DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Alasker

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [PA] Et la grive tapa trois fois. - Page 4 InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    La justice frappe les injustes
    Derniers sujets
    [Groupe 2] Le Cœur de MelornAujourd'hui à 0:11Kilaea Sliabh
    Étincelles Couragéennes | OrifaHier à 22:38Arès Wessex
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 18:22Rêve
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 18:16Arès Wessex
    Un regard de capitaine sur l'avenir... Hier à 17:09Altarus Aearon
    [Groupe 1] Le Cœur de MelornHier à 16:43Valmyria
    Validation de StadzankHier à 16:19PNJ
    +2
    Tagar Reys
    Zaïn Tevon-Duncan
    6 participants
    Aller en bas
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Le Boucher
    Le Boucher
    Messages : 112
    crédits : 872

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3419-le-boucher-termine
  • Dim 17 Déc - 19:43
    Et la grive tapa trois fois
    Il était vrai que l’odeur tout autour de Destra était… vraiment désagréable. La dernière fois qu’il avait senti une odeur aussi désagréable, c’était lorsque son « amie » d’enfance, Isolde, avait fait preuve de générosité en éveillant le cadavre de la petite Aiel, tout en lui promettant un dialogue enrichissant avec cette dernière. Ah ! Si Destra venait à survivre à cette bataille navale, il était certain qu’il fendrait le crâne de la nécromancienne en deux et la laisserait moisir dans un lieu où personne ne pourrait la retrouver. Et puis, il était vrai que le guerrier borgne aimait particulièrement bien infliger les pires souffrances aux personnes qui le défiaient. Manedatz pouvait lui-même en témoigner, ainsi que le reste de ses archers qui jonchaient le sol du pont.

    Le borgne, de son unique œil azur, pouvait apercevoir le grand chauve au regard glaçant donner les ordres ; c’était certainement lui le capitaine de la troupe, quel honneur pour Destra que d’être en présence du chef de la garde Wessex. Manque de chance pour le borgne, il était maintenant repéré, son ombre projetée un peu trop loin par une lanterne. L’un des gardes l'avait aperçu. Visiblement, Destra ferait mieux de retourner peaufiner sa formation d’espion à l’université de Drakstrang plutôt que d’aller aider son seul et unique ami à se sortir d’une situation périlleuse. Mais bon, le guerrier était fait comme un rat. Était-ce la fin de cette magnifique aventure pour l’étudiant ? La tension montait, les frissons de la peur parcouraient l’entièreté de l’être de Destra. Voilà la fin.

    Soudain, le chauve, plutôt que de venir le tuer directement sans la moindre hésitation, prit la parole et proposa un marché à Destra. S’il se montrait - et qu’il se rendait, évidemment -, alors le guerrier Reikois pourrait repartir du navire indemne, voire les poches pleines. Comme si l’argent intéressait le citoyen de Kyouji, ce n’est pas cela qui allait le rendre plus fort et l’aider à atteindre ses objectifs. Mais au moins, être en vie, ça oui, ça pourrait l’aider à atteindre ces objectifs, quels qu'ils soient. Même s’il détestait la République et tout ce qui en découlait, s’il pouvait l’aider à se sortir de cette situation, tant mieux !

    Destra, voyant la situation désespérée - ou pas - jeta sa lance au sol, puis un léger sourire se dessina sur son visage, un sourire terrifiant, comme s’il avait une idée en tête. Il finit par sortir de sa cachette, plongeant son regard d’azur dans les yeux glaçants du capitaine. « Messieurs, vous m’avez eu. Heureusement pour moi, je suis facilement achetable avec un peu d’or », annonça-t-il, retirant ses gants, les jetant par la même occasion devant le chauve. « Je ferais un bien mauvais soldat Reikois si je ne trahissais pas mes amis ! », dit-il en riant. Il leva les mains et regarda autour de lui.

    « Alors, que voulez-vous au juste ? Des informations sur mes coéquipiers, sur nos navires, sur nos armes, sur notre nombre ? Vous voulez que je vous détaille le plan que j’ai mis en œuvre ? Eh oui, soldat Reikois, mais pas imbécile ! Je peux vous être très utile, croyez-moi, capitaine »
    , conclut-il, risquant gros pour pouvoir être directement mené à Wessex. Il avait évidemment une idée derrière la tête, c'était sa seule option. Il fallait voir la vérité en face : seul contre douze, il n’avait aucune chance de s’en sortir. En se rendant, il s’offrait la possibilité d’être mené à Khatarina sans avoir subi de blessure au préalable, du moins, il l’espérait.
    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 408
    crédits : 342

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Lun 18 Déc - 20:43
    la Sirène sourcilla encore plus intensément. Les terrestres pouvaient être casse-pieds à ne pas se laisser faire. Tout ce qu'elle demandait, c'était simple pourtant. Juste ne de pas bouger le temps qu'ils se prennent gentiment ses pics de glace dans le corps. Ce n'était pas la mer à boire !  Enfin, c'est comme cela qu'ils disent non ? Donc, notre Sirène était encore plus amère de voir sa cible principale se faire la malle magique. Quand il disparut, elle ne manqua pas de le maudire au nom de Kaiyo, avant de le revoir plus loin sur le navire. Le tricheur ! il s'était téléporté  ! Mais que cela ne tienne ! Cet homme l'avait agacée à un point que… qu'elle oublia qu'il y avait d'autres navires et il y avait encore celui qui s'était présenté en fin de convoi qui approchait dangereusement de l'Eclipse. S'il approchait, ce seront des renforts en plus pour l'équipage, pour l'autre équipage. Hum... Mais il en était hors de question ! Elle plongea sous l'eau, réfléchissant déjà comment agir contre celui-ci.

     Il y avait le Kaiyo. Il flottait encore celui-ci ? Lui aussi était proche de l'autre navire. Si le Seedra arrivait à changer de cap, les deux vaisseaux se feront une petite danse tournoyante… Une idée lui vint ! Son autre proie pourra attendre, il ne pourra pas se téléporter bien loin de toute façon. Comme tout à l'heure, pour se mouvoir rapidement sous les flots, elle maximisa son hydrodynamisme par la magie de l'eau et se retrouva côté bâbord du Seedra

    Elle ne devait pas se louper. Elle invoqua l'eau autour d'elle pour qu'elle l'enveloppe jusqu'à sa taille, où se discernait la limite entre sa forme humanoïde et sa queue de sirène. Ainsi, elle put se surélever et darda son attention sur les hommes qui étaient proches de la barre. N'était-ce pas le pilote et son capitaine, à la mine désœuvrée de la situation ? D'un sourire, elle inspira profondément, avant d'ouvrir la bouche et prendre sa plus belle et puissante voix. Son but ? envoûter l'équipage, principalement le capitaine et son timonier, pour que le navire garde son cap. Ainsi le Kaiyo le percutera... si cela marchait bien évidemment ! 

    Chant de Takhys:

    "Dans les flots azurés, mon chant s'élève haut,
    Étreignant les marins d'un pouvoir sans défaut.
    Mes mots tissent un charme, une douce magie,
    Figés dans l'écume, captifs de mon harmonie.

    Sous les étoiles scintillantes, je murmure une énigme,
    Qui emprisonne les âmes, dans un sort qui grésille.
    Le gouvernail résiste, mais mon chant est ma loi,
    Le navire poursuit sa route, droit devant, sans émoi.

    Les cieux s'obscurcissent, le vent tente de s'opposer,
    Mais mes refrains envoûtants l'empêchent de souffler.
    Les marins captivés...."





    Pouvoirs:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mer 20 Déc - 20:02
    J’avais bien visé, et les deux vaisseaux que j’avais attaqués avaient subis de très lourds dégâts. C’était donc le meilleur moment de passer à l’abordage.

    Je réfléchissais à toute vitesse. Je pouvais d’un côté couvrir les abordeurs, avec simplement des flèches et carreaux que je pourrais lancer via ma télékinésie. Mais d’un autre côté je serais sûrement plus efficace à aborder moi-même l’éclipse. Le vaisseau hors de danger maintenant que les machines de guerre et les mages étaient plus ou moins hors d’état de nuire, je courais voir la capitaine pour lui demander où l’on avait besoin de moi le plus. Elle ne connaissait pas toutes mes capacités mais pourrais me donner des pistes pour mieux moi-même déterminer ce que je devais faire.

    Elle me répondit que le gros de la flotte adverse était en déroute, et qu’il ne nous restait plus qu'à prendre le vaisseau amiral pour libérer nos amis. Il valait donc mieux se focaliser sur l'Eclipse. Je serais effectivement plus utile à son bord. Enfin, quelque chose lui disait que nous n'avions pas encore tout vu.

    J’allais donc aborder. Mais j’allais prendre mes précautions. J’avais sur moi une potion laminato qui me permettrai de revenir ici dans une heure, au cas où j’étais faite prisonnière ou quelque chose comme ça. Je pris soin de prendre quelques flèches et carreaux d’arbalète sur moi pour m’en servir de projectiles en plus de mes armes habitelles, puis la bu après un instant de réflexion. Si elle se déclenchait au mauvais moment cela risquait de se retourner contre nous. Mais tant pis, les avantages étaient sans doute plus importants que les inconvénients.

    Elle était dégeulasse cette potion, surtout niveau texture.

    J’informais la capitaine des effets de cette potion pour l’aider à prendre les bonnes décisions, notamment soit ne pas partir avant qu’elle ne se soit déclenchée soit laisser Takhys me réceptionner quand elle se déclenchera – j’informais d’ailleurs cette dernière par télépathie pour qu’elle ne soit pas prise au dépourvu quand ça arrivera – ou si j’étais faite prisonnière de tout faire pour gagner du temps.

    D’ailleurs ça aurait été bien que Destra en ait bu une avant de s’attaquer seul à tout un navire. Mais tant pis, nous allions bientôt découvrir comment il s’en était sorti.

    C’était un peu risqué de boire plusieurs potions en même temps, alors j’attendais le dernier moment avant de boire la suivante : ma potion d’intangibilité.

    Il y  avait toujours plusieurs manières d’atteindre un même effet avec une potion. Étaient donc privilégiés deux aspects en alchimie : l’absence d’effets secondaires et l’absence d’interactions avec d’autres potions. Sans vouloir me vanter, je m’en sortais bien sur ces deux aspects. Je pus donc boire ma deuxième potion relativement sereine.

    Cette deuxième potion me permettrai deux choses : de monter sur l’Éclipse en toute sécurité, et d’aller libérer les prisonniers sans encombre, afin qu’ils prennent part au combat. Bon, ils avaient probablement passé plusieurs jours dans des cages sans manger mais… ouais, peut-être pas une si bonne idée. À moins que nos ennemis ne s’y attendent pas.

    Un plan commençait à prendre forme dans mon esprit. J’allais descendre à une échelle pour atteindre l’eau et traverser la coque de l’Éclipse à son plus bas niveau, là où personne ne serait, et remonter les étages jusqu’à trouver les prisonniers. Là, je les libérerais en usant de ma télékinésie pour écarter les barreaux des cages, si cages il y avait. Enfin j’improviserai le moment venu. Je pourrais même couper des barreaux pour qu’ils servent d’armes aux hybrides nouvellement libérés. Bon, mes réserves de mana s’épuisaient mais j’avais peut-être encore assez pour faire tout ça. De toute façon, c’était maintenant ou jamais. Avant de m’exécuter, je demandais tout de même à la capitaine si une pince ne se trouvait pas sur le bateau, pour couper les barreaux des cages sans épuiser ma magie.

    Je devais me rappeler d’une chose également. Le mage qui m’avait contacté avait usé de magie psychique, la télépathie, à laquelle j’étais particulièrement vulnérable, j’en avait fait les frais deux ans auparavant. Je ne devais donc pas m’approcher de lui et laisser les autres faire pour son cas, juste au cas où il était entraîné à d’autres formes de magie psychique. Il serait sans doute facile à reconnaître : m’ayant contacté lui-même et vu le ton qu’il avait employé, utilisant notamment un « je » plutôt qu’un « nous », il devait être haut placé, donc habillé de manière reconnaissable. Si j’avais raison, il devait se trouver sur le pont au moment de mon attaque, et avait donc probablement subi de lourds dégâts. Mais savait-on jamais, je devais rester prudente.

    pouvoirs:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 380
    crédits : 1423

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Lun 25 Déc - 22:54
    Et la grive tapa trois fois.


    Tour Douzième

    La bataille fait rage, les équipages se brisent les uns contre les autres, les fers sont croisés, les incendies dévorent les charpentes, tandis que deux navires sont envoyés par le fond. Pendant ce temps, au fond de l'Éclipse, un dilemme saisit deux de nos héros. Quant aux flots, ils sont impardonnables.

    ꧁꧂


    Les flots étaient, en effet, impardonnables.

    Alors que les combats faisaient rage sur les ponts de chacun des navires engagés dans l'escarmouche, les abordages battant leur plein, les cobes saboteurs du Capricorne ne firent pas suffisamment attention, sous-estimant la puissance offensive du vaisseau haut de trente mètre pour soixante mètres de long. Remonter du côté exposé du Capricorne fut leur dernière erreur. L’un d’eux fut tué et coula à pic tandis que le blessé fut tant bien que mal remonté à bord, protégé par les boucliers.

    Les carreaux et flèches fusaient par centaine. Si les hommes de Wessex étaient nombreux, ils avaient été ralliés par le reste de l'équipage, avec près de sept-cent matelots à bord, l'armurerie de l'Éclipse avait été vidée. Chaque homme en capacité de se battre avait reçu un arc ou une arme d'hast pour contrer les assaillants du navire nébuleux. Les projectiles pleuvaient dru sur le pont du Capricorne, perçant les voiles de toute part et sifflant aux oreilles des hybrides.

    Toutefois, c'était sans compter que le capitaine Semar avait la ferme intention d’en finir avec les Wessex, se préparant à aborder l’Éclipse. Au lieu de virer de bord pour s'éloigner de l'enfer des combats, le Capricorne fendit les flots pour se coller à la carène du galion. Les archers à bord ripostaient en arrosant les troupes adverses de flèches tout en se protégeant derrière un mur de pavois ayant déjà fait ses preuves face à la riposte du Saha Allenker. Et bien que quelques flèches firent mouche, les blessés étaient vite remplacés des deux côtés.

    Semar était bien conscient qu’il se devait de libérer les prisonniers avant que l’Éclipse ne sombre. Les morts et blessés qu'il avait subit de son côté ne sauraient être vengés. Cela en allait de son honneur de briseur de chaines. Il sélectionna aussitôt un petit groupe de cinq guerriers, la fleur de ses combattants, le reste demeurant à bord afin de les protéger des tireurs adverses tant bien que mal, ces derniers s'étant mis à leur jeter des barils et des sacs lestés.

    Soudain, un homme de Wessex se présenta à la balustrade, un baril au dessus de la tête, une mèche en sortait. Nul besoin de tergiverser sur le contenu du tonnelet. Nul besoin de s'attarder sur la destination de l'explosif. Une flamme fut approchée de la mèche, mais on ne su par quel miracle elle ne s'enflamma jamais. Une lame venait de transpercer par derrière l'homme au tonnelet explosif. Les mercenaires de Bradexi Lozet étaient parvenus à aborder l'Éclipse par l'autre flanc et prenaient d'assaut les guerriers républicains.

    Semar et ses briseurs de chaines saisirent l'occasion et grimpèrent le flanc du navire de guerre avec une dextérité sans pareille. A la seconde où ils passèrent la balustrade, ils transpercèrent déjà des adversaires de leurs lames. Restant toutefois prudents, ils repoussaient la multitude d'assaillants de la pointe de leurs armes. Et comme s'il n'y en avait pas déjà assez, douze hommes en armures noires surgirent des entrailles du navire et se mêlèrent aux combats, fendant les mercenaires de Lozet comme du beurre, se rapprochant dangereusement de Semar.

    Mais là était le cadet de leurs soucis.

    Une violente douleur vrilla les tempes de Semar, le contraignant à lâcher son arme et à se recroqueviller, écumant sous l'insoutenable magie psychique qui venait perturber tous ses sens. Juste avant de s'écrouler, il put toutefois entrapercevoir, au milieu des hommes en noir, l'archimage Manedatz, sautant sur l'occasion de déverser sa vengeance sur le premier hybride qu'il avait aperçu, le balayant de sa magie psychique, faisant naitre un sourire d'une cruauté sans borne sur son visage tâché de sang.

    ꧁꧂

    En retrait du cœur de la bataille, le Seedra qui accueillait à son bord l'amiral de la flotte, était en bien piètre posture, bien qu'il n’ait subi la moindre avarie. Le Kaiyo avait perdu le contrôle de son cap depuis l’attaque de Marceline et dérivait en arc de cercle, et bien que l’équipage s’était démené - sûrement animés par le désespoir - pour rentrer la grand voile, l’inertie entraînait inexorablement le galion vers le Seedra. Quant à l’ancre, l’état du cabestan l’hotait définitivement des options. Sur le pont du navire écarlate, l’amiral Stornvotr Kurgysson cherchait, en vain, à éviter la collision.

    - Tribord toute ! Vociféra l'amiral.

    Mais rien ne se passa, le galion continuait sa route linéaire.

    - Timonier ! Qu'attendez-vous ?! Virez à tribord ! Maintenant ! Mais il était déjà trop tard.

    Le timonier était immobile, comme s'il n'avait pas entendu l'ordre de l'amiral Kurgysson, comme s'il n'avait pas vu le navire allié qui leur fonçait droit dessus, comme s'il n'avait pas aperçu les matelots de ce dernier leur faire de grands signes avant de se jeter par dessus bord. Les survivants du Kaiyo, incapables de débloquer leur gouvernail, préférèrent abandonner le navire lorsque la collision fut inéluctable. Les matelots du Seedra firent de même, préférant sauter à l'eau et affronter la chute de vingt mètres plutôt que de rester à bord du galion écarlate. Tous savaient ce que contenaient les cales du Seedra. Tous savaient ce que faisait le salpêtre au contact de l’huile, du goudron, de la chaux, de la sève de pin, de l’antimoine, de la poix, du soufre ou encore du charbon dont le navire était plein à craquer.

    Le timonier était bien au fait du danger que cela représentait, et pourtant, c'était comme s'il refusait de le reconnaître, se bornant à ignorer les ordres salvateurs de son supérieur. Et pour cause : plus rien n'existait autour de lui, le gouvernail n'était plus, ses camarades n'avaient plus la moindre importance et le Kaiyo était en dehors de son champ de perception, sans parler de la crainte d'une collision avec. Tout cela lui passait par dessus la tête. Seul comptait ce chant mélodieux, magnifique, envoûtant. Et si aucun des matelots et officiers autour de lui ne se jetèrent pas sur la barre pour dévier le Seedra de sa course, c'était parce qu'ils étaient tous dans le même état de transe.

    L'amiral Kurgysson s'en rendit compte trop tard. Il comprit trop tard ce qu'il se passait. Il réalisa trop tard qu'une sirène avait pris leur navire comme proie. Et si le vieux loup de mer n'était pas sensible au chant de Takhys, il était trop loin de la barre pour l'atteindre à temps. Il ne se jeta pas par-dessus bord pour autant, même si nombre de ses hommes, notamment la capitaine de Cateele - trop jeune pour mourir - n'hésitèrent pas une seconde à sauter la balustrade. L'amiral affronta son destin. Il coulerai avec son navire.

    La détonation ne se fit pas attendre. La seconde qui succéda au craquement du bois de la coque, lorsque la proue du Kaiyo - étudiée pour l'éperonnage - fendit la carène tribord du Seedra, fut secouée d'une explosion retentissante, dévastatrice, réduisant en copeaux de bois le galion écarlate, emportant avec elle le Kaiyo qui termina sa course dans les flammes de l'enfer.

    ꧁꧂



    - Tu as fait le bon choix, petit. Tu es plus sage qu'il n'y parait. Lâcha le capitaine des Casques noirs.

    Ses hommes restèrent en alerte mais laissèrent Destra s'avancer jusqu'à leur chef, ce dernier leur intimant d'un signe de tête de le laisser passer. Son regard d'acier se planta dans l'azur de celui du borgne. Il rengaina son fauchon en signe de confiance. Soudain, une clameur raisonna depuis l'escalier qui menait sur le pont. L'Éclipse était abordé. Un nouveau signe de tête et la douzaine de soldats en armure nébuleuse se ruèrent vers l'escalier et disparurent dans une seule ombre par l'entrebâillement de l'escalier. La chasse au rat était terminée, il était temps d'aller écraser les fourmis.

    - Toi, tu restes là. Je dois dire que tu nous a tous surpris, personne ici n'est en mesure de tenir tête à Manedatz... le mage de Magic. Précisa-t-il. Et toi tu l'as sacrément échauffé en plus de le blesser. Crois-moi, Dame Wessex a pleine confiance en lui, bien plus qu'en moi, c'est dire. Et toi, sorti de nul part, tu parviens à le faire vaciller sans subir la moindre égratignure. Autant dire que tu as éveillé l'intérêt de ma cheffe. Sur ces mots, son regard s'intensifia. Suis-moi. Fit-il en tournant les talons.

    Son armure de casque noir cliquetait contre les planches de la cale. Destra dû lui emboiter le pas s'il ne voulait pas rester dans le noir, le capitaine ayant emporté la lanterne pour se guider dans les entrailles du galion. Le chauve se dirigea alors vers les escaliers, mais au lieu d'emprunter ceux qui menaient au pont, là où ses hommes avaient disparus, il descendit ceux qui menaient vers les niveaux inférieurs. Alors qu'ils s'enfonçaient dans les méandres de l'Éclipse, le capitaine s'exprimait de plus en plus sombrement.

    - Je m'appelle Geram Elan. Mais pour toi ce sera Messire Elan. Je suis le capitaine de la garde personnelle de Dame Katharina Wessex. Nous sommes les Casques noirs. Mais tu n'as surement jamais entendu parler de nous, tant les reikois se fichent éperdument de tout ce qui est républicain. Le nom de Wessex ne dois surement rien signifier pour toi. Mais en République, ce nom, et celui des Casques noirs, résonne dans les oreilles de tous comme une corne de guerre. Tous s'écartent sur notre passage. Il vrilla du regard le reikois qui le suivait à travers un long corridor. Et toi, petit gringalet que tu es, tu parviens à nous faire courir dans tous les sens et à tenir tête à un mage noir de l'Académie de Magic, tu comprends donc notre surprise. Manedatz a failli dans sa tâche, il aurait dû te tuer, il a échoué. Il m'a alors chargé de t'étriper, je n'ai que faire des ses ordres soit dit en passant, il n'a qu'à se faire justice lui-même, pour ma part je n'obéis qu'à celle qui paie mes services. Or, Dame Wessex doit à présent trouver un remplaçant à Manedatz, tu comprends qu'elle ne peut se permettre de garder près d'elle des incapables. Son regard darda la réaction de Destra. Voyant qu'il ne réagirait pas, il continua. L'amiral de sa flotte semble également avoir péri, si tu veux son poste, peut-être qu'elle te le donnera dans deux ou trois ans de loyaux services. Dans l'état actuel des choses, elle veux te jauger, juste pour savoir si tu vaux le détour. Après ça, tu remonteras sur le pont avec moi et on flanquera une raclée à tes anciens alliés. Et alors tu rejoindras nos rangs, faut croire qu'ils se sont considérablement amoindris aujourd'hui, par l'entremise de tes ex-amis. Là aussi, aucune réaction ne vint. Nous voici arrivé, je te laisse te débrouiller à partir de là, derrière cette porte t'attends ta destinée, petit... tiens d'ailleurs quel est ton nom ? Bah ! Ne me réponds pas tout de suite, je ne sais pas encore si ce sera ton cadavre qui ressortira de ton entrevue ou pas. Tu me le diras si jamais Dame Wessex t'ajoute à mes hommes. Aller, ne la fait pas attendre, elle déteste ça. Conclut-il.

    [PA] Et la grive tapa trois fois. - Page 4 5dfad010

    Grande salle de l'Éclipse

    D'un geste, il ouvrit la lourde porte doublée de métal qui donnait sur une salle bien plus grande qu'escompté. Il fallait dire que le galion était haut de près de trente mètres, mais il n'en demeurait pas moins impressionnant de trouver une salle si haute de plafond en fond de cale. Qui plus était un espace si bien emménagé. Il ne faisait aucun doute que - fut un temps - cette salle servait à accueillir des bêtes d'envergure comme des béhémoths ou quelconque bête de guerre de forte stature. À présent le hall était décoré de longue tenture mimant des rideaux malgré l'absence de fenêtre et de nombreuses bougies fondant lentement sur des candélabres en argent.

    Quelques meubles ça et là rendaient le lieu plus habitable, et même presque luxueux, si l'on faisait fi du roulis constant de la houle. C'était un véritable palais encastré dans le ventre de l'imposant vaisseau de guerre. Il ne faisait plus aucun doute que la personne y vivant était particulièrement aisé et un tant soit peu mégalomane. L'emblème à tête se seedra était d'ailleurs plaqué sur tous les fanons qui bordaient l'allée centrale menant à une petite alcôve cachée derrière un salon des plus confortables.

    Un chandelier faisait onduler l'ombre de ses bougies sur le visage de Katharina Wessex. L'elfe à la chevelure de feu était avachie dans son fauteuil comme si les combats qui faisaient rage tout autour d'elle ne l'importait que très peu. Elle pivota doucement sa tête pour présenter son plus beau profil à Destra qui venait de pénétrer dans son antre. Une bougie moribonde permis au borgne de distinguer un fin sourire en coin sur le visage de la républicaine. Une voix faussement douce s'en échappa alors.

    - Approche. N'ai pas peur, je ne te mangerai pas. Même si en disant cela elle se passa la langue sur les lèvres. Manedatz ne m'a jamais failli jusqu'à présent. Que tu en sois la cause, Geram a dû te dire que ça confinait au miracle. Vois-tu, je suis constamment à la recherche de talents capables de me surprendre. Ne m'interromps pas, mon garçon. Tu n'es pas obligé de me répondre tout de suite, mais la paie substantielle que je propose à chacune de me recrues finit inlassablement par les faire pencher vers le oui. Si je laisse à penser que je ne suis qu'une vile mercenaire attirée par les richesses d'autrui, détrompe toi, je ne fais que pratiquer un commerce plus lucratif que mes concurrents, voilà tout. Si tu penses pouvoir m'être utile, remonte sur le pont, pourfend ces opportuns qui pensent pouvoir me nuire et reviens chercher ta récompense après. Katharina ne bougeait pas d'un cil tout en lui parlant. Ses yeux demeurant fixés sur la bougie qui l'éclairait.

    La flamme vacilla. La bougie s'éteignit.

    Ce fut à cet instant que Marceline passa au travers de la coque, pénétrant dans le hall du fond de cale à la grande surprise de Destra et de Katharina. Était-ce une apparition ? Non. L'elfe cornue était bel et bien là, s'étant glissé dans les entrailles du galion à l'aide de la magie. Aussitôt, l'immobilisme de l'elfe à la chevelure de feu vacilla un tantinet, son regard bleuté se braquant sur l'intrue. Mais son visage ne broncha pas, continuant d'en présenter qu'un seul côté, sûrement le plus harmonieux.

    - L'une de tes amies ? Comme c'est commode. Tue-là.

    [PA] Et la grive tapa trois fois. - Page 4 E7629010

    Katharina Wessex

    ꧁꧂


    Objectif(s) :

    Destra :
    - Tuer Marceline.
    - OU se retourner contre Wessex.

    Marceline :
    - Tuer Destra puis Wessex.
    - OU s'allier à Destra pour vaincre Wessex.

    Semar :
    - Vaincre Manedatz.
    - Vaincre les casques noirs.

    Takhys :
    - Vaincre Manedatz.
    - Sauver Semar.

    Carte de bataille (Cliquer pour agrandir) :

    Notes du MJ :

    CENDRES




    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 408
    crédits : 342

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Jeu 28 Déc - 9:16
    Takhys maintint son Chant, usant de toute sa belle voix pour envoûter les marins qui se présentaient dans son champ d'attraction orale. Son regard brun pailleté d'ambre s'était posé sur le timonier, qui n'avait d'yeux que pour elle, plongé dans une sorte de transe qui le détachait de toute réalité. Cela eut pour conséquences que le navire ne changea pas de cap, finissant sa course dans l'autre coque. Quand le bois craqua entre les deux navires, quand des marins sautèrent par-dessus bord pour sauver leur vie, la Sirène avait cessé de chanter pour retrouver la protection sous-marine... et surtout de prendre de la distance entre les deux puissantes embarcations et rejoindre la suite du combat. 

    La détonation qui se produisit à la surface résonna aussi sous les flots, avec plus de vitesse et emportant dans ses ondes la violence de l'explosion. Takhys grogna de douleur en ne pouvant s'empêcher de porter ses mains à ses oreilles. Ces terrestres étaient vraiment des êtres stupides. Quelle idée de transporter des marchandises instables dans les soutes ! Elle avait mal aux oreilles maintenant ! Ça sifflait et ce n'était pas agréable ! Elle put se consoler dans la petite satisfaction que leur débilité avait provoqué un bel effet dévastateur sur les deux navires de la flotte des mercenaires. Bon, hormis ce sifflement qui était pire que le gémissement d'un marsouin en manque d'amusement, il y avait la suite du combat ! Elle avait une cible à retrouver. Elle n'aimait pas laisser un poisson se sauver de ses filets… Enfin !, c'est une façon de le penser ! 

    Elle nagea rapidement vers l'Eclipse, maintenant que le gros de la flotte sombrait chaotiquement vers les profondeurs. Bon ! Où était-ce mono-auriculaire de terrestre ? Elle refit surface, sauta un bon coup et écarquilla les yeux quand elle vit un de ses alliés, Semar, effondré sur le pont, devant des soldats vêtus d'armures aussi obscures que leurs intentions. Ils devaient avoir quitté les entrailles des cales du navire. Et là, elle repéra sa cible, qui jubilait, son regard pointé vers Semar. 

    Le combat faisait rage autour de la scène qu'avait fixée la Sirène. Les hommes et les hybrides alliés se battaient contre les mercenaires de la flotte de Wessex. Après avoir replongé, elle reprit de l'élan, et malgré les risques qu'elle encourait, elle sauta hors de l'eau pour s'accrocher à la balustrade et là, elle invoqua sa magie. Deux tentacules d'eau quittèrent les flots pour s'élever dans les airs et se rapprochèrent vivement, entrant déjà en action pour frapper les Casques Noirs pour le premier tentacule et le second, pour s'abattre sur l'Archimage. Cette fois, il n'y aura pas que le sang de son oreille arrachée qui viendra à couler hors de son corps.

    Pouvoirs:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Le Boucher
    Le Boucher
    Messages : 112
    crédits : 872

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3419-le-boucher-termine
  • Ven 29 Déc - 21:03
    Et la grive tapa trois fois
    Si Destra se fichait éperdument de son égo, bien qu’il fût surdimensionné par moments, il ne pouvait qu’être fier des paroles du capitaine des Casques noirs. Alors son précédent adversaire était un mage réputé sorti tout droit de l’université Magic ? Et en plus il paraissait être un proche de Dame Wessex ? Qui l’eût cru ? Pour un homme qui n’avait même pas réussi à garder son prisonnier captif plus de trente secondes. D’après les paroles du capitaine, le borgne avait en plus réussi à blesser ce pitoyable petit mage, encore quelque chose qui ne pouvait que le flatter. Le guerrier suivait de près le chauve, qui semblait se diriger au niveau inférieur, où comptait-il l’emmener ?

    Le borgne suivait monsieur Elan sans réellement l’écouter. Pour dire vrai, il se fichait pas mal de ses dires, tout ce qui pouvait l’intéresser en cet instant était le nom de sa cheffe, « Dame Katharina Wessex ». Effectivement, ni les Casques noirs, ni le nom de « Wessex » ne parlaient à Destra, tout cela était inconnu pour lui. Il haïssait la République et tout ce qui en découlait, après tout, il avait été élevé pour devenir une machine de guerre prête à tout pour son souverain. Alors, si un jour il devait faire un génocide chez les ennemis de Tensai, il le ferait sans hésiter. Pourquoi ne pas tuer tous les occupants de ce navire ? Enfin, il fallait rester réaliste, le guerrier avait beau être doué au combat, ce n’était pas un dieu capable de réduire à néant toute la population présente sur le bateau, d’autant plus qu’il n’était pas là pour ça, et qu’il y avait des combattants hors pair et bien plus fort que lui à bord.

    Destra ne put s’empêcher de laisser un léger sourire se dessiner sur son visage pour réagir aux paroles du capitaine. Le mage noir aurait dû le tuer, certes, mais cela aurait été une mort pitoyable au combat, que d’être tué par un vulgaire mage. Il était cependant bon pour le borgne de voir que les républicains étaient, tout comme au Reike, loyal envers leurs supérieurs, et n’obéissaient qu’à ces derniers. Visiblement, cette loyauté lui sauva la vie aujourd’hui. Vint ensuite un semblant de proposition venant de monsieur Elan, celui de prendre le poste d’amiral du navire, après évidemment avoir fait ses preuves. Voilà une proposition bien alléchante, mais Destra n’en avait encore une fois que faire, il avait déjà une place chez les Serres Pourpres au Reike, et cela lui était plus qu’amplement suffisant. Tout le long de cette marche interminable dans les couloirs du Navire, Destra ne montra aucune réaction visible à son interlocuteur, faisant preuve d’un grand dédain envers le capitaine des Casques noirs.

    Le capitaine, arrivé devant une grande porte, l’ouvrit d’un simple geste, dévoilant une immense salle située en fond de cale du navire. Destra ne pensait pas que de telles pièces pouvaient se trouver dans des navires, aussi grand fût-il. Le borgne pénétra dans la salle, devant lui se trouvait dame Wessex, mais il ne put distinguer les traits de son visage, ceux-ci étaient dissimulé dans l’ombre. Une simple bougie éclairait faiblement la femme, une lueur qui laissait un léger sourire perceptible. Destra s’exécuta puis avança en direction de Katharina, écoutant au passage ses paroles. Devait-il être flatté de se voir considérer comme une recrue de cette femme ? Peut-être, à vrai dire il ne pouvait le savoir, le capitaine des Casques noirs aurait pu exagérer.

    Lorsque Wessex lui demandât de retourner sur le pont afin de pourfendre les envahisseurs, Destra était ravi. Voilà enfin une opportunité de fuir ce navire et de retourner auprès de ses amis. Après tout, il lui fallait bien une arme pour abattre ses « cibles », Destra pouvait en profiter pour tuer quelques gardes avant de fuir. Il fit un simple signe de la tête, puis tourna les talons. Cependant, Marceline venait de traverser la coque du navire de Wessex. Cette dernière se retrouva devant Katharina et Destra, ce dernier fut surpris, puis pris d’une colère noire soudaine, voyant que Marceline venait de gâcher sa seule opportunité de fuir sans tuer les siens.

    Le borgne, portant un regard noir sur l’hybride, sortit sa précieuse lance et avança en direction de Marceline. En passant, il regarda Katharina Wessex, puis resta de marbre, ne montrant aucune émotion apparente. « Bien, Dame Wessex. Vos désirs sont des ordres. L’hybride trouvera la mort par mes mains. » annonça-t-il, reportant son regard meurtrier sur Marceline, puis se ruant sur cette dernière. Il espérait que sa coéquipière ait un quelconque moyen de lire dans ses pensées, et de s’apercevoir que ce n’était qu’une simple diversion afin de s’en prendre à Wessex. Il ne se sentait pas de l’affronter seul, et ce n’était pas réellement une bonne idée de l’attaquer à deux en étant séparé, il ne savait pas de quoi elle était capable. L’objectif était simplement de se rapprocher de Marceline, et de s’allier par la suite à cette dernière. Mais il n’avait aucune idée de la réaction de l’hybride face à cette tentative d’attaque.
    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Sam 30 Déc - 19:44
    Je me retrouvai en face de Destra et d’une dame qui lui ordonna de me tuer. Ce que celui-ci répondit comfirma mes soupçons, j’étais en face de Katharina Wessex.

    Je ne connaissais nullement sa puissance, et j’avais un autre problème pour le moment, celui d’un blondinet qui voulait ma peau.

    Il fallait que je réfléchisse, alors je me mis en position de combat face à lui, en espérant que cela le ferait ralentir, le temps de jauger ma position.

    Comment avait-il gagné la confiance de Katharina ? Était-il depuis le début un espion ? Mais je ne pouvais pas espérer vaincre à la fois lui et Katharina. En fait, je ne pouvais espérer m’en sortir indemne tout court. Je songeais à fuir par la porte pour libérer les hybrides, mais elle avait probablement un moyen de m’empêcher de m’enfuir, ou il me rattraperai sans doute, et si il n’avait pas totalement la confiance de Wessex, celle-ci serait suspicieuse de nous voir nous sauver ainsi, dans le cas où il ne nous avait pas trahis. Mais comment penser qu’il ne nous avait pas trahis ? Alors qu’il s’était précipité pour rejoindre le navire de Wessex ? Quoi que, il aurait fait beaucoup plus de dégâts en restant chez nous. Et puis… Si c’était pour la prévenir de notre plan, c’était raté : celui-ci avait marché à merveille.

    Donc… peut-être n’était-il pas un espion.

    Il était hors de question que je ne m’enfuie si près du but. Enfin je n’étais plus la Marceline incapable de se défendre. Enfin je pouvais réellement riposter. Rachelle serait si fière de moi. Elle le sera quand je lui raconterai.

    Mais cela signifiait une chose : Je ne pouvais m’enfuir. Donc je ne pouvais qu’espérer qu’il soit de notre côté.

    J’étais toujours intangible, et pour quelques minutes encore. J’analysais rapidement l’arme de mon adversaire. Rien dans sa composition ne laissait supposer qu’elle pouvait faire des dégâts magique, ou qu’elle transperçait l’intangible. Mais je ne voyais malheureusement pas d’armes sur la Wessex. Si elle se battait par magie, le plan qui s’élaborait dans mon esprit tombait à l’eau.

    Mais hélas, je n’avais que ça.

    « attaque Wessex à travers mon corps » Dis-je télépathiquement à Destra, avant d’invoquer dans ma main le poignard qui se trouvait dans mon sac et de me ruer vers Katharina en hurlant à la manière d’un combattant inexpérimenté. Mon plan était qu’elle se dise que je n’étais pas une grosse menace, donc qu’elle pouvait laisser Destra me tuer. Une fois arrivée à la hauteur du bureau, je l’enverrai par télépathie dans la tronche de Katharina pour la distraire, ce qui devrait me laisser le moyen de l’approcher suffisamment pour faire semblant de l’attaquer au poignard, tandis que le blondinet serait suffisamment proche et suffisamment caché par mon corps pour porter un coup dévastateur à Katharina à travers mon corps intangible. Et si j’estimais qu’elle n’était pas assez distraite avec le bureau, je pouvais toujours utiliser deux shurikens pour la déstabiliser encore plus.

    Ouais, ça pouvait marcher. Je me mettais en grand danger, mais elle ne pouvait voir venir à la fois que j’étais intangible et que Destra allait l’attaquer à travers mon corps n’était-il pas ?

    pouvoirs:
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 31 Déc - 12:30
    Et la Grive tapa trois fois
    Disparitions mystérieuse d'hybrides.


    Il n’avait pas fallu longtemps pour que les occupants de l’Eclipse ne réagissent à ces nouvelles présences à bord. Mais la plupart des hommes qui venaient en découdre avec Semar et les siens ne faisaient pas le poids jusque là. Parmi les guerriers accompagnant l’hippotrague, un imposant hybride-taureau qui attrapait et jetait par-dessus-bord les marins comme de vulgaires poupées de chiffon. De sa masse, il fauchait les combattants adverses. Il avait été un ancien gladiateur qui avait été contraint de massacrer d’autres esclaves dans une arène clandestine. L’imposant bovin secoua la tête afin de se débarrasser de la dépouille d’un homme empalée sur l’une de ses cornes.

    Un autre hybride accompagnait Semar, un grand cerf usant également de ses bois pour maintenir les adversaires à distance raisonnable en plus de sa lance. C’était l’avantage d’être cornu.

    Les trois autres combattants étaient des humains, étant plus en retrait. Deux visaient à l’arc les adversaires qui arrivaient tandis qu’un autre préparait des fléchettes empoisonnées, protégé par les autres combattants. Elles étaient destinées à la Wessex et à ses combattants d’élite. Semar avait bien deviné combien ces derniers étaient potentiellement dangereux, autant ne pas les prendre à la légère et les moindres interstices des armures allaient-être exploitées afin d’affaiblir au mieux de dangereux adversaires.

    De son côté, Semar était particulièrement remonté et combattait avec férocité. Il avait perdu bien trop de monde, dont des amis de longue date. De son naginata, il massacrait sans vergogne tous ceux qui se retrouvaient face à lui. Ses cornes lui servaient également à faire le ménage en plus de rendre plus hésitants les adversaires les moins téméraires. Il était telle une bête sauvage, surtout quand il savait que les cales de ce navire contenaient des innocents capturés, dont deux des siens, pour une destination et des objectifs inconnus.

    En parlant du loup, voilà qu’un groupe de soldats en armure noire, qui n’avaient rien à voir avec les matelots et troufions standards, venaient à la rencontre du groupe de pirates. Voyant les mercenaires de Lozer être abattus avec une facilité déconcertante par les hommes de Wessex, Semar se mit soudainement en alerte, mais il n’eut pas le temps de donner un quelconque ordre aux siens qu’un son terrible assaillit ses oreilles et il fut contraint de se mettre en boule au sol, protégeant tant bien que mal ses oreilles et lâchant sa lance. Quand cet assaut psychique se stoppa enfin, les six combattants constatèrent qu’ils étaient encerclés par les soldats d’élite et au milieu d’eux, un mage. Malgré qu’il soit encore dans les vaps, Semar ne put s’empêcher de jurer.


    - Bordel, y’en a un encore en vie ?!

    Puis s’il enchaînait les attaques psychiques, ça serait bien compliqué pour l’hybride qui y était très sensible. Mais il remarqua un bras aqueux qui s’en pris au mage et à une partie des casques noirs. C’était le moment parfait pour agir, les trois hybrides profitèrent de l’effet de surprise pour reprendre leurs esprits et constituer les lignes de défenses. Semar fit un signe de tête aux humains qui sortaient des sarbacanes équipées de fléchettes empoisonnées qui avaient été préparées en amont. Les projectiles furent projetés en directions des zones exposées des armures. Si les fléchettes faisaient mouche, cela affaibliraient les assaillants, et s’ils n’avaient pas de chance, ils y passeraient. En tout cas, ils seraient bien plus vulnérables, de quoi faciliter le travail des hybrides qui continuaient à faire barrage afin de protéger les humains.

    - Arrosez moi ces crétins d’poison ! Ils vont l'payer !

    CENDRES
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 380
    crédits : 1423

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Dim 31 Déc - 19:28
    Et la grive tapa trois fois.


    Tour Treizième

    Où l'empressement et l'envie d'en terminer pousse chacun des protagonistes à commettre des erreurs fatales...

    ꧁꧂


    Le vent s'était soudain apaisé, la bise qui avait poussée les navires les uns contre les autres, permettant à Marceline, Destra, Takhys et Semar de fondre sur la flotte de Katharina Wessex. Là où l'amiral Kurgysson et l'armatrice avaient fait une erreur était peut-être de s'arroger la victoire avant même d'avoir mené la bataille. Aux commandes de puissants galions lourdement armés et d'hommes entrainés leur apportant l'avantage du nombre, ils avaient sous-estimé la combativité reikoise et les talents offensifs de ceux qu'ils avaient provoqués.

    Il fallait tout de même reconnaitre que Katharina Wessex était, en effet, entourée de puissants alliés, entre l'amiral et ses navires de guerre, un mage noir de Magic ainsi que sa redoutable garde personnelle, toutes les chances avaient été de leur côté. Mais la confiance exacerbée de Kurgysson et la vanité de Manedatz les avait amené à se penser victorieux là où la défaite toquait à leur porte. Alors que l'amiral aurait mieux fait de couler à distance ses adversaires et que le mage noir aurait dû déverser l'offensive magique dès le début des hostilités, ils s'étaient laissés allé au zèle qui les poussa à leur perte.

    Finalement, si messire Elan, chef des Casques noirs, avait déblatéré un long discours pompeux à Destra, il avait au moins eu raison sur un point : Aussi puissants fussent-ils, Katharina Wessex s'était bel et bien entourée d'incompétents. Ce n'était finalement pas une si mauvaise choses que Kurgysson soit mort et que Manedatz soit en voie de l'être.

    À ce propos justement, Theunvon Manedatz, malgré qu'il se soit entouré de soldats lourdement armés et déployait enfin sa magie psychique, il avait oublié qu'une sirène, une trentaine de mètres plus bas, ne l'avait pas oublié, lui. Et alors qu'il s'en prenait à Semar tel un taureau voyant rouge, sans prêter suffisamment attention à la tourmente environnante, il se prit de plein fouet la magie élémentaire de Takhys. Juste avant de se faire balayer par le bras d'eau envoyé par cette dernière, il entendit de son oreille valide un Casque noir crier de surprise.

    L'eau salée le souleva dans les airs, l'envoyant par dessus bord, brisant son emprise sur Semar. Le mage noir réagit à temps et se téléporta de nouveau sur le pont de l'Éclipse... Mais au mauvais endroit au mauvais moment. Il se prit de plein fouet le second bras aqueux qui l'envoya se cogner à l'occiput contre le cabestan du navire. Sonné, il se releva tant bien que mal, tituba et se retint tant bien que mal à la rembarde du navire avant de glisser lorsque le galion tangua sous l'impulsion de l'attaque magique.

    Le sorcier de Magic fit alors une chute d'une trentaine de mètres avant de s'écraser contre les flots. Il remonta à la surface, hoquetant, le picotement du sel le vrillant de douleur au niveau de sa blessure à l'oreille, sans parler de son choc au crâne. Il peina à se ressaisir, secouant les bras, avant de se rendre compte qu'il n'était pas seul dans l'eau...

    ꧁꧂


    Sur le pont du navire nébuleux, tout n'allait pas pour le mieux. Mais si les Casques noirs avaient perdu un homme qui avait valsé par dessus bord à la suite de Manedatz, il en restait une bonne dizaine prêts à en découdre avec ces satanés hybrides. Un soldat balaya de sa pertuisane un mercenaire de Lozet qui s'étrangla avec son sang, soudain, le chevalier en noir sentit un piqure au niveau du cou, juste sous son gorgerin. Il y porta machinalement la main pour se rendre compte qu'il tenait une sorte de fléchette entre les doigts. Lorsqu'il comprit, le poison faisait déjà effet et ils s'écroula en tentant vainement de se retenir à un de ses camarades. Un second Casques noirs fut touché à son tour, beuglant et mugissant avant de tomber contre le plancher. Deux matelots armés de Navajas furent également atteints par les fléchettes des hybrides.

    Ces derniers, s'ils se défendaient à merveille, finirent par ployer sous le nombre, ceci-dit. Un matelot replet - surement le cuistot - se jeta contre l'hybride-cerf qui tomba à la renverse. A cet instant, un chevalier en armure noire fit un pas en avant et lui trancha un bras d'un habile moulinet de son falchion. De l'autre côté, l'un des hommes de Semar, tenant un arc, reçut un carreau d'arbalète au niveau de l'aine, poussant un râle de douleur sous l'impact. Par chance, les mercenaires de Lozet luttaient à leur côté, mais pour combien de temps encore ?

    Une chance que Semar soit libéré de l'emprise de Manedatz, peut-être qu'avec leur chef ils parviendront à contre-attaquer.

    ꧁꧂



    Et alors que la violence faisait rage sur le pont du galion, la cale n'était pas en reste. Or, n'importe quel guerrier averti préfèrerait mille fois la mêlée du pont au duel qui s'engageait dans les entrailles du navire. Et pour cause : il opposait deux alliés dans un combat à mort, ce qui était fort incommodant pour tout un chacun, il fallait s'accorder là-dessus. Ceci-dit, c'était sans compter l'aversion que le borgne portait envers les républicains, peut-être que si la nationalité de Katharina Wessex avait été tout autre, aurait-il envisagé de rallier son camp. Mais non.

    En revanche, si tantôt nous avons relevé la vanité et l'incompétence de ses subordonnés, il aurait bien trop aisé d'en déduire qu'elle aussi était atteinte de ces défauts. Katharina Wessex n'était pas bête au point de laisser sa confiance au premier venu, aussi prometteur soit-il. Peut-être que messire Elan, chef de sa garde personnel, était enclin à ce genre de faiblesse, mais pas elle. Si Destra avait en effet tué Marceline comme elle le lui avait demandé, alors peut-être aurait-elle envisagé de l'intégrer à ses effectifs, mais certainement pas d'emblé.

    Et si Destra et Marceline avaient pensés qu'elle se serait laissée aller à une telle bêtise, ils se fourvoyaient.

    Un léger sourire en coin apparut sur les lèvres de l'elfe lorsque la cornue se jeta aveuglement dans sa direction, et même si elle fut un brin étonnée de voir son bureau se jeter à son tour sur elle, son sourire n'en fut pas ébranlé pour un sou. Et lorsque, de surcroit, la lance de Destra passa au travers de la semi-elfe - ou que que ce fusse l'atroce mélange que Marceline était - Wessex n'en fut qu'amusée d'avantage. Ces freluquets pensaient vraiment parvenir à abattre si facilement - aussi astucieuse fusse la manœuvre - la ponte de tous leurs malheurs ?

    La table vint s'écraser sur le faudesteuil où se tenait Katharina, le surin de Marceline s'y abattit ensuite avant que la pointe de la lance de Destra ne s'y fiche à son tour avec fracas. Le bois vola en tout sens, les débris retombèrent en tout sens et la soie du fauteuil fut violemment écorchée. Mais pas la moindre tâche carmin sur les lames et les échardes.

    - Astucieux, mais vicelard. Commenta la voix mielleuse de Katharina.

    Les trois yeux de Marceline et Destra se braquèrent sur la source de la voix. L'elfe aux cheveux de feu se tenait à quelques mètres des deux béjaunes béats. Debout, elle se révéla être particulièrement grande, ce qui n'était guère surprenant pour une elfe de sang pur, mais peut-être aussi un peu grandit par la peur qu'elle pouvait instiller chez ses adversaires. Quant à son regard de glace, il vrillait les deux amis avec une telle force qu'ils purent comprendre avec effroi leur erreur : ils s'étaient montrés trop confiants, alors même que la défaite toquait à leur porte.

    - Laissez-moi vous montrer comment il sied de se battre. Ajouta-t-elle.

    Sur ces mots, elle souffla une bougie, rependant une ombre sur la paroi près d'elle. Elle leva alors une main, sans quitter du regard ses adversaires, et plongea ses doigts aux ongles fuselés dans la mur... ou plutôt dans l'ombre qui le recouvrait. Et lorsque sa main en ressortit, elle tenait une longue hallebarde parfaitement noire, si sombre que la nuit la plus noire faisait pâle figure à côté de l'arme de Katharina. Elle exerça alors un moulinet avec son arme d'hast dans un sifflement strident, révélant l'arme forgée de l'ombre elle-même, d'où son aspect parfaitement noir.

    Elle fit alors un pas en avant, mais disparu alors dans un souffle pour réapparaitre aussitôt juste devant Destra, la lame de sa hallebarde juste au dessus du borgne, s'abattant violemment vers le crâne du blondinet.

    ꧁꧂


    Objectif(s) :

    Takhys :
    - Achever Manedatz.
    - Soutenir Semar.

    Semar :
    - Défaire les hommes de Wessex.

    Destra & Marceline :
    - Vaincre Wessex.


    Notes du MJ :

    CENDRES



    Katharina Wessex
    Race : Elfe
    Sexe : Féminin
    ge : 230 ans
    Métier : Armatrice-Mercenaire
    Taille & poids : 1m89 pour 60 Kg
    Alignement : Neutre-Mauvais
    Faction : République
    Rang : B
    Religion : Agnostique
    Avatar : Hester Shaw (ME)

    Pouvoirs et objets

    - Bouclier Psychique P1
    - Renforcement de la constitution physique P1
    - Prouesses d'arme (Maîtrise avancée de la Hallebarde) P1
    - Régénération P1
    - Ombre P2
    - Téléportation P2
    Immunité : Poison/venin
    Faiblesse : Psychique

    Description physique et mentale

    Le premier détail que l'on remarque chez Katharina c'est bel et bien cette longue cicatrice qui lui barre le visage, vestige du drame de sa vie. Bien que l'elfe pourrait la camoufler à l'aide de ses longs cheveux de feu, elle la garde pour se rappeler ce qu'elle à traversée. Mais son regard azuréen dénote assurément avec cette balafre, un regard apparemment doux et d'une grande beauté, les plus fins observateurs se rendront vite compte du froid glacial de ses yeux, une profonde douleur mêlée à une amertume sans limite pouvant y être perçue. Katharina s'exprime sur un ton monocorde, accentuant un peu plus sa personnalité acide, s'exprimant souvent de manière directe, franche et rude, la doctrine des Wessex se cumulant sombrement à son tempérament acariâtre.

    Histoire

    Katharina faisait partie de l'une des grandes maisons de la République, benjamine de la puissante Setoria Wessex. Élevée selon la doctrine familiale, ce fut une jeune elfe hautaine, sûre d'elle et d'une opiniâtreté qui faisait froid dans le dos. L'opulence de sa famille n'arrangeant pas les choses, elle s'est révélée une féroce combattante, maîtrisant la hallebarde, battant à plate couture ses frères. Katharina était déjà une excellente guerrière, qui plus est doublée d'une mage puissante. Lorsqu'un don pour la magie lui fut découvert, sa mère l'envoya à Magic pour accomplir le cursus Artisanats, Finances et Forces Magiques bien que Katharina aurait préférée le cursus Stratégies Militaires Magiques, sa mère la destinait à un avenir dans l'affaire familiale, dégradant un peu plus une relation mère-fille déjà bancale.

    Là où on aurait pu penser que la jeune Katharina - alors âgée de cent-quatre-vingt-dix ans - se serait assagie au retour de ses études magiques, le destin en décida tout autrement. Le convoi de mercenaires la raccompagnant à Courage fut pris d'assaut sur la grand route par un groupe armé de bandits, ces derniers décimèrent sa garde rapprochée et alors que Katharina aurait pu les balayer de sa magie, une attaque mentale d'un hybride la paralysa, la laissant à la merci des guerriers visant les Wessex. Elle fut alors souillée et atrocement défigurée par cet hybride, avant que les casques noirs envoyés en renforts ne massacrent ses tortionnaires.

    Et comme si cette expérience traumatisante ne suffisait pas - brisant la jeune Katharina jusque dans ses entrailles, la tourmentant au plus profond de son Être - sa famille la renia, Setoria Wessex ne voulant plus voir sa fille. Sa famille d'elfe de sang pur refusant de supporter davantage la vue de cette bête noire entachée par une engeance hybride. Sa mère lui laissa tout de même une compagnie mercenaire et trois imposants navires de guerre pour qu'elle mette les voiles le plus loin possible sans jamais remettre les pieds à Courage.

    Depuis ce jour, Katharina Wessex - la Bête Noire de Courage - sillonne les flots sur ses navires de guerre, élargissant sa flotte, faisant sa propre fortune dans l'escorte de navires de la SSG. Officieusement elle tire quelques revenus du trafic d'esclaves avec le Reike, et plus spécifiquement dans le commerce d'esclaves hybrides, ces créatures impures qui, selon ses dires, méritent l'extinction.

    « Lorsqu'ils se contentaient d'être des animaux et de baisser le regard à notre passage, cela allait encore. Mais dès lors qu'ils se mettent à avoir des pouvoirs, il en va de notre survie de les éradiquer. »



    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 408
    crédits : 342

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mar 2 Jan - 11:07
    Il devait moins amuser le mage à une oreille en moins, il devenait même agaçant ! Elle manqua de jurer quant à son premier tentacule, il revint sur le pont après s'être téléporté. La frustration devint une joie victorieuse quand il se bouffa le second tentacule, pour cette fois, réellement tombé dans la flotte. S'il pensait lui échapper... dans l'eau, il n'ira pas bien loin, à moins de réussir à se téléporter à nouveau ! Et cela, il en était hors de question ! Elle plongea sous les flots, profitant de sa supériorité naturelle sur le terrestre pour espérer s'en débarrasser une bonne fois pour toutes ! Il jouait peut-être les filles de l'air avec sa magie, mais dans la mer, c'était elle qui avait la main mise ! Elle repéra rapidement où il se trouvait, quitte à devoir passer sous la quille pour le rejoindre et là, pendant qu'il se débattait comme un démon à la surface pour ne pas sombrer. Il n'était pas seul dans l'eau... 

    Takhys passa en dessous de lui et sans sommation, lui attrapa une de ses jambes en l'agrippant vigoureusement par la cheville et le tira vers le bas, pour le faire passer en dessous de la ligne aquatique qui formait la frontière entre son monde et le sien. Battant puissamment de sa nageoire caudale, la Sirène s'enfonça verticalement vers les profondeurs. Toujours en tenant l'humain dans sa prise, veillant et espérant qu'il ne s'échappera pas en se débattant, elle employa sa magie pour lui entailler ici et là avec des dards de glace, régulièrement, pour provoquer de petites coupures sanglantes, tant pour le faire souffrir que pour que le sang se mélange à l'eau de mer. Un simple effluve se mêlant à l'étendue saline et des prédateurs pires qu'elle se rameuteront, pour faire bombance de la proie blessée. C'était une précaution supplémentaire. 
     
    Elle continua de s'enfoncer, laissant la silhouette sombre de l'Eclipse devenir de plus en plus petite à la surface. Cela fait, certain que le mage ne saura pas remonter, elle le frappa de sa queue au niveau de la tête, juste pour le plaisir sadique du moment. Si le terrestre demeurerait bien dans son tombeau abyssale, elle pourrait alors remonter, refaire surface et apporter son aide magique à Semar et ses hommes hybrides pour terminer le travail sur la peau. Comme tantôt, elle appellerait à elle l'eau pour que deux tentacules émergent de la surface et viennent frapper les Casques Noirs et les membre d'équipages de l'Eclipse qui seraient sur leurs sillages.


    Pouvoirs:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Le Boucher
    Le Boucher
    Messages : 112
    crédits : 872

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3419-le-boucher-termine
  • Mar 2 Jan - 14:24
    Et la grive tapa trois fois
    Feat. Takhys / Marceline / Semar / Zaïn


    La hallebarde  ténébreuse de l'elfe à la chevelure de feu s'abattit violemment sur le crâne du jeune guerrier, ne lui laissant guère le choix que d'esquiver l'attaque, ou de mourir bêtement sans avoir pu tenter la moindre contre-attaque. Fort heureusement pour le borgne à la crinière dorée, la réactivité dont il était capable de faire preuve était bien au-delà de celle du commun des mortels. De ce fait, il réussit sans mal à faire un pas sur le côté, élançant dans un premier temps le haut de son corps vers la droite, afin de protéger sa tête. Hélas, le guerrier Reikois ne fut pas suffisamment rapide et la violente attaque de son adversaire parvint à le toucher sans grandes difficultés.

    La lame ténébreuse de la hallebarde vint tranché la chair du mollet droit du borgne, incisant ainsi ce dernier d’un coup net. Une blessure certes, pas très grave sur le long terme, mais qui, en l’instant présent, pouvait s’avérer handicapante pour la suite des événements. Le Borgne, après avoir poussé un cri de douleur, s’étala à quatre pattes au sol, se rattrapant de justesse avec ses mains. Il pouvait sentir son sang écarlate perler sur sa jambe, puis couler le long de cette dernière. En l’instant, il fut totalement perdu dans ses pensées les plus profondes, pouvant même entendre l’éclat d’une première goutte de sang s’abattre sur le plancher de la cale.

    « Relève-toi Destra … Tu vas pas laisser cette salope te mettre à terre, si ? » entendit-il, une voix hargneuse et grave résonnant au plus profond de son esprit. Sa pupille s’était rétractée, ne laissant place qu’à l’assuré de son œil. Un grand sourire se dessina sur son visage, un sourire que l’on pouvait facilement comparer à une expression des plus malveillantes. Il était prêt à en découdre, à tuer cette vulgaire femme qui se tenait derrière lui. La rage grimpait en lui, le goût métallique du sang prenait place dans sa bouche.

    Il se mit à genoux, dos à son adversaire qui avait tout bonnement percuté le plancher de son bateau avec sa hallebarde. Il pivota légèrement la tête afin de capter Wessex dans son champ de vision, puis, d’une voix bien plus grave que celle habituelle, il prit la parole. « Non, je ne laisserai pas cette salope de républicaine me mettre à terre, il en est hors de question. Je vais la tuer, sans le moindre mal. Je vais l’éviscérer vivante, sortir ses intestins pourris de son immonde corps et les répandre sur le plancher de son pathétique vaisseau. Je vais lui dessiner le symbole du Reike sur son affreux visage avant de la poignarder en plein cœur. Ensuite, je lui arracherai la tête, puis je l’enverrai à ses putains de supérieurs républicains. Oh que oui, tu vas crever sale chienne républicaine, je te le garantis. » murmura-t-il, esquissant un léger sourire sur le coin du visage.

    « Comment voulez-vous mourir ? La nuque brisée ? Le crâne éclaté ? Poignardée en plein cœur ? Je vous laisse choisir, dame Wessex. » annonça-t-il, s’adressant directement à son adversaire. Il ne lui laissa pas le temps de répondre, il se rua sur elle, serrant son poing droit de toutes ses forces, prêt à lui assainir une violente attaque.

    [PA] Et la grive tapa trois fois. - Page 4 Dalle_10

    Pouvoirs utilisés:
    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Mar 2 Jan - 19:03
    Le bois se brisa avec fracas sur nos lames qui n’atteignirent pas leur cible. La voix mielleuse de notre ennemie retentit dans l’immense pièce et elle nous fit une démonstration de certains de ses pouvoirs. L’elfe maîtrisait donc l’ombre et la téléportation.

    Il était hors de question que je ne mette le feu à toute la pièce pour l’empêcher d’utiliser ses pouvoirs : nous devions sauver les hybrides.

    J’avais au moins la confirmation qu’elle ne lisait pas dans nos pensées : elle avait fait confiance à Destra pour me tuer, alors qu’il l’avait trahie.

    Mais moi non plus, je ne pouvais plus entendre les pensées : je n’avais plus de potion pour cela.

    Il ne me restait donc que ma magie, dans laquelle j’avais déjà largement puisé. Mais je n’étais pas vaincue pour le moment.

    L’elfe se téléporta à côté de Destra et le toucha au mollet avant que je n’aie pu réagir. Celui-ci prit la parole et me permit ainsi d’à la fois réfléchir et me faire oublier. Je n’avais qu’une seule chose à faire.

    Destra riposta, et elle allait probablement se téléporter de nouveau, ou esquiver pour attaquer encore. Je pris en compte toutes les possibilités et fit léviter toutes mes étoiles de métal. Deux convergeraient vers l’elfe pour l’empêcher d’esquiver et de riposter ensuite, que je retiendrai s’ils n’atteignaient pas leur cible. Quatre autres tournoieraient derrière Destra et à ses côtés pour empêcher l’elfe de se téléporter à nouveau autour de lui, et enfin quatre tournoieraient autour de moi pour empêcher notre ennemie de m’attaquer moi.

    Je pouvais maintenir ce sort un moment, et avec un peu de chance il nous protégera suffisamment pour nous permettre de vaincre cette immonde trafiquante d’hybrides.

    Sa cicatrice était d’ailleurs sans doute le résultat d’une de ses victimes qui se serait rebellée contre elle et serait parvenue à l’atteindre. Quoi que pourquoi ne pas l’avoir soignée, cette blessure, quand elle le pouvait ? Maintenant n’était pas le moment pour penser à ça. Nous devions nous battre pour sauver nos vies et celle des victimes de ce monstre.

    pouvoirs:
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 380
    crédits : 1423

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Dim 7 Jan - 11:15
    Et la grive tapa trois fois.


    Tour Quatorzième

    Ce chapitre sert ostensiblement de transition entre le début des hostilités et la victoire finale. Quant à savoir la victoire de qui, cela reste manifestement à déterminer.

    ꧁꧂


    La sirène exploitait l'avantage certain qu'elle avait sur tous les terrestres en présence, lesquels dépendent de leurs navires pour leur survie. Takhys parvint avec succès à précipiter le sorcier de Magic dans les flots, le mage peinant de plus en plus à se téléporter et à riposter psychiquement, tant la douleur lui vrillait les tempes alors que les attaques le visant se multipliaient. Peinant à rester à la surface, il se sentit soudainement attiré vers le fond, prenant une inspiration à la va-vite, il avala de l'eau tant il fut tiré rapidement.

    La surface s'éloignait à une allure inquiétante, sa vue se troublait et son environnement s'assombrissait dangereusement. Ses tempes le meurtrissaient, le sel brûlait ses blessures et la pression se faisait suffocante alors que ses poumons se chargeaient en dioxyde de carbone. Il baissa la tête pour remarquer la main lui empoignant fermement la cheville, sans pour autant parvenir à distinguer la sirène qui cherchait à le noyer. Soudain, il ne put garder plus longtemps l'air et recracha une floppée de bulles, cédant à la panique.

    Juste avant de suffoquer, il rassembla ses réserves de mana, pensant au chateau arrière de l'Éclipse et se téléporta pour la dernière fois de son existence.

    Arrivé sur le pont, enfin libéré de l'étreinte de Takhys, ses jambes lâchèrent sous son poids, Manedatz tomba à genoux, plaquant les paumes contre le plancher. C'est alors qu'il se rendit compte que ses doigts étaient violacés, il toussa violemment, expectora de l'eau salée, inspira avant de cracher de nouveau, l'inspiration qui suivit fut plus courte, et son expiration hachée. Son esprit embrouillé eu le temps de diagnostiquer une polypnée et une cyanose, avant qu'il ne tombe face contre terre, hoquetant et se révulsant tel un poisson hors de l'eau. Sa poitrine le brûlait et ses membres ne répondaient plus, Manedatz avait à présent les yeux injectés de sang et les lèvres gercées de violet. Alors que ses poumons avaient miraculeusement survécus à cette décompression explosive, son coeur ne tint pas le coup, se stoppant net. Et alors que la vie le quittait, Theunvon Manedatz se rendit compte de l'importance cruciale des paliers de décompression.

    C'est à cet instant que deux bras aquatiques enserrèrent de nouveau le galion, venant balayer un nouveau groupe de matelots armés de haches et de sabres. La panique ressurgit sur le pont du navire nébuleux, à tel point que le cadavre encore chaud de Manedatz fut piétiné sous la cohue produite par les attaques magiques de la sirène. Les archers n'avaient même plus assez de répit pour prendre pour cible Takhys, affairés qu'il étaient à ne pas être projetés par dessus bord et à éviter les coups des mercenaires reikois.

    Ces derniers étaient parvenus à tous grimper à l'abordage, repoussant de leurs hallebardes les Casques noirs et soldats républicains, laissant les arbalétriers derrière eux décimer les rangs de Wessex de leurs carreaux, en plus des fléchettes empoissonnés des hybrides. Un bras aqueux emporta deux Casques noirs dans les airs, l'un deux alla s'écraser avec fracas sur le château avant tandis que le second passa par dessus bord dans un cri de panique.


    ꧁꧂


    Une sourire en coin apparu de nouveau sur le visage de l'elfe lorsqu'elle sentit la chair malléable de sa cible heurter le bout de sa lame, cette dernière fendant le mollet de Destra verticalement. Une sale entaille commença à dégouliner de sang, et si la blessure n'empêcherai pas la borgne de marcher, elle atteindrai durablement sa mobilité. C'était le premier coup que le blondinet encaissait de la part de Wessex et serait assurément pas le dernier. La républicaine se battait en coordonnant chacun de ses pouvoirs, la rendant tout aussi difficile à toucher qu'à esquiver. Ses attaques étaient fulgurantes, et alors qu'elle se battait contre des adversaires fatigués par des combats navals, elle était en parfaite forme avec des réserves de mana considérables. Marceline et Destra partaient avec un désavantage certain.

    Et alors que sa hallebarde d'ombre se planta dans le plancher vernis, au lieu de s'évertuer à la retirer, elle fit disparaitre son arme dans un nuage sombre pour aussitôt faire réapparaitre son arme d'hast dans son autre main, prouvant à ses adversaires qu'elle maitrisait parfaitement le combat à la hallebarde, capable d'en user de manière ambidextre. Elle avait fait ce pivotement tout en écoutant d'une oreille la péroraison de l'étudiant de Drakstrang. Son sourire n'en fut qu'un peu plus élargi, face au fol espoir de victoire de ses adversaires.

    Et alors que les lames tournoyantes de Marceline fusaient dans sa direction et que Destra envoyait son poings droit sur elle, l'elfe disparu de nouveau dans les ombres. le coup de Destra s'écrasa dans le vide tandis que l'attaque de Marceline manqua de peu le borgne, remontant dans les airs pour ne pas tuer son allié à la place. Et alors que Marceline évita le drame, elle vit du coin de l'œil la silhouette de Katharina apparaitre de nouveau à sa droite. Un violent coup du plat de sa hallebarde envoya la cornue voltiger contre le divan.

    Soudain, deux bras d'ombre sortirent de sous le canapé et enserrèrent solidement Marceline, l'immobilisant totalement.

    - Laisse moi raccourcir ces vilaines cornes. Elles iront parfaitement au dessus de ma cheminée. Lâcha sombrement la républicaine avant d'abattre son coup.

    La corne droite de Marceline vola dans les airs pour retomber plus loin dans un claquement sinistre. Aussitôt, Katharina releva sa hallebarde pour s'apprêter à trancher la seconde corne...

    Quant à Destra, s'il avait voulu voler au secours de son alliée, il ne le put aussi vite qu'il ne voulait, tant sa blessure l'handicapait. De surcroit, attiré par le bruit, le vantail de la porte d'entrée vola pour découvrir dans son encadrement Geram Elan, armé d'une arbalète. Le chauve ne chercha pas à démêler la situation et décocha aussitôt un carreau en direction de Destra.

    ꧁꧂


    Objectif(s) :
    Takhys : Finir de vaincre les suppôts de Wessex.
    Marceline & Destra : Vaincre Katharina Wessex.


    Notes du MJ :

    CENDRES



    Katharina Wessex
    Race : Elfe
    Sexe : Féminin
    ge : 230 ans
    Métier : Armatrice-Mercenaire
    Taille & poids : 1m89 pour 60 Kg
    Alignement : Neutre-Mauvais
    Faction : République
    Rang : B
    Religion : Agnostique
    Avatar : Hester Shaw (ME)

    Pouvoirs et objets

    - Bouclier Psychique P1
    - Renforcement de la constitution physique P1
    - Prouesses d'arme (Maîtrise avancée de la Hallebarde) P1
    - Régénération P1
    - Ombre P2
    - Téléportation P2
    Immunité : Poison/venin
    Faiblesse : Psychique

    Description physique et mentale

    Le premier détail que l'on remarque chez Katharina c'est bel et bien cette longue cicatrice qui lui barre le visage, vestige du drame de sa vie. Bien que l'elfe pourrait la camoufler à l'aide de ses longs cheveux de feu, elle la garde pour se rappeler ce qu'elle à traversée. Mais son regard azuréen dénote assurément avec cette balafre, un regard apparemment doux et d'une grande beauté, les plus fins observateurs se rendront vite compte du froid glacial de ses yeux, une profonde douleur mêlée à une amertume sans limite pouvant y être perçue. Katharina s'exprime sur un ton monocorde, accentuant un peu plus sa personnalité acide, s'exprimant souvent de manière directe, franche et rude, la doctrine des Wessex se cumulant sombrement à son tempérament acariâtre.

    Histoire

    Katharina faisait partie de l'une des grandes maisons de la République, benjamine de la puissante Setoria Wessex. Élevée selon la doctrine familiale, ce fut une jeune elfe hautaine, sûre d'elle et d'une opiniâtreté qui faisait froid dans le dos. L'opulence de sa famille n'arrangeant pas les choses, elle s'est révélée une féroce combattante, maîtrisant la hallebarde, battant à plate couture ses frères. Katharina était déjà une excellente guerrière, qui plus est doublée d'une mage puissante. Lorsqu'un don pour la magie lui fut découvert, sa mère l'envoya à Magic pour accomplir le cursus Artisanats, Finances et Forces Magiques bien que Katharina aurait préférée le cursus Stratégies Militaires Magiques, sa mère la destinait à un avenir dans l'affaire familiale, dégradant un peu plus une relation mère-fille déjà bancale.

    Là où on aurait pu penser que la jeune Katharina - alors âgée de cent-quatre-vingt-dix ans - se serait assagie au retour de ses études magiques, le destin en décida tout autrement. Le convoi de mercenaires la raccompagnant à Courage fut pris d'assaut sur la grand route par un groupe armé de bandits, ces derniers décimèrent sa garde rapprochée et alors que Katharina aurait pu les balayer de sa magie, une attaque mentale d'un hybride la paralysa, la laissant à la merci des guerriers visant les Wessex. Elle fut alors souillée et atrocement défigurée par cet hybride, avant que les casques noirs envoyés en renforts ne massacrent ses tortionnaires.

    Et comme si cette expérience traumatisante ne suffisait pas - brisant la jeune Katharina jusque dans ses entrailles, la tourmentant au plus profond de son Être - sa famille la renia, Setoria Wessex ne voulant plus voir sa fille. Sa famille d'elfe de sang pur refusant de supporter davantage la vue de cette bête noire entachée par une engeance hybride. Sa mère lui laissa tout de même une compagnie mercenaire et trois imposants navires de guerre pour qu'elle mette les voiles le plus loin possible sans jamais remettre les pieds à Courage.

    Depuis ce jour, Katharina Wessex - la Bête Noire de Courage - sillonne les flots sur ses navires de guerre, élargissant sa flotte, faisant sa propre fortune dans l'escorte de navires de la SSG. Officieusement elle tire quelques revenus du trafic d'esclaves avec le Reike, et plus spécifiquement dans le commerce d'esclaves hybrides, ces créatures impures qui, selon ses dires, méritent l'extinction.

    « Lorsqu'ils se contentaient d'être des animaux et de baisser le regard à notre passage, cela allait encore. Mais dès lors qu'ils se mettent à avoir des pouvoirs, il en va de notre survie de les éradiquer. »



    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Le Boucher
    Le Boucher
    Messages : 112
    crédits : 872

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3419-le-boucher-termine
  • Dim 7 Jan - 12:11
    Et la grive tapa trois fois
    Feat. Takhys / Marceline / Semar / Zaïn
    Destra s’écrasa lamentablement au sol après avoir purement et simplement raté son attaque. L’elfe à la chevelure de feu s’était téléportée et, avec ses pouvoirs d’ombre, elle venait de piéger Marceline. Encore une situation pitoyable dans laquelle Destra se retrouvait, regardant sa coéquipière mal en point face à la mage noire. Après un premier échec face à Wessex, qui le blessa à la jambe, il fallait qu’il regarde Marceline se faire arracher une corne. « Fais chier ! » hurla Destra, suivi d’un long soupir.

    Sa jambe le faisait terriblement souffrir, mais, c’était simplement une rude épreuve à passer. Il en avait vu d’autre, depuis qu’il était à l’université. Il espérait juste qu’une fois rentré tranquillement en compagnie des hybrides et de son ami, il pouvait trouver une once de repos. « Katharina, je vais te tuer tu m’entends ? » hurla-t-il à l’encontre de l’impitoyable elfe. Ah ça ! Les mages, il les haïssait, et non pas parce qu’il avait eu de mauvaises expériences avec ces-derniers récemment, non. Il trouvait que leur art était bien fuyard, indigne des véritables guerriers qui se battaient à l’aide de leurs ressources physiques. Enfin ! Peu importe, la situation était assez critique pour qu’il n’ait pas besoin de penser à cela.

    Destra se releva, avec beaucoup de mal certes, mais il parvint à tenir sur ses deux jambes. Il était prêt à lancer un nouvel assaut à l’encontre de Wessex. Et, cela aurait été certainement le cas sans l’arrivée soudaine de Geram, le capitaine des casques noirs. Le grand chauve, voyant qu’un combat faisait rage, ne tarda pas à sortir son arbalète et à la pointer en direction du borgne, qui était déjà bien mal en point. Le regard du guerrier reikois affichait un air bien triste, comme si pour lui, la fin était venue. Était-ce le cas ? Certainement pas. Le carreau tiré par le capitaine des casques noirs s’était fait dériver comme par magie, certainement. Destra échappa une nouvelle fois à une mort certaine, puisque le carreau semblait se diriger droit sur sa carotide.

    « Minable. » annonça Destra, se préparant à se ruer à grande vitesse sur Katharina Wessex, à l’aide de son fidèle poing prêt à lui rétamer la tronche. Mais hélas, avec une jambe entaillée, il était difficile pour le borgne d’utiliser ses pouvoirs de vitesse et d’agilité. Enfin, difficile, plutôt impossible oui. Alors même qu’il usa de sa jambe blessée pour se projeter, il se rata et tomba, s’effondrant lamentablement, son visage venant goûter au bois humide et sale de la cale du navire de Wessex. Minable ? Lamentable ? Pathétique ? Voici toutes les questions que le borgne se posait en l’instant. Comment pouvait-il être tombé aussi bas ? Lui, un guerrier venant de la plus grande nation du monde. Comment pouvait-il salir à ce point le magnifique tatouage qu’il arborait avec fierté. Un bien triste sort pour le borgne. Espérons que la suite lui soit plus favorable, et qu’il pourra au moins essayer de toucher Katharina avec ses poings.
    CENDRES
    Invité
    Invité
    Anonymous
  • Dim 7 Jan - 19:10
    Son jeu de réinvoquer sa hallebarde était impressionnant et effrayant. Tout autant que sa téléportation. Je pris son coup de plein fouet et m’écrasa sur le divan ; heureusement, elle semblait vouloir jouer avec moi et avait frappé du plat de sa lame. Cela me donna des frissons remontant de mauvais souvenirs. Et alors que je croyais garder le contrôle de moi-même, des bras d’ombre vinrent m’attacher au divan. J’étais terrorisée.

    Et je la vis s’approcher de moi avec son regard mauvais. Celui d’une femme qui voulait me faire souffrir, beaucoup, violemment.

    - Laisse moi raccourcir ces vilaines cornes. Elles iront parfaitement au dessus de ma cheminée.

    Tremblant de tout mon corps je la regardais avec les mêmes yeux que je n’avait regardé mes tortionnaires deux ans auparavant, restant pétrifiée. Elle sembla y prendre beaucoup de plaisir, et son sourire s’élargit alors que s’abattait son arme sur ma corne, tranchant l’os interne et me faisant crier de douleur. Elle leva sa hallebarde une seconde fois sans me laisser le temps de m’en remettre tandis que je forçais mon esprit à oublier douleur et entraves pour me focaliser sur ma magie.

    C’est alors qu’un homme en armure noir entra dans la pièce et pointa son arbalète sur Destra. J’y vis ma chance et me concentra sur le carreau pour la faire dévier, droit vers ma tortionnaire.

    Le tir fis mouche et je sentis aussitôt mes liens se défaire tandis que c’était au tour de Katharina de souffrir. J’en profitait immédiatement pour relancer cinq étoiles vers cette dernière ainsi que de nombreux débris de bureau que je trouvais en me levant et courant vers Destra, tandis que cinq autres shurikens fonçaient vers le soldat en armure. Que mes étoiles aient touché ou pas, je les récupérait immédiatement après mon attaque pour les faire tournoyer, ainsi que de nombreux débris, autour de moi, suffisamment loin pour handicaper l’attaque d’une arme comme une hallebarde.

    Je sentais le sang chaud couler sur ma tempe. Je pouvais voir où ma corne était tombée. Dès que cette folle s’approcherait de nouveau, j’attirerai vers moi ma corne pointe devant pour empaler dessus mon ennemie. Je me voyais déjà l’abattre sur son visage arrogant encore et encore pour lui faire payer son sadisme. Mais l’important était d’éliminer la menace, je devais donc rester concentrée.

    pouvoirs:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum