. Il avait intérêt d'avoir survécu ! Il s'était endettée envers toi d'une énorme quantité de saumon ! Tu irais le chercher jusqu'à dans l'au-delà si cela voulait dire recevoir ta récompense ! Toi aussi, tu étais une créature tenace lorsque tes intérêts étaient en jeu !

    - Zéphyr... T'es mort ? Hé Zéphyr... T'es mort ? T'es... pas mort... dit ?


    Tu piaillais, ne laissant pas le soin à ta passagère d'infortune de te diriger d'une quelconque manière tandis que tu te précipitais vers le pauvre homme. Celui-ci bien qu'en piteux état, semblait encore capable de donner quelques indications. Le bougre aurait sans doute besoin de bien des soins s'il sortait vivant de ce bourbier improbable. Tu restais cependant heureuse de la voir encore à même d'articuler des paroles cohérentes. Les humains avaient la fâcheuse tendance d'être d'une fragilité déconcertante.

    - Ses... Cœurs ?


    Penchant ta tête sur le côté, tu fixais l'horizon marqué par la marche inarrêtable du golem de sang et de chair... Si sa vue te répugnait et te donnait envie de te jeter sur lui une énième fois, il semblerait que tu allais devoir te contraindre à l'usage de la stratégie mortelle. Évidemment, au fond de toi, tu bouillonnais de ne pas pouvoir exploiter pleinement l’entièreté de ton pouvoir. Un siècle auparavant... Seulement un siècle en arrière aurait été suffisant pour que tu sois en l'état de lui faire comprendre ta suprématie !

    Mais ce n'était plus le cas...

    - Repose toi... Zéphyr... Mon Saumon... N'oublie pas !


    Tu étais un animal céleste et divin certes... Mais un animal quand même. Difficile de t'enlever une idée fixe de la tête. Naturellement, tu voyais la situation se dessiner, et tu n'avais plus vraiment le besoin de communiquer tes pensées avec ta passagère. Plusieurs fois maintenant tu avais lié tes efforts avec les siens, il n'était plus nécessaire de se synchroniser au préalable désormais.

    Prenant à nouveau ton envol, malgré la fatigue flagrante et le risque de finir en omelette, tu repartais au front. Même Deydreus, la Griffe, s'était joint à la mêlée, bien que tu te demandais quelle différence à lui seul il pouvait bien faire. D'où l’intérêt de continuer vos assauts, quitte à avoir à l'usure le colosse de chair qui avait déjà conquis le port de ses pas fracassants.

    Cette fois-ci, c'était surtout avec prudence que tu cherchais à t'avancer à nouveau vers la créature pour offrir une opportunité d'attaque au petit volcan sur ton dos. Ayant balayé plus d'une fois vos défenses, tu ne tenais pas non plus à être la première chose qu'il aurait à se mettre sous la dent lorsque la contre-attaque finirait inévitablement par arriver. Tu t'en étais bien sortie une première fois, mais tu ne savais pas si tu étais capable d'en reproduire l'exploit.

    Telle la marche de l'Empereur, l'ennemi avançait inévitablement vers son seul et unique objectif. Allant naturellement à contre-courant, fonçant droit sur lui, quiconque t'aurait vu, toi et la rousse, aurait pensé que vous étiez fous. D'une certaine manière... Ce n'était pas vraiment faux. Amusée par cette adrénaline, cette sensation de danger grisante, tu venais alors à t'arrêter suffisamment proche pour avoir une vision sur la plaie béante qui dégoulinait de pue sombre et dégoûtant.

    - Meurs !


    Tu vins à attendre quelques secondes que Shaina agisse en premier avant de lâcher un souffle de glace juste derrière. Tu pouvais sentir tes plumes se roussir à chaque fois qu'elle utilisait sa magie, mais ce n'était pas vraiment le pire qui pouvait t'arriver. Ayant un mauvais pressentiment, tu espérais que cet assaut, bien que modeste, soit suffisant pour meurtrir une plaie déjà bien atteinte. Que ce soit Deydreus ou l'hybride renard, voir même les quelques soldats encore subjugués par un patriotisme Reikois, vous n'étiez pas les seuls à essayer de mettre à terre cette chose.

    Cependant, tu ne resterais pas devant pour le voir, aussi tôt, tu venais à creuser à nouveau la distance, t'envolant cette fois-ci à plusieurs centaines de mètres dans les airs, dépassant les strates classiques.

    - Accroche toi...


    En tant que Phénix de Glace, tu t'adaptais très facilement au froid grandissant des hauteurs célestes. Tu espérais que l'élémentaire n'en pâtisse pas trop. Il valait mieux qu'elle attraper un vilain rhume plutôt que de se faire faucher par une quelconque attaque du monstre. Il avait beau être immense, tu t'envolais aussi haut que tu le pouvais... Après tout, tu ne connaissais pas sa portée, et tu ne voulais pas lui faciliter la vie lorsqu'il s'agissait de se débarrasser de vous. Déjà que Kaelinn allait sans doute te gronder après avoir vu dans quel état tu avais laissé Zéphyr derrière toi...

    Résumé:

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 380
    crédits : 1415

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Jeu 22 Juin - 12:13





    - Sable-d'Or -

    Lors de son lancer de cloche, Zaïn avait bien pris garde de ne pas avoir dans sa trajectoire le pigeon qui voletai de ci de là, il avait blessé bien trop d'alliés pour aujourd'hui. Mais au moins, ces fourmis et ces moustiques qui assaillaient Repentance avaient le mérite d'occuper toute son attention, ne prêtant pas le moindre intérêt à la colonne de fuyards en direction du sud. De la sorte, les derniers survivants de la ville pouvaient quitter l'enceintre de celle-ci et rallier la capitale où ils seraient en sécurité. Cet objectif serait rempli sans soucis à condition que les combattants parvenaient à occuper l'attention du monstre suffisamment longtemps.

    Et visiblement, même si ce n'était pas une mince affaires, ils y parvenaient haut la main. En témoignait le gong que fit la cloche en emportant des lambeaux de chairs putrides sous l'impact. En témoignait le hurlement de rage qui retentit dans toute la ville, d'une voix familière à l'hybride, devinant que son ami Brak'Trarg allait surement en finir avec l'autre bestiole. De leur côté, au port, ils allaient devoir accélérer un peu la cadence s'ils voulaient garder le rythme et éviter que Repentance ne saccage d'avantage Sable-d'Or de ses attaques destructrices. L'une d'elle balaya justement toute une compagnie de milicien, au grand damne des reikois en présence. Mais le moral ne baissa pas. Il ne devait pas baisser.

    De son côté, Zaïn avait continué de progresser vers le port, vers la zone dévastée, comptant bien prêter main forte au plus près de l'action. Mais après ce dernier lancer de projectile, une profonde fatigue l'avait pris, sentant ses forces diminuer. Et pour cause : Il se battait depuis des heures déjà, des heures qui paraissaient des jours entier, il avait été malmené de tous les côtés, blessés, et avait finalement subit une énième fois l'influence pernicieuse de Violence. Sans parler du contre-coup des horreurs que le démon lui avait fait commettre, de profonds remords et une culpabilité fulgurante le pris alors, après ce dernier lancer de cloche.

    Là où normalement il aurait été satisfait de ce lancer presque parfait, il n'avait pas l'âme aux réjouissances. Même un guerrier de son ampleur finissait par ne plus avoir de forces. Et bien qu'il lui en restait suffisamment pour foutre quelques solides mandales encore, il savait que sa puissance commençait à atteindre ses limites. Mais il descendait tout de même en direction du port, comptant bien donner tout ce qu'il avait pour réduire en miettes l'immonde créature qui osait s'en prendre au Reike. C'était alors qu'il vit un cavalier galoper dans sa direction, remontant l'avenue dégoulinante de sang et de boue. L'officier de liaison s'arrêta à son niveau.

    - Ordre direct de l'Oreille : Continuez de lancer des projectiles sur le monstre, visez si vous le pouvez sa blessure. Héla le cavalier sans démonter.

    - L'Oreille ? Il porta une main à la dague qu'il avait toujours à sa ceinture, la dague venant de ce Zéphyr. Dakodak, je vais essayer. Finit-il par dire.

    ans un mot, le soldat repartit au galop, il devait soit avoir des ordres à délivrer, soit il était pressé de s'éloigner de la zone sensible où ils se trouvaient, ne sachant pas quand Repentance finirai par lancer une nouvelle attaque dévastatrice. Bon, au moins Zaïn savait ce qu'il lui restait à faire. Il chercha donc quelque chose de moins volumineux que la cloche mais qui constituerait un excellent projectile. Il posa alors son regard sur un morceau de métal, une longue pointe de toit en zinc. La barre de métal fuselée devait provenir du sommet d'une tour qui s'était effondrée, balayée par l'attaque de Repentance. Cela formerai une excellente lance de quelques kilos.

    Zaïn l'agrippa donc à deux mains, après le lancer de poids, il allait pouvoir prouver son talent au lancer de javelot. Il commença alors à descendre la ruelle à toute vitesse, la pointe au dessus de la tête, et dans un dernier bond à pleine vitesse, il décocha son tir d'un mouvement maitrisé du coude. Mais au dernier instant il modifia la trajectoire de son lancer... Il avait visé la blessure de la créature, mais à la seconde où il allait lancer le javelot, le pigeon passa dans la trajectoire, juste devant la blessure. Au dernier instant, il dévia son lancer, la pointe en zinc alla donc se ficher dans l'une des jambe de la créature, bien plus bas que l'endroit qu'il devait viser. Fichtre !

    Il allait certainement avoir du mal à trouver un autre projectile, maintenant qu'il traversait en grandes enjambées la zone rasée, et ce n'était pas un simple gravât qui allait infliger des dégâts à Repentance. Il eut alors une idée de génie qui frôlait tout de même la folie. Il se ferait lui-même projectile ! Les ordres de l'Oreille ne spécifiaient pas ce qu'il devait lancer contre le monstre. Alors tant que Zaïn courait à pleine vitesse en direction de Repentance, dans la continuité de son lancer de javelot, il continua donc sa course.

    Arrivé au niveau de la créature, il bondit de toutes ses forces en direction du thorax de la créature, plaçant son épaule en avant, rentrant le menton et renforçant au maximum tout son corps, prêt à encaisser le choc. De la sorte, il compensait également le manque de vitesse de sa projection en se rendant dur comme de l'acier. Ce serait son épaule qui cognerai la première, ce qui ne manquerai pas d'infliger de nouvelles blessure à l'immonde bestiole !


    Résumé :



    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 22 Juin - 17:15
    Apres un flot de mort incessant , un homme corrompu qui a fait carnage dans nos rangs à l’antenne médicale et  la plus de sang  je me demandais ce que l’auteur de tous nos mots depuis ces longues heures nous préparait encore. Les ordres étaient donné » de rejoindre le port pour affronter une nouvelle menace, c’est en marche rapide que j’avançais jusqu’à ce dernier , unitive de courir e et e se fatiguer davantage, la bataille n’était pas pas encore finie. Les corp jonchant de zombis morts et de nos frères d’armes renvoyait une image de scène d’horreur. Le Reike , frappé sur son propre  sol, c’était honteux ,  scandaleux même.
    Le port allait être le foyer de l’animation centrale et peut être même l’endroit du dernier combat. La cible, aux proportions nullement humaines, venait d’apparaitre.  La taille de ses armes témoignait des coups puissants qu’elles pouvait donner.

    - Roh c’est pas vrai !

    D’un regard j’observais un tas de chair et des corps écrasé et fauché, vestige d’un perdants coups qu’il venait de porter de porter. Avec maa lance mon épée et mon bouclier je devais être drôle à coté , mais  il pouvait être tuer , j’en était sur , du moins ..il le fallait , sinon cela voudrait dire que tous ces morts pour rein.
    Rejoignait des combat qui s’attardait sur la créature, je vis le tir presque magistral de Zain, il a faillit toucher la cible a une endroit soigneusement visée. Elle s’était pris el projectile dans la jambe. Comment l’atteindre. ?  Si moi-même je tentais aussi une petite session , rejoignant zain , pour me mettre cotes à cotes  et ainsi avoir sa fenêtre de tir j’esquissais un Sourie  en le voyant car il s’agissait tout de même d’une belle prouesse. Ma lance ferait l’effet certainement d’un jet de cure dent pour la cible mais …Attendez, une blessure bien visible apparaissait.  Prenat le temps de viser, j’accommode, puis d’un geste adroit, la lance se libera de l’étreinte de mes doigts , fendant l’air. Avec un peu de chance elle aurait touché un nerf ou quelque chose de plus vitale  

    - Eh…Que diriez-vous e cette chaloupe ?  Peut-être pourriez-vous vous la jeter à la figure du monstre et l’assomme.  

    Avais-je dit à Zain en montrant une chaloupe présente à cinq dix mètres de nous,   sonner la créature nous permettrait peut-être une contre attaque  .
    Cette ville n tombera car cette créature ne sait pas quel point , dans un tel moment ,  tous els défenseurs sont unis  contre le mal incarné qu’elle représente.  

    résumé:

    pouvoir utilisé:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 22 Juin - 19:25
    Un rocher, brûlant certes, mais un rocher, voilà à quoi ressemble Shaïna alors que fauchée par la créature elle fend les cieux, se rapprochant inévitablement du sol. Pourtant, ce n’est pas l’impact certain avec l’eau qui occupe ses pensées mais la situation. Les assauts ont échoué. Globalement tous. Une seule exception, la cloche. Preuve que seul une frappe d’une puissance hors norme peut passer ses défenses. Une puissance de frappe qui fait cruellement défaut aux combattants encore debout. Et après une telle frappe de la part de leur opposant le nombre de guerriers encore capable de se battre se voit encore réduit. Dans un soupir, l'élémentaire se redresse, tentant de se mettre le plus droit possible. L’impact est inévitable mais aussi désagréable qu’il soit ça reste de l’eau. Elle n’en mourra pas. Pas encore. Pas de celui-ci.

    Puis, éclair turquoise dans les cieux, Boréas apparaît. Preuve de son statut autoproclamé de maître des cieux, il vient au secours de l’élémentaire dans une pirouette aérienne salvatrice. Le plongeon est remis à plus tard, remplacé par un atterrissage en douceur (une douceur relative) sur un coussin de plumes. La tête embrumée, Shaïna se couche sur le dos du phénix, se laissant porter vers sa destination, profitant du trajet pour reprendre son souffle et réfléchir. Pour l’heure la créature semble les ignorer ou au moins ne pas les considérer comme un danger potentiel. À moins qu’elle n’ait simplement ratée sa frappe mais au vu de l’état de la ville il est difficile d’envisager ce résultat. Non, elle était juste énervée par l’impact et a paré au plus urgent en dégageant les insectes les plus proches de la blessure. L’élémentaire soupire. Ils ont encore une chance. Une seule et unique chance pour parvenir à faire… Quelque chose. La vaincre serait l’idéal mais en l’état simplement être capable de la ralentir pour se donner d’autres opportunités serait un plus. Reste à trouver une marche à suivre. Et pour l’heure les informations sont trop peu nombreuses pour permettre à la rouquine d’établir un plan efficace. Ou juste un plan.

    La poussière se soulève alors que Boréas amorce sa descente. Sans attendre d’avoir touché le sol la jeune femme saute au sol, se précipitant vers ses deux compagnons. Les blessures sont graves, nombreuses, mais ils sont vivants. Et un plan a commencé à se dessiner. Un plan qui lui apporte les dernières informations dont elle avait besoin. Différents cœurs, une carapace capable d’arrêter la plupart des attaques et une puissance de frappe pouvant achever n’importe qui. “J’ai été bête… Nous n’aurons même pas la chance de l’arrêter…” Elle parle pour elle, à voix basse, perdue dans ses pensées. Un assaut frontal est synonyme de suicide. C’est un fait. “Je… Je comprends que vous souhaitiez tout donner pour… Pour la vaincre… Mais…” Non. Elle s’arrête. Prendre soin d’eux ? Faire attention à ne pas prendre de risques inutiles ? Ils sont Reikois. Représentant du peuple qui a osé se lever contre les Titans. “Non… Pardon...

    Tout en se mordant la lèvre, l’élémentaire relève la tête. Elle doit mener un autre combat. Un combat qui n’est en rien comparable avec l’affrontement contre les créatures mais qui pourrait changer la suite des évènements. “Pardon… J’allais oublier. J’allais vous insulter, faire l’affront de vous demander de faire attention, de ne pas prendre de risque… Mais vous êtes des guerriers. C’est comme ça que nous vivons… Shan… Si vous pensez avoir une arme capable de la vaincre alors nous… Nous allons vous ouvrir la voie.” Pause, elle baisse les yeux, hésite, relève la tête regardant Shan et Zéphyr à tour de rôle. “Votre… Votre plan n’est pas mauvais. C’est en tout cas le meilleur que nous ayons au vu de la situation. Vous le savez déjà mais… Ne frappez pas si vous n’êtes pas absolument certains de pouvoir toucher. Vous avez vu ce qu’il a fallu faire pour cette unique blessure. La carapace ne se brisera pas comme ça…” La pression continue de monter. Elle jette un regard affolé autour d’elle. Pas de trace de Miya. Les choses seraient tellement plus simples avec elle… Mais elle lui fait confiance, c’est pour cette raison qu’elle n’est pas venue à son secours. Elles ont toujours agi de la sorte. Faire ce que l’autre ne peut faire. Combler les points faibles, accentuer les points forts. Et aux yeux des deux, certaines choses sont indiscutables. Comme le fait que les capacités martiales et stratégiques de Shaïna soient de loin supérieures à celles de sa sœur.

    Traînant des pieds, l'élémentaire recule légèrement, se glissant derrière Boréas. “... J’ai confiance en vous… Zéphyr… Je vous pensais inconscient de… D’être capable de vous en remettre à… À des inconnus… Mais… Vous êtes toujours des inconnus et pourtant… J’ai confiance en vous. Nous allons le vaincre… Avec tout ce qu'on a. Et si tout ce qu’on a ne suffit pas… Alors nous donnerons plus…” S’en est trop pour la rouquine, la fin de sa phrase s’étouffe dans le plumage de Boreas alors qu’elle enserre le cou du volatile plongeant sa tête dans les plumes pour se cacher de son public attendant. La discussion est terminée, le plan défini, elle n’a pas envie de passer plus de temps ici. Juste s’envoler et passer à l’attaque. Loin des gens. Juste rester avec cet oiseau finalement aussi peu sociable qu’elle.

    Un projectile fuse et vient se planter dans la jambe de Repentance alors qu’elles s'approchent de lui. Le fameux lanceur de cloche. Ce qui veut dire qu’elles n’ont pas beaucoup de temps pour agir. Agrandir la blessure. Un seul moyen de répondre à cette demande. Ses mains s’enflamment, deux boules de laves s’envolent, fusent vers la cible qu’est le trou béant de son torse. Deux autres les suivent, puis encore deux autres. Les dernières. Le magma, véritable feu liquide, commence à s’écouler à l’intérieur de la créature alors que le souffle de givre du phénix vient frapper la plaie à son tour entraînant une nouvelle explosion. Une stratégie réchauffée, qui n’a pas toujours fonctionné, mais ici la meilleure dont elles disposent. La plus rapide et la plus à même d’entraîner de gros dégâts. Encore plus quand l’explosion provient cette fois directement de l’intérieur de la créature.

    Mais la monture de glace ne laisse pas le temps à l’élémentaire de contempler le résultat de leur travail. L’explosion retentit encore dans l’air qu’elle pivote en angle droit, directement vers les nuages. L’air se fait plus rare, le froid plus mordant “Pardonne moi… Ça va être un peu chaud. Tu peux… Si… Tu préfères… Tu… Tu peux me prendre dans… Dans tes serres…” Puis s’assurant de sa stabilité Shaïna rapproche ses mains de sa poitrine, créant une petite sphère de lave. Ce n’est qu’un moment à passer, un faible prix à payer pour être à l'abri des frappes de cette créature. Un moment passablement désagréable.
    Résumé & Pouvoirs:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Alasker Crudelis
    Alasker Crudelis
    Messages : 211
    crédits : 254

    Info personnage
    Race: Loup-Garou
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t889-alasker-crudelis-iratus-termine
  • Jeu 22 Juin - 21:37
    Le loup courait. Ce n'était pas vraiment un loup, d'ailleurs, plutôt une sorte d'abomination au pelage noir, le sinistre croisement entre un cauchemar, un homme et une bête. L'une des plus antiques preuves de la force des malédictions des titans. Dans son sillage, il ne causait que peur et destruction, quand bien même ces éléments semblaient être devenus les principales valeurs de la défunte sable d'or. Chacune de ses foulées était accompagnée de grondements, des avertissements, crachés aux visages blêmes des survivants. Une manière de leur demander de s'écarter de son chemin. Ceux qui y demeuraient, paralysés par la peur ou l'incompréhension, finissaient propulsés ou à moitié piétinés, par la bête immonde ou par ses sinistres suiveurs. Car le loup n'était pas seul.
    Sur ses talons, une troupe de fer et de rage courait et hurlait autant qu'il grognait et aboyait. Ils étaient sa meute, une bande de fous furieux qu'une vie de combat avait rendue ineptes à tout autre chose que l'art de l'anéantissement. Couverts de sang, les yeux exorbités par l'excitation et l'épuisement, les brutes se précipitaient sur l'avatar même de la destruction, bien décidés à lui usurper ce titre en prenant sa, ou plutôt ses têtes. Ils se faufilaient dans les rues et ruelles mises à mal par une nuit cauchemardesque, bondissaient de places en avenues, piétinant restes de cadavres, détritus et débris avec la même indifférence, tout à fait obnubilés par ce seul objectif.
    Une obsession qui leur permit d'ignorer pendant un temps non négligeable les êtres dépenaillés se déplaçant dans leurs ombres. Cependant, les claquements de dents et les ricanements glaçants dans leurs dos ne purent échapper longtemps aux sens affûtés du prédateur Alpha à leur tête.
    Le loup se stoppa brutalement et toute sa meute en fit autant. Sa truffe se leva en l'air et il se désintéressa du quasi-titan brisant la ville après avoir humé les environs, pour se dresser sur ses pattes arrières et prendre une attitude presqu'humaine.
    Aussitôt, une quinzaine de formes en haillons s'extirpèrent des ombres sans cesser de glousser. Le loup plissa les orbes rougeâtres qu’étaient ses yeux, le temps de détailler l'apparence de la chose la plus proche : Ca devait être une civile, quand bien même la crasse et le sang lui donnait une apparence de crève-la-faim républicaine. La robe de travail qu'elle portait avait été lacérée, tout comme la chair de son sein droit, de ses joues et de son front. Dans sa main gauche, les restes d'une poupée de chiffon, au bout de laquelle pendait encore un petit bras de chair et de sang, laissait ses entrailles remplies de cotons se balancer au gré du vent. Dans son autre main, sur ses ongles fendus, une grande partie de son propre visage séchait et saignait.
    Kirk s'approcha d'un homme corpulent ne cessant de geindre en mâchant une oreille pour l'aviser d'un air dubitatif.
    Puis le loup aboya son jugement :
    "-Sornög."
    Chacun des berserkers comprit de quoi il était question. Ils ne partageaient pas grand chose, eux tous. Quelques-uns se détestaient même ouvertement. Certains étaient nordiques, plusieurs étaient originaires du désert. D’autres encore provenaient des plaines verdoyantes d’une république dévorée par la corruption. Ces origines si…Diverses, n’aidaient en rien à unifier la troupe sous un quelconque autre étendard que celui de la brutalité.
    Alors, les Dévoreurs s’étaient façonnés un nouveau point commun en apprenant une langue qui correspondait à leurs appétences.
    Une langue de guerriers. Dépourvue de subtilité, de grâce. Une langue datant de la naissance d’un royaume devenu empire. Une langue de dragons et de rois guerriers. De héros et de tueurs sanguinaires. Tous ne la maîtrisaient pas avec le même talent bien sûr. Mais, encore une fois, chacun d’eux savaient de quoi il était question, ici. En Shierak-Qiya, "Sornög" signifiait "teinté", ou -moins littéralement- "corrompu", "possédé"...et aucun d'eux n'était exorciste.

    Les griffes du chef des Dévoreurs fendirent en deux la folle à la poupée. Le mâchonneur d'oreille, quant à lui, se mit à beugler comme un animal, dégainant dans le même temps un couteau que ses bras faiblards tentèrent de planter dans le plastron du Drakyn. La lame dérapa sur l'acier puis se brisa. Kirk éclata de rire.
    Puis il enfonça la boîte crânienne de son "agresseur" d'un coup de tête.
    Quelques battements de cœur plus tard, douze autres habitants de Sable d'or corrompus par la folie de Miséricorde, douze autres "Sornög", mouraient sous les coups des Dévoreurs.

    Cette petite interruption ne s'avéra clairement pas suffisante pour stopper la folie meurtrière des brutes. Le sang qu'ils souhaitaient faire couler était d'ordre mythique. Miséricorde devait mourir. C'était les ordres,  même si les ordres n'avaient rien à voir avec le désir animant pour l'heure leurs âmes noires. Les prédateurs souhaitaient avant toute chose rester au sommet de la chaîne alimentaire. C'était dans leur nature.
    Chacun des pas de la créature nécrotique couvrait l'équivalent d'une dizaine des leurs, et un champ de ruine se trouvait entre eux et elle, mais les aboiements de leur maître lupin incitaient leur groupe à redoubler d'ardeur dans sa poursuite. Ils souriaient, tous. Exactement comme au début de cette triste nuit. Parce que le Loup, malgré toute la pureté de sa rage bestiale, avait daigné les attendre. Ne pas partir seul. Leur laisser un bout de gloire et de mort. Pour se battre à leurs côtés.
    Et c’était bien la seule chose qui comptait.
    “-LE PREMIER SANG EST POUR MOI.” Aboya la bête en sautant par-dessus un étal renversé. “RESTEZ DANS L’OMBRE JUSQU'À CE QU’IL TOMBE, PUIS FRAPPEZ..
    Personne ne pipa mot. Ils étaient tous trop concentrés pour cela. Ils traversèrent les restes enflammés de ce qui avait été une taverne, s’extirpèrent du mur de fumée entourant les ruines. Puis, enfin, leur proie se dévoila à eux dans toute sa splendeur :
    Elle était auréolée de chaos. A tel point que certains ralentirent, le temps de se délecter du spectacle. Car rien de ce qui se trouvait autour de sa forme grotesque n’avait le moindre sens.
    Des arbres déracinés, jonchant le sol de ruelles sableuses. Des civils hagards, la tête entre les mains, le visage couvert du sang des cieux eux-même. Un pilier de terre, surgissant du sol brutalement, pour propulser une masse de muscles verdâtres au visage d’un monstre impossible. Des dizaines, des centaines de cadavres entassés, tombés comme un seul homme, après la naissance de ce qui se cachait dans l’anomalie. Et partout, des cris, des supplications, des sanglots.
    Un javelot fendit l’air, pulvérisant la cire surnaturelle des bougies ornant l’épaule de la bête et mettant fin à la contemplation morbide des plus influençables.
    “-BONNE CHASSE.” Les salua Iratus en s’élançant vers la bête, alors même qu’un deuxième javelot la frappait. Dans les airs, quelque chose de vert et de bruyant se mit à hurler, non sans défier la gravité comme la raison.
    “-Sang et ruine !” Lui répondirent-ils à l’unisson. Et puis le groupe se dispersa dans les ruines, dans l’attente d’une opportunité.

    Alors qu’il courait, ventre à terre, droit sur Miséricorde, le loup décida qu’une mort face à un si glorieux adversaire lui conviendrait parfaitement. Cette chose n’avait beau ne pas être un titan, elle restait une calamité capable de raser des maisons quelques instants seulement après avoir pris forme, alors quelle honte y aurait-il à tomber face à elle, surtout après un tel massacre ? Combien de têtes pourries étaient tombées sous ses coups, cette nuit? Quelqu’un, ici-bas, pouvait-il espérer avoir causé un plus grand carnage que lui et sa meute?
    Du coin de l’oeil, Iratus remarqua une forme bleue et rouge s’extirper des ténèbres sur sa droite. En parlant de meute…Le représentant le plus prometteur de cette dernière semblait être sur le point de venir défier la mort lui aussi, en jetant ce qui lui restait de corps et d’énergie droit sur l’engeance chaotique.
    S'il avait pu sourire face à ce spectacle, le loup l’aurait fait sans hésiter.
    Soudain, après une énième foulée, l’ombre de cette chose qui n’aurait pas dû exister vint le recouvrir tout entier. Ainsi, le temps était venu.
    L’espace d’un instant, le temps sembla suspendu. Iratus se ramassa sur lui-même, pour rassembler ses forces récemment rassérénées dans ses membres antérieurs…Le tambourinement pourtant serein de son cœur vint chasser les sons extérieurs. Un dernier souffle s’extirpa de sa gueule entrouverte.
    Puis il bondit, toutes griffes dehors.
    Sur le poitrail de Miséricorde.


    résumé:


    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 17 V2j7YdS
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Jeu 22 Juin - 21:47
    Décidemment, la distraction, ce n'était pas son fort. Elle réussit à remarquer le coup qui se préparait une fraction de seconde avant qu'il n'aie lieu. Evidemment, cela ne fut pas suffisant pour lui permettre de ne serait-ce que tenter de l'éviter. Rapidement, elle se retrouva de nouveau à voler dans les airs... Mais, cette fois, sans aucun contrôle sur sa trajectoire. Le vent soufflait, mais d'une manière loin d'être aussi agréable que ce dont elle avait l'habitude et qu'elle recherchait. Ce n'était pas un vol de plaisir. C'était un vol forcé. Un vol qui devait cesser au plus vite. Elle écarta les ailes au maximum, dans le fol espoir de freiner sa chute. Cela eut-il l'effet escompté ? Si elle avait ralenti, elle ne s'en rendit pas compte. Le choc lorsqu'elle heurta le sol ne lui sembla pas diminué.

    À quoi bon ? Elle n'était qu'un moucheron pour cet être... Comment avait-elle pu ne serait-ce qu'imaginer être capable d'avoir le moindre effet ? De détourner son attention ? Après tout, même sans l'avoir chassée, le monstre n'aurait pas vraiment été dérangé par sa présence... Néanmoins, lorsqu'elle leva les yeux, il lui sembla voir des petites formes qui, inlassablement, continuaient à lui tourner autour. Pourquoi restait-elle là à pleurer sur elle-même ? Ce n'était pas digne d'elle ! Elle devait les rejoindre ! Elle s'apitoierait sur son sort plus tard. Lorsqu'elle se releva, elle secoua un peu les ailes, afin de vérifier qu'elles fonctionnaient toujours, puis s'élança à nouveau. Prenant soin d'éviter ses lames, elle se dirigea vers le lieu où ses alliés de fortune semblaient concentrer leurs efforts. Puis elle le remarqua. Le monstre était blessé. À l'abdomen... Hum... Intéressant, tout cela. S'arrangeant pour que cette fois, ce soient les autres qui la couvrent, elle brandit sa dague et se mit tranquillement à inciser l'estomac de la créature. Oh, elle ne voulait pas la blesser. Simplement libérer le passage pour pouvoir ensuite déverser dans l'ouverture ainsi créer son précieux liquide mortel... Jusqu'à présent, elle ne s'en était pas vraiment servie, il n'avait fait office que de menance. À présent, si elle en avait l'occasion, elle pourrait vraiment aider les siens. Si elle parvenait à administrer le poison, elle s'éloignerait ensuite pour esquiver la riposte qui aurait très vraisemblablement lieu. Si tout fonctionnait comme prévu, il n'y aurait plus qu'à attendre... À moins que la quantité nécessaire pour venir à bout d'un tel monstre soit supérieure au contenu de sa fiole.
    Résumé :

    Pouvoirs utilisés :
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 579
    crédits : 1027

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Jeu 22 Juin - 23:02

    "No chance for egress - will this be a massacre?"

    Un combat acharné. Voila ce que c'était. Ou plutôt. Un dernier espoir. Un baroud d'honneur pour des guerriers cherchant à protéger les leurs et sauver leur propre vie.

    Miséricorde et Repentance avançaient. Ils progressaient dans la boue sableuse et le sang afin d'atteindre leur but. Afin de semer mort et désolation. Sur leur chemin, de braves hommes et femmes venaient se dresser. Un effort méritoire, mais ô combien dangereux. La mort était présente en cette triste nuit. Et elle n'épargnerait personne. Peu importe la noblesse. Peu importe le rang. Peu importe la bravoure. Peu importe le passé.

    Aucun sang n'était trop précieux.



    GROUPE MISERICORDE:  @Brak'Trarg  @Tagar Reys  @Lardon   @Alasker Crudelis  @Broken Goat  @Afosios Smaragdi  @Oyun  @Kahl  
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 17 UFBo08L

    Intriguant. Agaçant. Douleur. Colère. Guerre.

    Alors qu'il continuait sa marche funeste, Miséricorde continuait de rire, amusé par les pitoyables insectes qui s'entre-déchiraient sous sa propre aura. Si faibles... Et pourtant, tellement intéressants. La gigantesque entité plongeait ses orbes vides en direction de son objectif, avançant tout de même vers ce dernier sans se soucier des mouvements de ses adversaires. Après tout, que pouvaient-ils faire? Ce fut une pluie de lance qui répondit à cette question. Se plantant respectivement dans ses côtes, l'un de ses orbites et sur son épaulière, le monstre commença vaguement à vaciller, notamment lorsque le trait projeté vint frapper les multiples bougies, faisant éclater ces dernières en une pluie de mana. Une déflagration retentissante qui perturba légèrement la créature qui ne put alors pas remarquer le lycanthrope qui commençait à grimper sur lui. Puis, Miséricorde remarqua le guerrier vert qui s'élançait vers son crâne, tentant de le fendre en deux comme un fruit trop mûr. Dans un réflexe, la créature gigantesque leva ses deux haches pour venir s'opposer à la lame de phantacier de Brak.

    Un éclat vibrant. Une terrible onde de choc se répercutant dans l'air et sur les membres de Miséricorde. Les haches subirent l'assaut terrible sans broncher, résistant visiblement à la force titanesque du gladiateur reikois. Cependant, la force du coup était incroyable. Et si le tranchant n'avait eu aucun effet, la vibration, elle venait de faire éclater les membres de l'entité qui laissa un long hurlement résonner dans l'air tandis qu'elle titubait en arrière. Ses deux armes, énormes, s'effondrèrent sur le sol ensanglanté tandis qu'à la pluie écarlate venait s'ajouter des gerbes de sang noir poisseux. L'air vibrait encore, se remettant à peine du clash qui avait eu lieu. C'est à ce moment que Kahl frappa. L'impact fut terrible et toucha directement l'une des jambes du colosse, broyant ses protections avec férocité avant de creuser la chitine nauséabonde qui formait le derme de l'entité. Ce fut trop pour cette dernière qui, violentée par toute cette férocité perdit enfin l'équilibre et s'écroula au sol. Dans un choc horrible, le sol se craquela tandis qu'un épais nuage de poussière se soulevait. La créature était blessée, mais pas encore morte.

    - C'est donc cela. La force des mortels. Je comprends mieux ses mots. Sa volonté. Je dois m'occuper de vous. Avant de repartir.

    La créature était à genoux. Mais toujours impérieuse. Ses autres bras se déplièrent, à l'instar de pattes d'araignée. Ses muscles se contractèrent et, dans un mouvement, l'entité commença à se relever doucement. Dans son dos, les multiples tentacules vinrent balayer l'air avec férocité, se projetant sur les cibles proches. Brak et Kahl furent projetés par ces dernières, les faisant atterrir dans des tas de ruines et autres charniers qui eurent le mérite d'amortir leur chute. Les tentacules étaient féroces, mais moins puissantes que les membres supérieurs de la bête. Pour Oyun, sa vision eut visiblement le mérite de provoquer une réaction en chaîne aidant agréablement ses camarades. La créature n'avait pas apprécié, signe qu'au moins une de ses lances avait été terriblement efficace. Malheureusement, cela voulait également dire qu'elle devenait une cible. Fendant l'air, l'une des tentacule vint s'enfoncer dans le flanc de l'orc à l'armure rouge et noire, la traversant entièrement. Dans un toussotement sanglant, la peau-verte attrapa cette dernière pour la dégager autant que faire se pouvait de son propre corps. Si elle parvint à sa tâche, il n'en était pas moins réaliste que la blessure s'avérait profonde, bien que non mortelle. Malheureusement, ce n'était que la première vague et alors que Miséricorde tentait de se relever, deux nouvelles tentacules se jetaient sur elle. Alasker quant à lui continuait de grimper, malgré le fracas de la chute. Le lycanthrope n'avait qu'un seul objectif en tête et lorsqu'une tentacule fila dans l'air pour venir le traverser, le loup continua simplement son escalade. Le sang coulait de son corps, la douleur le tiraillait. Mais la douleur était source de motivation pour le berserker. Et bientôt, ses dévoreurs se jetteraient à leur tour sur ce membre étendu qui traversait actuellement leur patron. La guerre, après tout, ne se souciait que très peu des petites souffrances, pas vrai? Surtout quand le temps leur était ainsi compté. Car si Miséricorde parvenait à se redresser, alors leurs chances de victoires tomberaient proche de zéro.

    Pour les défenseurs de civils, le chaos continuait également. Pire encore, les blessures de la créature semblaient avoir amplifiées la rage qui animait les miliciens devenus fous. Il fallait trouver des solutions, surtout qu'aucun mages ne semblaient disponible, ces derniers trop occupés à se protéger eux mêmes ou à assister aux combats. Soit les maîtriser, en usant de troupes non atteintes, soit en reculant le plus possible. En s'éloignant de l'entité tout en continuant la protection des plus faibles. Mais... La tâche ne serait pas simple pour autant. Surtout que... Est-ce que les morts recommençaient ici et là à bouger?

    Afosios quant à lui galopait. Encore et toujours. Se souciant assez peu de ce qu'il se passait derrière lui, l'arlequin entendit tout de même le vacarme de la chute de Miséricorde ainsi que l'écroulement des habitations vers Repentance. Le chaos régnait, et pire encore le temps leur était de plus en plus compté. Arrivant au niveau de la demeure, l'envoyé de l'Impératrice constata avec étonnement que cette dernière était vide. Tout du moins, la cour l'était. Pour le reste, l'acrobate allait devoir fouiller, et cherchait à comprendre pourquoi les deux entités semblaient aussi intéressées par ce lieu.

    Une chose était sûre cependant, les grognements entendus étaient tout, sauf humains.

    Objectif:
    - Abattre Misericorde: 0/1
    - Protéger les civils: 0/1
    - Survivre: 8/8

    État de santé de Lardon: Très blessé - bras tranché État de santé de Broken: Légèrement blessé (mental renforcé) // État de santé d’Afosios: Légèrement blessé (mental toujours "stable") /État  de santé de Brak: Blessé / État  de santé de Kahl: Grièvement blessé / État  de santé Oyun: Très blessée/ État  de santé Alasker: Très blessé

    GROUPE REPENTANCE: @Shaina Solare  @Kaelinn  @Zéphyr Zoldyck  @Shan'ael Lipswyrm  @Kilanna Launi  @Zaïn Tevon-Duncan  @Le Porte-Mort  @Astryd Isdotyr
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 17 MnXUqzS

    La joie du chaos se déversant sur leur pitoyable cité. L'extase de les voir lutter comme des vers. La colère de les observer lutter. La douleur de leur efficacité. L'incompréhension.

    Continuant d'avancer, l'entité qu'était Repentance se faisait harceler par les différents défenseurs de la cité ainsi que la Griffe. Pendant cette diversion, un plan se mettait en place parmi les différents guerriers, et des initiatives personnelles étaient également prises. Infliger le maximum de dégâts internes, puis préparer le terrain pour une frappe dévastatrice. Les reikois fatiguaient. Leurs corps étaient endoloris par des dizaines et des dizaines de blessures plus profondes les unes que les autres. Mais ce peuple avait un avantage qu'aucune créature ne pouvait comprendre. La résilience.

    Boréas et Shaina s'élancèrent et mirent en place leurs actions. Dans un nouveau choc thermique, la plaie à l'abdomen de Repentance vibra. La chair putride fut éclatée de part en part et on pouvait à présent voir un peu plus intensément l'intérieur nauséabond de la bête. Des os en pagailles, trois cœurs, et beaucoup de liquide noir poisseux se déversant de l'ouverture. Un crissement douloureux de l'entité attira les regards puis, dans un grand coup d'éclat, Zaïn arriva contre l'abdomen de la bête, usant de son corps comme d'un boulet de canon. L'impact fut terrible, bruyant, mais n'eut pas nécessairement l'effet escompté, brisant plus d'os que d'organes. S'accrochant à l'une des côtes, l'hybride se retrouvait à présent dans une position bien inconfortable. Une lance fila également dans l'air, s'échouant doucement sur le sol sans réussir à atteindre sa cible, faute de force de lancer ou de proximité. Dans les airs, Deydreus s'élançait quant à lui à son tour, soutenant l'effort des autres guerriers en lançant une pluie de pieux sanguins sur le corps décharné de la créature géante. Cette dernière encaissa les assauts, grognant et gesticulant ses multiples bras comme si elle se trouvait prise de convulsion. Dans son dos, on pouvait voir la chaire fondre suite aux impacts de lave et au choc thermique, créant un tunnel d'air dans la poitrine de l'horrible entité. C'est là que son estomac reçut un poison néfaste tandis que Kilanna venait inciser l'estomac avant de rapidement repartir par les airs, commençant à tirailler son intérieur d'un mal lent et insidieux. Mais... Le poison était il efficace contre les créatures putrides?

    - C'est donc cela... SOUFFRIR? Laissez-moi vous rendre la pareille.

    La bête leva de nouveau ses lames, prête à laisser une nouvelle vague d'énergie éclater autour d'elle. Seulement, il n'y eut aucun son. Aucun tremblement dans l'air. Seulement le silence glacial de la mort et de la douleur. Le sol autour de Repentance sembla taillé, comme emporté dans une spirale invisible et désastreuse. Une multitude de gravats tournoyèrent dans une bulle de vide qui éclata aussi rapidement qu'elle était venue. Pour les observateurs, la scène était horrifique, non pas à cause de sa violence même, mais plutôt à cause de son aspect apocalyptique. Il n'y avait plus rien au sol. Que de la terre écrasée et déchirée. Pour l'hybride, l'assaut le toucha de plein fouet. Malgré son renforcement, la bulle de vide et d'air tranchant vint arracher sa carapace dermique puis ses muscles, provoquant chez celui qui ignorait pourtant la douleur un cri étouffé. Car aucun son ne perçait au travers du vide. Ses gerbes de sang, projetées et tournoyantes ne firent qu'être le prélude de ce qui attendait le renard par la suite. Son corps, presque inconscient, flotta dans l'air tandis qu'il se décrochait de la cage thoracique de Repentance. Puis il fut projeté violemment en direction des ruines. Fort heureusement, le corps déchiré de l'hybride fut rattrapé en l'air par le général reikois. Tirant sur le bras ensanglanté du pugiliste, Deydreus reçut de plein fouet à son tour la bulle de vide. Les lames invisibles, aussi acérées que ne l'étaient ses épées, râclèrent ses plaques d'armures et ses ailes membranées. Taillant l'acier avec férocité, de nouvelles gerbes de sang rejoignaient à présent le tumulte écarlate de la bulle tandis que le vampire s'en écartait en pestant, transportant avec lui un Zaïn qui reprenait peu à peu connaissance.

    Au niveau de Boréas et Shaina, la bulle ne fut pas directement la cause de leurs malheurs. Si l'étrangeté invisible de les toucha pas, la multitude de graviers projetés et de restes osseux s'éleva violemment dans les airs. Comme si agacée par les choses volantes, Repentance avait décidé de s'en prendre aussi à ces dernières. L'oiseau zigzaguait, tentant d'éviter les projectiles qu'il savait néfastes. Pourtant, quelques uns touchèrent tout de même l'élémentaire de lave qui, malgré ses efforts, sentit de vives douleurs au niveau des jambes. Ces dernières se retrouvaient lacérées, déchirées, par plusieurs silex et autres débris tranchant. Comme pour le reste, son sang vint s'ajouter inlassablement à la pluie carmin qui tombait sur Sable-d'Or. Fort heureusement, la blessure était pour elle relativement légère, principalement grâce à Boréas. L'oiseau fut pour le coup un peu plus touché. Principalement en raison de son envergure plus grande et de sa position. A plusieurs reprise, des éclats vinrent frapper son doux plumages, entachant ce dernier de tâches carmin et de trous ici et là. Comme pour tout le monde, son sang venait s'ajouter à la tornade de raisiné déferlant sur la ville portuaire. Mais aucun organe était touché. Aucune douleur trop vive et, pour le volatile comme pour l'élémentaire, le combat continuait.

    Fière de son action, Repentance fixa à présent la demeure se trouvant plus loin ainsi que les pitoyables soldats et gardes se trouvant sur sa route. De nouveau microbes, aussi nuisibles qu'ennuyeux. Abattant ses faucilles sur le sol, l'entité releva ces dernières dans un mouvements sec tandis que ses multiples pattes cliquetaient sur les restes délabrés d'une ancienne demeure. L'onde de choc fut terrible et, alors que les hommes et femmes tentaient d'en réchapper, beaucoup d'entre eux se retrouvèrent déchirer dans ce cruel assaut. Bientôt, les maisons elles mêmes commencèrent à céder et s'effondrer, piégeant miliciens et défenseurs dans des pièges de rocailles et de bois. Cela concernait tout ceux n'étant pas encore au contact de la bête, dont Astryd et les autres citoyens. Il allait falloir être vif, et rapide, si ces derniers ne voulaient pas finir enseveli par les restes lamentables de maisons qu'ils cherchaient à protéger.

    Se stabilisant dans l'air, le général des armées observa la scène avec rage et fureur. L'entité insultait son peuple. La dévotion de ses hommes et la bravoure des défenseurs reikois. Dans son esprit, la solution proposée par Zéphyr résonnait. Créer un chemin pour Shan'ael et le maître espion. Permettre l'assaut direct au cœur. Observant son propre corps, le vampire constata les nombreuses plaies qui le parcouraient, ainsi que la déformation désagréable de son casque. Retirant ce dernier d'un geste vif, le chevalier aux yeux hétérochromes soupira longuement, avant de plonger vers le Dunark qui lui servait de relais pour y déposer au passage l'hybride qu'il tenait encore contre lui.

    - Appliquez lui les cataplasmes hémorragiques et autres bandages nécessaires. Je refuse de perdre ce guerrier. Dites également  à Zéphyr que je vais harceler de nouveau la bête. Je vais déchainer ma vitesse et mes pouvoirs sanguins lorsqu'ils lanceront leur ultime assaut. la plaie de la créature est béante. C'est une invitation. Ordonnez au reste de nos troupes présentent ici de gérer les civils autant que possible. Et d'aider à la lutte. Ce dernier assaut sera notre salut. Ou notre fin.

    Puis, dans une bourrasque violente, le vampire repartait à l'assaut. Le piège se refermait. Oui. Mais sur la créature, ou sur les reikois?

    Objectif:
    - Abattre Repentance: 0/1
    - Protéger les civils: 0/1
    - Survivre: 8/8

    État de santé Zéphyr: Grièvement blessé / État de santé d’Astryd: Blessée / État de santé de Zaïn: Grièvement blessé / État de santé de Kilanna: Très blessée / Etat de santé de Shan: Grièvement blessé / État de santé de Shaina: Légèrement blessée / État de santé Boréas: Légèrement blessée

    Résumé à lire - UPDATE DE LA CARTE:


    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 17 Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum