DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Pancrace

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 18 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La marche du vent d'acier
    Derniers sujets
    Validation des RP de Ben [Reike]Aujourd'hui à 10:37Ben le Bouc
    Derrière le rideauAujourd'hui à 10:22Ben le Bouc
    Souvenirs douloureux [PV Nut Shidhi]Aujourd'hui à 9:01Amédée Sauventreen
    Nomination [Cyradil]Aujourd'hui à 0:33Cyradil Ariesvyra
    Anha zhavvorsa [Tensai]Hier à 23:14Tensai Ryssen
    L'air du Vent | Feat ZéphyrHier à 23:06Zéphyr Zoldyck
    OrigineHier à 22:59Zéphyr Zoldyck
    La lune et ses étoiles - PAHier à 22:54Tensai Ryssen
    Déchéance [Lyra et Alaric]Hier à 22:47Zéphyr Zoldyck
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:43Erwin Staal
    +8
    Savoir
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zéphyr Zoldyck
    Kahl
    Alasker Crudelis
    Lardon
    Deydreus Fictilem
    PNJ
    12 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 368
    crédits : 674

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Ven 23 Juin 2023 - 12:49




    - Sable-d'Or -

    Bien que l'impact le sonna un peu malgré son renforcement physique, Zaïn parvint à s'aggriper au premier rebords qui se présenta à lui pour lui éviter la chute. Il constata alors que le parapet sur lequel ses doigts s'étaient refermés était l'une des côtés brisées de Repentance, il put alors constater l'ampleur des dégâts qu'il avait causé : aillant percé et arraché une bonne partie de l'enveloppe corporelle de l'entité, il n'était malheureusement pas parvenu à atteindre les organes vitaux de la créature. Mais qu'est-ce qui lui disait que c'était les organes qu'il fallait viser, Repentance en avait-elle seulement besoin ? Son corps difforme semblait en décomposition, rien que l'odeur en témoignait. Ses organes étaient-ils indispensables à sa survies comme eux ?

    Enfin, de toute façon la question aurait été pertinente uniquement s'ils avaient le choix, si une autre alternative se présentaient à eux. Tout ce qu'ils pouvaient faire c'était de s'en prendre le plus violemment possible au corps physique de l'entité. Mais ils avaient beau la percer de part en part, son avancée continuait inéluctablement et ne semblait même que la galvaniser d'avantage, l'énervant plus qu'autre chose.

    Zaïn n'eut pas le temps de pousser son analyse plus loin, tant l'air se déroba à ses poumons, le souffle court, il tenta de ne pas lâcher prise, mais les assauts qu'il reçu alors, lacérant sa peau et l'assaillant d'une douleur intense l'envoyèrent dans les pommes. Il ne se sentit même pas chuter, tombant inconscient. Lorsque Deydreus le rattrapa, il n'en fut que subrepticement conscient. Il eut plutôt l'impression que Kilanna venait de nouveau le sauver, volant à son encontre. Peut-être avait-il murmuré son nom sous le coup de la douleur... Voilà, tu es parvenue à réaliser l'un de nos rêves : voler ensemble, main dans la main ! Tu es merveilleuse mon amour ! pensa-t-il, les yeux fermés, incapable de les ouvrir. Il faisait si noir, et pourtant ses sens fonctionnaient toujours, surinant son esprit de signaux douloureux de toute part. Mais seule cette chaleur dans sa paume, les doigts de sa bien-aimée serrés contre sa main comptait pour lui. C'était au bord de l'inconscience qu'il put sentir des bras le serrer à la taille, Un câlin, le meilleur des remèdes... pensa-t-il à demi. S'il en avait eu la froce, il aurait pris l'hybride-ombragon dans ses bras à son tour alors qu'ils volaient serrés l'un contre l'autre.

    Mais heureusement qu'il s'avanouit avant de pouvoir le faire. qu'elle aurait été la réaction du Général des armées du Reike s'il avait reçu un baiser du guerrier qu'il venait de sauver ? Il l'aurait peut-être lâché ! Et qu'elle aurait été la surprise de Zaïn lorsqu'il aurait compris son erreur, sa méprise ? Il ne saurai donc jamais que ce fut la Griffe en personne qui l'avait sauvé en ce jour. Et c'était mieux ainsi.

    Ce ne fut que lorsqu'on le soigna qu'il repris conscience, sentant alors la douleur de ses multiples blessures réagissant par des sensations de brûlures aux cataplasmes que l'on y appliquait. Il ne vit par le Général repartir à l'assaut, mais posa un regard perdu sur le ciel assombri d'où s'écoulaient toujours les gouttes de sang qui baignaient Sable-d'Or. Il se souvitn alors d'où il était et de ce qu'il lui incombait de faire. Zaïn se redressa alors tant bien que mal, son soigneur lui faisant comprendre qu'il devait y aller doucement. Combien de temps s'était-il écoulé depuis son assaut ? Il ne pouvait le dire avec certitude.

    Quoiqu'il en fut, il s'était bien rendu compte qu'il n'était pas de taille face à un tel adversaire. Et maintenant qu'il arrivait à la limite de sa force, sans parler de ses graves blessures, il ne pouvait plus lancer de projectiles ni aller se battre contre Repentance. Mais il devait continuer de se racheter, de prouver sa valeur. Le regard de l'hybride remarqua alors Kilanna... Elle était incroyable, la plus parfaite des créatures en ce monde, la plus belle des femmes et la plus courageuse de toute. Après l'avoir sauvée, elle était immédiatement retournée au combat, elle était si parfaite. En son honneur, il se devait de se relever et de faire sa part, lui aussi.

    Titubant à moitié, il parvint à se remettre sur ses pieds, malgré la douleur lancinante se son épaule et de son buste. Mais il pouvait marcher et sentait qu'il lui restait encore des forces, même en étant hors-combat. Son regard glissa alors sur les groupes de civils qui continuaient tant bien que mal leur marche vers la sécurité. Il descendit alors de son promontoire pour aider une jeune femme à remettre son sac sur son dos et releva son enfant qui était tombé dans la boue. Il remonta alors la petite colonne pour aider une famille à réparer l'essieu de leur carriole, la soulevant pendant que le père de famille remettait la roue dans la tige. Une fois repartis, il entendit un cri dans une rue adjacente et vit un jeune homme, la jambe bloquée sous une poutre de bois, autour de lui, une femme et un vieil homme tentaient de l'en dégager mais en vain. Sans hésiter, Zaïn remonta à leur hauteur et souleva la poutre le temps que le jeune homme se glisse sur le côté. Le remerciant mille fois, ils s'éloignèrent en le soutenant alors qu'il clopinait.

    Zaïn continua alors d'aider les habitants de Sable-d'Or et les blessés qui devaient être évacués.



    Résumé :
    Pouvoir utilisé :



    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Ven 23 Juin 2023 - 15:03
    Alerte : Défense de Sable d'Or
    Invasion venue d'outre-tombe


    Un peu plus loin, dans des marais côtiers au sud de Sable d’Or,
    Accompagné de son harem de femelles, un cobe au pelage sombre maculé de tâches blanches contemplait de loin l’étrange chaos venant de l’endroit où logeaient les bipèdes. Il se préparait à partir par peur que le grabuge venant du nord ne vienne sur son territoire. Les animaux se mirent en alerte quand ils entendirent des sons de sabots. D’abord des moutons affolés, suivis de bovins, de chèvres, chiens, porcs, baudets, puis de chevaux, dont certains parés encore de leur barde. Tous avaient les yeux exorbités, comme s’ils avaient vu pire que n’importe quel prédateur. Par peur de ce que ces animaux semblaient avoir vu, le cobe et son troupeau suivirent le mouvement en s’éloignant le plus de la ville attaquée par des choses dépassant n’importe quel être-vivant.

    Dans cette ville que les bêtes fuyaient, les choses ne s’arrangeaient pas pour les défenseurs des derniers civils et blessés. Jusqu’à maintenant, l’immense être cadavérique qu’était Miséricorde semblait s’être amusé avec les insectes insignifiants qu’étaient les guerriers qui tentaient d’en venir à bout. Enfin jusqu’à ce qu’on parvienne à lui trancher les bras. De là où se trouvait l’hybride, il parvenait à voir ce qu’il se passait au vu de la taille gigantesque de l’entité. Celle-ci se mit à pousser un hurlement d’outre-tombe qui fit vibrer le sol et força le cobe à se boucher les oreilles. Puis elle s’effondra. Les choses étaient-elles terminées ? Pourtant les soldats possédés continuaient de présenter une menace pour Broken Goat et ceux qui restaient pour défendre ceux qui ne pouvaient se battre. Pour l’hybride, seule la boue semblait jouer un peu à son avantage. Heureusement qu’elle était là d’ailleurs pour compenser ses faibles compétences martiales. Car à l'instant, il peinait contre un milicien corrompu. Et ce jusqu'à ce que qu'une lance le transperce et qu'on lui indiqua qu'il devait se concentrer pour protéger ceux qui étaient encore vivants et qui avaient toute leur tête.

    Les intuitions de Broken Goat étaient bonnes, la chose se releva, bien que légèrement diminuée. Elle était telle une bête acculée redoublant de férocité. Elle s’était dangereusement rapprochée de la demeure du régent et du groupe de blessés et civils. Et cela se sentait sur ses pantins qui devinrent plus virulents. Et pour couronner le tout, aucun mage disponible pour venir faire barrage face aux attaques psychiques. Les quelques rares défenseurs encore vivants étaient livrés à eux-mêmes. Dans beaucoup de troupeaux d’herbivores, les plus vulnérables étaient rassemblés au centre et les plus forts se mettaient autour pour les protéger. Mais dans le cas présent, ces derniers étaient de moins en moins nombreux, bien que Broken Goat ait vu de des soldats à côté de lui qui n’hésitaient pas à tuer leurs anciens camarades. Ils devaient s’éloigner de cette chose. L’instinct du cobe lui dictait de partir. Un peu plus loin, il vit un cheval terrifié désarçonner son cavalier avant de tenter de fuir vers l’extérieur de la ville. Broken Goat avait remarqué que la ville s’était vidée de ses animaux. Et si les bêtes avaient trouvé un endroit où partir ? L’idée germait dans sa tête.

    Comme si les soldats corrompus par la créature squelettique ne suffisaient pas, voilà que les morts-vivants semblaient se réveiller de nouveau. Encore la tête pendante, un corps se relevait à quelques mètres du groupe qui luttait pour protéger ce qui restait de civils n’ayant pas fuit comme des lapins.


    - Si animaux avoir fui… Nous pouvoir partir, nous trouver chemin de animaux…

    Broken Goat repensa au cheval qui venait partir. S’ils pouvaient suivre sa piste. Mais pour cela, il fallait d’abord pouvoir faire avancer le convoi entre les miliciens possédés par la chose et les morts-vivants. Peut-être que l’espoir de pouvoir trouver une échappatoire à cet enfer donnerait une nouvelle motivation à des troupes fatiguées. Le cobe était déterminé à trouver ce chemin et que tous puissent fuir hors de cet enfer. L’hybride jeta un regard en direction de la créature arrogante. S’ils parvenaient à s’échapper, ça serait un nouvel affront pour cette chose qui regardait de si haut des êtres qu’elle imaginait faibles. Pourtant, il y avait une chose que les espèces proies comme les antilopes savaient mieux que tous. C’était que la fuite était une arme comme une autre et pour pouvoir rester en vie.

    Broken Goat se proposa de partir en éclaireur, usant de sa grande aisance en terrain boueux par rapport aux humanoïdes afin d’échapper aux attaques des morts-vivants et de guider les soldats, blessés et civils avec lui pour pouvoir trouver un endroit où s’échapper. Il cherchait le moindre indice pouvant les mener à cet espoir de quitter cet enfer. Le cobe vit un mort tentant de se lever et écrasa son crâne d’un de ses sabots avant de continuer de chercher. Il secoua sa patte de dégoût.


    - Beurk !

    Pourtant, il avait moins de mal avec les morts-vivants qu'avec des soldats corrompus bien vivants. Il comptait sur les miliciens qui protégeaient le groupe de civils pour se débarrasser des menaces pour qu’ils puissent avancer.


    CENDRES

    Résumé:

    L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Zéphyr Zoldyck
    Zéphyr Zoldyck
    Messages : 184
    crédits : 540

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation:
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B - Oreille
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1330-zephyr-zoldyck-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2145-chronologie-de-zephyr#18202
  • Ven 23 Juin 2023 - 23:55

    D’un air impassible, Zéphyr observe Repentance avancer dans les rues de Sable d’Or. D’un point de vue extérieur, ce monstre semble invincible. Et pourtant, le maître-espion sait qu’aucun des guerriers présents ne reculera pour lui faire embrasser la mort. Il a demandé à Shaina et à Boréas de s’exposer, encore une fois, pour faire le plus de dégâts à l’abomination. Ce n’est pas suffisant pour l’achever, mais cette stratégie paie, puisque cela crée tout de même un « tunnel » dans l’entité, son dos était littéralement percé par la lave en fusion et le choc thermique qui a lieu dans son ventre. Deydreus ne lui laisse pas de répit non plus avec ses pieux sanguins, et l’hybride-renard lui-même mène un assaut un peu fou, en se propulsant sur la créature. Certainement que les os de leur ennemi se cassent en conséquence, mais la collision doit faire particulièrement des dégâts à Zain, ou alors, cela l’expose à un danger imminent.

    Cela dit, les dommages ont été causés à la créature.
    Il reste maintenant à l’achever.

    Mais évidemment, la bête d’outre-tombe ne va pas se laisser faire. Au contraire, elle contrattaque, et l’assassin pince des lèvres lorsqu’une multitude de gravats tournoie dans les airs. Il est évident que, pour ceux qui entourent le géant, la réplique sera plus féroce. Le Reikois ne peut qu’espérer que ses camarades seront rapides et agiles pour éviter les projectiles, ou alors que leurs blessures seront mineures, afin que leurs vies ne soient pas en danger et que le combat puisse se terminer le plus vite possible. Dans leur cas, le fait que Repentance avance est un mauvais point, et le maître-espion suit attentivement sa progression alors qu’il saute de toit en toit, Shan’ael et un télépathe sur ses talons. Les trois hommes ne se retrouvent ainsi pas piégés par l’onde de choc qui fait s’effondrer quelques maisons et même si les cris des citoyens et des soldats résonnent en contrebas, l’Oreille ne prend pas le temps de les aider. Sa cible, c’est le monstre, il y a d’autres officiers au sol qui pourront peut-être être utiles et participer à l’évacuation.

    Quand l’assassin entend les indications du Dunark dans son esprit, le Reikois doit bien admettre qu’il n’est pas surpris. Pour être honnête, lui aussi considère qu’il faut en finir et lancer l’ultime assaut, même s’ils doivent échouer et périr. La plaie s’est agrandie, c’est là une occasion unique. Zéphyr descend donc avec moins de grâce que d’habitude pour rejoindre la terre ferme, à une distance raisonnable de l’abomination et il s’adresse d’abord au télépathe, après avoir repris son souffle qui est plus laborieux que la normale.

    - Confirmez au Dunark que notre attaque est imminente et qu’on va avoir besoin de Deydreus pour faire diversion le plus possible. Qu’il nous ouvre la voie et que l’abomination soit suffisamment occupée pour ne pas remarquer notre arrivée. C’est un sale rôle, mais la Griffe a des épaules solides, et fera tout pour leur gagner de précieuses secondes. Prévenez également Boréas, le phénix, que nous allons passer à l’offensive. Si elle le peut, qu’elle et Shaina participent à la diversion ou qu’elles nous servent de soutien. D’un geste, Zéphyr se tourne vers Shan et va directement à l’essentiel. Vous vous rappelez des cœurs qu’on a vu tantôt ? Je vous propose qu’on les frappe et qu’on les élimine. Vite et bien. Utilisons notre vitesse et notre agilité pour nous déplacer, puis déchirons ses organes vitaux avec nos dagues ou avec nos sabres. Les dagues, d’ailleurs, ce n’est pas ce qui manque au maître-espion, et tout en parlant, il en lance deux à son compagnon, si jamais ce dernier n’en possèdent pas. Je ne vous demande pas de vous tuer en tentant une attaque kamikaze, le prévient-il. Utilisons notre rapidité à notre avantage pour se rapprocher, mais ensuite, laissons parler nos lames.

    Il proposerait bien de partir en retraite immédiatement après, mais compte-tenu de la puissance offensive de leur adversaire, Zéphyr préfère ne pas faire de pronostics. Tous deux ont assez douillé lors de la première approche du monstre et s’ils savent se déplacer, la douleur qui lancine de leurs corps n’est pas anodine. C’est sans doute uniquement à cause de leur résilience qu’ils font fi de leurs blessures qui se rappellent à eux à chaque mouvement un peu trop prononcé des deux combattants.

    Compte tenu de leur état, il est infiniment probable qu’ils ne puissent pas subir une autre attaque, ni même qu’ils sauront se replier à temps.
    Leur seule chance, c’est que cette attaque soit décisive et mortelle pour Repentance.

    - Vous m’avez dit que vous êtes excessivement rapide et que vous étiez sûrs de toucher. Apparemment, il y a trois cœurs. Vous en prenez deux, j’en prends un. L’elfe aurait une large avance sur lui, il pourrait donc probablement faire deux attaques quasi-simultanées, là où l’Oreille n’aurait le temps que d’en faire une. Mais compte-tenu de leurs états, c’est déjà très bien.

    Le plan est simple, il n’y a donc pas besoin de tergiverser longtemps. Zéphyr indique simplement à son compagnon qu’il ne doit pas l’attendre et qu’il peut largement partir devant. Plus l’attaque sera rapide, plus les dégâts seront réduits pour tous ceux qui entourent la créature. Mais bien que l’espion soit moins véloce, il se sert des pattes arachnides à son avantage, puisque celle-ci ont largement de quoi lui fournir des prises pour prendre de la hauteur et de s’élever jusqu’à son abdomen. Pour le reste, il suffit de pas réfléchir, de sauter dans la plaie, en grimpant sur un os à moitié démoli, certainement à cause de l’action combinée de Shaina, Boreas et Zain.

    L’avantage d’être énorme, c’est que les côtes du géant le sont aussi, si bien que l’Oreille n’a guère de mal à avancer sur des os tantôt ravagés par le magma, tantôt découpé en petits morceaux, comme si on lui avait foutu un coup de poing qui avait tout démoli à l’intérieur de sa poitrine. Zéphyr ne prend pas la peine de regarder où en est son compatriote. Malin, l’elfe lui a laissé le coeur qui était le plus à portée. D’une main, le bretteur lance une première dague pour couper l’une des principales artères et son coup ne peut normalement que faire mouche, tant il est proche du muscle cardiaque. Puis, c’est avec deux lames dégainées que le Reikois finit par sauter sur l’organe pour le percer de part en part, du haut vers le bas. Aussitôt, un liquide noir et putride en sort et en arrose même le maître-espion, qui a assez de sang-froid pour ne pas frémir. L’essentiel, c’est que les coups ont normalement porté, que le coeur ne fonctionne plus – si on peut dire qu’il fonctionne sur une abomination pareille – et Zéphyr avise d’autres côtes cassées en contrebas, sur laquelle il pourra se réceptionner. Arquant son corps pour se donner de l’élan et profitant de la gravité causer par son attaque, l’assassin se laisse tomber et réussit à atterrir plus ou moins convenablement. Ses côtes cassées se rappellent évidemment à son bon souvenir, la douleur le submerge même à un moment, mais par un effort de volonté, l’Oreille s’efforce de tenir.

    Maintenant, il n’y a plus « qu’à » partir en retraite si les deux compères ont bien réussi à atteindre les trois cœurs de l’entité.

    Spoiler:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Brak'Trarg
    Brak'Trarg
    Messages : 331
    crédits : 1914

    Info personnage
    Race: Oni/Drakyn
    Vocation: Guerrier - Combattant
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B - Garde royal
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t104-brak-trarg-la-creature-du-reike-termine
  • Sam 24 Juin 2023 - 0:27
    Brak s'elançait dan sosn attaque bien décidé a en découdre et jusque au dernier momnet il resentait qu'il préussirait ou pouvait plus que fort probableent réussir. seulement le monstre ne c'était pas laisser faire, et mit les bras croisé ne geste de defense pour barrer le chemin de sa tête, a Brak et son épée, ce geste ne faisait qu'augmenter la rage et determination de Brak bioen que dan sles première secondes de l'attaque et de la defense du monstre Brak douta tant les haches semblait et les bras semblait resistant. Mais Finaleme,t se fut Brak le plus fort sur le coup car il parvint a non seuelement a desrmer le monstre mais aussi a lui trancher les bras net pas par le tranchant de l'épée mais par le choc digne des dragons que l'impact eut et fit tomber au sol les grandes haches en même temps que faire eclater les bras du vilain du vilain monstre.

    Brak pouvait il s'en rejouir penser que le monstre allait être terrassé .... eh bien ..... non car commencant deja a se relever par des tentacules dan son dos l'une d'elle frappa Brak et l'envoya "promener" sur un tas de gravat san sle blesser davantage ni mêm lui faire vraiment mal étonament. Comme si les dragons ne semblait pas vouloir voir disparaitre leur monmonstre vert ... ou du moins ... pas tout de suite.

    le dos a terre et les neuneuil au ciel tenant toujours son épée géante d'une paluche étalé au sol sur les gravats. le desepoir commençait a se glisser sournoisement dans la caboche et le cocoeur de Brak, et ses enuenuil deja deveait humide de larme dans les coins. Mais la encore Brak refusa d'y céder et tenta lui aussi de commencer a se relever, quand un vision amicale vint a son enontre ne la personen de son ami Tagar venu l'aider a se relever. en lui parlant de calin d'Ayshara e td'une poignée de main de Tensai ce qui eut le merite de chasser le desespoir de Brak et le faire souirre et mêem rire un peut un instant. tout en se relevant doucement.

    Dans le dos de Brak ses grandes ailes et queue de Dragon était toujorus là pendante vers le bas bléssé, et ne pouvant voler cependant Brak pourait toujours orienté ses ailes (avec douleur certes ) pour planer ou ralentir une chute. quoi qu'il en soit le combat devait se poursuivre et Brak refit ue entré le pasun peut lent dans "l'arène", aidé par son ami Tagar, et tout deux arrivé auprès du monstre ennemi, Tagar exposa son idée et plan à Brak, qui gocha sa caboche affirmativement en retour et de dire a Tagar d'une voix déterminé comme si il n'était pas bléssé sa rage concentre sur le combat ignorant les douleur qui l'acablait.

    "T'inquiète pas Tagar, j'ai pas encore poussé mon dernier WARGH"

    lui dit Brak prenant une pose et une frimousse bien badass de grand champion gladiateur. (dont la credibilité etait fortmeent remis ene cause par els mutiple saigneemtn de Brak son armure enfoncé, et ses ailes de dragon tombante et bléssé.

    Brak ne poussa pas de grand "wargh" cette fois pas qu'il n'en eut aucune envien non, c'est juste que cette fois il ne voulait pas prévenir son enenmi de ses intention jusque au derneir moment il aurait tout le temps du "wargh " de victoire plus tard.

    s'approv=chantde facon la plus detourné mais rapide qu'il pouvait de la tête Brak attaqua le crane du monstre ennemi avec sa plus grande force restante sa lame renforce une nouvelel fois par els bon soins de son ami Tagar.

    L'attaque de Brake viserait le sommet du crane entre les corne et l'oe l'orbite du milieu pile le centre du crane pour mieux le faire eclater.


    pouvoir utilisé ce tour :
    - force palier 3 pour l'attaque contre la tête du monstre à l'épée géante


    Résumé :

    _ Brak rit et souri un peut a la prase de Tagar sur le couple royal a son encontre, et se releve
    _ Brak avec l'aide de Tgaar retourne au combat contr el vialin monstre
    _ Brak approuve l'idée de son ami Tagar, et lui repond ue phrase bien badass et une pose breve de grand champion gladiateur.
    _ Brak va attaquer la tête du monstre a force palier 3


    pouvoir utilisé jusque à maintenant :

    - vol palier 1: plusieurs fois
    - sens surhmain (vue, ouie, odorat,) palier 1 : 2 fois
    - force palier 1: 6 fois
    - force palier 2: 5 fois
    - force palier 3: 3 fois
    - force palier 4: 2 fois
    - prouesse d'arme "lancer de marteaux du dragon" : 5 fois

    (cri de guerre "wargh" : 2 fois ^^)


    voix et thème de Brak'Trarg:


    Bric à Brak (inventaire de Brak'Trarg:


    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 18 W84111
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 24 Juin 2023 - 3:51
    Il etait de ces moments ou n'importe qui pouvaient sentir la pression. Cet instant décisif ou tout pouvait basculer. Zephyr etait la, devant lui, se déplaçant relativement bien pour quelqu'un qui devait souffrir le martyr. Il etait clair d'une chose, c'etait qu'il avait une force de caractere invraisemblable. Et en ça, il ne pouvait s’empêcher de se reconnaître lui même. Ils avaient interet a vaincre la créature...

    Il s'etait concentré sur la régénération de ses blessures, afin de pouvoir etre au maximum de ses capacités pour la prochaine attaque qu'il devait produire. Et pas des moindres. Ce qu'il allait faire, il ne l'avait quasiment jamais réalisé. Il se savait capable, mais mettre en pratique c’était une autre paire de manche.

    Il etait en plein exercice d'inspiration, écoutant a peine ce que Zephyr pouvait bien dire, avançant devant lui. Il était en train de s'occuper de la mise en place de l'action, comme l'elfe le lui avait demandé. Il parlait avec plusieurs soldats, et notamment, si Shan avait bien comprit, par télépathie a l'un des chefs de l'armée. Peut etre le chef venu s'occuper de la défense. Il avait a plusieurs reprises cru comprendre que les Reikois avaient un leader assez apprécié, notamment lors de la bataille du port avec la pieuvre. Il se demanda si au final, tout cela en avait vraiment valu la peine.

    - Oui, je vais le faire, comme je vous l'ai dis.

    Deux cœurs, dont les emplacements etaient gravés dans sa mémoire. Il serra les mains sur son arme, jusqu'à en blanchir les phalanges, et retira le fourreau. Il n'en aurait pas besoin. Il y avait meme des chances pour qu'il perde la lame dans l'action. Bon. Ce ne serait que la troisieme en six mois. Elles n'avaient pas énormément de valeur en général. Mais pour lui, sa lame, c'etait important. Il laissa ses yeux se fermer un instant avant de murmurer.

    - N'essayez pas de me suivre. Concentrez vous sur le dernier cœur, je prend les deux qui sont le moins accessibles, plus en hauteur. Les deux qui sont cote a cote.

    Il baissa le visage vers le sol, et murmura juste assez fort pour que son compagnon d'infortune entende.

    - ...Faites attention, le deuxième choc ne sera pas aussi gentil que le premier.

    Il sembla ensuite littéralement disparaître. Il avait baissé le menton pour se pencher en avant et baissé par cette occasion son centre de gravité. Il avait canalisé son souffle depuis plusieurs minutes, et ses muscles endoloris s’étaient figés, dans une pression articulaire qu'il avait infligé volontairement contre le sol.

    Presque comme un ressort, ses muscles se libérant dans un bond en avant explosif, il était parti en ayant presque du mal a contrôler lui meme son avancée. Peut etre que Zephyr avait réussit a le suivre des yeux, mais peu de soldats tout autour pouvaient en dire de même. Il était si rapide qu'il en était invisible pour le commun des mortels.

    Mais ce n’était pas un mortel qu'il attaquer. Et si la cible etait puissante, il n’était même pas sur qu'a cette vitesse, dans cette foulée, avec cette puissance, elle aurait réussit a le suivre pour contrer son attaque. En considérant en plus que son attention était détourné par les multiples attaques autour, c’était plus que sa chance.

    La deuxième foulée, c'etait l'aspect compliqué de la manœuvre. La chose qu'il ne pratiquait jamais car quand il le faisait, il savait que derrière, il etait bon pour ne plus pouvoir marcher correctement pendant quelques temps. Encore plus dans cet etat de fatigue, avec les blessures récoltés tout au long des combats, et surtout, âpres le dernier assaut. Et pourtant, il frappa le vide. Le sol s'éloigna sous lui, l'air devenant son point d’appuis.

    Un deuxième coup, puis un troisième. Tout lui semblait si lent, il avait l'impression d’être au ralentis, pris dans un sort le figeant au milieu du ciel, sans rien pour pouvoir rattraper une chute probablement fatale. Du point de vu extérieur, personne ne le voyait, a part une poignée d'élu ayant eux memes pratiqués leurs vu et leur sens a un plus haut niveau que la normale.

    Il n'avait aucune idée de savoir si le monstre allait sentir sa présence, le contrer, ou si comme beaucoup, il ne se rendait même pas compte de l'attaque qu'il allait bientôt subir. Shan ne pouvait absolument plus savoir si Zephyr était également en route. Ses sens ne parvenaient plus a suivre les alentours. Cela faisait peut etre...Deux ou trois secondes tout au plus, et pourtant il avait l'impression qu'une heure venait de s'écouler. C’était une sensation étrange, qu'il ne se souvenait même pas avoir déjà ressentis.

    Il eu une sorte de flash. De ses entraînements, de sa vie. Comme si tous ce qu'il avait pratiqué, jour après jour, sans jamais sauté une seule pratique, était pour ce moment. Même si il devait y laisser la vie, il n'allait pas échouer. Il l'avait promit.

    Il tourna sa lame a l'envers, vers le haut, alors qu'il voyait brièvement les mouvements autour de lui, les attaques, notamment de l'homme volant tout autour du monstre. C’était le moment. Le corps approchait. La créature des enfers devait retourner la d’où elle venait. Elle n'avait pas sa place dans le monde des vivants.

    Il tendit la jambe un peu maladroitement, et une vive douleur se répercuta dans tous son corps. L'un des muscles de sa cuisse avait sauté. Si il avait été en pleine forme ca ne serait pas arrivé, mais il était a bout, et son métabolisme et tout ce qui composait son être commençaient a lui hurler qu'il était d’arrêter. Mais c’était un peu le mauvais moment pour le faire.

    Il rencontra le cœur avant de poser son pied d’appuis et c’était très bien comme ça. Sans vraiment etre totalement sur de la ou il visait, il enfonça la lame en bas de l'organe, et, la lame placé au préalable vers le haut, trancha net tout ce qui se trouvait sur son chemin. La tete lui tournait, et il n'eut pas bien le temps de s'assurer de ce qu'il avait fait, que sa jambe encore intact touchait violemment le corps en question, nouvel appuie nécessaire pour s'élancer a nouveau vers le second objectif.

    L'impact en question lui fit littéralement exploser le mollet fragilisé. Ses deux jambes étayent en compote, et il devait avoir de sacrées déchirure dans le bas des deux jambes. Mais il avait connu pire. Il n'y avait rien de mortel, pour l'instant en tout cas. Son corps vola, un peu moins rapide, vers le second cœur. Il sentait tout son corps s'affaiblir, sa force diminué, mais il avait assez, juste pour cette dernière attaque.

    La lame s'enfonça avec l'énergie de la rage qui l'habitait subitement. Il trancha, au maximum, et laissa la lame enfoncé, la relâchant, serrant les dents en frappant l'air a nouveau pour se propulser hors d'atteinte de la bête.

    Sa tète lui tourna, une violente nausée le prit. Si tout se déroulait comme prévu, alors la prochaine chose qu'il verrait, écroulé sur le sol a quelques mètres dans le dos du titan mort vivant, allongé sur le sol a moitié immobilisé, ce serait la victoire.

    Ou la mort.

    Action:

    pouvoirs utilisés::
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 24 Juin 2023 - 10:35
    Que se passait-il ? L'entité semblait être passée à un aute niveau. Depuis les airs, Kilanna pouvait voir que son attitude agacée s'était muée en... Autre chose. Cette bulle... L'hybride se tenait trop loin pour savoir de quoi elle était composée, mais, ce qui était certain, c'était qu'elle n'était pas inoffensive. Elle détruisait tout sur son passage... C'est alors qu'elle remarqua une autre victime... Non, elle rêvait ! Ou plutôt, cauchemardait ! Que faisait-il là ?

    Elle s'était approchée pour s'assurer de son identité, et reçut une gerbe de son sang, qui semblait la sortir de sa transe. Augmentant immédiatement sa vitesse de vol pour le rejoindre, elle ne faisait plus attention à rien.

    ZAAAÎN ! Oh pitié, non non non, dites-moi que je me trompe...

    Néanmoins, elle n'eut pas le temps de l'atteindre que quelqu'un le récupéra. Le général. Leur chef à tous. Pendant de longues secondes, elle fixa son regard sur le sien, le chargeant silencieusement de prendre soin de son renard. Puis, emplie de rage envers la créature qui lui avait infligé de tels dégâts, elle repartit en direction de Repentance. Esquivant Zéphyr et son allié qui semblaient faire... Elle ne savait pas trop quoi, mais elle s'en moquait, elle se dirigea vers la tête de la créature. Bien sûr, elle n'arriverait pas à la décapiter. Mais de telles considérations n'étaient accessibles qu'à un esprit sain. Ce qui était loin d'être son cas. Elle était enragée, assoiffée de vengeance. Armée de sa dague qui ne serait probablement ressentie que comme une aiguille agaçante, elle voletait autour de la tête de la créature, plongeait de temps en temps pour tenter d'inciser... Ce qu'elle trouvait, n'importe quoi, pour peu qu'elle la blesse.

    - Mais tu vas crever, à la fin ?!

    Elle en avait perdu jusqu'à sa maîtrise langagière... Tous ceux qui la connaissaient seraient probablement déçus. Mais elle s'en moquait. Cette créature avait résisté à son poison, blessé tout le monde, et osait se tenir encore debout face à eux, comme si leurs efforts n'avaient aucun effet. Mais il était hors de question qu'elle abandonne. Que la créature la tue ou meure, il fallait dans tous les cas que cela finisse au plus vite. La situation n'était pas vivable.
    Résumé :

    Pouvoirs utilisés :
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 25 Juin 2023 - 5:42
    Zombieland
    Feat Des morts et des vivants


    Accablée...

    Par la douleur, par les blessures... Bien que légères, elles entachées par leurs présences multiples et irrégulières ton orgueil, ton égo... Pourtant, pour quiconque participant à la scène, cela avait semblé inévitable. Cela avait même été un miracle que jusqu'ici, tu puisses t'épargner ce genre de dommage et pourtant... Te faire souiller par cette créature impie, cette chose répugnante qui te poussait dans tes plus bas instincts. Tu ne laisserais pas cela impuni ! Même si la fatigue marquait chacun de tes battements d'ailes, même si on te suppliait d'arrêter là ! Il te fallait converger avec l'effort général pour enfin exterminer cette chose une bonne fois pour toute ! Tu irais sans doute déféquer sur sa carcasse une fois le combat terminé si tu en avais l'occasion !


    - Abandonne... pas... Shaina !


    Redescendant alors à nouveau en piquet, ignorant les blessures qui finiraient tôt ou tard par se résorber, tu venais à capter un message à peine audible... On essayait de communiquer avec toi... Difficilement. Tout était flou, brouillé par le chaos ambiant, par les cries de tout les protagonistes entrain de se battre pour leurs vies... La seule chose que tu avais saisi, c'était qu'il te fallait donner tout ce que tu avais encore une fois. Une dernière fois, afin d'ouvrir une voie vers la victoire.

    Le sacrifice était un concept si humain. Tu ne l'avais jamais compris, toi qui ne pouvait pas mourir. Tu pouvais tout perdre, mais pas la vie. Pour toi, tout ceci n'avait aucun sens et pourtant... Tu portais en très haute estime ton existence. Même si tu ne pouvais pas la voir disparaître, tu pouvais voir s'écrouler tout ce que tu avais bâti encore et encore. Qu'il était dur d'accepter le fait de tout recommencer dans un cycle perpétuel qui ne pouvait pas s'interrompre.

    Qu'importe ce qu'on pouvait dire de toi, tu prenais des gros risques, et c'était bien la première fois que tu le faisais. Que ce soit par l'engouement général, l'adrénaline de tout ces gens qui te montait jusqu'au bec ou la volonté d'exterminer cette chose qui était en tout point opposé à ton être. Peut-être aussi que tu ne voulais pas voir mourir Zéphyr, les Jumelles, Deydreus... Tout ces gens que tu ne connaissais pas avant cette nuit. Tu ne l'admettrais sans doute jamais mais tu ne voulais pas les voir mourir, pas maintenant. Tu pouvais revenir, pas eux.

    - On doit... Les aider.


    Tu espérais que la rouquine soit sur la même longueur d'onde que la tienne pour le coup. Tu ne la laisserais pas tomber elle non plus. Crachant alors tout ce qu'il te restait d'énergie sur la créature, tu venais à déverser un souffle de glace au niveau du crane de la créature, tentant de prendre soin d'évitant l'autre petite hybride qui s'acharnait sur son visage.

    Puis, tandis que tu tournais autour du colosse, tu venais à l'harceler constamment de petite pique à droite à gauche, sans pas suffisant pour percer sa carapace, mais peut-être assez pour se mêler à la diversion générale que le général et les autres s'attelaient à faire. Le but était de faire du bruit, de le parasiter suffisamment pour qu'il ne puisse pas se défendre et que Zéphyr et l'autre homme aient l'opportunité de porter le coup fatal tout en se dégageant de là.

    C'était de la folie de se jeter à même dans les entrailles du monstre vu leur état, mais Zéphyr t'avait montré déjà plus d'une fois cette nuit-là son côté suicidaire. A croire qu'il n'aimait pas la vie tant que ça.

    - Donne... Tout !


    Tes paupières commençaient à lourdement s’ankyloser. Les toxines générées par la fatigue avaient débuté leurs conquêtes dans ton corps, tandis que tes battements d'ailes se faisaient de plus en plus saccadés. Pendant combien de temps encore serais-tu à même de voler ? De te battre ? Difficile à dire. Au moins, tu aurais beaucoup de saumon une fois rentrée à la maison.

    Tu entendais déjà les compliments de Kaelinn quant à tes prouesses ! Une vision suffisante pour que tu continues à appuyer en soutien les hommes qui eux se battaient pour leurs survies.

    D'ailleurs, même si tu n'avais déjà presque plus de force, tu tenais prêt à réceptionner un des malheureux sur la créature s'il le fallait, ne serait-ce que pour ralentir une chute éventuellement fatale.

    Résumé:

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Oyun
    Oyun
    Messages : 77
    crédits : 1361

    Info personnage
    Race: Orc
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1783-oyun-est-ce-qu-il-te-reste-un-peu-de-morale-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2735-chronologie-d-oyun#23731
  • Dim 25 Juin 2023 - 13:42
    Le chatouillement qui remonte le long de son système nerveux n'est pas de la douleur, mais il n'est pas sans effet pour autant. Le flanc percé, elle sent le liquide chaud et ferreux qui coule sur sa hanche, autant que les deux pluies de sang frais et pourri qui martèlent sa peau. Le corps de l'orc n'est pas fait pour comprendre la douleur : il n'a perçu que l'intrusion de l'attaque et sa propre destruction, laissant une impression de vide là où quelques minutes plus tôt, tout était intact. Sa psyché, en revanche, n'accueille pas la déchirure de la chair de la même façon. C'est une provocation (une énième humiliation). Si Oyun était encore en mesure d'être raisonnable, elle se serait placée en retrait pour au moins arrêter son hémorragie, et s'assurer d'être en état de reprendre les armes avant d'y retourner. Ce n'est pas le cas.

    L'adrénaline court dans ses veines et excite sa haine. Sa rage n'est plus artificielle : mêlée à celle qui sommeille, elle est devenue pleinement sienne, et la magie de Miséricorde ne fait que l'alimenter. Plus rien ne compte, si ce n'est la destruction de l'abomination, et même encore plus, sa souffrance. Oyun veut voir la créature agoniser avant de mourir, elle veut être assourdie par ses hurlements, et imprégner dans sa mémoire le souvenir éternel de s'être vengée (pour tout ce qu'elle a fait).

    Deux tentacules foncent dans sa direction, à midi. Avec l'exactitude d'un horloger, elle attend le bon moment pour attaquer, le moment exact où les trois cibles seront à la distance idéale pour être tranchées en même temps avec un seul mouvement. Sa lame trace un arc de cercle devant elle, les appendices sont raccourcis, et le chemin est libéré.

    L'orc fléchit les jambes pour mieux bondir vers Miséricorde. Seuls quelques mètres les séparent, et en se rapprochant, elle s'expose encore plus à de potentielles attaques - qu'importe. Ces bras n'ont pas lieu d'être. Plus rien ne doit lui permettre de se dresser ainsi, cet être infâme ne mérite que d'être à terre et traîné comme un sac. Et tant pis si elle est moins puissante que lui, tant pis si chaque coup qu'elle lui porte la condamne un peu plus. Tout ça ne signifie plus rien face à la liberté qu'elle trouvera une fois la créature défaite.

    Placée entre deux des bras arrière, la magie qu'elle manie pour renforcer sa précision lui permet de calculer une fois de plus l'instant parfait pour frapper. Quand les articulations s'abaissent légèrement, que les tendons sont saillants. Même les aberrations ont besoin d'une anatomie basique pour se matérialiser. Même les monstres ont besoin d'humanité. Deux fois de suite, Oyun choisit cette seconde où les bras devant elle semblent plus légers, moins appuyés, et les attaque en tournoyant pour concentrer toute sa force d'orc dans le croissant de sa hallebarde.

    Si sa manœuvre réussit, le monstre pourrait bien perdre l'équilibre, et ainsi s'exposer une fois de plus à la colère de tous les braves reikois qui l'attaquent. La Serre Pourpre ne s'en rend pas bien compte : elle ne fait que reprendre son équilibre, ignorer ses vertiges, et se préparer à attaquer encore, avec un sourire qu'elle aurait bien pu emprunter à un Dévoreur.

    Tout ce qu'elle veut, c'est voir Miséricorde devenir Misère.

    CENDRES

    Résumé:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Lardon
    Lardon
    Messages : 141
    crédits : 2706

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: C (RSAF)
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1296-lardon-aka-lars-petitgroin-termine
  • Dim 25 Juin 2023 - 16:39
    La prise sur la gorge de l'hybride se relâchait enfin quand sa magie parvenait à dissiper l'influence de Miséricorde. Les pupilles de la soldate hébétée reprenaient leur couleur océan et son esprit revenait lentement à la raison.
    Lardon inspirait une grande goulée d'air tandis qu'il formait un lien avec l'un des mages télépathes d'Ikusa, lui transmettant ce qu'il savait, sur le pouvoir de Miséricorde et l'état des hommes proches ainsi que le moyen de les libérer de leur emprise. Il devenait encore plus urgent de s'éloigner du monstre.

    Avec l'aide de la blonde, Lardon plaquait au sol un ancien camarade devenu agresseur furieux afin de lui faire subir le même traitement, et avec son aide à lui, la procédure s'en trouvait facilité avec le suivant. Le dernier homme de l'équipe avait disparu mais le cochon n'avait pas le temps de le chercher, leur mission ne pouvait souffrir de plus de retard. Il entendait des cris plus loin, le combat devait toujours être en cours contre Miséricorde, mieux valait se dépêcher.
    Lardon ramassait la pauvrette aux deux jambes cassés qui était désormais inconsciente mais toujours vivante, le reste de son groupe, encore un peu troublé, faisait de même avec d'autres survivants, puis se repliaient en direction de l'avenue Nord qui se tenait loin des batailles.
    Ils investissaient une maison éventrée par l'arrière qui avait toujours son toit pour y déposer les blessés à l'abri de l'averse résinée. L'un d'eux restait sur place pour les interventions d'urgence, la pose d'attelle et les garrots pendant que Lardon et les autres ressortaient pour chercher d'autres survivants.

    La terre boueuse ralentissait leur progression, parfois elle les retenait même en tentant de happer leurs bottes. Les conditions climatiques, nuit et pluie, rendaient les recherches horriblement compliquées, il fallait tendre l'oreille à chaque instant pour tenter de repérer un gémissement, une plainte, et les vivants n'y voyait guère plus qu'à quelques mètres. L'hybride examinait deux corps de Serre-pourpre, morts, leur torse avait été enfoncé par quelque chose malgré l'armure. Un râle sur sa gauche lui permettait d'extraire un malheureux des décombres, un grand morceau de bois avait trouvé chemin dans sa hanche, l'intrus était trop large pour le retirer en l'état sans créer une importante hémorragie et condamner le perforé, Lardon le rapatriait donc ainsi jusqu'à l'abri.

    Il y avait des bruits sourds, loin dans la nuit, du côté du port et même des éclats lumineux orangés. L'hybride n'était pas sûr de ce qu'il s'y passait là bas, déjà qu'ici le sol vibrait parfois comme si des choses lourdes chutaient rudement.
    Peu importe, tant qu'elles restaient loin c'était préférable pour poursuivre le secours aux blessés. Les collègues de l'hybride avaient fait bonne pêche également, le pire était certainement qu'ils n'avaient aucune idée de « combien » il y avait de soldats, ou même de civils, encore présent et blessés dans les environs, c'était à la fois une course contre la montre et la chance.
    Lardon entendait aussi des coups d'épées et des grognements parfois, il était certain qu'il y avait encore d'autres enragés mais il ne pouvait pas aller les aider en l'état. Le mage savait qu'il n'aurait pas assez de réserve pour tous les soigner, ni même assuré de pouvoir les approcher sans se retrouver lui même en difficulté. Non, ceux là, qui se battaient entre eux dans la pénombre, il ne pouvait les aider, il allait les laisser se déchaîner et prier que le géant squelettique tombe rapidement et que sa magie s'estompe avec sa mort, avant qu'il n'y ait plus de mort. Il y avait d'autres âmes malchanceuses, coincées dans ce charnier, que le porcin pourrait certainement sauver.


    Résumé:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 25 Juin 2023 - 18:25
    Accrochée au cou du phénix, l'élémentaire grimace, les jambes frappées par une multitude d’éclats en tout genre. La douleur n’est que passagère, les blessures superficielles. Dans d’autres circonstances elles auraient pu avoir un impact, entraver même légèrement ses mouvements. Si elle avait eu besoin de se mouvoir. Cela fait quelque temps maintenant que le combat ne se passe plus sur le sol et ces blessures sont tout au plus une source de démangeaisons. Qui ne durent pas plus de quelques secondes. Rapidement le sang de l’élémentaire bouillonne, les quelques gouttes de sang sont remplacées par de fines gouttes de laves, les plaies se referment doucement, ne laissant derrière elles que des cicatrices fraîches. Un rapide regard sur le plumage jadis immaculé de Boréas suffit pour se rendre compte qu’elle aussi a subi le contre-coup de l’attaque. Mais comme pour la rouquine les blessures sont légères, superficielles. On ne peut pas en dire autant de celles du renard en contrebas. Le coup a porté, le but premier de la manœuvre a été atteint, Repentance est la, chancelante, ses cœurs exposés à l’air libre, battants doucement, narguant les guerriers par leur simple présence. Le coup a porté, mais à quel prix. Une seule certitude maintenant. Une vérité incontestable. Le prochain assaut sera le dernier. Une vérité effrayante mais pourtant étrangement réconfortante.

    Nous… Nous allons réussir.” Si quelques minutes plus tôt elle tenait les mêmes propos dans le but de se rassurer sa voix n’est plus la même. Le trémolos de peur est remplacé par l’excitation. Elle l’avait dit à Shan. La voie est ouverte. En écho à ses pensées, Boreas pique vers le sol. Un objectif clair en tête. Les aider. Terminer ce qu’ils ont commencé. Se créer des opportunités et concrétiser dessus. Tous les esprits semblent tournés vers ce nouvel objectif. La griffe en personne est présente à leur côté, se bat avec eux. Une première boule de lave vient frapper la créature au niveau du cou, rapidement suivi pas une deuxième et une troisième. Plus question de tout faire exploser maintenant, la chitine de la créature a déjà prouvé être capable d’absorber de tels chocs et surtout cela risque de nuire aux autres guerriers. Alors la rouquine vise, évite soigneusement les zones de glace, tire sur l’épaule, le haut du torse, les jambes. S’arrêtant quand l’angle ne permet pas de lancer un projectile sans compromettre un allié.

    Et le combat continu. Les sphères se font plus rares, moins grosses, sa prise sur boreas plus légère. Seule la pluie participe à la tenir éveillée, ne pas tomber, s'écrouler vidée de ses forces et sa magie. Mais ils y sont presque. Une dernière, trois fois rien… Elle tend un bras tremblant devant elle, manipulant la lave présente sur le corps de la créature, la glissant dans les plaies ouvertes, l’éloignant de la route que pourrait prendre Shan et Zéphyr, l’aglutissant autour de ses jambes, de ses articulation dans l’espoir de limiter, de ralentir, ne serait-ce que d’une seconde ses mouvements. Offrir une maigre marge d’erreur aux héros choisis pour concrétiser l’action, porter le coup fatal. Ou mourir en essayant.

    Un mouvement attire son attention sur le côté. Ils arrivent. Shan en premier, Zéphyr quelques pas derrière. La pluie et la fatigue lui font cligner des yeux. L’instant d’après ils ont entamé leurs attaques. Puisant dans ses dernières forces, ses dernières réserves de mana, elle projette deux nouvelles sphères à l’arrière du crâne de la créature, manipulant le liquide, guidant sa descente pour le concentrer sur les épaules de la créature. La même stratégie que sur les jambes, elle est trop fatiguée pour penser à d’autres approches. Et dans un affrontement où la moindre action est décisive, elle n’a plus de temps à perdre à réfléchir. “S’il faut en rattraper un… Vas-y… Je… Suis prête à sauter s’il le faut… On… On va gagner. Et ils ne vont pas mourir… N’est-ce pas ?... On ne va pas les laisser mourir hein ?...” Peur, tristesse, fatigue… Tout transparaît dans sa voix, dans cette dernière question.

    La peur d’efforts inutiles, que tout cela n’ait servi à rien si ce n'est les faire souffrir.
    La tristesse des sacrifices, de tous ses morts qui ne verront pas le soleil poindre à l’horizon.
    La fatigue de s’être donnée corps et âme pour vaincre, de s’être opposé sans faiblir face à chaque nouvel obstacle.
    L’espoir. Parce que cette attaque sera la dernière. Et elle n'échoueras pas.
    Résumé & Pouvoirs:
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Afosios Smaragdi
    Afosios Smaragdi
    Messages : 44
    crédits : 1456

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t340-afosios-smaragdi-l-emeraude-du-dragon-dc-koraki-exousia
  • Dim 25 Juin 2023 - 20:55
    image rp

    Message 12

    Finalement arrivée à destination, l'Arlequin n'eut aucun mal à passer par la porte des murs d'enceintes qui séparaient d'ordinaire le notable du reste de la populace. Son simple regard, ainsi que l'exhibition à outrance de son laissez-passer impérial, lui permis de taire les velléités de contrôle de quelques gardes qui en surveillaient l'accès. Cependant, il dut bien vite se rendre compte que si la cour intérieur de la demeure était accessible au public, l'intérieur même de la villa restait irrémédiablement fermé aux profanes. Certes, peut-être avait-il craint que la panique n'enfante le pillage, mais cela n'arrangeait clairement pas la suspicion qui grandissait dans l'esprit de l'assassin de l'impératrice.

    Avec agilité et discrétion, Afosios escalada les murs de la villa et se faufila à l'intérieur par une fenêtre entrouverte. Mais à peine avait-il pénétré dans la demeure qu'un silence pesant l'accueillit. Les lieux semblaient inhabituellement calmes.

    Trop calmes.

    À l'intérieur de la somptueuse villa, un monde de luxe et d'opulence s'offrait aux yeux émerveillés de l'Arlequin qui, subitement, oublia sa volonté d'une demeure près du port. A présent, ce qu'il voulait, c'était celle là. Les murs étaient ornés de magnifiques motifs géométriques et de délicates calligraphies, témoignant de l'art raffiné et de la culture florissante du Reike.

    Dès l'entrée, un vaste hall d'accueil s'ouvrait, orné d'une fontaine en marbre qui répandait une mélodie apaisante. Des arcs en ogive élégamment sculptés s'élevaient jusqu'au plafond, soutenus par des colonnes en pierre finement ouvragées. Un tapis épais et coloré recouvrait le sol, ajoutant une touche de chaleur à cet espace majestueux. Les différentes salles s'étendaient autour du hall principal, chacune dévoilant une ambiance unique. La salle de réception, sur la droite, richement décorée, présentait des tapisseries brodées à la main, représentant des scènes de batailles épiques et des histoires légendaires de la famille du gouverneur. Des coussins moelleux étaient disposés autour de grandes tables basses, invitant les convives à se détendre dans un confort absolu.

    Sur la gauche, une bibliothèque luxueuse, remplie de livres anciens et de manuscrits précieux, occupait une autre aile de la villa. Des étagères en bois sombre montaient jusqu'au plafond voûté, et de petites lampes dorées offraient une lumière tamisée propice à la lecture et à l'étude. Des fauteuils en cuir finement ouvragés étaient disposés à côté des fenêtres, offrant une vue imprenable sur les jardins environnants. Devant lui, la salle à manger était une merveille d'élégance et de raffinement. Une grande table en bois massif, ornée de détails ciselés à la main, était dressée au centre de la pièce. De la vaisselle en porcelaine fine et des couverts en argent étincelant étaient disposés avec soin, prêts à accueillir de délicieux festins. Les murs étaient décorés de miroirs travaillés et de lustres étincelants, qui projetaient des reflets chatoyants à travers la pièce.

    Le bel intrus avança néanmoins avec prudence, car à mesure qu'il progressait, une odeur nauséabonde s'intensifiait, mélange d'humidité et de chair en décomposition. Des murmures sinistres résonnaient dans les recoins sombres de la bâtisse.

    Soudain, alors qu'il s'apprêtait à explorer une nouvelle pièce, la porte s'ouvrit brusquement. Devant lui se dressaient des zombies aux yeux éteints et à la peau déchirée. Le cœur d'Afosios s'accéléra alors qu'il réalisait que la villa était envahie par ces morts-vivants voraces. Utilisant ses compétences acrobatiques et martiales pour échapper aux griffes des zombies, sa souplesse et sa rapidité lui permirent d'esquiver leurs attaques maladroites, tandis que Croc-du-Soleil purifia cette hérésie. Car s'il était une chose que le nobliau observa : ces créatures nécromantiques étaient toutes marquées du même sceau : celui du gouverneur. Les morts-vivants étaient donc ses esclaves. Le simple fait qu'ils cherchaient à le tuer ne pouvait indiquer que deux choses : soit leur maitre était mort, soit il les projetait sciemment contre Afosios.

    Mieux valait pour lui que ce soit la première option, car le chatiment que l'Arlequin lui reservait promettait d'être sans commune mesure avec ce qu'avait jusqu'ici connu le Reike.

    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Kahl
    Kahl
    Messages : 164
    crédits : 3141

    Info personnage
    Race: Oni
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t930-kahl-l-ogre-du-blizzard-termine
  • Lun 26 Juin 2023 - 13:16
    Noyé depuis de trop longues minutes dans un océan tumultueux fait de douleur et de pulsions incohérentes, Kahl peinait fort à se retrouver. Haletant, couvert de son propre sang et suant à grosses gouttes, le monstre peinait n'était-ce qu'à conserver un semblant d'équilibre. Il avait été au contact de la bête sépulcrale, n'était-il pas ? L'avait-il frappée de plein fouet ? Ce coup porté lui semblait lointain, irréel. L'affrontement n'avait pourtant pas pu durer si longtemps. Kahl tourna la tête et lorsqu'il aperçut Oyun, il réalisa subitement qu'aucun son ou presque ne parvenait à ses oreilles pointues. Complètement perdu et désorienté par la bataille cataclysmique, il jeta à son alliée un regard appuyé et idiot avant d'abaisser les yeux pour découvrir, non sans stupeur, qu'il était encore en train de s'avancer vers son opposant titanesque.

    N'était-il pas parvenu au contact une première fois, pourtant ? L'oni accorda un coup d'oeil plus appuyé à la bête vers laquelle il fondait à nouveau et lorsqu'il vit s'agiter ses tentacules meurtriers, il se remémora alors par bribes les quelques instants précédents. Il avait été projeté à nouveau en arrière mais cette fois-ci, il n'avait pas failli tourner de l'œil. Un picotement le prit à l'arrière du crâne et une nausée insoutenable commença à l'assaillir. Bien que trop forte pour ne pas l'inquiéter, elle ne le paralysa toutefois pas le moins du monde, chose encore plus surprenante. Malgré ces coups de poignards portés au bas-ventre, Kahl continuait d'avancer.

    Soudain, il entendit un son moins étouffé que les autres. Un cri, éthéré dans ses toutes premières notes, qui vint peu à peu se préciser pour devenir lentement de plus en plus réel. C'était le hurlement d'un loup blessé, mais toujours fier. Sans même savoir si cela n'était qu'un énième tour joué par son esprit malade, le géant du grand Nord répondit à l'appel en l'imitant. Il inspira à pleins poumons, rugit à s'en déchirer la trachée et bien qu'il fut cette fois-ci capable d'émettre un son, ce dernier fut accompagné néanmoins d'une gerbe de sang écarlate. Complètement possédé par ce désir de destruction qui le dévorait jusqu'à l'os, il leva cette arme fidèle qu'il était miraculeusement parvenu à garder en main malgré le torrent chaotique qui s'était abattu sur lui et, tout en imitant la posture de lancer de sa camarade, par pur instinct, il jeta vers le semblant de faciès de la créature la massue qui lui avait tant servi. Le projectile fila à une allure folle, fendant l'air dans un sifflement, mais Kahl n'attendit même pas de voir si son attaque avait fait mouche ou non.

    Réduit à un état bestial dans lequel plus rien n'avait de sens, il porta ses mains jusqu'à sa gueule et souffla dans un son guttural de vomissement un épais nuage de brume glaciale, recouvrant ainsi ses pattes énormes d'une pellicule étincelante et informe qui vint se durcir à grande vitesse. Ces griffes artificielles formées par magie s'allongèrent tandis que les muscles suralimentés du colosse se contractaient de plus belle dans une série d'effusions pourpres. Empli d'une sauvagerie incontrôlable, l''armure réduite en lambeaux, Kahl fonça comme un taureau en beuglant des insanités, fondant sur sa proie toutes griffes givrées dehors en laissant derrière lui une foule d'empreintes pourpres.

    RESUME:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Lun 26 Juin 2023 - 19:06
    La haine, c’était ce que je voyais , ce que j ressentais même la haine de voir cette ville du Reike dans un état pareil. Il était clair qu’il fallait en finir et une bonne fois pour toutes. Le sang avait déjà trop coulé, la ville était détruite de manière assez alarmante tant la destruction des infrastructures de Sable d’Or ne semblait clairement pas anecdotique. J’étais là , observant la créature se démenait face aux assauts incessants des fiers défenseurs dont je faisais parti , ma lance avait raté sa cible ? Que se passait-il , Sable d’Or avait-elle commis une chose affreuse pour mériter un tel passage dans son histoire ? La méchanceté , la violence gratuite , chose inhérent à ce genre d’adversaire que nous affrontions , aux proportions nullement logique , en plsu d’être visiblement des nécromanciens d’exception . J’observais la créature , un claquement puis une fumée de la vapeur , un mélange de chaud froid , qui témoignait d’un chic thermique , le bruit immonde de la chose montrait que cela ne lui avait pas fait du bien. Satisfaite de voir cette immondice couiner je vis par ailleurs que Zain avait frappé le buste de la créature , il avait frappé fort le bougre et vite ! A ce rythme là, elle tomberait assez vite. C’est alors que je vis Zain se faire projeter dans les airs ainsi que d’autres par ce qu’il semble être une onde de choc causée par les armes de la chose. Une telle puissance , une telle haine envers ce qui vivent , cela traduisaient rien de bon. IL fallait en finir et de fait , saigner cette chose a blanc qu’elle pusse retourne dans les méandres de l’immondice d’où elle était venu. Il fallait en fiir , nous n’étions a quelques coups e la victoires , il el faut , du moins c’était ce que j’espérais , me dire que tout cela n’aurait pas été vain.

    Deux coups de faucilles, un cri, puis un second et c’est alors que sentis el sol tremblé sous le fait d’une onde de choc. Qu’est-ce que ? Puis des claquements, des gravats tombant juste derrière moi et d’est en m retoquant que je vos avec horreur que la maison qui se trouvait derrière moi avait sa façade qui menaçait de s’effondrer en avant. Pestant je piquais alors le sprint le plu rapide de ma vie, lessivée par les combats, éreintât, els foulée était douloureuse. Je m’efforçais de me mette alors en sécurité hors d’atteintes des gravats. J’observais l’état de la créature, elle était amoché mais encore visible, le déluge piques de glace et de sang m’empêcherait possiblement de grimper dessus pour frapper dans la blessure , ne voulant pas risquer le « tir ami » j’entendais patiemment une fenêtre d’action .

    Alors que j’attendais c’est lors que j’entendis des suppliques ,d es cris , une femmes appelait à l’aide , ma tête tourna vers leur provenance , elle était sous ses gravats , c’est à ce moment là qu’un lourd dilemme se présentait alors , aider les défenseurs avec le monstre ou porter assistance à la civile.


    résumé :
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Deydreus Fictilem
    Deydreus Fictilem
    Messages : 524
    crédits : 2741

    Info personnage
    Race: Vampire
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Griffe
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t893-deydreus-fictilem-inter-arma-silent-leges-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1731-comites-aeterni-liens-de-deydreushttps://www.rp-cendres.com/t950-liber-legatus-chronologie-de-deydreus-fictilem
  • Lun 26 Juin 2023 - 23:41

    "The bigger the beast, the greater the glory."

    L'horreur des combats atteignant leur paroxysme. Un zénith de sang, de rage et d'espoir au plus profond de la nuit.

    Le combat allait toucher à sa fin, et verrait enfin l'un des camps victorieux tandis que l'autre se retrouverait brisé. Est-ce que les vivants s'en tireraient? Est-ce qu'ils pourraient surmonter cette épreuve? Ou bien les morts allaient-ils les engloutir et les effacer de l'histoire?

    Le verdict approchait. Et il serait aussi cruel que sanglant.



    GROUPE MISERICORDE:  @Brak'Trarg  @Tagar Reys  @Lardon   @Alasker Crudelis  @Broken Goat  @Afosios Smaragdi  @Oyun  @Kahl  
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 18 UFBo08L

    Incertitude. Questionnement. Inquiétude. Incompréhension. Souffrance.

    Ecrasé contre le sol, Miséricorde tentait de se relever doucement. Ses grands bras secondaires, ancrés dans le sol boueux de Sable-d'or se contractaient pour tenter de permettre au géant nécrotique de se relever doucement. Seulement, l'entité avait provoqué l'ire des reikois et subissait à présent toute leur juste vengeance. Frappant ses bras, Oyun se déchainait. Les multiples tentacules qui voletaient se retrouvaient balayer tandis qu'elle venait frapper avec férocité le corps de la créature. A ses côtés, les Dévoreurs venaient de se jeter à leur tour sur la bête pour la trancher, frapper et mordre autant que faire se peut. Les guerriers vermillons imitaient leur chef qui continuait de grogner et hurler tandis qu'il sectionnait la tentacule traversant son corps pour venir s'enfoncer dans la poitrine ouverte du géant. Un sang noir, visqueux et épais volait partout dans l'air, se mêlant aux fines gouttes rougeâtres qui tombaient maintenant depuis une bonne heure. Puis Kahl se joignit à la terrible mêlée, enfonçant des griffes de glace dans la chair putréfié du monstre qui continuait de rire. Pourtant, ce dernier venait de recevoir de plein fouet la massue de l'Oni et fixait de ses orbites vides le monstre vert qui venait de fendre le reste de son crâne abîmé en deux. Il n'y avait pas de sang qui tombait de ce dernier, seulement un vide noir. Une gerbe tournoyante d'abysse qui absorbait lumière et joie de vivre. Pour le monstre vert, cette profondeur obscure était des plus effrayantes car s'il n'était qu'innocence et bonté, cet abime noir lui renvoyait uniquement peine, rage et cruauté.

    - J'ai échoué. J'étais trop jeune. Pardon, frère. Excuse ma rage et ma passion, car ces mortels ont mérité cette victoire.

    La voix était résonnante, déformée par l'absence d'intégrité visible du crâne de Miséricorde. Ses tentacules continuaient de bouger, doucement, tandis que les Serres présents, accompagnés par moults guerriers et les Dévoreurs continuaient de les trancher ou les arracher. Les cierges de l'autre épaule s'éteignirent alors, grâce au sort de Tagar qui parvint miraculeusement à se hisser jusqu'à l'épaule du géant. Au même moment, le lycanthrope officier ressorti de la cage thoracique de l'entité, hurlant à une lune si belle et pourtant rougit par la pluie de sang qui tombait sur la ville. Un dernier rire s'échappa de la gorge de Miséricorde. Puis sont corps s'écroula une nouvelle fois.

    Le silence était revenu.

    Du côté de ceux qui aidaient civils et soldats, le salut fit son apparition lorsque le rire cessa. Pour Lardon, les informations furent transmises avec efficacité et le savoir offert par la magie de guérison des envoutements permit de sauver bien des vies. Si le porcin avait perdu un bras dans cette bataille, il avait gagné en respect et avait sauvé de nombreuses vies. A présent, son groupe nouvellement formé pouvait observer, un peu plus loin, le corps du géant qui s'effondrait. Ce fut la même chose pour Broken goat. Même si son idée de suivre le chemin des animaux, qui avaient quitté les lieux depuis maintenant plusieurs heures, n'était sur la papier pas mauvaise, elle ne s'appliquait plus réellement dans le contexte où ils étaient. Peu praticables, trop aléatoires, ces derniers n'étaient pas suffisamment sûrs pour évacuer des personnes apeurées et blessés. Fort heureusement, l'aide apporté fut tout de même utile et les quelques morts s'étant relevés ne purent perturber plus les tentatives de soins et autres évacuations. Puis, à l'instar de son confrère hybride, les yeux du cobe se posèrent sur l'immense structure de chair et d'os qui venait de mordre, littéralement, la poussière.

    Continuant ses investigations, Afosios ne fut pas réellement témoin de la chute de Miséricorde. Progressant dans le manoir, à présent furieux suite à la découverte des esclaves du régent, l'arlequin fouilla un peu plus les environs afin de retrouver celui qui semblait de plus en plus coupable, l'assassin de l'impératrice tomba finalement sur une poignet de garde d'élite de Sable-d'or gisant au sol. Leurs corps, visiblement vidés de toute vitalité et dont le regard témoignait de l'absence d'âme faisait froid dans le dos. Ce n'était pas l'oeuvre d'un vampire. Ni même d'une Strygx. Non, c'était quelque chose d'abominable qui les avait tué, et si les soupçons d'Afosios lui empêchait d'éprouver de l'inquiétude pour le régent, un étrange frisson parcourut son échine lorsqu'il entra dans la chambre de ce dernier.

    Ecartelé et écorché, les membres de l'ancien seigneur avait été placé pour étendre ce dernier comme une grande toile macabre tandis que ses viscères pendaient de son ventre ouvert pour s'écrouler sur le sol marbré de la demeure. Cela avait été fait brutalement, mais récemment. Apercevant du coin de l'oeil une silhouette s'échappant, l'assassin s'élança de nouveau à la poursuite de cette dernière, terminant sa course sur le toi de la demeure et observant alors le corps écroulé de Miséricorde au loin. Si sa cible était cette mystérieuse silhouette, son regard se porta instinctivement sur Repentance.

    Objectif:
    - Abattre Misericorde: 1/1
    - Protéger les civils: 1/1
    - Survivre: 8/8

    État de santé de Lardon: Très blessé - bras tranché État de santé de Broken: Légèrement blessé (mental renforcé) // État de santé d’Afosios: Légèrement blessé (mental toujours "stable") /État  de santé de Brak: Blessé / État  de santé de Kahl: Grièvement blessé / État  de santé Oyun: Très blessée/ État  de santé Alasker: Très blessé

    GROUPE REPENTANCE: @Shaina Solare  @Kaelinn  @Zéphyr Zoldyck  @Shan'ael Lipswyrm  @Kilanna Launi  @Zaïn Tevon-Duncan  @Le Porte-Mort  @Astryd Isdotyr
    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 18 MnXUqzS

    L'angoisse de les voir se débattre. L'amusement de voir les autres souffrir. La peine de ne pas en avoir déjà terminé. Le regret d'être apparue si tôt. La rage.

    Si Repentance cherchait à lutter, elle ne pouvait que subir les multiples assauts contre elle. En son sein, l'entité sentait un poison se glisser dans ses veines. Rien de bien douloureux ou néfaste, mais une gêne de plus s'ajoutant aux désagréables lacérations qui venaient parcourir son visage, ou bien aux terribles douleurs engendrées par les projections de givre et de laves qui venaient trouer son corps ou bien l'engourdir d'avantage. Puis il y avait ce général humain et ses coups multiples, sa vitesse insupportable qui venait détourner l'attention de l'entité. Car elle savait que l'abattre briserait le moral de ces pitoyables insectes. Eux qui ne tenaient encore que grâce à leur pitoyable force de caractère. Le temps jouait en sa faveur et elle savait que, bientôt, leurs corps finiraient par céder. Elle n'aurait alors qu'à les cueillir. Le temps? Ce dernier sembla ralentir pour bien des personnes tandis que Shan et Zéphyr s'élançaient. Un claquement sonore, témoin de la magie de l'elfe qui compressait l'air sous ses pieds pour se projeter vers les cœurs. Puis la douleur pour Repentance, qui comprenait trop tard le stratagème des mortels. Les coeurs éclatèrent. Tranchés par les lames des guerriers. Eclaboussant le sol brisé de Sable-d'Or d'un liquide de jais qui venait mazouter le sable de la cité portuaire. Puis un sanglot raisonnant dans l'air, comme une complainte adressée au ciel sanglant lui même.

    - J'ai échoué. Contre ces pitoyables créatures, j'ai perdu mes moyens. Excuse moi, mon frère, car j'ai laissé ma rancune et ma soif de vengeance prendre le pas sur la raison. Ces insectes ne méritent pas cette victoire, mais je leur accorde tout de même...

    La bête leva de nouveau ses lames, mais aucune attaque ne vint cette fois. Elle se figea, immobile dans la nuit ensanglantée de Sable-d'Or. Il n'y avait à présent dans l'air que ce léger flottement dut aux multiples gouttes sanglantes qui tombaient éternellement. De part et d'autres de la bête, Deydreus et Boréas s'étaient élancés, récupérant respectivement le maître espion et l'elfe. Reposant pied à terre, les regards de toutes les personnes présentes se tournèrent sur la figure figée de l'entité.

    Pour Zain, l'aide à l'évacuation continua doucement, avant de se stopper comme le reste lorsque la bête cessa de bouger. Puis, ce fut une figure qu'il reconnut qui vint se poser à ses côtés. Kilanna, son âme sœur, qui venait s'enquérir de son état et assister à son tour au spectacle morbide. A bout de souffle. Astryd quant à elle dut faire un choix. Terrible. Délicat. Sauver une vie, et laisser d'autres combattre à sa place. Ou bien se jeter vers l'ennemi redoutable et partager un peu de la gloire de ses camarades. Servir, à défaut d'efficacement, de combattante pour l'Empire. Mais... Elle le savait au fond d'elle, gâcher la vie d'une personne pour une bataille qu'elle n'avait toujours pas menée alors que la bête avait autant avancé ne servait à rien. Elle avait déjà causé la mort de bien des personnes et sa culpabilité outrepassa sa soif de gloire. Dégageant les pierres, la guerrière nordique arracha le corps meurtri de la pauvre civile de la rocaille pour l'aider à se remettre sur pieds. Puis, elle s'éloigna de nouveau des décombres qui s'effondraient peu à peu. Il fallait fuir. C'était honteux, mais inévitable. Puis, alors qu'elle rejoignait le "convoi" de civils, la blonde aperçut comme tous le corps immobile de la gigantesque entité.

    Puis après le silence, ce fut la pluie qui cessa de tomber. Ou plutôt... Qui resta en suspend dans l'air.

    Objectif:
    - Abattre Repentance: 1/1
    - Protéger les civils: 1/1
    - Survivre: 8/8

    État de santé Zéphyr: Grièvement blessé / État de santé d’Astryd: Blessée / État de santé de Zaïn: Grièvement blessé / État de santé de Kilanna: Très blessée / Etat de santé de Shan: Grièvement blessé / État de santé de Shaina: Légèrement blessée / État de santé Boréas: Légèrement blessée

    "Ringing ears, blurred vision - the end approaches..."




    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 18 4W9sUii

    La pluie avait cessé de tomber. Figée dans l'air comme si le temps lui même refusait d'accorder cet instant de victoire que les reikois avaient pourtant tant mérité. Plus aucun son, si ce n'est la multitudes de coeurs battants presque à l'unisson dans la cité portuaire. Les doigts tenant les armes se resserraient d'avantage, pâlissant. La sueur qui glissait dans la nuque des guerriers s'accentuait, tandis que les yeux balayaient de gauche à droite toute réaction. Au niveau de Miséricorde, les Dévoreurs continuaient de s'acharner sur la bête immobile, tandis que le lycanthrope sentait son poil se hérisser. Quelque chose n'allait pas.

    Au niveau de Repentance, tous le remarquèrent également. Cette ambiance désagréable. Cet air alourdi par la crainte d'un "et maintenant?". Dans l'air, la Griffe veillait. Ses yeux vairons glissant vers le ciel assombri d'où les gouttes sanguines étaient tombées. Puis vers la demeure du régent et enfin l'emplacement de Miséricorde. Les esprits étaient tous fatigués. Les corps engourdis par la douleur et l'épuisement. Mais le mal était encore là, quelque part. Le sang suspendu en témoignait. Puis, une vois résonna. Dans tous les esprits. Du plus blindé au plus fragile. Un son éthéré, hors du temps et distordu. A la fois masculin et féminin. A la fois humain et bestial. Divin.  

    - Mes frères. Je vous pardonne. Car vous n'êtes encore que des enfants. Voyez comme ils ont souffert. Voyez comme nous avons eu nos informations. Voyez aussi leur rage, et comprenez pourquoi nos parents ont autrefois échoué.

    La pluie s'écrasa alors de nouveau sur le sable trempé de la cité portuaire. Plus dense. Plus forte. Ecrasante. Puis le ciel se déchira violemment, comme si un portail s'ouvrait sur la réalité elle même, comme lorsque Miséricorde et Repentance étaient arrivés. La figure qui s'en extirpa était ni belle, ni agréable à regarder. Il s'agissait d'une figure gargantuesque. Bien plus grande que ne l'avait été les deux premières entités. Bien plus menaçante, sa gigantesque faux en mains. Son visage, ancré dans une structure d'argent se pencha sur la cité et ses combattants. Dans son dos, deux gigantesques ailes noirs se déployèrent, donnant une apparence encore plus terrifiante à l'entité qui venait de faire son apparition. Sa gigantesque robe écarlate dévoilait un corps pâle, livide, qui laissait flotter devant sa poitrine un gigantesque cœur en putréfaction.  

    - Reposez-vous, à présent.

    Un claquement de doigt, résonnant sur toute la cité tel un grondement terrible. Le sol tremble, les corps aussi. Puis les flammes apparaissent. Un feu divin, d'une lueur blanche aveuglante qui vient engloutir les corps des deux entités qui ont été vaincus, permettant seulement à ceux déchirant encore les corps des géants de quitter la zone dangereuse. La chaire putride fond, et bientôt il ne reste contre le sol que les ornements et les armes des deux envahisseurs. Des flammes, deux orbes semblent s'envoler pour venir tournoyer doucement autour des mains auxiliaires de ce nouvel arrivant qui, comme par principe, en vient à se présenter à ses misérables spectateurs.

    - Pensiez-vous vraiment les avoir tués? Nous sommes les Archontes. Envoyés de X'O-Rath. Décimateurs de vies et maîtres de la Mort. Savourez votre victoire, reikois. Elle n'est que le résultat d'une mise à l'épreuve. D'un questionnement quand à votre mérite. Votre force. Préparez-vous. Car cette ville n'était que la première étape. Nous reviendrons, et nous sèmerons la mort sur cette terre impie. Vous ne méritez ni pitié, ni clémence. Vous utilisez les mensonges de vos seigneurs comme des vérités absolues. Et vous le regretterez.

    Un élan, de tous les guerriers encore présent. Ceux qui volent s'élancent, ceux qui peuvent tirer tentent le tout pour le tout, mais la créature s'en moque. L'Archonte n'a pas plus de temps à consacrer aux mortels et repart dans le portail qu'il a emprunté en arrivant. Puis, la déchirure disparait enfin, tandis que la pluie de sang cesse enfin. L'air s'allège doucement tandis que les esprits sentent la présence en eux s'échapper. Le silence. Cette fois, plus léger. Plus vrai.

    La victoire de cette bataille était reikoise, mais elle annonçait quelque chose de bien sombre.


    "A moment of valor shines brightest against a backdrop of despair."




    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 18 Z2hooBr

    L'aube était venue aussi timidement que possible. Apparaissant à l'horizon, le soleil s'était levé sur une ville meurtrie par la profanation des morts et la violence des combats. De l'or, il ne restait à présent que la ruine et le vermillon. Les guerriers se tenaient à ce qu'ils pouvaient, encore hagards des combats menés durant cette longue nuit. Mais le repos ne viendrait pas encore.

    Se réorganisant, les troupes reikoises menées par la Griffe se positionnèrent pour permettre au dernier bateau de vilains de quitter la cité. Puis, les fouilles avaient commencé tandis que les blessés les plus graves étaient installés dans un nouvel hôpital de campagne dans les parties encore "saines" de la ville. Une fouille las qui cherchait à retrouver dans tous les décombres des corps encore en vie. Des survivants d'une catastrophe s'étant abattue sur ce qui était quelques heures plus tôt une ville pleine de promesse. Un nouvel ennemi avait fait son apparition. Un ennemi retord. Violent. Insidieux et redoutable. Pour les vétérans de la guerre des titans, cela sonnait comme le second round de ce qu'ils pensaient achevé. Une nouvelle aube se levait sur Sable-d'or, oui. Mais une aube sanguine. Comme si cette dernière était l'annonciatrice de futurs massacres à venir. Et des agents œuvraient pour cet ennemi, comme le témoignait la mort de l'ancien régent.

    Plusieurs jours passèrent alors, des renforts venant d'Ikusa afin de sécuriser la ville attaquée et permettre aux civils d'entamer la reconstruction. Car il était interdit que Sable-d'or reste en piteux état. Il était interdit qu'elle ne devienne le symbole de la violence de créatures titanesques. Elle serait un nouveau symbole. Une énième preuve de la force de tout un peuple et de sa soif de vivre. Elle devait représenter la terreur, elle deviendrait l'espoir.

    Les blessés les plus touchés reçurent ainsi de nouveaux soins, à l'arrivée des FMR qui prirent le relais des médecins de terrain. Il y eut de nouvelles victimes, que même le corps médical ne put sauver mais, encore une fois, les vivants dépassaient en nombre ceux qui étaient tombés. Venus du Berceau, des Akkelanaks firent leur apparition sous demande de la Griffe afin de récupérer les restes de Violence, ainsi que Praelia qui subirait un interrogatoire lorsqu'elle serait prête. Des mages d'état, également mandatés arrivèrent sur place pour analyser la nature des armes titanesques. Quand, enfin, l'absence de malédiction fut confirmée, la nature du métal fut identifié. Puis une décision prise. Des forges se mirent en place, et les forgerons les plus émérites de la capitale furent appelés, tout comme le Porte-Mort. L'acier était utilisé pour tuer les reikois? Il serait reforgé en armes pour que ses défenseurs abattent ces créatures divines. Encore une fois, le Reike montrerait toute sa force.

    Lorsqu'ils furent près, les vétérans furent rassemblés afin de faire leurs différents rapports. Le temps n'était, pas encore, au discours. Car l'ennemi pouvait revenir au plus vite. Et les premières décisions furent prises. Entrant dans la tente où se reposait Astryd, Deydreus fit son apparition, accompagné d'Alasker.

    - C'est elle?

    La Griffe dévisagea la guerrière qui lui faisait un salut timide, ses blessures pas tout a fait guéries. La dévisageant de son regard vairon, le vampire soupira longuement, enchainant.

    - Je vais faire vite. Astryd Isdotyr, les rapports ont démontré que vous avez fait preuve, à de nombreuses reprises au cours de cette bataille, d'une incompétence notable quant à votre statut d'officière. Pire encore, vous êtes à l'origine de l'ordre ayant entraîné la chute des remparts, et ayant ainsi permis à la horde de pénétrer dans la cité et de dévorer bon nombres d'habitants. Pour tout cela, nous devrions vous mettre à mort. Et peut-être même que l'Empereur le décidera. Mais une civile a plaidé votre cause, et certains ont tenté de mitiger votre... Absence de sens tactique. De ce fait, je vous retire dès à présent votre titre de Luteni, et vous replace au grade de Nylsark. Vous trouverez sûrement cette décision injuste. Les morts de Sable-d'Or également. Prouvez-nous que nous avons eu tord de vous rétrograder, et raison de vous donner cette seconde chance. Si vous me décevez une nouvelle fois, votre tête ira rejoindre le brasier des défunts de cette cité.

    Tournant le dos à la blonde sans lui prêter plus d'attention, la Griffe quitta la tente sans attendre son bras droit. Il y avait d'autres choses à gérer, et il avait déjà perdu trop de temps avec cette femme. Continuant sa route, le vampire passa devant Oyun qui participait aux réparations. Cette dernière, en partie responsable de la fuite du démon corrupteur avait été affectée à la reconstruction. Un moyen de lui faire comprendre son erreur de jugement, noyé de toute façon dans le reste de la bataille.

    Ce fut au troisième jour que les choses se stabilisèrent enfin. La reconstruction suivait son cours et les armes étaient enfin prêtes. Pour les vétérans de cette terrible bataille, leurs armes allaient être remplacées, ou avaient été refondues pour être forgées dans ce qui s'avérait être du bronze céleste. Avec ces armes, les reikois porteraient la mort jusque dans le domaine des Titans s'il le fallait. Et, surtout, un discours allait bientôt être tenu, par la Griffe, oui, mais aussi par le couple royal.

    En attendant, l'heure était au repos, et à la compréhension de ce qui était arrivé. Il fallait panser ses plaies, se ressaisir et comprendre. Car la Mort rôdait dans les ombres.

    Et elle n'épargnerait personne.

    Résumé à lire - UPDATE DE LA CARTE:


    Alerte : Défense de Sable-d'Or [Event] - Page 18 Sgnz7nO

    " Vous, dont la liberté n'est possible que grâce à la rigueur d'âmes plus pures que la votre, ne vous croyez pas libres, vous n'êtes que protégés. Votre liberté est un parasite, vous vous appuyez sur l'énergie des hommes honorables et n'offrez rien en retour. Vous qui avez apprécié la liberté et qui n'avez rien fait pour la mériter, votre heure est venue. Cette fois vous devrez combattre seuls. Maintenant, vous allez devoir payer votre liberté passée de votre sang et de votre sueur. Car il n'y a pas de paix, seulement la Guerre. Et lorsqu'elle se montrera, elle n'épargnera personne. "

    Apparence des épées de Deydreus:


    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum