DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Siame

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [Groupe 1] Le Cœur de Melorn - Page 3 JvNj4PH
    Gazette des cendres
    Été 2024
    Lire le journal
    #7
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Coeur de Melorn
    Derniers sujets
    Démoniaques philosophies [Savoir]Aujourd'hui à 2:44Savoir
    RPS REPUBLICAINS DE RUBY DRAGLAMEAujourd'hui à 2:24PNJ
    RPs spéciaux - Vaenys DraknysAujourd'hui à 2:18PNJ
    RPs Spéciaux d'Altarus AearonAujourd'hui à 2:15PNJ
    Shahana Daaki [Terminée]Aujourd'hui à 0:26Shahana Daaki
    Rp Reike de la montagne (Kilaea)Hier à 20:30Kilaea Sliabh
    Une Mort Silencieuse - PAHier à 19:43Pancrace Dosian
    [Flash-event] Le Bal du Reflet des ÂmesHier à 19:36Afosios Smaragdi
    Validation RP Qwellaana (Reike)Hier à 19:06Qwellaana Airdeoza
    +4
    Valmyria
    Lodvik
    Siame
    Ayshara Ryssen
    8 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Malazach
    Malazach
    Messages : 25
    crédits : 444

    Info personnage
    Race: Ange
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1280-malazach-le-porteur-de-peine-fiche-terminee
  • Ven 5 Juil - 22:55
    Ce qui était né dans les entrailles de la ville à l'éternel printemps n'avait rien de naturel. Sa gueule cauchemardesque, façonnée par un fantasme, par la manifestation d'une irréalité rendue existante par le poison d'une foi faite de rancœur, de chagrin et de désespoir, était capable à elle seule de briser chevaux, cavaliers et bâtiments d'un claquement de mâchoire précédé d'un feulement si fort qu'il éprouvait les tympans de tous ceux osant l'approcher.
    Ça n'était pas quelque chose que l'on pouvait aisément mettre à terre. Nouvellement née d'un rituel païen, pouvait-elle seulement mourir ? N'était-ce pas seulement un sort, une magie persistant quelque temps dans ce monde avant de s'évaporer après avoir fauché son quota de vies?
    Peu importait.
    Thiers, mage élémentaire émérite de la garde de Melorn et adepte du maniement des flammes occultes, se savait bien incapable d'abattre un tel golem de destruction. La provenance, la survivabilité de même que les objectifs de la bête avaient cessé d'avoir une quelconque importance pour lui à la seconde où son frère Solius, fier capitaine de la garde, était tombé.
    Il n'avait pas vraiment vu quand ni comment. Simplement, après le déluge de destruction ayant accompagné la naissance dénaturée du monstre, Thiers, en cherchant un abri pour se protéger des flammes nauséabondes, avait retrouvé le cadavre de son frère, son corps éviscéré à moitié enseveli sous un tas de gravats ayant un jour été une maison.
    Pas de glorieux baroud d’honneur, pas d’insultes bien trouvées jetées au visage de l’ennemi pour Solius. Seulement une mort cruelle et laide au milieu de ruines déjà abandonnées par un bourreau n’ayant probablement pas même conscience de la souffrance de ses victimes.
    Thiers s’était agenouillé près du corps pour fermer ses yeux grands ouverts, figés dans une expression de surprise ridiculement banale pour de telles circonstances. Après ça, les secondes et les minutes s’étaient mises à défiler lentement autour du mage et du cadavre, sans que l'urgence de cet instant d'apocalypse ne parvienne à avoir une quelconque forme d’influence sur le vivant. A un moment, lorsque les nuages toxiques avaient commencé à les encercler, Thiers avait déchiré la capuche masquant les traits de son visage fin, typique de ceux de sa race, pour se servir de son tissu bleu et épais comme d'un masque, dans l'espoir vain de filtrer les émanations toxiques.
    Ça n'avait pas suffit.

    Maintenant, sa carcasse errait dans les rues.
    Quelque chose de sombre et vicieux s’était emparé de son corps supplicié. Sa peau, abandonnée par la vie, couverte de cloques de brûlures suintant un pus gluant, se mouvait sous les ordres d’une créature pluri-millénaire, aux côtés de ce frère qu'il avait accompagné dans la mort. Privés de leurs consciences, les morts-vivants claudiquaient au milieu du chaos, refermant leurs mâchoires sur toute étincelle de vie subsistant encore parmi les flammes et les hurlements -de moins en moins nombreux- tandis que des dizaines d’autres enveloppes brisées, aux regards vides et à la faim dévorantes, venaient les rejoindre dans leur macabre festin.
    Et alors que ses créations faisaient goûter aux Mélornois un échantillon du cataclysme qu’avait connu Shoumeï tout entier, l’imposteur, une joie malsaine étirant ses lèvres pâles et illuminant son visage cireux, traversait cet océan de chagrin sans se soucier de la cohue ayant lieu autour de lui.

    Les Martyrs lui ouvrait le passage. Le Golem d’Os taillait dans la foule, ses griffes sectionnant la chair de tous ceux qui osaient encore s’approcher. Les plumes épaisses des ailes de l’Ange le protégeaient des éclaboussures qui en résultaient, repoussaient les lambeaux de chairs voletant ici et là, repoussaient les quelques chanceux inconscients ayant échappé aux griffes de sa créature. Le Monstre issu du sacrifice de chair de Sublime l’attendait de l’autre côté, son maître pestilentiel hurlant à tue-tête des promesses de vengeance et de destruction aux enfants de l’Empire Déchu.
    Combien de fois avait-il pu témoigner de pareils spectacles, pendant la guerre, lors de cette époque oubliée de tous où les Dieux préféraient bénir cette terre plutôt que la maudire? Sous le joug de ce nouveau tyran conquérant qu’ils nommaient l’Entité Sombre, le passé semblait se jouer sous ses yeux, une fois de plus.
    “-Cesse.” Ordonna-t-il alors que Les Martyrs s’apprêtaient à s’élancer à la poursuite de quelques fuyards. Le Golem s’immobilisa aux pieds de la Bête, qui s’ébroua dans un concert de sifflements stridents à la vue de l’Ange s’approchant de son cou.
    “-Bien Sublime.” Siffla-t-il en se hissant sur la monstrueuse monture, un rire dans la gorge manquant de faire sauter son camouflage d’éternel serein.”Très bien. Rappelle donc aux blasphémateurs pourquoi ils craignaient les dieux, en des temps plus civilisés.


    ✞✞✞ Malazach est Maudit ✞✞✞

    -Les pratiquants du Culte des Ombres et les adeptes du Divinisme le voient comme un ange resplendissant.
    -Les adeptes du Shierak et les athées, eux, le voient tel qu'il est véritablement ; une créature aussi famélique que sinistre.
    Impératrice-dragon du Reike
    Impératrice-dragon du Reike
    Ayshara Ryssen
    Ayshara Ryssen
    Messages : 545
    crédits : 2706

    Info personnage
    Race: Vosdraak
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: S - Impératrice
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t202-l-imperatrice-dragon#612
  • Lun 8 Juil - 0:57
    À la voir aller, on aurait dit que cette créature maudite tirait son essence vitale de son invocateur… Et c’était exactement le cas, car quasiment tout chez elle se calquait sur le serviteur de Puantrus, de son tempérament jusqu’à ses capacités magiques, arborant audacieusement la signature de la pestilence, ce don qu’elle se missionna de propager. Bien sûr, si une autre personne du groupe avait mené à bien le processus d'invocation, La Bête posséderait probablement des caractéristiques fort différentes – même si cela se discutait, encore là, vu le désir de destruction commun qui nourrissait les Élus. Ne faisait-elle que refléter cette sinistre envie, prenant simplement un aspect distinct selon l’âme l’appelant ?

    Cependant, une grande question demeurait : d’où provenait-elle ?
    S’agissait-il effectivement d’un familier des Titans ? Ou d’une engeance liée à cette Entité Sombre ? Où avait-elle habité tout ce temps ? Logée dans cette soi-disant dimension propre aux déités… Ou terrée, quelque part, au sein du Sekai, patiente, guettant que son heure vienne enfin la cueillir ? Ou peut-être… Peut-être qu’elle avait toujours été présente, sous les yeux aveugles des mortels, sans que nul n’ait la lucidité d’esprit de s’en rendre compte. La Bête tapie parmi les ombres.

    Quoi qu’il en soit, la féroce bestiole œuvrait du côté des fanatiques, et cela semblait largement leur suffire. Du moins, pour le moment. En un rien de temps, la folie et le chaos emportèrent les quartiers elfiques; ces malheureux être aux oreilles pointues en auraient probablement pour des semaines - voire des mois entiers - à s’en remettre. Et ça, c’était pour ceux qui réussissaient à survivre, à fuir assez vite les lieux. Qu’ils prient afin que la maladie ne les touche pas et ne finisse de ravager cette ville, se propageant tel ce fléau qui tua jadis le Shoumei.

    Bientôt, il ne resta plus grand-chose de ces pompeuses maisonnées, les (insuffisantes) protections en place ne purent évidemment pas stopper la frénésie meurtrière du pestiféré cornu et de sa monture cauchemardesque. Même si la corruption totale du Cœur échouait, au final, les dégâts causés aux infrastructures de la cité s’illustraient comme un lourd tribut à payer pour le dernier bastion des elfes du nord. Pendant ces minutes qui durèrent une éternité pour les victimes melornoises, l’hybride vola quelque peu la vedette au reste du groupe. Parce que bon, un pareil massacre, ça ne se manquait pas. Puis, avec ces morts qui se levaient, vraiment, l’endroit regorgeait de divertissements intéressants ! Grâce à cette habile « distraction », les divinistes et l’ancienne Vice-Présidente de la République parvinrent à pervertir les mécanismes et points subsistants.

    Maintenant, il fallait foutre la merde ailleurs. Ceci, nos amis corrupteurs l’avaient compris, et se mirent donc en route vers les bâtiments administratifs de Melorn, histoire d’y saccager des trucs peu salutaires au nouveau Sekai que désiraient leurs incroyables dieux. Une fois de plus, La Bête prouva son utilité à la cause en servant de transport collectif aux personnes invitées, ménageant les gambettes de ces vaillants ayant déjà changé deux fois de zone. Un vrai travail d’équipe. Quelle magnifique démonstration d’altruisme !

    Et zou ! Les agiles bondissements de l’animal des ténèbres emportèrent tout ce beau monde. Trop rapide, il ne trouva pas de résistance spécifique durant la route, juste une poignée d’imprudents mal préparés que ses puissants membres déchirèrent en un clin d’œil. En chemin, les suivants de l’Entité Sombre purent entendre les cloches de la ville sonner des alertes, les cris du peuple et autres catastrophes provoquées par des pairs bossant eux aussi pour les desseins titanesques. Ils n’étaient pas les seuls ici. Les défenses s’installaient, mais la surprise de cette offensive - ainsi que le manque d’expérience des champs de bataille - empêchait les habitants et militaires d’être réellement au taquet. Les reikois et républicains mettraient sûrement des heures ou sinon des jours avant d’envoyer des renforts. Et en toute franchise, la majeure partie de la stratégie employée par les attaquants se fondait sur ce dernier point, la carence de ressources actives.

    L’ombre massive du « destrier » se posa finalement au centre de ce lieu où moult bâtiments administratifs de Melorn se situaient. Alertés, les commis, ceux assez courageux pour rester, tentèrent de protéger et de sceller les documents importants, de cacher les rares artéfacts de valeur en circulation. Le gros des forces armées était malheureusement occupé au sud; ils savaient donc qu’ils devraient se défendre en utilisant les moyens du bord. Il faudrait composer avec les quelques gardes de sécurité présents et cette milice magique en sous-nombre.

    Par chance, l’édifice principal des administrations de la ville, une majestueuse bâtisse azurée s'élevant sur une dizaine d'étages, bénéficiait d'un système de protection arcanique particulièrement avancé, une sorte de mécanisme lié directement au Cœur qui l'alimentait continuellement en mana pur. À la simple perception des envahisseurs, les runes s’illuminèrent d'une lueur argentée, formant des barrières violacées destinées à repousser toute intrusion hostile. Si jamais une personne indésirable s’essayait à les franchir de façon physique, elle serait alors refoulée violemment.

    Fidèle au poste, la voix de l’Entité Sombre résonna de nouveau à l’intérieur de l’esprit de ses agents, n’ayant pas l’intention de les laisser sans instruction face à ce défi qui s’imposait :

    - Cette gigantesque structure que vous voyez là est spéciale. Il s’agit du cœur névralgique de la protection magique de la zone. Il n'y a ici qu'un seul mécanisme de sécurité, et ce dernier se trouve sous vos yeux. L’anéantir porterait un coup dur au Cœur de Melorn... Cependant, demeurez vigilants, car la résistance y sera féroce.

    À peine le Maître de Bénédictus eut temps de terminer sa phrase que des cris se firent entendre au loin : des magiciens de la défense venaient de repérer la localisation exacte du groupe de destructeurs (en même temps, difficile de passer inaperçu avec une telle entrée fracassante…).

    - MAGES ! À VOS POSITIONS !!! Ne laissez aucune ouverture. Ces intrus doivent être neutralisés à tout prix. Arendil, toi et tes collègues, concentrez vos techniques sur la grosse créature. Elle semble être leur point d'ancrage. ATTAQUEZ !!!

    Lorsque le commandant des troupes beugla ses ordres, un véritable déferlement de boules de feu et d’éclairs de foudre s’abattit sur le groupe, semblable à une pluie torrentielle. Bombardement ! Les offensives fusèrent et formèrent un barrage spectaculaire de puissance qui illuminait le ciel fumant.  Positionnés stratégiquement sur des tourelles élevées qui encadraient la bâtisse protégée, les lanceurs de sort se tenaient à bonne distance des divinistes qui rencontreraient sûrement deux-trois difficultés à les neutraliser. Pour les atteindre, il faudrait qu’ils fassent preuve de créativité. Mais heureusement, ils possédaient les loyaux services de La Bête, leur sympathique nouvel ami de circonstance.




    > Directives du tour
    * Il n’y a pas de sabotage et de corruption à faire dans cette zone
    * Détruire la barrière protectrice vous apportera cependant 50 points de réussite
    * Tuer un mage vous apportera 1 point de réussite (chaque)
    * Ces objectifs sont valables ce tour-ci et le suivant

    ¤ Chaque membre du groupe (incluant La Bête) est visé par trois attaques équivalente au palier 2 (élémentaire de foudre ou de feu). Vous pouvez :
    - Encaisser totalement ou partiellement, ce qui vous causera des dégâts considérables (sauf si vous avez une immunité… ou une faiblesse)
    OU
    - Vous défendre en échange d’utilisation de pouvoirs et d’actions.
    > Une action de palier 1 = Diminue de moitié les dégâts d’une attaque de palier 2
    > Une action de palier 2 = Protège entièrement d’une attaque de palier 2
    > Une action de palier 3 (cela vous coûtera 2 actions) = Protège entièrement de trois attaques de palier 2
    > Une action de palier 4 (cela vous coûtera 2 actions) = Protège entièrement de quatre attaques de palier 2

    ¤ Ces mages-là sont très vulnérables et donc tuables par un P2 magique ou un P1 physique ou d’arme (exemple : un coup d’épée ou une flèche bien placée). À vous de jouer le truc en automodération pour rendre le combat crédible. Par exemple, une flèche dans le bras ne tue pas, mais dans l’œil, c’est fatal, etc.

    ¤ Vous pouvez également les tuer en groupe en utilisant des pouvoirs plus puissants :
    > P3 = tue 5 mages
    > P4 = tue 10 mages

    NB : Les pouvoirs ne fonctionne pas sur la barrière magique du bâtiment.

    > Barrière magique
    * Pour corrompre et détruire la barrière magique du bâtiment principal, il suffit d’y utiliser l’énergie sombre de la Boule des ténèbres, la même le sabotage de mécanisme de sécurité.
    * Pour être détruite, elle a besoin de 10 actions de corruption (1 action = 1 corruption)
    * La Bête ne peut pas faire cette action



    TOUR 5
    Difficulté : Difficile

    FIN DU TOUR : Samedi le 13 juillet, soirée
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 674
    crédits : 5042

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Mer 10 Juil - 14:30
    Perchée sur le dos de l'immense Bête, elle observait la silhouette du bâtiment cible se dessiner de plus en plus nettement à l'horizon. Le palais, le quartier général de l'armée, la bibliothèque, ... Peu importait la véritable nature de ce qui se dressait devant eux. La Voix avait parlé. La Voix avait ordonné l'anéantissement du monument, et ce soir, elle allait semer la destruction.

    Les lueurs innombrables des fenêtres et des alcôves témoignaient de l'agitation fébrile des mages se préparant à défendre leur bastion. D’une main ferme, elle sortit un objet de sa besace et le dissimula dans sa paume. Des murmures d'incantations obscures s’échappèrent de ses lèvres et, bientôt, une lumière violette enveloppa son corps si peu désirable, lui offrant une invulnérabilité temporaire. Pathétiques, leurs efforts étaient voués à l'échec. Koraki savourait leur impuissance, chaque tentative de défense n’étant qu’un prélude à l'inéluctable carnage qui s'annonçait.

    Elle s’avança lentement jusqu’à l’avant du groupe,, se positionnant devant Phèdre. Les mages déchaînèrent une déferlante de feu et de foudre et le torrent magique frappa l'hybride de plein fouet, enveloppant sa silhouette courbée dans une véritable tempête que, d'ordinaire, elle aurait à tout prix cherchée à éviter. Pendant un instant, sa forme fut complètement dissimulée au regard de la demie-elfe, semblant être anéantie par la puissance des sorts.

    Cependant, lorsque le torrent se tarit, le spectacle qui s’offrit à Phèdre fut celui de d’hybride, d'une "erreur de la nature" triomphante, non seulement indemne, mais rayonnante de pouvoir. Elle éclata d’un rire tonitruant, son visage déformé d’une jubilation sauvage et une insatiable soif de destruction.

    Quelques vagues souvenirs des premières heures de la bataille de Liberty lui revinrent en mémoire, ajoutant un soupçons de douceur à cette soirée prometteuse déjà débordante d'une agréable goût.

    Exultante de son triomphe, elle tendit ses deux mains frêles et griffues vers le dôme. Ses doigts s'étirèrent comme des branches torturées, chaque mouvement imprégné d'une sinistre détermination. Puisant dans les énergies infinies de l'Orbe Sombre, elle ferma les yeux, savourant l'immense puissance qui pulsait à travers elle.

    Une première vague de magie corruptrice jaillit de ses paumes, une onde noire et ondulante qui s'élança tel le rapace sur sa proie. L'impact fut assourdissant, les énergies protectrices du dôme crépitant et se distordant sous l'assaut.

    La-Présidente-qui-ne-fut-jamais ne perdit pas un instant. Une seconde vague de magie, encore plus puissante et plus dévastatrice, suivit rapidement. Cette fois, l'onde de corruption était si intense qu'elle sembla déchirer l'air lui-même, avançant inexorablement vers le dôme. L'impact fut encore plus spectaculaire que le premier. Le dôme, autrefois brillant et solide, commença à se fissurer sous la pression, ses éclats lumineux se dispersant comme des fragments de verre sous l'effet de la magie noire.

    Avec un sourire triomphant, la corvidée ouvrit les yeux, ses pupilles dorées brillants d'une lueur malsaine. Elle observait avec délectation les effets de sa puissance, chaque fissure dans le dôme une victoire de plus dans son assaut contre Melorn. Les cris des mages résonnaient à travers la nuit, des cris de désespoir face à une force qu'ils ne pouvaient pas contenir.

    Une force qu’elle se devait d’admettre qu’elle n’était pas la seule à posséder.

    - Et si amis essayer être utiles ? Siffla-t-elle à l’adresse de ses compagnons, non sans perdre son sourire.


    [Groupe 1] Le Cœur de Melorn - Page 3 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Lodvik
    Lodvik
    Messages : 26
    crédits : 413

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3446-lodvik-termine
  • Jeu 11 Juil - 17:51
    Le Cœur de Melorn
    Feat Groupe Entité Sombre

    Alertés par les ravages de la créature qui accompagnait les divinistes, les mages de Melorn apparurent, prêts à anéantir le groupe. Lodvik sentit leur présence, il n'y avait pas de temps à perdre. La voix de l'entité sombre résonna dans son esprit tel un murmure glacial. Lodvik écouta chaque mot tandis qu'il observait ses compagnons, tous prêts à se jeter dans la bataille.
    La barrière protectrice des mages constituait le principal obstacle, une muraille d'énergie pure qu’il fallait anéantir. Pour corrompre le Cœur de la cité, il fallait d'abord briser cette défense, afin de laisser les ténèbres s’infiltrer dans Melorn.
    L’ancien paladin devait neutraliser les mages qui déchaînaient des attaques de foudre et de feu sur le groupe.

    - « La barrière doit tomber, je vais m’occuper des mages sur ces tourelles. » dit-il en pointant le côté gauche de la structure.
    Lodvik se tourna ensuite vers Valmyria.

    - « Ils sont assez nombreux pour s’occuper de la destruction de la barrière. Reste près de moi et protège-toi. » lui dit-il. Il ne souhaitait pas qu’elle se fît blesser gravement par l’un des mages. Sa magie de soin l’aidait à poursuivre.

    Lodvik avançait vers la tourelle, sentant l'impact de la foudre frapper près de lui. Il se plaça devant l'elfe pour la protéger et encaissa une attaque de plein fouet. Son armure en adamantine renforçait sa résistance aux sorts, rendant les attaques des mages moins intenses et ne lui causant de ce fait que des dégâts mineurs.
    L’attaque de foudre du mage se heurta donc à l’armure du chevalier, se dispersant ainsi en plusieurs petites étincelles. Il ressentit un léger picotement, comme une décharge statique. Rien pour le faire grimacer ni ralentir sa marche, il accéléra au contraire le pas afin de débuter l’ascension de la tourelle. Toutefois, il lança une attaque en riposte sur le mage de foudre en usant lui aussi de sa magie élémentaire. Un rayon lumineux d’intensité modérée jaillit de ses mains et percuta le mage. Surpris, il ne put esquiver le coup mortel qui irradia sa poitrine.
    Il fallait maintenant grimper sur la tourelle qu’il contourna, il repéra des rebords et des prises sur celle-ci, puis il accéda rapidement à un petit escalier de pierres en colimaçon. Il évita tant bien que mal les différentes attaques tandis qu’il grimpait. Mais leurs forces étant concentrées sur ses alliés restés pour neutraliser la barrière, cela lui facilitait l’avancée.

    Arrivé sur la plateforme, il reçut une double attaque, il parvint à esquiver la première, mais la seconde le toucha. Une petite boule de feu, rapide et crépitante, vint percuter l’armure du paladin. Celui-ci sentit la chaleur mais son armure absorba la majeure partie de cette énergie et réduit ses dégâts considérablement. Les brûlures furent superficielles, il pouvait poursuivre le combat sans prendre le temps de se soigner pour le moment. L’épée au clair, celui qui répondait à la volonté des titans, avança férocement vers le mage de manière à le confronter au corps à corps. Ce dernier tenta d’élever une barrière magique pour se protéger, mais trop tard, le religieux fondait sur lui. L’acier tranchant de son épée battant l’air, avant de venir se loger profondément dans sa chair, perçant son cœur. Un cri de douleur étouffé s’échappa des lèvres de l’elfe, tandis que l’épée transperçait sa poitrine avec force. Le liquide se répandit sur l’acier, peignant l’Éternelle d’une teinte écarlate. Impitoyable, le prêtre enchaînait ses mises à mort sans sourciller. Ils devenaient de la chair à abattre, s’ils refusaient d’accepter la domination titanesque. La foi de l’homme semblait bien trop grande, bien trop puissante pour être contrée ou remise en question. Se soumettre ou périr, là était le destin des opposants du chevalier des Dieux. Il retira son épée du corps de l’ennemi, le laissant s’effondrer au sol dans une lente agonie.

    Un troisième mage vint l’atteindre de loin, son attaque de foudre le toucha à distance et il sentit le courant électrique traverser faiblement son corps, alors qu’il se baissait pour ramasser un objet au sol. Une lance appartenant à l’ennemi, mais qui ferait bien l’affaire. Usant de sa force surhumaine, Lodvik se retourna vers son adversaire en lançant l’arme. Le mage ne s’attendait pas à une telle force employée dans ce geste précis, la pointe de la lame fendit l’air avant de venir transpercer sa cible. Il grimaça alors que l’acier pénétrait son organe et le faisait chuter de la tourelle. Il s’écrasa mortellement au sol après une chute vertigineuse.
    Le prêtre de la volonté se replaça, rien n’était encore joué et les scènes macabres ne faisaient que renforcer sa résolution.


    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Valmyria
    Valmyria
    Messages : 47
    crédits : 462

    Info personnage
    Race: Elfe
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3479-termine-valmyria-pretresse-errante-d-un-pays-en-ruines
  • Jeu 11 Juil - 17:51


    Ainsi, le chaos déclenché dans les quartiers résidentiels avaient finalement provoqués une réponse de la part des Melornois. Arrivés au niveau des zones administratives, c’est un véritable bouclier de protection magique qui les attendait. Entourant le bâtiment principal du quartier, des tours de défenses s’étaient dressées et projetaient déjà sur eux un souffle d’arcanes nauséabond.
    Si elle ne craignait pas spécialement les forces ennemies, Valmyria n’était pas stupide et elle se refusait à la moindre sous-estimation de la puissance de leurs adversaires. Aux côtés de Lodvik, l’elfe observait de ses yeux azur son compagnon et, un peu plus loin, le reste du groupe qui se voyait accompagné de la bête. La tâche était évidente et, en plus de devoir se protéger des attaques des Melornois, ils devraient composer avec cette étrange protection. Caressant la sphère obscure, l’ancienne prêtresse des Huit s’enfonça de nouveau dans ses idées noires, imaginant la ville en proie aux flammes. Bien qu’elle fut bénie par l’Entité Sombre, la blonde sentait tout de même les arcanes sombres parcourant son être et le poids de son fardeau. Aussi, elle aurait déjà bien à faire avec ce qui les attendait. Comme d’habitude, ce fut le paladin qui sortit la porteuse de ses pensées embrumées, sa voix parvenant jusqu’aux tréfonds de son propre esprit.

    - Très bien Lodvik. Je resterai près de toi. Avançons et montrons à ces impies la force de notre Foi.

    Accompagnant donc le paladin, l’elfe vit rapidement une nouvelle salve de magie s’élancer sur eux. Canalisant son pouvoir, elle souffla depuis sa main droite un wyrmelin de givre qui se mit à virevolter dans l’air. Dans un crépitement strident, l’incantation de givre vint s’écraser violemment contre une boule de feu qui visait la blonde. Dans un sourire, celle-ci continua de marcher, observant d’un air inquiet son compagnon qui venait d’absorber une première attaque. Elle le savait, son armure pouvait le protéger de bien des maux mais une vague d’inquiétude glissa tout de même en elle avant de se dissiper lorsque le prêtre de la Volonté continua sa route.

    Un nouveau tir, cette fois une flèche de foudre, fila vers elle. Détournant son attention de l’homme d’armes marchant à ses côtés, Valmyria concentra cette fois un mur de lumière solide contre lequel l’attaque foudroyante s’écrasa lamentablement. Attirant un peu plus l’orbe occulte contre elle, la prêtresse sentait que ces attaques étaient à la fois dirigées contre elle que contre leurs Maîtres. Et cela l’agaça fortement. Bientôt, le duo parvint jusqu’à l’une des tours de défenses. Observant le chevalier des Titans escalader, l’elfe décida quant à elle de commencer à faire le tour, ses yeux passant régulièrement vers son ami qu’elle voyait déjà monter vers leurs adversaires afin de les terrasser. Parvenant donc finalement au niveau de l’escalier de pierre qui permettait de monter, la prêtresse fanatique sentit un violent souffle chaud. Se retournant dans un réflexe, elle dressa instinctivement un mur de givre qui arrêta un trait de feu lancé dans sa direction. Leurs ennemis étaient déterminés et vicieux. Elle ne s’en étonna pas mais fut tout de même énervée qu’on tente de nouveau de s’en prendre à elle ainsi. Sentant la magie obscure de l’orbe glisser entre ses doigts, la blonde commença à monter à son tour pour rejoindre le paladin, tandis que la barrière magique subissait en parallèle les attaques corruptrices de leurs camarades et que les mages tombaient face aux flammes pestilentielles de la Bête. Ensemble, ils feraient chuter la cité aux mains de l’Entité sombre.

    Ensemble, ils purgeraient ce monde des païens refusant de se soumettre à leurs Dieux.



    [Groupe 1] Le Cœur de Melorn - Page 3 NMp3m37

    " Que les flammes de leur volonté permettent aux cendres de ce monde de faire renaître les âmes impures. "
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Sublime
    Sublime
    Messages : 22
    crédits : 680

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3723-sublime-peste-incarnee-termine#35021
  • Jeu 11 Juil - 22:52



    Une riposte, enfin. La délicieuse voix de l'Entité Sombre parvient aux oreilles taillées en pointes de l'hybride et un frisson grisant vient voler la place des infinies démangeaisons qui secouent sa carcasse. La mâchoire serrée du dément se crispe et de légers tremblements s'emparent de lui lorsque l'adrénaline entre en jeu. Devant ses compagnons se dévoile un apocalyptique tableau, celui de la fébrile résistance de ceux qui se savent déjà abattus mais qui refusent par arrogance de rendre les armes. Si proche de l'étincelante victoire à laquelle il vient de faire allusion, Sublime fait tournoyer la lame immense qu'il brandit autour de sa main puis adopte une posture défensive face au feu d'artifice arcanique qui s'apprête à les frapper, ses camarades et lui.

    La Bête rugissante répond à l'appel de son cavalier et ses griffes démesurées se tordent, sa silhouette toute entière se crispe et elle s'ancre solidement dans le sol tandis que d'innombrables bruits de craquements se font entendre aux quatre coins de son corps énorme. Ses écailles durcissent, sa peau prend une teinte métallisée et son blindage se fait si dense qu'aucun projectile magique ne parvient à en effleurer la structure. Dans un foudroiement intense, les intenses arcs lumineux explosent sur les membres renforcés de l'envoyé des Titans, déviés un à un pendant que le chevaucheur se gausse allègrement de son écrasante réussite.

    "Jamais... de ma vie ne me suis-je fait témoin d'un tel rassemblement d'inaptes et d'incapables."

    La résistance extraordinaire s'écroule dans un crissement métallique lorsque la Bête déploie furieusement son cou redevenu mobile, catalysant en son sein ténébreux le feu divin dont l'ont affublé ses façonneurs. Elle se cambre, pousse un sifflement reptilien tandis que le héraut cornu glousse de plus belle. Les Mages et archers tentent vainement de se mettre à couvert pour endiguer l'impact de la réponse des fanatiques mais il est déjà trop tard car, dans une détonation brutale, les flammes infernales viennent propager leurs corruptions jusqu'à chaque recoin, dévorant les remparts et cachettes en y insinuant une profonde et brûlante corruption.

    Des cris de douleur et d'effroi résonnent, la peur s'empare du camp des défenseurs et même lorsque les plus valeureux se redressent pour tenter une seconde approche frontale, ils sont accueillis immédiatement par une seconde salve toute aussi barbare et dévastatrice que la précédente. Un ensorceleur ouvre grand les yeux lorsqu'il voit fuser sur lui le brasier noir et verdâtre, puis ses globes oculaires fondent instantanément au creux de son crâne qui, quelques instants plus tard, explose littéralement dans une effusion d'ossement et de chair calcinée.

    La roche s'envole, le bois se volatilise en une fine brume charbonneuse. Il ne reste, après le passage de l'annonciateur d'apocalypse, qu'une inqualifiable désolation. Sublime exulte, fait rouler sa tête allégée par l'extasie sur ses épaules et dévoile sa langue grouillante pour venir la frotter contre ses crocs affutés. Il se réjouit d'un tel festin d'âmes et jette, dans un instant de folie religieuse trop poignantes, un regard prolongé aux nuages qui surplombent le champ de bataille. Dans les duveteuses manifestations célestes, il a l'impression de distinguer l'approbation du Père des Maux. Les Anges moqueuses n'ont plus aucune place dans son esprit et seuls les mots du Cardinal nécromant résonnent dans sa caboche pourrissante. Galvanisé par cette sensation, il reprend son carnage avec une ferveur éternellement renouvelée.

    "Rien... Rien ni personne ne nous survivra. Nous sommes la Peste."

    Sublime ricane, lame dressée vers les cieux obscurcis. Formulant dans sa barbe des formules malfaisantes, il tend ses bras latéralement et bombe le torse pour laisser s'installer en lui une colossale quantité d'énergie négative qu'il tire de la sphère et lorsque ses iris luminescents se font plus brillants encore, il redirige son arme vers la barrière érigée face aux siens et propulse dans un beuglement bestial un rayon maudit qui vient perforer la muraille magique dans un crissement atroce.

    "Nos Cardinaux marcheront sur vos ruines et feront de vos morts des esclaves purulents, païens !"

    L'égide arcanique commence à craquer et le rictus ignoble de Sublime s'étire encore davantage. L'ennemi est aux portes; et sa fougue n'a pour limites que celles qu'imposent les illustres destructeurs d'univers. La Bête frappe la terre démolie de l'une de ses pattes avant, puis pousse une vocifération gutturale. La chute des indignes et des veules est imminente, et tous le savent.
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Phèdre
    Phèdre
    Messages : 62
    crédits : 711

    Info personnage
    Race: Elfe/fae
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3388-phedre-terminee#30446https://www.rp-cendres.com/t3558-les-liens-de-phedre#32635https://www.rp-cendres.com/t3473-chronologie-phedre
  • Ven 12 Juil - 14:31
    La bataille était sur le point de débuter. Phèdre le sentait dans chaque particule de son être, dans le vent vicié qui balayait ses cheveux, dans l’air qui emplissait ses poumons de l’odeur ferrugineuse du maana si semblable à celle du sang -qui ne tarderait pas à couler, lui aussi- mais surtout dans ses souvenirs. Elle était incapable de les dater, ni de s’en rappeler avec exactitude. Il s’agissait plutôt d’une sensation ou d’un déjà vu en plus fort, plus puissant, plus dévastateur. Aussi grisant que terrifiant. Ce qui se passait sous ses yeux faisaient naître une multitude d’émotions en elle, toutes plus contradictoires les unes que les autres : l’excitation, la soif de sang et de vengeance mais aussi la peur. Une terreur pure qui aurait presque pu la paralyser si seulement il n’y avait pas les siens autour d’elle et surtout sa sœur ; tant que Siame était à ses côtés, elle ne risquait rien, songeait-elle sans parvenir à se souvenir que c’était exactement dans cette ville plusieurs milliers d’années auparavant que leurs routes avaient été séparés et que Phèdre avait été forcée d’emprunter un chemin qui, à terme, lui coûterait la vie. Néanmoins, sa mémoire s’agitait dans un recoin encore verrouillé de son esprit : elle ne tarderait pas à s’en échapper

    La voix de l’entité sombre s’infiltra dans son esprit comme de l’eau par une fenêtre. Son visage poupin restait impassible tandis que ses yeux bleus parcouraient lentement la structure qui se dressait face à eux. Même d’ici, il lui était aisé de deviner la quantité insolente de magie.

    Et si nous pouvions la corrompre…” Pensa la demi-sang alors qu’un sourire léger, presque une esquisse, venait ourler ses lèvres. Au même moment, des lueurs s’élevèrent de part et d’autre mais aussi des cris. Elle n’eut pas besoin de comprendre leurs mots pour savoir ce qu’ils disaient, c’était évident : ils attaquaient. Mais Phèdre n’était pas taillé pour cela, elle était une manipulatrice, une séductrice et une intrigante de première choix mais certainement pas une guerrière. Ses mâchoire se contractèrent alors qu’elle reculait, cherchant une manière de répliquer ou au moins de se protéger. Sa glace était en train de lui chatouiller le bout des doigts, prête à répliquer aussi férocement que possible lorsque qu’une ombre lui boucha la vue.

    Le corps déployé de cette créature hideuse qui se dressait entre elle et la mort était de loin la chose la plus laide que Phèdre ait jamais vue. Ce fut, cependant, la première fois qu’elle ressentit une pointe de reconnaissance pour ce qu’elle venait de faire. Au vu de la magie qui déferlait, elle n’aurait pas tenu longtemps, sa peau aurait fondue, ses os se seraient brisés et bien qu’elle aurait surement été en mesure de survivre, elle n’aurait pas donné très cher de sa carcasse. L’intervention de Koraki la préservait de tout dommage et même mieux encore, lui permettait de répliquer avec toute la magie que l’entité mettait à leur disposition. A peine sa sauveuse eut-elle frappé une seconde fois que Phèdre prit son relais, obligeant les ombres de la boule de ténèbres à se plier à sa volonté et à exploser contre le dôme protecteur. Une première fois rapidement suivit d’une seconde. Vinrent ensuite les assauts de Sublime qui étaient aussi puissants que l’était sa volonté mêlée de folie.

    - Que leur volonté soit faite.  Murmura Phèdre sans que personne ne puisse l’entendre, sa voix facilement recouverte par les chants de souffrance des victimes qui tombaient sous leur domination. Et une ultime fois, elle tira sur la magie obscure qui les baignait depuis leur arrivée et la fit exploser en une troisième salve contre la barrière.
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Siame
    Siame
    Messages : 156
    crédits : 1385

    Info personnage
    Race: Ange
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: E
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3503-terminee-siame-divine-violencehttps://www.rp-cendres.com/t3542-memoires-de-siamehttps://www.rp-cendres.com/t3626-recits-de-siame
  • Ven 12 Juil - 22:19


    Siame connaît le goût de la défaite. Elle l'a découvert la première fois lorsque la mort est venue cueillir son enfant avant même son premier souffle—pour lui dire que : mère, elle pouvait bien rêver, elle serait toujours incapable de l’être. Elle l’a rencontré à nouveau, ici même, tandis qu’elle perdait tout ce qui lui était alors cher : sa gloire, sa sœur, ses ailes. Elle connaît la manière dont il rôde tout autour d’elle, sans jamais la quitter de trop loin. Et chaque fois, elle l’avait combattue avec férocité.

    À présent, tandis que le feu rageur des mages melornois s’abat à nouveau sur ce qui lui est cher, Siame croit mourir, une fois de plus. Son regard se darde sur les sphères de flammes – bien trop réelles pour qu’elle soit capable de les ignorer – qui parcourent le chaos de la cité avec l’arrogance d’étoiles filantes égarées entre les mains des mortels. Ces étoiles de rage – invoquées avec la démence du pyromane – qui filent tout droit vers sa sœur. Son cœur se déchire en “Phèdre”, juste avant que l’hideuse créature qui les accompagne ne se place devant sa jumelle. Les Titans merci.  L’Ange reste interdite, un instant.

    Et durant cet instant, tout ce petit jeu lui paraît bien cruel, tout à coup. Regrettait-elle d’être venue ? Regrettait-elle d’avoir mis sa sœur à l’épicentre même de si grands dangers—elle qui avait déjà perdu sa vie une fois, elle qui désormais vivait à travers une enveloppe si fragile ? Elle croise le regard brillant de folie malsaine de la créature qui a protégé Phèdre – peut-être même sans le vouloir –, et quand bien même Siame abhorre son existence pour tout ce qu’elle représente, elle se met à murmurer silencieusement, du bout des lèvres... “Merci” se lit distinctement sur la courbe de sa bouche, d’ordinaire si orgueilleuse.

    Elle scrute le groupe, un à un, perçoit la démence infectée de Sublime se répandre dans les veines de la Bête qu’il chevauche, comme une plaie purulente—qui suinte, et suinte des miasmes de désespoir sur les troupes melornoises—qui gangrène chaque espoir et rend chaque battement de cœur plus nécrosé que la seconde précédente. Ce même pouvoir qui semble asphyxier la même raison de son hôte. Siame connaît aussi – trop bien – le goût de cette folie dévastatrice…

    Et pourtant, au vif de cette déferlante de rage brûlante, l’Ange fait preuve d’une sérénité glaciale—une tempête d’habitude si tumultueuse, qui reste là, figée. Une rivière d’adrénaline se déplace sous son masque d’ivoire. Elle compte, un à un, les battements de son cœur, refuse catégoriquement tout éclat de violence et de terreur intérieur. Refuse de les laisser apparaître sur son visage et que quiconque puisse venir la laper sur ses traits. Le feu laisse place à la foudre, filant en direction de la silhouette de Malazach—qui ne quitte jamais vraiment le champ de vision de Siame. Elle qui a toujours gardé un œil sur tout. L’Ange éprouve un instant le désir fugace de le bousculer – cet idiot – à rester planter là—alors que son ventre se creuse d’inquiétude. Cette inquiétude qui palpite en elle comme un éclair qui n’a nulle part où aller, nulle part ou frapper. Bouge, bouge, bouge. Et il ne bouge pas. Il ne bouge toujours pas… Elle lève les yeux vers le ciel—ignore si elle sera capable d’invoquer cette magie brute qu’on a un jour attachée à son âme pour lui arracher aussitôt ses maîtres disparus. Pour lui arracher, dès que l’on n’a plus eu besoin d’elle. Le caprice se lit alors sur son visage, comme une seconde peau. L’air s’alourdit, se met à vibrer et Siame ne se préoccupe plus guère de ce qui est possible ou non. C’est un cri silencieux, une pensée fugitive, un éclat de rancœur contre ce Sekai indifférent, qui déchire le ciel pour se précipiter à la rencontre de l’éclair artificiel – cette parodie de pouvoir trop mortelle – des mages et interrompre sa route en direction du Haut-Cardinal. Deux serpents venimeux qui s’embrassent dans une brutalité pitoyable, une querelle céleste, pour s’oublier presque aussitôt. Et le Monde s’éteint à nouveau.

    Quelques secondes plus tard, le tonnerre ronronne dans le creux de son oreille.

    Et Siame pousse un soupir, ferme les yeux, ravale ce cri resté bloqué dans sa gorge. Elle songe à tous les risques qu’elle a un jour pris—et à ceux qu’elle ne prendra plus. Elle ne peut plus risquer sa vie comme elle le voudrait désormais. Après tout, tous les grands actes sont secrètement motivés par des raisons très triviales. Elle ouvre les yeux et perçoit la magie pulsante de la barrière—et c’est à son tour d’en corrompre un morceau. L’Ange convoque sa volonté – cette chose farouche, qui sait parfois se faire utile – et le pouvoir se rue à travers la fissure de son âme—fend sa peau et noirci toute forme de lumière, même la sienne.


    CENDRES


    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Malazach
    Malazach
    Messages : 25
    crédits : 444

    Info personnage
    Race: Ange
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Neutre mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1280-malazach-le-porteur-de-peine-fiche-terminee
  • Ven 12 Juil - 23:04
    Même des créatures aussi fragiles et condamnées à l’oubli que les elfes de Melorn pouvaient se montrer capables, en de rares occasions, de montrer les crocs, semblait-il. Que ça soit à cause de l’ombre huit fois bénie de la créature divine, des quolibets que son cavalier jetait au visage des ennemis de la vraie foi ou des ruines laissées dans leur sillage, la résistance des mortels s’était finalement organisée. Leurs projectiles de magie primitive, à peine domptée, fondaient sur eux, dans l’espoir de protéger une barrière ne faisant que retarder l’inévitable.
    Le feu et la foudre. Un assaut Kaleidoscopique, incessant. Une vague de violence débridée, inattendue et peu contrôlée, générée par des esprits ayant toujours été jusqu’alors trop doux pour sortir vainqueurs d’un conflit.

    Mais les arcanes mortelles -si nombreuses pouvaient-elles être- ne pouvaient espérer faire reculer les derniers des premiers-nés.
    Et alors même qu’un premier tir visant l’Ange Noir était dévié par les pouvoirs de la Prophétesse, les morts s’en vinrent sauver cette dernière.
    Tout autour d’eux, ceux qui étaient tombés se bousculèrent dans une horde saignante pour se jeter sur la trajectoire des traits. Leurs chairs calcinées aux nerfs inutiles volèrent en éclat. Leurs orbites se vidèrent de leurs contenus, fondus dans des flammes qui s’évaporèrent dans l’instant. Des coeurs inertes, parcourus par une foudre trop puissante pour d’aussi faibles carcasses, s’animèrent le temps d’un ultime battement contre-nature avant d’exploser dans des poitrines aux os brisés.

    A combien de temps remontait leur dernière coopération? Combien d’éons s’étaient écoulés, depuis la dernière fois où le fils du Faucheur et la fille de la Perfection avaient eu à combattre dos à dos, contre un ennemi commun? Une éternité. Peut-être plusieurs. Entretemps, elle avait perdu ses ailes, sa sœur, et lui, enfermé dans un mensonge devenu -petit-à-petit- un devoir, puis un fardeau, avait été contraint de porter leur deuil, à toutes les deux.
    D’un revers de main agacé, Malazach essuya sa joue mouchetée de sang brûlé en reprenant sa progression vers la barrière, son esprit pragmatique s’efforçant déjà de chasser ces souvenirs parasites. Un trait lumineux passa au travers de la masse non-morte pour filer dans le dos de son ancienne élève. Ce-qui-restait-de-Vaera se jeta dessus. Ses os renforcés tremblèrent à l’impact du tonnerre artificiel. Les mâchoires garnies de crocs claquèrent sans émettre plainte ni avertissement. Et puis la goule squelettique rejoignit son créateur.

    Plus loin, la chose née de l'offrande de chair de Sublime répondait à la timide riposte des mages Melornois en précipitant ruine et haine sur leurs frêles silhouettes. L’air, rendu déjà lourd par l'incinération d'une partie des protecteurs de l'enfant de X'o-rath, se fit rare lorsque la température grimpa tout autour des hérauts de l'entité. Près d’une tourelle où quelques mages se terraient, Lodvik et Valmyria, animés tous deux par la flamme d’une rage née sur les cendres de Célestia, honoraient la mémoire du Nouvel Ordre en frappant durement ceux qui avaient préféré ignorer les crimes ignobles des barbares Reikois. Par-dessus le chaos ambiant, les menaces proférées par la voix de Sublime, rendue grasse par la maladie, rappelaient à chacun ce que leur victoire finale signifierait.  

    Enfin, Malazach arriva à destination pour se pencher sur le bricolage arcanique des elfes, un sourire doux, amusé - pareil à celui d’un père attendri face aux premiers pépiements ineptes de son enfant - ancré sur son visage. Ses longs doigts s'approchèrent de la barrière pour insuffler en elle un soupçon du cancer rongeant l'arbre-monde et, par la même occasion, la création toute entière. Une attaque subtile, discrète…Pourtant… Quelque chose sembla se briser au sein des arcanes faussement élaborées des elfes. Mais l'instigateur de cette nouvelle contamination ne s'attarda pas d'avantage sur place, il recula de deux pas, entouré par les restes de ses créatures, pour battre doucement en retraite en prévision du prochain assaut…Et croiser, dans la cohue qui s'ensuivit, le regard étrange de leur plus improbable compagnon :
    Cette créature faite de bec et de plume, au langage primitif et aux discours abscons, avait, semblait-il, trouver son utilité : Protectrice de la frêle réincarnée. Et si la répugnance du Porteur de Peine à l'égard de ceux de son sang demeurait, le fait qu'il épargne à celle qu'ils venaient à peine de retrouver une nouvelle cruelle blessure le forçait à la remise en question.
    Peut-être l'avaient-ils traité injustement, jusque là.
    Un nouveau beuglement de la part de la bête divine le tira de ses réflexions. Ses ailes s’agitèrent alors qu’il luttait contre l’envie de s’élever pour scruter la mêlée depuis les cieux. A la place, il scruta l'hybride et sa protégée en leur attribuant à chacun un regard se voulant apaisant.
    “-Le sentez-vous ?” Commença-t-il en joignant les mains. “La fin approche.


    ✞✞✞ Malazach est Maudit ✞✞✞

    -Les pratiquants du Culte des Ombres et les adeptes du Divinisme le voient comme un ange resplendissant.
    -Les adeptes du Shierak et les athées, eux, le voient tel qu'il est véritablement ; une créature aussi famélique que sinistre.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum