DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Wind of change feat Zaïn InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    parasite cherche hôte consentant (terminée)Aujourd'hui à 22:50Tensai Ryssen
    Mon Voisin Du DessusAujourd'hui à 22:23Lyra Leezen
    Un prêté pour un rendu [Sixte]Aujourd'hui à 22:02Sixte V. Amala
    Seul ? [Hélénaïs]Aujourd'hui à 21:55Hélénaïs de Casteille
    La Fenêtre de l'ÂmeAujourd'hui à 21:01Myriem de Boktor
    Poids lourd et poids plume (PV Kieran Ryven)Aujourd'hui à 20:55Vanay Vyldrithe
    Conversation ou baston ? [Pw Kahl]Aujourd'hui à 19:46Kahl
    La fuite | Leif & Siame Aujourd'hui à 18:39Leif Brynjolf
    Achats de pouvoirs | Kieran Aujourd'hui à 18:32Kieran Ryven
    L'air du Vent | Feat ZéphyrAujourd'hui à 18:05Myriem de Boktor
    2 participants
    Aller en bas
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 872
    crédits : 2151

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Ven 10 Fév 2023 - 16:11
    Octobre de l'An 3

    J'étais arrivée à Ikusa deux jours avant, accueillie avec surprise par Shan'ael et Rowena avec qui j'avais passé une excellente journée puis le soir je fus reçue avec les meilleurs égards par mon fidèle ami Tagar, son hospitalité n'était pas un vain mot en tout cas. Néanmoins si mon périple en territoire Reikois n'était pas placé sous le signe de la simple courtoisie il n'en demeurait pas moins que j'avais un autre ami en ville. Ami qui venait d'être délesté par Tagar d'un de ses gladiateurs, mon ami d'enfance Ruyven.

    Ce dernier avait rejoint Mélyssa la veille et pour tout avouer je ne voulais pas entendre parler d'eux avant plusieurs jours, ils avaient du temps à rattraper. Néanmoins ce matin j'avais eu la surprise de trouver Ruyven en train de s'habiller de pied en cap, armuré et prêt à sortir de chez les Reys.

    - Où vas-tu mon ami? Déjà lassé de ta douce?
    - Non tu t'en doutes bien, je pourrais passer une éternité à ses côtés que cela me semblerait être un temps trop court.
    - Eh bien que fais-tu alors? Profites de ton épouse, je peux m'occuper de mon fils encore sans souci tu sais.
    - Je le sais et je ne te remercierai jamais assez pour m'avoir fait sortir de là mais je dois aller rendre service à Zaïn.
    - Rendre service? Que se passe-t-il?
    - Je devais l'accompagner pour une visite de... courtoisie auprès d'un ancien vendeur d'esclave pour clôturer les comptes dirons nous simplement.
    - Je vois oui sans souci... Rien de dangereux en somme.
    - Non rien du tout en effet, une visite de courtoisie.
    - Eh bien soit, j'irai à ta place et toi tu restes avec Mélyssa.
    - Mais...
    - Courtoisie tu as dit... je le suis bien plus que tu ne le seras jamais allez hors de ma vue !

    En réalité il savait qu'il était impossible de me faire changer d'idée quand j'avais émis un avis aussi il dut battre en retraite mais non sans m'avoir fourni une dague, courtoisie certes mais savait-on jamais avec ses barbares de Reikois non?

    J'avais donc regagné ma chambre pour me changer, ma robe d'intérieur ne convenait pas à ce genre de virée alors je sortis une tenue de voyage plus appropriée, un pantalon ajusté, des bottes montantes, une chemise, un pourpoint de cuir et ma cape, et oui la dague avait rejoint ma botte droite. Ainsi parée je m'étais faite accompagnée par un des gardes de la famille Reys pour l'arène de Zaïn.

    Je franchis donc en milieu de matinée les portes du lieu de combat. L'ambiance était calme, posée , des gladiateurs devisaient dans les premières salles que je franchis, certains partaient d'entrainer, d'autres en revenaient mais tous répondirent de la même façon, le patron était dans l'arène en train de s'entrainer pour sa part, c'est que sa condition physique c'était son fond de commerce après tout, il était l'image de son arène, il devait l'incarner en tout temps. On me guida donc jusqu'à la vaste arène de sable.

    J'étais sur la partie extérieure et j'observais les lieux, des places assises pour regarder les combats, d'autres debouts, un bel espace, lumineux, tout était propre et sentait ... l'huile... Certes c'était un point étrange mais perceptible dans ce genre d'endroit. Zaïn devait être la au centre, seul ou pas... Je m'avançais pour observer.

    Message 1
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 378
    crédits : 1375

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Ven 17 Fév 2023 - 18:04




    - Arène du quartier marchand, Ikusa -



    Le ciel était chargé dehors, il ne pleuvrait pas car l'air n'était pas suffisamment chaud, mais ce n'était pas un temps propice à la navigation. Et lorsque Zaïn Tevon-Duncan ne naviguait pas, il se battait. Lorsque le patron de l'arène s'était levé de son lit, la première pensée qui lui traversa l'esprit fut qu'il ne s'était battu durant toute sa carrière que contre des êtres sur deux pattes, mais jamais d'animaux à quatre pattes. Il avait bien filé des roustes à des chiens qui voulaient lui voler son maigre repas durant on enfance, mais jamais sur la sable de l'arène. Il avait donc trituré son esprit afin de trouver un animal digne de ce nom afin de l'affronter. Il avait immédiatement voulu se mesurer à un Ombragon, mais on lui signifia bien vite qu'il n'y en avait pas à Ikusa et qui plus est une telle créature ne tiendrai pas dans son arène. A défaut d'un Ombragon, un boucher accepta de lui céder un immense taureau qui devait être abattue, Zaïn se proposa alors de s'en charger pour le brave homme.

    Lorsqu'il arriva à l'arène il était quelque peu dépité, mais bien vite il constata que le taureau était une créature très puissante capable de broyer certains de ses adversaires. De plus la bête pesait pas loin d'une tonne, ce qui s'ajouterai parfaitement au palmarès de Zaïn. Enfin, lorsque Myriem pénétra dans l'arène, elle pu voir un taureau d'environ un mètre et demi pour une tonne charge, les cornes pointées, vers Zaïn, torse nu, en position de combat.

    A l'instant où la bête allait empaler l'hybride, ce dernier fit un saut périlleux par dessus le taureau pour atterrir les deux pieds bien droits dans le sable. Il leva les bras afin que les rares spectateurs - des amis ou des employés - l'applaudissent. Un sourire confiant plaqué sur le visage, il traversa l'arène de quelques enjambées pour s'éloigner du taureau qui reprenait son élan droit vers lui. Zaïn ne broncha pas cette fois-ci, et lorsque les cornes de la bête entrèrent violemment en contact avec le buste de notre héro, au lieu de l'embrocher, la kératine de celles-ci se brisa dans un craquement sinistre alors que Zaïn ne flancha pas d'un millimètre. C'était comme si le taureau avait foncé tête baissée dans un rocher.

    Le bête gronda de colère et fit demi-tour brusquement pour envoyer ses deux sabots arrières dans la figure de Zaïn, mais il se baissa prestement pour éviter les coup et s'éloigna de trois pas. La bête avait les nasaux dilatés et les yeux injectés de sang, la colère l'habitait, il soufflait si fort que de la vapeur en sortait, tout ses muscles étaient congestionnés et l'une de ses cornes avait été brisée. Tandis que Zaïn n'avait rien et n'était même pas essoufflé, au contraire même il souriait. Soudain, le taureau se cabra avant de foncer droit vers l'hybride qui leva un poing avant de l'abattre vers le bas pile à l'instant où la tête de la bête passa dessous. La tonne du taureau s'arrêta brusquement, alors que son crâne s'écrasait au sol, s'enfonçant dans le sol sous l'impact du poing.

    La dizaine de spectateurs, voir moins, applaudirent, impressionnés. Le boucher allait pouvoir venir pour récupérer sa viande, à voir s'il comptait quand même la vendre ou s'il ne récupèrerai que le cuir. Le propriétaire de l'arène revint vers les bancs où son ami Stefan l'attendait, adossé au mur.

    - Je suis un peu déçu, ça ne vaut clairement pas un Ombragon. Tu es sûr que c'est le plus gros animal accessible sur le marché ?

    - Malheureusement oui. Toutes les créatures fantastiques dans le genre son réquisitionnés par le RSAF, et si tu décide de ton propre chef d'aller trouver un Cerberus dans le désert, si les autorités viennent à l'apprendre tu seras dans de beaux draps. Zaïn passa un pourpoint.

    - Pas même si c'est pour me défendre ? Stefan haussa un sourcil.

    - C'est pas parce que tu as un ami haut placé et que tu fait affaire avec l'Empereur en personne que tu peux aller te battre à main nue contre des animaux recherchés par l'armée afin d'être dressés par le RSAF.

    - Crois-moi, au Reike la notion de légalité dépend de tes privilèges. Cela je le sais mieux que quiconque, déjà ce que je viens de faire serait mal vu par des shoumeïens ou des républicains. Pourtant ici, on se gêne pas. Et tu ne peux imaginer ce que s'autorisent les seigneurs et aristocrates. Il parait que le seigneur de Kyouji se fait servir des steaks de Behemoth.

    - J'avais jamais entendu cette rumeur. Un Behemoth représente un sacré pactole, et un manque à gagner pour le RSAF qui les utilise pour accroitre leurs rangs. Et l'armée ne lui dirait rien ? S'étonna Stefan.

    - J'en sais rien, je suis pas seigneur. Zaïn éclata de rire.

    - Tiens, en parlant de seigneur, tu as de la visite. Il leva un doigt vers Myriem se tenant sur les gradins.

    Sa tenue :

    Immédiatement Zaïn afficha un très large sourire. D'un bond il passa dans les gradins et se présenta devant la baronne. Il esquissa une révérence qu'il maitrisait à présent à merveille, à force de côtoyer ces messieurs du Palais impérial.

    - Tu n'imagines pas quel plaisir ça me fais que tu passes me voir, tu es avec Ruyven ?






    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 872
    crédits : 2151

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Mer 22 Fév 2023 - 15:08
    Eh bien certains spectateurs pourraient dire qu'ils en avaient pour leur argent quand il venaient pour voir le maitre de l'arène se battre et j'allais donc pouvoir lier ma voix à la leur. J'avais eu peur pour lui quand bien même il n'avait de son côté aucune appréhension, il affrontait cet énorme et gigantesque taureau sans peur, son assurance l'enveloppait et il s'amusait comme un petit fou en réalité. J'avais donc eu la chance d'assister à ce combat inégal pour le coup.

    Il jouait avec l'animal, s'amusait, la vie ne semblait être qu'un jeu pour mon ami hybride guerrier esthète. Je souris face à sa désinvolture quand le taureau s'écrasa contre lui, ses cornes éclatèrent sous la violence du choc et Zaïn? Il souriait et n'avait pas bougé d'un centimètre, fier de lui, ce petit sourire accroché sur son visage. J'eus mal pour cette pauvre bête qui semblait minuscule et faible face à lui quand elle reçut un coup de poing qui l'envoya assommée plus loin.

    Je fis comme tous les autres, j'applaudis avec ferveur le grand vainqueur du duel. Je reconnus le compagnon de Zaïn, Steven, Stefen ou Stefan je ne me souvenais plus exactement de son nom mais il n'avait que peu changé. Je n'avais pas entendu leurs échanges mais c'eut été un mensonge que de dire que je n'avais pas profité du spectacle qui s'offrait à moi avant qu'hélas il n'enfile un pourpoint.

    Ce fut à ce moment que son ami me montra du doigt, alors j'esquissais un signe de main, amusée et attendis. En moins de temps qu'il n'en fallu pour le dire il m'avait rejoint tout sourire et me posa une question qui me fit grimacer.

    - Bien moi aussi je suis contente de te revoir, tu ne saurais pas si Tagar est dans le coin?

    Et de regarder ailleurs un instant, faisant mine d'être profondément vexée par cette entrée en matière et laissant planer quelques secondes d'un silence que j'imaginais pesant ou embarrassant, mais qui devait être trop court en réalité pour susciter quoi que ce soit.

    - Mais sinon je suis sincèrement désolée pour toi car non Ruyven n'est pas avec moi. Vois-tu son épouse n'était pas franchement décidée à le laisser la quitter ne serait-ce qu'un après midi. Lui tentait de la convaincre qu'il n'avait pas le choix, il t'avait promis de te rejoindre, de t'accompagner. Alors je me suis dévouée.


    Je me levais donc pour montrer ma tenue, quelque chose de pratique et résistant, je fis même un tour sur moi-même pour pavaner avec fierté moi aussi.

    - Admire, je suis vêtue pour l'aventure, j'ai même une dague dans ma botte vois-tu. Mais Ruyven a dit que tu avais besoin de compagnie surtout que ce serait long et fastidieux et que tu avais surtout peur d'affronter la médiocrité de ton interlocuteur sans personne avec un semblant de culture à tes côtés. Alors me voilà, si cela ne conviens pas tu devras aller négocier avec Mélyssa et je crains qu'elle ne soit que peu encline à concéder quoi que ce soit !

    Cela fit sourire son ami qui n'osait cependant pas rire franchement. A ce moment là, uniquement à ce moment là j'ouvris mes bras.

    - Je veux et j'exige un bonjour en bonne et dû forme, pas de révérence, pas de chichi, je suis même prête à oublier que tu as enfilé un haut sans prendre la peine de te doucher pour dire comme je considère notre amitié.

    Et c'était la vérité, il était un ami, un vrai et une des rares personnes avec qui je n'étais pas que Mme la Baronne, je pouvais être juste moi-même au final.

    Message 2
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 378
    crédits : 1375

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Sam 11 Mar 2023 - 22:13




    - Arène du quartier marchand, Ikusa -

    Il avait tous les atours de la bourgeoisie, les belles tenues avec la prestance et l'assurance du gentilhomme, mais Zaïn manquait toujours de tact et n'avait pas intégré les codes bourgeois. Il était si content de voir un visage ami qu'il en avait oublié les manières qu'il se devait d'employer pour saluer Myriem de Boktor, même si elle n'avait de baronne que le titre, elle en avait encore la dignité. Et même si les liens de l'amitié assouplissait leurs échanges, Zaïn s'était présenté à elle comme il l'aurait fait avec un de ses amis du quotidien. Et même si très peu s'en seraient offusqués, il avait omis le puritanisme de Myriem. Zaïn opta donc pour la voie de l'humilité.

    Bien évidemment, elle s'empressa de le lui renvoyer au visage, plaquant une mine déconfite sur le visage de l'hybride. Il avait entendu l'information selon laquelle la plupart des sportifs, après un effort conséquent, s'exprimaient avec maladresse de manière récurrente, le fait d'avoir fait un exercice intense étourdirait le cerveaux juste après. Zaïn aurait pu chercher à justifier son empressement par cette théorie, mais Myriem ne faisant pas tant d'effort physique que cela au quotidien, elle n'aurait pu accorder crédit à l'information. Zaïn opta donc pour la voie de l'humilité.

    Cela faisait deux mois qu'ils ne s'étaient pas vus et Zaïn s'était adressé à elle comme s'ils s'étaient vus il y a deux jours. Il fallait dire pour sa défense que Myriem faisait tant sensation qu'on avait l'impression de l'avoir vu récemment, et cela nombreux seraient à s'accorder avec Zaïn à ce sujet. Il n'émit pas non plus cette hypothèse au risque de paraitre insolent. Zaïn opta donc pour la voie de l'humilité.

    Le voilà qui était fort embarrassé au point que la réprimande de son amie le fit rougir, mais il afficha un sourire en constatant que sa bonhomie n'en avait pas tant été affectée que cela. Elle était toujours plein de positivisme et c'était beau à voir, c'était pile ce qu'il fallait à Zaïn pour passer une belle journée.

    - C'est encore mieux que ce soit toi ! Répondit-il avant de la prendre dans ses bras, sans trop forcer. Ta présence est un rayon de soleil dans ma journée, je ne pouvais rêver mieux. Se rattrapa t'il par des compliments.

    - Et je vois que tu es venue apprêtée, c'est parfait ! Mais t'en fait pas la petite mission d'aujourd'hui sera vite réglée, un petit moucheron à écarter de ma route, rien de plus. Ruyven s'était porté volontaire pour m'accompagner, mais il est vrai que ton esprit éclairé et tes capacités hors du commun, sans parler de tes sages paroles, sont les bienvenues, comme toujours.

    Là, ça s'appelait du tartinage de compliments, mais il savait que Myriem aimait à être encensée, de plus il le pensait réellement, aucune hypocrisie dans son discours.





    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 872
    crédits : 2151

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Dim 12 Mar 2023 - 19:07
    Je crois que j'avais réussi à perturber mon ami, je l'avais rendu mal à l'aise, il en avait perdu de sa verve et de sa répartie. Ce n'était pas habituel et en un sens cela me surpris. Je m'étais l'espace d'un instant sentie un tantinet vexée qu'il me parle d'emblée de Ruyven alors que je venais à sa rencontre et j'avais probablement répondu de manière pincée sans le vouloir vraiment. Mais était-ce vraiment de ma faute ? Je... J'étais vexée c'était tout, c'était humain non comme réaction? Surfait fort probablement et assez peu logique mais le monde excuse bien les sautes d'humeurs des femmes et leur inconstance sous couvert de leurs hormones ? Eh bien nous dirons que mes hormones me jouaient des mauvais tours cela expliquait tout !

    J'avais finalement ouvert grand mes bras en espérant recevoir un accueil digne de ce nom et j'étais persuadé de l'avoir vu rougir, non vraiment? Il était tout à fait charmant ainsi les joues rosies par l'embarras, cela changeait de son attitude sûre de lui, ça le rendait moins , ou plutôt plus... je ne savais pas dire mais j'étais ravie de mon effet. Quand il retrouva l'usage de la parole j'aurais pu exploser de rire à ses mots, ils sonnaient tellement faux en réalité mais je me retins profitant juste de l'instant présent.

    - Eh bien me voilà donc en compagnie d'un vil flagorneur mais mon ego te remercie pour ses mots, rien n'est plus doux à mes oreilles que des compliments totalement surfaits.

    Je relâchais mon étreinte et reculais d'un pas, non parce que sinon je devais lever vraiment la tête pour voir Zaïn dans les yeux, je n'aimais pas trop parler à un torse ou un cou c'était assez dérangeant, j'avais beau être grande pour les humains, j'étais petite comparée à mon ami.

    - On va quand même mettre fin à ces compliments, je vais finir orgueilleuse et totalement imbuvable sinon, ce serait tellement dommage non? Alors puisque tu es prêt, je te propose de nous rendre je ne sais pas où comme tu l'avais prévu.

    Les gens autour me regardaient ou nous regardaient bizarrement, avais-je abusé ou avais-je une attitude étrange? Je ne savais pas trop mais pour le coup, derrière cette assurance que j'affichais je me sentais un peu mal à l'aise moi aussi, non mais vraiment? Je choisis donc de faire ce qui me semblait le plus approprié dans ces cas-là, je souris doucement, timidement presque avant d'ajouter.

    - Il fait beau cet après midi, ce serait dommage de ne pas profiter de cette belle journée d'automne et rester enfermés ici non? Allons à ton entrevue et ensuite je t'invite à dîner ou tu me donnes un cours de lutte face à un taureau, en somme on trouvera !

    Je disais cela comme si je savais ou aller et quoi faire dans Ikusa, ce n'était pas du tout la réalité mais ce n'avait pas d'importance, on verrait bien sur le moment ou diner non?

    Message 3
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 378
    crédits : 1375

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Sam 18 Mar 2023 - 14:41




    - Arène du quartier marchand, Ikusa -

    Zaïn savait s'y prendre avec les gens et plus particulièrement avec le femmes, c'était devenu une habitude d'user de la parole pour désamorcer une conversation qui tournait au vinaigre. Enfin, il avait surtout lu le "Manifeste sur l'éloquence" de Vuhaval Sendann, un édifiant ouvrage servant de guide du gentilhomme dans le domaine de la conversation. Zaïn avait intégré les grandes lignes des conseils de Sendann, mais ne les maitrisait pas à merveille et avait surtout tendance à tartiner certaines de ses phrases de compliments de manière excessive. Cela fonctionnait souvent avec la plupart des femmes qui appréciaient cette façon de s'adresser à elles, et Myriem avait été radoucie par la tirade maladroite, c'était déjà ça.

    - Je fréquente de plus en plus de personnes influentes, il faut bien m'adapter à mon nouvel environnement. Se justifia-t-il dans un sourire.

    Les quelques personnes en présence sur les gradins étaient un agent d'entretien, repeignant une rangée de banc, deux guerriers qui assaistaient tantôt au combat contre le taureau de leur patron ainsi que Stefan Kennen qui s'apprêtait à s'éclipser avec sa femme qui venait le chercher. Depuis l'autre bout de l'arène, il salua son patron d'une main avant de partir. Myriem signifia avec tact qu'il était peut-être temps pour tout les deux de se mettre en mouvement aussi. Plus bas dans l'arène, un gars aux allures de boucher se grattait la tête devant le taureau, cherchant surement un moyen de transporter la bête au poids considérable jusqu'à son lieu de travail. Il allait surement avoir besoin d'une charrette et de bœufs sinon il allait être forcé de faire son affaire au milieu de l'arène.

    - Oui, tu as raison, ce serai dommage de rester enfermé, je passe juste par mon bureau récupérer une affaire ou deux et on se retrouve dehors, on parlera plus librement sur le chemin. Il fit un clin d'œil à son amie avant de la laisser, ils se retrouvaient dehors deux minutes plus tard.


    - Quartier marchand, Ikusa -


    Entre temps il était passé à son bureau pour récupérer une petite besace qu'il avait passé à sa ceinture, rien de plus. Myriem aurait pu être étonnée de ne pas le voir revenir avec un manteau, il fallait dire qu'en cette saison le vent se faisait mordant parfois, surtout à Ikusa. Mais Zaïn ne craignait nullement le froid, il ne s'était jamais vraiment couvert de sa vie à vrai dire, cela devait surement venir du fait que dans son enfance il avait été habitué à dormir avec des couvertures trouées sur une paillasse salle même en hiver. Cette enfance difficile avait dû endurcir son métabolisme, qui sait ?

    Il avait donc gardé son pourpoint et avait refermé quelques boutons pour tout de même être présentable.

    - Bon aller, le point de rendez-vous est à trois petits kilomètres, on peut y aller à pieds si ça te tente, sinon on prend des chevaux ? Il avait l'habitude de parcourir en courant plusieurs kilomètres par jours sans suer une seule petite goute, mais par pure galanterie il se devait de demander à son amie si ça ne la dérangeait pas de marcher un peu. Après avoir attendu sa réponse, il enchaina sur une seconde.

    - Et est-ce que Ruyven t'a briefé sur la petite course que nous avons à faire ? Sinon, il clarifierai la chose.






    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 872
    crédits : 2151

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Mer 5 Avr 2023 - 19:17
    - Quartier marchand, Ikusa -


    Quand Zaïn revint, il n'était guère plus vêtu qu'après son combat, décidément il aimait vraiment montrer au monde entier qui il était, j'enviais son assurance au fond et j'aurais aimé avoir un peu de celle-ci. Mais une chose était certaine, il avait un don indéniable, en sa compagnie je me sentais de bonne humeur mais aussi parfaitement rassurée. J'observais donc la petite besace qui était venue compléter sa tenue du jour en souriant.

    - Est-ce la le nouvel accessoire à la mode d'Ikusa? J'avoue ne pas connaître vos mœurs et habitudes vois-tu. Je ne voudrais pas trop dénoter même si je suis trop habillée pour me fondre dans la masse cependant.

    Je souriais franchement en disant cela car c'était la pure vérité, mes vêtements bien que fonctionnels indiquaient clairement que je n'étais pas Reikoise. J'avais fait une demande de séjour pour venir ici, j'étais dans les règles cela allait de soit, je ne prenais aucun risque face à la loi de l'Empire, je ne voulais pas finir en geôle ou pire pour avoir joué les bravades. Néanmoins être vêtue de pantalon ne m'était pas coutumier et j'étais assez peu à l'aise, pas d'un point de vue des mouvements, c'était tellement agréable pour cela mais d'un point de vue culturel...

    L'annonce de la marche ne m'effraya pas, après tout j'avais décidé qu'après mon séjour en Ikusa je partirais à l'ascension de Celestia, j'avais donc déjà commencé à m'habituer aux longues marches durant des heures, et ici le climat était bien plus clément qu'il n'allait l'être dans les montagnes de Shoumeï.

    - Nous pouvons y aller à pied sans le moindre souci pour moi. Je suis capable de le faire sois sans crainte. J'ai beaucoup appris ces derniers temps et... je me prépare à partir en ...

    J'allais prononcer un mot qui aller s'avérer un sacrilège en cette ville et si j'avais une entière et aveugle confiance en mon ami je ne pouvais parier sur ses compagnons. Aussi loyaux fussent-ils envers lui ils n'avaient pour la shouemeienne que j'étais aucune loyauté. Alors après quelques secondes étranges je poursuivis à haute voix.

    - Je projette un long et fastidieux voyage. Et je veux être...physiquement prête pour cela.

    Alors que nous sortions de son arène, l'air frais me fit inspirer plus fortement. Naturellement, sans même y réfléchir je me saisis du bras de Zaïn pour marcher à ses côtés. Le bruit de nos bottes résonna donc sur les pavés de la cité Reikoise. Nous en avions pour un moment mais cela était revigorant. Cela étant dit alors que nous approchions de la demeure du dit marchand d'esclave maintenant dans l'illégalité je répondis à la question posée précédemment.

    Pour en revenir à ton affaire j'ai cru comprendre que vous deviez aller voir un homme avec qui tu avais un contrat et que tu comptais lui faire comprendre une fois pour toutes que non tu n'achetais plus d'esclave puisque c'était devenu illégal de par les édits impériaux et que non tu n'allais pas t'amuser à jouer avec des esclaves et que votre accord était donc devenu caduque sans contrepartie vu que ce n'est pas de ton fait. Bien sûr il a voulu me faire comprendre que j'étais une grande Dame... Mais je lui ai rappelé qu'il avait une épouse qui l'attendait et que la Baronne savait parfaitement cacher son jeu, paraître faible pour le commun des mortels quand le besoin s'en faisait sentir mais qu'elle savait se défendre et avait accepté cette idée avec le temps. Et puis je lui ai rappelé que tu étais au besoin le plus à même de faire comprendre à n'importe qui que même les taureaux ne faisaient pas le poids... Ai-je tous les éléments primordiaux?

    J'imaginais avoir saisi l'essence de cette virée à venir mais je pouvais avoir omis des détails ou informations importantes mais ce qui primait dans tout cela c'est que je n'avais nulle appréhension face à l'adversité, j'avais changé de ce point de vue là.


    Message 4
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 378
    crédits : 1375

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Jeu 6 Avr 2023 - 19:12




    - Quartier marchand, Ikusa -

    Zaïn était remonté à son bureau afin de récupérer de la monnaie, la transportant dans une besace. Les observateurs attentifs devinant facilement que ce devait être destiné à payer une quelconque ardoise auprès de son ancien fournisseur d'esclave. Mais la réalité étant qu'il réservait cet argent pour inviter Myriem à prendre un verre après cette affaire réglée, pas la moindre pièce n'étant destinée à Amundo Engwanner, le marchand d'esclaves. De plus, ils avaient à traverser le quartier marchand sur le retour et Zaïn en profiterai pour faire quelques emplettes au passage. Il rendit son sourire à Myriem.

    - Non, juste quelques piécettes. Et ne t'en fait pas : Ta tenue est parfaite. Complimenta-t-il tout en marchant.

    Myriem insinua alors qu'elle s'apprêtait à un voyage important pour elle, et même si Zaïn haussa les sourcils, il n'avait aucun doute quant à la destination de l'ancienne baronne. Il était clair que si elle repointait le bout de son nez à Ikusa, c'était dans le but bien précis de traverser la mer pour se rendre sur ses terres natales. Même le plus benêt des bonhommes pouvait conclure cela. Zaïn resta cependant discret à ce sujet, pour des raisons évidentes. Il préféra donc répondre par l'admiration plus que par la curiosité.

    - Oh ça ne fait aucun doute que tu recèle de plus d'un tour dans ton sac. Quel que soit le voyage, je suis certains que tu n'en fera qu'une bouchée. Surtout qu'elle n'était pas la première à l'entreprendre.

    Et si Zaïn avait tout à fait deviné le voyage que son amie entreprenait, Myriem était quant à elle parfaitement renseignée sur les affaires de son ami. Jusque dans les moindres détails, ce qu'ils s'apprêtaient à faire lui avait été expliqué par Ruyven. Qu'est-ce qu'il était prévenant tout de même ! Et malgré cela, Myriem avait tout de même acceptée de le remplacer, en aucun cas rebutée par la course qu'ils avaient à faire. Zaïn ne le montra pas, mais il était très touchée par la présence de son amie shoumeïenne.

    - Eh bien, tu es parfaitement à jour ! Le fait est que l'esclavage est devenu illégal mais en aucun cas immoral. Or c'est bien la moralité qui fait la loi, et l'esclavage risque de mettre de nombreuses décennies avant de le devenir. Peu importe des décrets impériaux, les gens continueront ce commerce sur le marché noir. Et maintenant que je m'apprête à bosser pour l'Empire, aux côtés de notre amis commun dont je n'ose plus prononcer le nom, il lui adressa un clin d'œil, il me faut absolument être dans les clous. Sauf que ce n'est pas forcément en adéquation avec les projets de ce gredin d'Amundo. Je lui ai déjà soumis le retrait de notre contrat, et j'ai bien perçu son agacement face à ce manque à gagner. Et maintenant qu'il demande à me voir pour "finaliser la rupture de contrat", il mima les guillemets de ses doigts je m'attend à un brin de grabuge, si tu vois ce que je veux dire.

    Elle connaissait les modalités du projet, à présent elle en connaissait le fond... Et les risques.





    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 872
    crédits : 2151

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Mar 18 Avr 2023 - 12:25
    Dans le quartier marchand


    J'admirais son enthousiasme à toute épreuve, mais je devais admettre que je n'étais pas réellement sereine quand au voyage que je m'apprêtais à entreprendre, ce pélerinage à Célestia, mon besoin de me confronter à l'ancien Monarque de Shoumei maintenant Haut Prêtre proclamé du Nouvel Ordre, était-ce... raisonnable? Mais ce n'était pas la question du jour, j'accompagnais mon ami ce jour et c'était lui que je venais aider, enfin j'espérais y parvenir pour être honnête et ne pas me révéler inutile surtout ou être un poids.

    - Qui vivra verra dit-on et j'avoue ne pas vouloir mourir aussi jeune et aussi ... parce que je ne peux pas le laisser seul.

    Parler de Amael à ceux que je considérais comme mes amis était compliqué, c'était avouer ma faiblesse, mon échec et mes peurs en même temps mais je sentais que ne rien dire était un mensonge éhonté plus gros que moi. Nous avancions dans les rues, accrochée au bras de mon ami, en regardant le sol. Je savais que mon visage avait changé de couleur, hésitant entre le rouge de honte et l'aspect livide d'une révélation complexe à faire.

    - Je... Quand nous nous sommes revus cet été je t'ai parlé brièvement de ce qui m'était arrivé avec la guerre, mon exil... Je... j'ai omis des choses qui m'ont profondément changé en réalité. J'ai un fils Zaïn, je... il est sous la garde de Mélyssa et Ruyven ce jour, dans la demeure des Reys, il a moins d'un an, je l'ai nommé Amael. Et hier soir, j'ai mis la tête de son géniteur à prix auprès de Tagar. Il a les moyens de le retrouver et l'envoyer à la potence.

    Autant dire que cet aveu était des plus couteux. J'avais condamné à mort un être vivant, froidement, Kirig, pirate Drakyn avait une épée de Damoclès au dessus de la tête dorénavant et cela m'enlevait un poids d'un côté mais me faisait sentir coupable, honteuse et... indigne... j'avais choisi de condamner quelqu'un à la potence. Je laissais le silence tomber ne sachant pas trop comment reprendre la suite pour le moment.

    Par chance il avait parlé du but réel de cette virée et cela m'offrait une opportunité de parler d'autre chose, j'avais livré mon aveu, libérée du fardeau du secret qui me pesait, prête à me concentrer sur autre chose. Et dans le fond aller expliquer gentiment mais fermement à un vaurien qu'il allait devoir renoncer réellement ses prétentions illégales.

    - Eh bien, concentrons nous sur ton affaire du jour en tout cas. Voyons voir comment réagit Amundo, je suis prête à te soutenir, je fais un bon renfort dorénavant, j'ai appris à réagir aux conflits et je sais toujours soigner quasiment tout sois sans crainte.

    Je souriais de nouveau, cela pouvait sonner ou paraître un peu faux mais je n'avais pas menti, j'avais réellement changé et je savais autant soigner qu'user de ma magie pour me défendre ou attaquer si le besoin s'en faisait réellement sentir. Nous approchions maintenant du quartier ou se trouvait l'antre d'Amundo. C'était en apparence un magasin d'apothicaire ou d'herboristerie. La devanture de la maison affichait ce genre de prétentions du moins. Une bâtisse avec deux étages et probablement un accès à des sous-sols mais rien de visible de ce point de vue là en extérieur. Sur un banc devant l'échoppe deux hommes devisaient, de manière presque anodine et pourtant j'aurais juré qu'à notre approche l'un des deux avait donné un coup de coude à l'autre en montrant Zaïn. Leur regard glissa sur nous de manière brève mais intense, ils étaient des guetteurs sans nul doute à la solda d'Amundo.

    Wind of change feat Zaïn Fa0f4c5069351538fbc55520edbbfd5b
    "Datura Stramonium" une échoppe empoisonnée.


    Je relevais la tête pour sourire à Zaïn, j'avais confiance. Alors je lâchais son bras et saluais poliment les deux hommes avant d'ouvrir la porte de l'échoppe. Une clochette tintinnabula et résonna un instant quand la porte fut grande ouverte. J'entrais la première et observais la pièce, on aurait vraiment dit une échoppe d'herboriste pour le coup. Je vis une femme d'une quarantaine d'années au teint buriné qui hachait des plantes sur son plan de travail. Devant elle des pots, des outils, un mortier et son pilon. L'échoppe embaumait des odeurs diverses et variées, mon nez habitué aux senteurs se retroussa, il y avait un je ne sais quoi qui m'interpellait pour le moment, mais quoi... Impossible de mettre la main dessus pour le moment.

    - Bien le bonjour Madame.

    Je n'avais pas grand chose d'autre à dire et de toutes façons ce n'était pas moi qu'elle fixait. Elle arrêta son "travail" et darda son regard sur Zaïn, sans sourciller un seul instant.

    - Ponctuel pour une fois, ça change. Mais il n'est pas ravi de votre visite qu'on se le dise.

    Derrière nous alors que nous avions refermé la porte, celle-ci se rouvrit pour laisser entrer les deux hommes. Il la repoussèrent et changèrent la plaquette indiquant que c'était maintenant fermé. Ils n'étaient pas agressifs à proprement parlé, ils n'avaient pas d'armes en main mais leur présence était un signe fort, un signe qui se voulait intimidant assurément.


    Message 5
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 378
    crédits : 1375

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Mer 19 Avr 2023 - 15:58




    - Datura Stramonium, Ikusa -

    Lorsqu'elle aborda pour la première fois l'existence de son fils, Zaïn tiqua, abaissant un regard interrogatif sur Myriem, ce qui visiblement la poussa à en dire plus. Alors c'était vraiment un scoop pour Zaïn qui était fort surpris, une surprise qui se dissipa alors qu'elle narrait les conditions de la naissance d'Amael. Myriem avait l'air profondément touchée par cette confession et Zaïn était, de son côté, impacté par ces émotions. Voyant bien qu'elle avait du mal à en parler et qu'elle pourrait bien vite fondre en larmes telle une madeleine, il lui posa sa main libre sur son épaule. La sensation d'un bras protecteur autour de ses épaules sembla revigorer un peu son amie. Zaïn ajouta simplement mais dignement :

    - Tu lui as donné un très beau prénom. Tu es une si bonne amie que tu fais et sera une excellente mère, j'en suis persuadé. Fit-il avec sincérité.

    Il ne revint pas sur le fait qu'elle venait de mettre la tête à prix du père, la décision était prise et actée avec Tagar, Zaïn n'avait rien à ajouter de plus que tout ce qui avait été dit et réfléchi. Pendant la guerre, alors qu'il servait de transporteur de troupes, il avait entendu de très nombreux récits de la bouche des soldats qu'il rapatriait. Il avait entendu des horreurs en tout genre, et la situation de Myriem était celle de très nombreuses mères parmi le Sekai, malheureusement. Tout ce qu'il pouvait faire pour la soutenir actuellement s'était de se montrer à la hauteur en tant qu'ami. S'il avait sut plus tôt, il l'aurait renvoyé chez elle, près de son fils. Zain pensa alors à le faire tout de suite, de lui dire de retourner auprès d'Amael et de passer du temps avec lui, mais ils arrivèrent et Myriem pris les devants en pénétrant dans l'échoppe. Tant pis, si elle était là c'est qu'elle le voulait et ne changerai pas d'avis.

    - Je dois parler à Amundo. Fit-il comme toute réponse à la bonne femme.

    Il n'appréciait guère les deux escogriffes qui venaient d'entrer à la suite, mais c'était une pure manœuvre d'intimidation, tout membre de la pègre qui se respectait avec ses méthodes pour mettre en garde ses invités. Mais il fallait dire que Zaïn avait vu bien pire. Il n'appréciait guère les deux bonhommes non pas parce qu'il était intimidé, loin de là même, mais parce qu'il trouvait pitoyable qu'un homme ai à recourir à d'autres personnes pour se défendre. un homme qui ne pouvait se défendre par lui-même n'avait que peu de valeurs aux yeux de Zaïn.

    - Suivez-moi. Fit-elle d'un ton péremptoire.

    Ils lui emboitèrent le pas alors qu'elle passait dans l'arrière boutique, derrière un rideau opaque, derrière eux les deux hommes les suivaient de près. Le groupe passa au travers d'une salle où des pots étaient disposés sur une rangée de tables, des hommes et des femmes en tenue blanche mélangeaient d'étranges mixtures entre elles, herbe verte, bleue, algues, poudre blanche et jaune, cristaux en tout genre, racines marrons et fleurs bigarrées, il y avait là des substances apothicaires en tout genre, certaines plus ou moins douteuses rien qu'à l'odeur. Zaïn, ayant l'odorat plus développé que les Humains normaux, était profondément incommodé par toutes ces senteurs. Il y avait notamment un nombe considérable de ces champignons consommés dans les bas quartiers, ceux qui font tourner la tête. Il reconnu cependant la fameuse odeur des clochettes de la mort, habituellement utilisée dans les poisons... Allez savoir ce qu'en faisaient les hommes d'Amundo.

    Zaïn se contenta de noter intérieurement que si Amundo lui proposait à boire ou à manger, il se devait de refuser.

    Comme pour éviter les sujets sensible, Zaïn s'adressa à Myriem alors qu'ils passaient dans un couloir faiblement éclairé.

    - En tout cas, à chacune de nos rencontres tu gagne en assurance et en force, contrairement à notre première rencontre, j'ai bien plus la sensation que tu peux te défendre seule. C'était un compliment, comme toujours avec lui.

    Le jardin derrière la boutique :

    Sur ces mots, leur hôte ouvrit une porte et passèrent alors dans un jardin à ciel ouvert, encastré entre les maisons, la pelouse bien taillée prenait le soleil. Zaïn constata la présence d'un potager où poussait des plants de tomate. Au fond du terrain trônait une immense serre, sûrement là où ils faisaient pousser toutes les plantes nécessaires à la boutique. Une table basse en bois et des chaises en osier étaient disposées devant, sur l'une d'elle siégeait un elfe aux longs cheveux noirs et aux yeux sombres. Il avait une cicatrice sur la joue droite. Le regard de Zaïn s'était tout de suite posé sur l'elfe, car il savait que c'était Amundo Engwanner, mais il avait aussi vu les nombreux hommes de main dispersés dans le jardin. Certains étaient armés de bêche et de râteaux. Zaïn n'était pas dupe et savait que ce n'était pas des jardiniers.

    - Ah ! Zaïn ! Mon cher Zaïn, te voilà enfin. Et en bonne compagnie à ce que je vois. A qui avons-nous l'honneur ? D'un geste il les invita à s'installer sur les chaises libres.

    Il ne fallait pas être dupe, c'était de la fausse galanterie, même pour un elfe.





    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 872
    crédits : 2151

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Mer 19 Avr 2023 - 23:15
    - Datura Stramonium, Ikusa -


    J'avais apprécié le geste de Zaïn, ce bras passé autour de mes épaules était réconfortant, apaisant et je m'étais sentie mieux, rassurée et surtout pas jugée, du moins c'était mon ressenti mais je ne lisais pas les esprits des gens, je ne faisais que ressentir leurs émotions. Mais l'heure n'était plus à mes confidences, nous étions dans l'antre de la vipère, de ce marchand d'esclaves peu scrupuleux. La femme nous accueilli mal et Zaïn se contenta de répondre de manière sèche, faisant fi de ses paroles, comme si elle n'avait pas son mot à dire, pas voie au chapitre tout simplement.

    Je restais sur mes gardes, cherchant encore ce qui me dérangeait en terme d'odeur dans cette échoppe et il n'y avait rien de plus désagréable que d'avoir la sensation de passer à côté de quelque chose d'important, cette odeur n'était pas celle d'une plante usuelle, non j'en aurais mis ma main à couper, ce n'était pas un remède universel non plus. Et je me doutais dans le fond que mon esprit devait chercher du côté des poisons ou autres choses peu légales ou d'usage. Et je revis au dessus de son comptoir l'emblème et le nom de l'échoppe et cela fit tilt... Non ce n'était pas l'odeur de la datura stramonium qui emplissait l'échoppe, non elle travaillait sa cousine, la datura metel et les propriétés de ces plantes étaient psychotropes, hallucinogènes...

    Elle intima finalement en réponse qu'on la suive, cela ne demandait nulle discussion. Néanmoins alors que nous avons commencé à la suivre, alors que les deux hommes nous suivaient je me suis arrêtée pour éternuer. Me tournant vers le mur pour se faire, éternuant dans ma manche de manière sonore et assez forcée mais visiblement cela n'a choqué personne, les deux sbires semblaient désireux de filer le train de Zaïn surtout et je n'étais que quantité négligeable. Alors quand ils me dirent "accélère", je répondis entre deux "éternuements que je me mouchais et que j'arrivais en m'excusant platement... Cela dit quand le rideau retomba je me jettais sur la table de travail prenant un flacon vide et mettant dedans la poudre qu'elle préparait, une partie du moins, cela pourrait servir !

    Mon forfait accompli je rejoignis tout le monde et traversais un laboratoire complet dans lequel des substances totalement illicites se préparaient. Visiblement, elle devait être l'herboriste en chef car un rapide coup d'oeil me montra qu'ils préparaient des champignons et des choses basiques, la plante qu'elle travaillait elle demandait expertise et compétence, mais cet endroit méritait une seule chose... brûler ! Dommage que je maitrise l'eau non?

    J'avais rejoins Zaïn et repris son bras, la promiscuité offrait la possibilité de se parler à voix basse sans être entendus, j'avais une ouïe normale ni plus ni moins pour ma part.

    - Eh bien j'ai appris à rendre les coups dirons nous même si cela me déplait toujours, mais je ne frappe jamais la première.

    Ce qui pouvait être un calcul désastreux car je n'encaissais pas bien les coups. Après ses couloirs nous avons débouché dans un magnifique jardin de ville. Je notais le nombre de personnes présentes et me fis la remarque que nous n'étions que deux quand même... Cela n'augurait rien de bon non? Le jardin était beau, bien entretenu et diverses zones étaient travaillées, un endroit bien organisé dont je reconnaissais l'efficacité Dans ce jardin un elfe nous attendait, sans nul doute le maitre des lieux. Il nous invita à nous installer avec politesse et sourire, mais il avait tout du bel enfoiré pour tout dire. Néanmoins nous avions un rôle à jouer et des choses à dire non? Alors je jouais mon propre rôle, choisissant de ne pas mentir car j'étais mauvaise à ce jeu. Je saluais donc le maitre des lieux poliment avant de m'asseoir et de répondre.

    - Je suis Myriem, une amie de Zaïn et... son medecin.
    - Presque.
    - Comment ça?
    - Vous dites presque la vérité je le sais.

    Son sourire était celui d'un requin pas d'un elfe et mettait mal à l'aise. Derrière nous les deux sbires se tenaient toujours debout à un mètre tout au plus, sur le qui vive visiblement.

    - Je suis Myriem, une amie proche de Zaïn et médecin.
    - Parfait ainsi, comme quoi le démon se cache dans les détails non?

    A ce moment là une voix fluette et cristalline retentit, elle chantait un air entrainant, une comptine d'enfant tout simplement. Et en un réflexe naturel nous nous sommes tournés pour voir la source de ce chant. De la maison arriva sautillant une fillette, une jeune elfe, enfant encore, ses cheveux étaient aussi noirs que ceux d'Amundo et son regard identique, sa fille à n'en pas douter ou une nièce.

    - Papa, papa, j'ai fini ma leçon, je peux venir jouer dans le jardin avec toi et Morwen?
    - Ma chérie ce n'est pas encore l'heure du jeu, j'ai du travail encore vois-tu.
    - Mais tu avais promis papa.

    Elle nous avait rejoint à ce moment là et passa près de moi en souriant. Dans ses bras une poupée magnifique, une oeuvre d'art en porcelaine habillée de soieries remarquables. Elle s'approcha de moi et me la montra.

    - C'est Morwen, moi je m'appelle Linuviel et vous? Ils sont beaux vos cheveux, comme les miens.

    Et disant cela elle tendit sa main libre vers mes cheveux bien attachés et glissa ses doigts dedans, bien sûr, cela tira et elle s'excusa mais... nulle rougeur ne vint montrer le moindre signe de regret, étrange non? Je répondis néanmoins avec douceur à cette enfant.

    - Je me nomme Myriem, ravie de faire votre connaissance Linuviel, la votre et celle de Morwen.

    Elle sourit à pleines dents à ma réponse et se tourna vers Zaïn, tournant autour de sa chaise avec un regard presque émerveillé.

    - Mais tu as des oreilles de... de chat? Oh non de renard ? Ohhhhhhhhhhhh

    Et dans sa voix je perçus l'envie et la curiosité. Vive et rapide elle tendit les doigts vers les oreilles de Zaïn et avant qu'il n'eut le temps de parler tira un cheveux en riant.

    - Pour ma collection !
    - Lin ! Ca suffit maintenant, assieds toi et tais toi.
    - Oui p'pa.

    Et elle s'assis regardant les cheveux pris à Zaïn, rouge et plutôt court, en l'observant je réalisais qu'elle avait aussi d'autres cheveux dans la main, noirs et longs... j'avais une mauvais pressentiment, mon sang se figea un court instant et je secouais la tête, c'était une innocente enfant, quelle idée.

    Message 6


    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 378
    crédits : 1375

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Ven 21 Avr 2023 - 8:45




    - Datura Stramonium, Ikusa -

    Lorsque la jeune elfe passa sa main dans les cheveux de Myriem, Zaïn avait capté un furtif sourire en coin d'Amundo, un sourire de satisfaction. Mais Zaïn ne s'en formalisa pas d'avantage, concluant que ce sourire n'exprimait que de la fierté à la vue de sa fille, ce que tout bon père était capable. Ceci-dit, tout cela sentait encore la ruse à plein nez, comme si tout cela était scripté, cherchant par là à les attendrir en montrant qu'il avait une fille. Peut-être cherchait-il à émouvoir Zaïn qui s'en voudrait alors de couper son contrat avec lui. Mais Zaïn sourit en retour, tout ça était peine perdue, sa décision était prise et il ne ferait pas machine arrière, peu importe que son partenaire soit un bon père ou pas. De plus, si Zaïn aimait bien les enfants, il n'était pas forcément à l'aise avec eux, surtout lorsqu'ils étaient si joyeux et intrépides de la sorte, ne sachant comment réagir, il se laissa donc faire lorsque la petite vint à lui toucher les oreilles, ce que pourtant très peu de personnes étaient parvenues à faire jusqu'ici. Mais qu'aurait pu t'il faire ? La repousser ? Et se faire passer pour un rustre ? Certainement pas.

    Cependant, Zaïn s'empressa de revenir à leur business, envieux qu'il était d'en finir, de partir et d'aller prendre un verre avec Mymy.

    - Ecoute Amundo, j'ai fais savoir à tes sbires que je ne voulais plus t'acheter d'esclaves, c'est devenu trop compliqué par les temps qui courent. Si je viens te voir, c'est pour mettre tout ça à plat avant que nos chemins ne se séparent. Il avait parlé avec fermeté.

    - Je n'ai aucun souci avec ça. Enfin, si c'était moi qui décidait. Tu dois surement savoir que je viens de Taisen, qu'Ikusa n'est que récemment un territoire que je couvre. Or, là bas, à Taisen, j'ai un frère, Taundervuth, qui gère le gros de nos affaires. Mais il n'aime pas particulièrement que ses partenaires brisent ainsi les contrats qu'ils ont avec lui. Il m'a fait savoir que ce n'était pas acceptable. Ce qui lui pose problème ce n'est pas le fait que tu ne veuilles plus nous acheter d'esclaves, c'est désuet tu as raison, mais c'est le fait que tu ne veuilles plus traiter avec nous, du tout. De nouveau un sourire en coin alors qu'il adressait un regard à sa fille.

    - Que ferait-on sans la famille ? Il n'y a rien de plus primordial que la famille en ce monde. La totalité de ton amour, de tes efforts et de ta fidélité doivent aller envers elle. Zaïn, fait attention à tes proches, garde-les du mal. Cela sonnait étrangement comme une menace alors qu'il employait le ton du conseil.

    Soudain, il claqua des doigts.

    Black-out.

    Ce qu'il se passa ensuite, Zaïn n'en avait que de vagues bribes. Il ne savait pas si Myriem avait été impacté de la même manière, mais Zaïn avait eu l'impression de s'évanouir. Finalement, il se réveilla, les mains liés, dans un tout autre endroit. Il y faisait bien plus sombre que dans le jardin ensoleillé, et lorsqu'il repris ses esprit, il se rendit compte qu'ils avaient été conduits dans une sorte de cave. La pièce était longue et éclairée par des brasero bordant des piles de caisses en bois où étaient stockés des tonnelets remplis de substances inconnues. Zaïn n'eut pas le temps de mener son enquête, la voix d'Amundo, triomphante, le ramena à la réalité.

    - J'avais un réel respect pour toi, Zaïn, c'est dommage de terminer ainsi.

    - Que s'est-il passé ? Il n'avait qu'une envie : lui ruiner son minois.

    - Simple contrôle mental, tu ne nous a pas laissé le choix. Quel dommage d'avoir entrainé ton amie là dedans.

    Zaïn remarqua alors que Myriem était dans la même situation que lui, tout prêt de lui. Sur l'instant, il s'en voulut énormément de l'avoir mis dans cette situation. Mais par la suite, il ne remerciera jamais assez les étoiles de l'avoir mis avec lui, car sans elle il ne se serait jamais tiré de là. Enfin, pour le moment, une profonde colère bouillonnait en l'hybride, sans ces menottes magiques qu'il ne pouvait briser, il aurait fait un tel carnage qu'il n'aurait plus rien resté de la maison et de ses occupants. Zaïn était d'habitude un être d'une confiance absolue et d'un calme olympien. Pour l'énerver, il fallait pousser le bouchon très loin au point que très peu de personnes pouvaient témoigner le voir habité de la sorte par la haine. Une colère attisée par sa culpabilité d'avoir mis son amie dans de beaux draps. Amundo repris.

    - Lorsqu'on en aura fini avec toi, il faudra bien un nouveau propriétaire pour ton arène. On va s'en occuper pour toi, t'en fait pas. Et quant à ta compagnie commerciale, on t'en déleste aussi, on s'en servira pour exporter nos marchandises vers la République. Tu peux être fier, tu nous permet de nous étendre, merci à toi. Il fit un geste désignant les caisses de marchandise en question.

    - Pour ça il te faudrait les actes de propriété de mes affaires, mon contrôleur royal sera intraitable là dessus. Faisant référence à Tagar.

    Si Zaïn et Myriem venaient à y passer en ce triste jour, il pourrait toujours compter sur Tagar pour retrouver les coupables et appliquer la sentence pour le meurtre de deux de ses plus chers amis. Cette pensée arracha un sourire à Zaïn. Ce qui sembla étonner un instant Amundo qui se ressaisit pour prononcer sa sentence finale :

    - Tes actes de propriétés ? A ce propos... Il fut interrompu par l'un de ses sbires qui fit irruption.

    Ce dernier, l'un des deux escogriffes qui montaient la garde devant la boutique, vint chuchoter quelque chose à l'oreille de son boss. Ce dernier digéra l'information avant de tourner les talons, ordonnant au type de garder un œil sur les deux prisonnier le temps qu'il revienne. Le sbire s'adossa au mur sans quitter du regard les deux amis qui avaient là une chance, peut-être, de tenter quelque chose.






    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 872
    crédits : 2151

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Ven 21 Avr 2023 - 16:25
    - Datura Stramonium, Ikusa -

    C'était parfaitement et horriblement frustrant de se dire que cela sentait mauvais sans savoir pourquoi, enfin si mais cela me perturbait. J'étais à l'écoute des émotions des gens comme toujours, les gardes étaient sur le qui vive et exultaient presque, mais la tension était visible, palpable et logique. Zaïn respirait la confiance en lui, c'était plaisant et surtout cela me permettait d'être moi même en confiance. Amundo respirait la mesquinerie et la joie, mais cela ne collait pas le moins du monde, il était ravi de la situation alors que Zaïn venait pour confirmer de vive voix que non ils ne feraient plus affaire ensemble. Par contre ce qui me dérangeait et que je refusais de voir ou percevoir c'était ce qui émanait de l'enfant. Parce qu'elle était une enfant, avec ses longues tresses noires comme la nuit, ses joues roses et encore rebondies, sa poupée dans les bras et son sourire... Et pourtant d'elle... Je sentais l'envie de faire mal, elle jubilait et respirait la violence et je me refusais à l'accepter, c'était une enfant !

    Je ne pouvais de fait quitter du regard ses gestes, ne parvenant pas à suivre la conversation qui avait lieu entre Zaïn et Amundo. Je voulais comprendre et surtout je me disais que je me trompais, que cela était autre chose, une perception biaisée ou que savais-je. Je crois que j'ai eu conscience du claquement de doigts d'Amundo, cela avait résonné dans mon esprit en même temps qu'autre chose. J'ai senti qu'on tirait les fils de ma conscience, on me contrôlait, je ne savais pas lutter contre mais je le percevais et cela venait d'elle...

    Avant que je n'ai pu réagir je sombrais moi aussi.

    ******************************

    Quand j'ai rouvert les yeux l'air sentait le renfermé, il était vicié et cela puait l'humidité aussi. Je n'y voyais pas vraiment encore mais je voulus bouger et je fus ennuyée car mes mains étaient liées par des cordes serrées qui meurtrissaient mes chairs, clairement ils ne voulaient pas que je puisse tirer dessus. J'entendis résonner la voix de Amundo et cherchait sa provenance, il était dans la pièce, à son entrée visiblement. Je percevais la sourde colère qui émanait de mon ami et il peinait à se contenir clairement. J'étais les paroles de l'esclavagiste et soupirais, encore du trafic, alors si les Républicains aimaient à obtenir de l'argent de toutes les manières et que le monde entier le disait, il fallait quand même reconnaître que les Reikois n'étaient pas en reste.

    Je regardais Zaïn et me demandais pourquoi il ne faisait rien, des cordes ne devraient pas le retenir non? C'est là que je réalisais qu'il n'était pas entravé de la même façon que moi. Il portait un système de métal visiblement, un anneau autour du cou avec des pointes en intérieur et l'anneau relié par une barre de métal au bout de laquelle ses poignées étaient retenus. Je laissais mon nez magique sentir et analyser la situation et je compris que le métal était enchanté, fort probablement pour contrer la force de Zaïn qui était forcément connue de ce fourbe d'Amundo.

    Je ne compris pas bien ce qu'il se passait et ce qui appelait Amundo, il nous laissa avec un des gardes. C'était le moment d'agir mais je ne voyais pas encore quoi faire. Je n'avais pas bougé cependant, faisant comme si je dormais encore pour le cas où d'autres gardes débarqueraient. Je me décidais malgré tout et j'allais parler quand des bruits de pas retentirent de nouveau ainsi que de poids trainés, d'autres prisonniers?

    A ce moment là Amundo refit son apparition tout sourire.

    - On a deux colocataires pour toi Zaïn, quelle chance non?

    Cela étant dit les gardes revinrent avec deux corps endormis, une hybride oiseau vu son plumage et un hybride je ne savais trop quoi. Les deux étaient attachés et contusionnés. Je m'étais assise, réflexe machinal quand je sentais l'odeur du sang et que je voyais des blessés.

    - Ah elle est donc réveillée, parfait. Elle va te quitter Zaïn par contre car elle part pour un autre endroit comme nous t'avons dit, tu ne m'en voudras pas de te priver d'elle?

    J'avais la bouche pâteuse et l'esprit encore un peu embrumé mais je réfléchissais, que faire et comment faire? L'un des gardes s'approcha de moi et m'attrapa par le bras pour me forcer à me relever. Je ne résistais pas. Je n'avais pas parlé, mutique encore et me revint en tête ce que Shan et Rowena avaient fait pour moi quelques jours avant. C'était la solution et vu l'ambiance tamisée pour ne pas dire sans lumière, personne n'y verrait rien. Je secouais les bras.

    - C'est bon je peux avancer seule, comme ça vous voyez que je suis encore en bon état en plus.
    - Quel sens du commerce Myriem simple médecin qui porte un sceau de Shoumeï à son doigt.

    Je grimaçais et répondis néanmoins.

    - Chacun ses défauts non?

    Le garde avait relâché sa pression sur mon bras et je le pris au dépourvu en me jetant dans la direction de Zaïn. Je n'étais pas la plus adroite qui soit et je lui tombais presque dessus mais je me retins par chance, évitant de lui faire mal avec mon collier de métal.

    - On veut dire au revoir à l'hybride?

    Je tournais ma tête un instant vers Amundo, emplie finalement de colère comme Zaïn mais sachant pertinemment ce que j'allais faire. Je me tournais vers mon ami, assis au sol contre le mur et moi devant lui. Je murmurais un "fais moi confiance" avant de me pencher en avant vers lui (ou me vautrer dirons certaines mauvaises langues devant ma légendaire agilité). Mes mains entravées posées sur son torse je brisais la distance nous séparant pour l'embrasser. J'espérais juste qu'il ne me repousserait pas qu'il m'avait entendu. Cela fit rire les gardes, un rire gras et fusèrent des choses que mon âme de diviniste ne peuvent vous narrer. Cependant mes mains avaient glissé le long du torse de Zaïn pour se poser sur ses poignets entravés de métal et tout à ce baiser je tentais cependant à me concentrer pour libérer ma magie de glace, le but était simple, glacer le métal profondément pour que Zaïn puisse se libérer de l'entrave d'un geste brusque. Avais-je réussi à glacer assez le métal?

    Je fus tirée en arrière par des mains qui me relevèrent d'un coup.

    - Si t'aime ça on t'en donnera va et pas avec des hybrides contre nature.
    - Tsss... Respectez un peu leurs adieux. Cela étant dit, sortez là d'ici.


    Message 7
    Citoyen du Reike
    Citoyen du Reike
    Zaïn Tevon-Duncan
    Zaïn Tevon-Duncan
    Messages : 378
    crédits : 1375

    Info personnage
    Race: Hybride
    Vocation: Guerrier Combattant
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t223-zain-tevon-duncan-we-will-show-them-all-termineehttps://www.rp-cendres.com/t293-liens-zain-tevon-duncanhttps://www.rp-cendres.com/t287-chronologie-zain-tevon-duncan
  • Ven 21 Avr 2023 - 18:11




    - Datura Stramonium, Ikusa -


    « Je sens monter ta colère. Je suis sans défense prends ton arme, tu peux me terrasser avec toute la force de ta haine, et ton voyage vers le côté obscur sera enfin terminé. »

    - Palpatine.


    Zaïn essaya tant bien que mal de forcer les chaines qui le retenait, mais c'était comme si elles étaient faites du métal le plus solide qu'il soit. Imaginez un instant la frustration pour lui, né paria, il s'est extirpé de la pire fange qu'il soit à la force de ses poings, se renforçant de plus en plus afin de gagner respect et reconnaissance de ceux qui le méprisaient autrefois. Il s'était hissé à la sueur de son front à une condition physique qui lui permettait de faire face à n'importe quelle menace au point de regarder la mort elle-même dans les yeux et de lui coller une baffe mémorable. Et pourtant, il était là, impuissant face à ce satané elfe qui se moquait ouvertement de lui. La chose qu'il souhaitait le plus en ce monde à cet instant même c'était de ravager la figure d'Amundo. Et ce dernier était tel le mauvais maitre riant du chien enragé derrière ses barreaux. Si par la plus grande des chances Zaïn parvenait à se délier, le coup qu'il porterai à l'elfe serai si puissant que le mur, la terre et le quartier entier derrière lui valdinguerai au passage. Les autorités ne seraient même plus en capacité de dire s'il y avait bien eu un elfe sur la trajectoire du coup porté par Zaïn, tellement le choc l'aurait désintégré aux quatre vents.

    Mais Zaïn ne parvenait pas à se délier, il avait beau forcer, cela ne fonctionnait pas.

    - On a deux colocataires pour toi Zaïn, quelle chance non ? Intervint Amundo, sarcastique.

    - Un elfe qui abhorre les êtres différents de lui ? Tu frôle le cliché racial, Amundo. Railla-t-il d'un ton glacial.

    Myriem s'extirpa de sa torpeur, Zaïn lui adressa un regard indescriptible mêlant colère, culpabilité et un brin de tristesse.

    - Ah elle est donc réveillée, parfait. Elle va te quitter Zaïn par contre car elle part pour un autre endroit comme nous t'avons dit, tu ne m'en voudras pas de te priver d'elle ?

    - Pas si tu acceptes de faire face aux conséquences. Menaça Zaïn.

    Un léger rire échappa à Amundo, il avait visiblement pleine confiance en les chaînes qui entravaient l'hybride. Ce dernier fut surpris de la réaction de Myriem, était-elle tombée ? Ou avait-elle fait exprès ? Et pourquoi ? Avait-elle une idée derrière la tête ? Elle donna réponse à cette dernière question par ce qu'elle lui chuchota. Mais Zaïn n'eut pas le temps de se poser plus de question, s'il avait été surpris par la chute de Myriem sur lui, il le fut d'avantage lorsque leurs lèvres se joignirent. Pourtant habité par la colère, il ne broncha pas, se laissant faire. Toute cette haine fut dissipée aussitôt. C'était donc ça que ressentaient les héros des récits épiques lorsqu'un dernier baiser leur était accordé avant un sacrifice légendaire ?

    Mais pendant qu'une chaleur envahissait ses lèvres, un froid glacial venait lui lécher les mains. Il rouvrit les yeux pour voir ce qu'il se passait d'anormal en bas et compris aussitôt qu'il n'y aurait pas de sacrifice légendaire à la fin de ce chapitre. Lorsqu'elle fut emmenée en arrière, il lui adressa un sourire en coin. Mais avant d'emmener Myriem loin de Zaïn, Amundo ne put s'empêcher de se délecter une dernière fois de sa victoire.

    - Pour un hybride, tu fut un bon partenaire commercial. Adieu Zaïn. Il fit le dernier sourire narquois de son existence.

    - Ça parle, ça parle, mais quand est-ce qu'on se bat ? Et sur ces mots, il brisa ses menottes d'un geste vif.

    Dans le même mouvement, l'un de ses poings alla se loger droit dans la poitrine d'un des sbires qui se tenait un peu trop prêt de lui, le gars fut littéralement pulvérisé, projeté contre le mur. Myriem réagit aussitôt, luttant de son côté. Zaïn se jeta alors sur un second garde, lui attrapa la tête et lui asséna un coup de boule mémorable. Il sentit un coup dans son dos et se retourna d'un pas agile pour découvrir un grand gaillard au fort embonpoint, armé d'une barre de métal.

    - Tu cognes dur pour un gros lard tu sais ? Fit Zaïn avant de lui rendre son coup au centuple.

    Il pivota alors pour découvrir les deux escogriffes qui faisaient la garde devant la boutique. Ils étaient armés de glaives. Zaïn fit mine de s'étirer les doigts.

    - Deux secondes, faut que je repose mes poings. Mais ils n'attendirent pas et attaquèrent en même temps.

    Zaïn bloqua le premier coup de son avant-bras et attrapa la lame de la seconde épée d'une main ferme. Le gars qui la tenait semblait surpris du geste, et à raison. Zaïn lui adressa un sourire sanguinaire avant de plier la lame à 90°, il le balaya d'une jambe, l'escogriffe tombant au sol. Le second tenta de porter un second coup mais Zaïn esquiva et lui asséna un coup de coude dans la mâchoire, cette dernière se désolidarisa du reste du squelette et alla s'écraser contre le mur au dessus de la porte où se tenait toujours Amundo, tétanisé. Zaïn récupéra alors le glaive pour le lancer à Myriem, elle en aurait surement bien plus besoin que l'hybride. Zaïn se redressa alors, ne quittant pas du regard l'elfe. Alors que le sbire qu'il avait balayé tentait de se relever, Zaïn lui écrasa la tête au sol sous son pied. Le craquement sembla donner le déclic à Amundo qui passa la porte à la va-vite, mais fut arrêté par Myriem...

    (A toi d'écrire la suite Very Happy )





    Présentation | MP | Demande de RP | Chronologie | Liens |  Pré-Liens | Absences

    Nouveau Zaïn's Theme :
    Citoyen du monde
    Citoyen du monde
    Myriem de Boktor
    Myriem de Boktor
    Messages : 872
    crédits : 2151

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage - Soutien
    Alignement: Chaotique Bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t106-myriem-de-boktor-noble-exilee-finie#326https://www.rp-cendres.com/t124-liens-tisses-myriem-de-boktor#358https://www.rp-cendres.com/t123-nouvelle-ere-myriem-de-boktor#357
  • Sam 22 Avr 2023 - 22:50
    Quand je prendrai le temps de resonger à ce que je venais de faire je me dirai que j'avais surement du avoir un léger coup de folie, ce n'était pas moi qui avait agi, si? Comment avais-je osé une telle diversion pour cacher l'usage de ma magie? Je n'en savais rien ou plutôt si, cela portait un nom : l'adrenaline. Par chance je n'avais pas été repoussée et si j'avais lu dans son regard l'incrédulité j'avais aussi senti sa colère fondre comme neige au soleil quand nos lèvres s'étaient trouvés durant ces quelques secondes ou est-ce que cela avait été plus long? Je n'en savais trop rien. Mais une fois debout tenue par les mains d'un des gardes je vis le sourire de Zaïn, il allait réagir.

    C'était ce que j'avais espéré et je me tenais prête à réagir même si pour ma part j'avais les mains liées et si je n'étais pas la plus adroite du monde.

    Je vis et entendis en un même temps les entraves de Zaïn qui explosaient sous la pression qu'il exerça brusquement, la glace avait permit de rendre la structure plus fragile et d'atténuer la magie visiblement.

    Je ne suis pas bien certaine d'avoir compris les enchainements de coup car c'était à mon sens trop rapide pour moi. Zaïn était redoutablement efficace et une fois ses mains libres il en avait envoyé deux au tapis en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Un troisième venait de le cogner avec une barre de métal dans le dos, il se retourna et s'en débarassa dans la foulée. Un instant je crus qu'il allait pouvoir nettoyer les sous sol de toute cette vermine seul et sans que je n'eus besoin de l'aider. Les deux sbires d'Amundo étaient encore debout et armés de glaives.

    En réalité j'aurais pu attendre car il poursuivait son oeuvre, une danse mortelle et rapide, violente et maitrisée, c'était un spectacle fascinant de mon point de vue mais pour Amundo ce n'était pas la même chose, je sentais sa peur, sa panique. Et quand enfin il reprit ses esprits j'avais bougé, minterposant entre lui et la sortie, on m'avait oublié dans ce combat, pauvre petite humaine sans défense, médecin noble qui devait passer ses journées oisive. Je savais manier un peu, à peu près du moins une dague voire une épée courte mais me battre à mains nues? Je ne savais pas faire.

    Mes deux mains entravées me posaient problème car j'avais l'habitude d'user de magie en la dirigeant avec ces dernières, pas que cela fut obligatoire mais c'était en quelque sorte mon rituel, ma signature. Amundo avait toujours peur mais il avait retrouvé l'usage de ses jambes et dans ses mains deux dagues éflilées apparurent. Il avait retrouvé un semblant de prestance et de morgue en m'observant, je sentais qu'il me considérait comme un obstacle négligeable sur sa route.

    Je réfléchissais aussi vite que possible sur ce que je pouvais faire, attaquer n'était pas mon fort c'était un fait avéré mais je devais l'empêcher de fuir. Alors qu'il s'avançait vers moi menaçant je tendis les mains devant moi pour geler le sol et ses pieds. Il était agile et il réussit à esquiver en sautant d'un bond agile la glace qui visait ses pieds pour les entraver mais quand ses pieds se posèrent sur le sol celui ci avait gelé et il n'était pas simple de garder son équilibre quand la nature du sol change d'un coup. La glace était glissante assurément et si ce n'était pas suffisant pour l'arrêter cela m'avait permit de gagner quelques secondes de plus pour reculer et me trouver dans le couloir mains tendues de nouveau et appelant cette fois ci une magie plus puissante.

    Amundo avait retrouvé son équilibre et avançait lames tendues sur moi, il fondit d'un coup et je profitais de son élan pour lui envoyer une vague d'eau dessus, assez volumineuse pour profiter de son élan pour l'envoyer s'éclater sur le mur. Il n'était ni mort ni blessé en réalité mais sonné et cela me suffisait pour tout dire. Je me concentrais pour retourner aider Zaïn quand une petite voix déjà entendue prononça quelques mots, une voix froide, sans émotion, et si jeune...

    - Tu as fait mal à papa.

    C'était un constat et de l'enfant émanait une violence inouïe, comment pouvait-on être ainsi à cet âge comment pouvait-on avoir tant de mal en soit? Je me tournais face à elle pour le coup.

    - Recule Linuviel, je ne te veux aucun mal et... ton père est juste endormi.

    Je ne mentais pas mais elle ne m'écoutait pas. Elle pencha sa tête sur le côté, sa poupée en mains, ses yeux luisaient étrangement et cette fois ci je l'observais mieux... Dans un réflexe je criais.

    - La poupée !


    L'enfant sourit, ses belles dents blanches luisaient dans la semi obscurité du lieux. Elle me fixait amusée et dit de sa petite voix.

    - Danse ma jolie.

    Et j'avais compris que ce n'était pas une enfant, enfin pas seule, elle était possédée... Mais je ne pus l'attaquer, je me mis à danser contrôlée par le démon qui avait éli domicile dans ce corps d'enfant. Spectatrice de tout cela je dansais sans pouvoir faire quoi que ce soit d'autre, il avait été malin il avait gardé nos cheveux.... Je savais que la possession et le contrôle étaient couteux, très, en mana... Peut-être Zaïn aurait-il une lattitude pour briser la chaîne du mal...

    Message 8
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum