DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 9 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    Casus BelliAujourd'hui à 2:03Ayshara Ryssen
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:59Arès Wessex
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 22:11Kilaea Sliabh
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 20:30Rêve
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:29Altarus Aearon
    Une Bête AcculéeHier à 20:05Takhys Suladran
    Validation des RP de Takhys - RépubliqueHier à 16:29Takhys Suladran
    +14
    Sixte V. Amala
    Kieran Ryven
    Leonora de Hengebach
    Azura Aiwenor
    Gunnar Bremer
    Soren Goldheart
    Mortifère
    Zelevas E. Fraternitas
    Dorylis de Rockraven
    Athénaïs de Noirvitrail
    Xera
    Qrupp
    Seraphin du Razkaal
    Koraki Exousia
    18 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 335
    crédits : 420

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Sam 24 Fév - 11:24
    Quand je pense que tout ce qu’on a déjà balancé a pas suffi, je l’ai un peu mauvaise : j’y suis quand même pas allé avec le dos de la cuillère, mais non seulement elles sont pas abîmées plus que ça, mais en prime, elles ont commencé à se repaître de l’âme des étudiants de Magic, et ça leur a filé un coup de fouet qui les rend autrement plus agressives. D’ailleurs, notre formation défensive en a pris un coup, et j’recule dans la ligne pour bénéficier de la couverture relative de mes voisins, armés de boucliers et de glaives, et qui s’en servent pour les maintenir à distance.

    Bon, après, j’en ai rien à foutre que les Enfants de la Dame meurent au combat, ils avaient qu’à pas trahir et, qui plus est, s’ils se font tous dévorer l’âme, y’aura plus personne pour maintenir l’enchantement qui bloque l’Académie hors des combats. Donc, quelque part, si le status quo dure et qu’ils meurent tous, on n’aurait même pas besoin de tuer les strygx. J’vais pas mourir et envoyer les gars canner alors que y’a plus rien pour quoi se battre.

    Cela dit, le retour de Gunnar donne confiance : il a beau faire style il maîtrise aucune magie surpuissante, il arrive toujours à faire preuve d’une belle créativité et à toucher du doigt là où ça occasionne le plus d’effet. Autant dire que nos chances viennent de monter en flèche, surtout que Takhys vient d’essayer de piéger les monstres avec des tentacules aqueux.

    L’un dans l’autre, cela dit, si ça me gêne pas que les tourne-casaques crèvent, j’aimerais autant éviter que les strygx deviennent des monstres apocalyptiques, surtout qu’on galère quand même déjà un peu. J’balance la totale. Il est plus temps de niaiser. Les projectiles magiques de niveau maximum ont la particularité d’être à tête chercheuse, et j’en balance une dizaine : quatre sur la plus proche, trois sur les deux autres. A ce prix-là, c’est cadeau, et quand on aime, on ne compte pas.

    Franchement, ça passe à travers un mur fortifié, les projectiles font la taille de deux poings, et pas des petits, donc si y’a tout qui foire, moi, je sonne la retraite : je suis pas équipé pour faire face à des bestioles pareilles.

    Spoiler:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Qrupp
    Qrupp
    Messages : 31
    crédits : 486

    Info personnage
    Race: Gobelin
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3156-qrupp-termine
  • Sam 24 Fév - 19:07
     
    Alerte rouge à la Maison Bleue
    Feat. La République

    Le mana se déchaînait dans le mausolée, ses terribles flux dansant dans l’air, capables de prendre des formes toutes plus meurtrières les unes que les autres. Un vrai cauchemar pour le simple soldat du rang, dont la hantise était de se trouver au beau milieu d’un échange de magie offensive : impossible de se défendre face à de telles forces, son sort entièrement placé entre les mains d’un hasard cruel. Le Bouclier-Enclume s’était trouvé dans cette situation maintes et maintes fois, et toujours il avait tenu la ligne. Pourquoi ? Mais parce que c’était à lui de le faire ! Et il en fallait une sacrée paire pour ne pas se liquéfier sur place alors qu’un sort destructeur vous fonçait droite dessus !

    Par chance, la glace et l’ombre qui venait d’être déchaînés sur les trois monstruosités provenaient des alliés du protecteur, et ceux-ci n’avaient pas lésiné sur la puissance de ceux ci : l’imposant garde du corps sentait encore les secousses dans ses jambes, provoqués par l’impact du mana sur les viles créatures. La plus proche avait particulièrement ramassée, encaissant la majorité des attaques magiques.  Le Bouclier-Enclume porta donc son regard sur les deux autres, et vit une opportunité à saisir. Techniquement, les sorts avaient agis tel une catapulte, les projectiles créant une brèche pour permettre de donner l’assaut.  

    Poussant un beuglement, le Drakyn carapaçonné chargea, bouclier en avant, vers l’un des Strygx, la percutant avec violence pour la jeter au sol. Puisant une nouvelle fois dans sa réserve de mana, le protecteur du Pore-Parole renforça tous les muscles de son corps, au maximum cette fois, le rendant extrêmement lourd, et appuya son bouclier sur l’abomination de manière à la clouer au sol, mettant tout le poids de son corps renforcé dessus. La Justice Solide sifflait, brûlant la Strygx qui hurlait et se débattait telle une diablesse pour se dégager de cette étreinte mortelle.

    Un assaut audacieux pour immobiliser l’une des adversaires affaiblie par le bombardement magique. Avec un peu de chance, les autres seraient trop tentées d’attaquer le guerrier qui s’était éloigné de la ligne pour se soucier du reste de la troupe. La barrière de mana qui renforçait les muscles du Bouclier-Enclume tiendrait, car il le fallait ! Le porteur de bouclier beugle des insultes envers la créature coincée sous sa masse imposante, et appuya encore plus fort dessus. Les hurlements de la Strygx se mêlèrent aussitôt à ses invectives, couvrant le grésillement de la Justice Solide du bouclier, avide de brûler la bête.


    Spoiler:
    CENDRES
    Noble de La République
    Noble de La République
    Dorylis de Rockraven
    Dorylis de Rockraven
    Messages : 105
    crédits : 1713

    Info personnage
    Race: Elémentaire (sable)
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1112-dorylis-de-rockraven-grand-mecene-de-republique-terminee
  • Dim 25 Fév - 10:08




    Alerte Rouge à la Maison Bleue
    Aigle Présidentiel - Tour 6



    Azura affronte avec droiture et fierté son adversaire lycanthrope. La Ministre avait craint pour elle un instant mais elle sait qu'elle doit lui faire confiance, après tout elle a fait ses preuves à Kaizoku elle aussi.

    La Ministre a espéré pouvoir contrôler un instant la Reine de Piques, sa pression mentale sur cette dernière avait trouvé une faille dans son esprit mais ses efforts sont balayés bien vite quand la colère submerge la Reine qui vient de perdre une de ses soeurs. Elle en aurait presque hurlé de frustration si les conditions avaient été tout autre.

    Soren à ses côtés semble déployer une puissance redoutable ce qui la conforte dans son idée qu'ils peuvent vaincre appuyés par le soutien de la Vice Présidente. Les pouvoirs se mêlent, se confrontent, s'affrontent, glissent les uns sur les autres mais certains ont plus de force. Elle a failli croire en leur victoire en cet instant, le maelstrom magique était en leur faveur à n'en pas douter, preuve en était le corps de Limos qui gisait au sol. De ses plaies s'écoulaient du sang noir et ses larmes toxiques érodaient le sol autour d'elle, quel était ce monstre? Comment le Sekaï avait-il pu faire naître une telle abomination? La nature devait reprendre ses droits et ce genre d'immondice devait retourner au néant, c'était ainsi que devaient être les choses.

    Le Fou semble pour sa part encore moins saine d'esprit et hurle sa démence au monde. Les Sorcières font de nouveau face aux représentants de la République, symboles vivants du système attaqué par la folie du moment. A ce moment là Dorylis voit Koraki se figer, son regard perdu dans le vide, que se passe-t-il? Elle n'a guère le temps de se poser plus de question. Et ce avant de prendre la poudre d'escampette, elle doit descendre?

    Digne et pourtant passablement exaspérée la ministre lâche pour elle même un "Pétasse"... En ce moment dur de savoir pour qui il est destiné mais de son point de vue du moment, Koraki n'avait nulle raison de fuir.

    Autour d'elle et Soren des objets se mettent à voler, tournoyer alors qu'en face revenant d'outre tombe Limos se relève, la régénération de blessures graves se fait sur des journées entières, pas en quelques secondes, c'est donc un monstre qui doit mourir, une aberration si jamais elle en avait douté.

    Derrière elle et Soren, une unité de 100 dorés font leur apparition, aide illusoire produite par Azura pour détourner l'attention des deux sorcières. Elles déploient et unissent leurs pouvoirs et cela va fondre sur les sénateurs et l'illusion, alors il ne reste plus d'autre choix possible. Elle attrape l'épaule de Soren et dit "on bouge derrières elle sois prêt" par télépathie. Et elle touche ses mains, le sort qu'elle préparait depuis plusieurs minutes s'active et les voilà tous deux dans le dos des sorcières qui lancent leur puissance sur les illusions.

    Sans perdre une seconde, elle use de sa magie à pleine puissance pour créer des lianes de sable tranchantes qui enserrent le cou de ses deux adversaires pour les étrangler et voire même leur trancher la tête si possible tandis que d'autres lianes se plantes dans leur dos. Restera à Soren de les achever que la République en finisse enfin !



    Résumé:


    CENDRES


    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Gunnar Bremer
    Gunnar Bremer
    Messages : 135
    crédits : 2266

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t908-gunnar-bremer-terminehttps://www.rp-cendres.com/t926-fiche-de-liens-de-gunnarhttps://www.rp-cendres.com/t925-chronologie-de-gunnar
  • Dim 25 Fév - 12:14
    -Pas pilou pou pi pas pilou pas pas pilou pas pou pou pilou.

    Claquant des doigts en rythme, je reviens sur mes traces, le pas léger, un petit sourire niais sur la gueule avec le sentiment du travail bien fait derrière moi. Échapper à la mort, c’est déjà plutôt une bonne chose. Prendre du bon temps, c’est toujours agréable. Et puis il y a la promesse. Si la majorité peut comprendre dans la phrase “Tu restes en vie ce soir” une sorte de faveur que l’on m’accorde au bénéfice de mon agilité, moi, j’y vois une demande. Un ordre même. Pour des retrouvailles où nous aurons tout le temps pour nous. Certes, elle semble partie pour un nouveau champ de bataille ce qui n’est pas top pour les camarades, même si par camarade, j’entends les débiles de le Grande Armée Républicaines, les fumistes de Limiers et les aveugles du SCAR. Autant vous dire que je vais pas verser une larme pour eux. Ma seule inquiétude, c’est qu’ils amochent ma nouvelle copine dans le feu de l’action alors que je pense avoir tous les moyens pour la retourner.

    De camp.

    Retourner sur mes pas, c’est une chose, mais je sais pas non plus où ils sont allés. Heureusement, une compagnie d’Officiers Républicains, c’est beaucoup moins discrets que les renforts de la République et je peux même attribuer de profondes empreintes à la masse imposante de ce brave Marteau-Enclume. Je me demande comment se passent leurs aventures. Je l’espère aussi douce que la mienne même si je sais bien que tout le monde ne peut pas se débarrasser de sa menace aussi facilement que moi. Chacun ces petits talents. Je commence à me défier quand j'aperçois des collègues non loin d’un bâtiment ressemblant à un mausolée. Certains sont en mauvais état quand d’autres profitent de l’occasion de les sortir de là tout en se mettant à couvert. Est-ce que je les blâme ? Evidemment que non. Dans le tas, je vois Gégé qui semble tituber, mais je me doute que ce n'est pas à cause d’une blessure. Au moins, on peut compter sur lui pour anesthésier les souffrances.

    Je rentre et les échos du combat me placent tout de suite sur le qui-vive. Entrant dans la zone de l’affrontement, j’embrasse d’un coup d'œil la situation. Pancrace me jette un coup d'œil et je le sens ragaillardi par ma présence. Il devait s’inquiéter. Quand il saura, il regrettera de ne pas être venu avec moi. Le Porte-Porte est évidemment là, un roc dans les rangs d’Officier et puis il y a Takhys. Je peux vous dire que je suis un peu échaudé par mon affrontement précédent qui s’est tout même fini sur un goût d'inachevé alors je m’attarde un peu trop sur ces courbes qui ne sont pas mises en valeur par ses vêtements de combat, mais la Princesse a déjà bien alimenté la machine.

    Évidemment, il y a aussi des trucs moches. Quel dommage que je sois incapable d’utiliser la Séduction comme je le veux, sinon, j’aurais peut-être pu faire réitérer l’expérience. On va se contenter de quelque chose de moins subtile.

    Je canalise ma magie dans l'œil. On pourrait y apercevoir un éclair rouge et on voit tout de suite que je deviens sérieux à la façon de froncer les sourcils. En une fraction de secondes, j’analyse les adversaires à la recherche d’une faille, d’un point faible dans le mouvement de corps, les rumeurs des os et des articulations sous la peau, dans le but de concentrer une attaque puissante à un endroit précis. l'œil capte une possibilité et il faut agir de suite. Je m’élance de plusieurs pas sautant sur mes mains et je me mets à tournoyer sur moi-même, gagnant en vitesse et canalisant la magie dans mes jambes jusqu’à projeter des lames d’air sur les points faibles identifiés de mes cibles. A côté, ça envoie la sauce.

    Il y a aucun monde où elles survivent à tout ça.

    Spoiler:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 188
    crédits : 90

    Info personnage
    Race: Ange x Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Dim 25 Fév - 13:39
    Alerte rouge à la Maison Bleue
    feat. les Aigles Présidentiels

    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 9 Separa13

    Dans un état complètement extatique, euphorie inébranlable provoquée par la drogue de Surpuissance qui coulait dans son sang comme une sauvage rivière, Soren voyait ses veines briller à travers sa peau. Fascinant, pensa-t-il tandis que Limos se relevait comme si elle ne venait absolument pas de se faire bouffer la gueule par un dragon de lumière, symbole de puissance maximale de la magie élémentaire lumineuse.

    Koraki partit dans une précipitation soudaine que l'ange remarqua à peine. Il se sentait invincible. Cependant, cela le chiffonnait quelque peu que la Vice-Présidente qu'il connaissait pourtant que trop bien soit si obsédée par le sous-sol de la Maison Bleue. Un mystère caché de tous, gardé uniquement par l'élite républicaine que constituait son actuellement inutile tante et la harpie hybride qui venait de les quitter pour le préserver à tout prix. Agaçant, vraiment.

    Comme ces deux sorcières qui hurlaient des insultes, braillaient comme des enfants, surtout la gamine étrange. Une pointe de colère piqua le visage du sénateur, qui fit un rictus de dégoût. Il n'aimait pas les enfants - sauf les siens - en particulier quand ceux-ci étaient déments, hystériques et atteints d'un sérieux trouble de gestion de la colère.

    Dorylis se révéla être une alliée de poids quand elle saisit l'épaule de l'ange, qui venait de se poser, frustré, pour lui murmurer la suite du plan. Azura, non sans ressources, fit apparaître des Cents Dorés fonçant avec une détermination sans faille vers les adversaires folles.

    L'espace d'un instant, le monde cessa d'exister, le bruit s'estompa. Jamais Soren n'avait été téléporté. Il reprit son souffle brusquement lorsqu'il réalisa qu'il était dans le dos des sorcières, le Mécène envoyant déjà toute sa puissance magique sur les deux ennemies à éliminer coûte que coûte.

    L'ange déploya ses larges ailes dorées, brillantes à en aveugler la foule et ouvrit grand ses bras. Son dragon de lumière revint à lui et se métamorphosa en un littéral petit soleil semblable à une boule de feu. Complètement éblouissant, Soren se brûla presque ses propres rétines à accumuler autant de magie élémentaire au-dessus de sa tronche. Enfin, dans un éclat qui perça les nuages, il déploya son ultime attaque qui vint toucher de plein fouet les deux sorcières, provoquant un nuage de poussière et de lumière scintillante comme si le soleil lui-même s'était décroché du ciel pour tomber directement sur elles.

    Aussitôt, toute lumière disparut du corps de l'ange qui se laissa tomber sur ses genoux, tremblant. Jamais son corps n'avait produit autant de puissance en si peu de temps. La vision floue et le corps en feu, il tenta de se relever bien vite, les ailes traînant dans la terre derrière lui ; nul temps à perdre, si elles n'étaient pas mortes, il fallait rejoindre les autres.

    Mais surtout, si elles n'étaient pas mortes, elles n'étaient absolument pas des êtres vivants du monde du Sekai puisque c'est tout de même assez compliqué de survivre à deux sorts élémentaires pris à pleine puissance et de se régénérer sur place à vitesse éclair.

    Spoiler:




    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 9 C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 629
    crédits : 3936

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Mar 27 Fév - 1:49
    Alerte Rouge à la Maison-Bleue
    Les Héros de la République et peut-être d'ailleurs


    Dans les ténèbres des sous-sols labyrinthiques de la Maison-Bleue, l'ombre sinueuse se fraye un chemin sans encombre. Les cadavres gisent tels des spectres oubliés, mais elle les ignore, focalisée sur sa mission. Les échos lointains de l'agitation dans le bunker présidentiel ne troublent pas son avancée déterminée.

    Elle traverse les couloirs sans un regard pour la Salle des Coffres, où la richesse et le pouvoir reposent derrière des portes blindées. Ces trésors ne l'intéressent pas. Son attention est captivée par une salle oubliée de tous, sauf de la Présidente : la Salle du Souvenir.

    Cette salle, dissimulée dans les profondeurs de la Capitale, ne renferme pas que des secrets anciens, des savoirs interdits ou des archives scellées dans l'obscurité. Il y résident surtout les vérités les plus sombres et les plus précieuses de la République. Et c'est vers cet antre de mystère que l'ombre se précipite, mue par une force inconnue, avide de découvrir ce que même la lumière du jour ne peut révéler.

    Devant la majestueuse porte de Barre-Noire du Roi, gardée par les visages pétrifiés des 7 compagnons légendaires de Dangshuan, fondateur de la République, l'ombre se rassemble, prenant forme et substance pour révéler la silhouette imposante de la Mairesse.

    Sekai – La Mairesse – Le Séraphin:

    Imprégnée d'une puissance transcendante, la souveraine absolue de l'Assemblée des Sorcières se tient devant la porte de la Salle du Souvenir, avançant avec assurance en direction des 7 sentinelles de pierre qui, normalement, auraient annihilé quiconque osant s'approcher.

    Pourtant, à son approche, les 7 visages de pierre se ferment, ouvrant la voie à l'antique porte qui, depuis des éons, n'avait pas été franchie. Seuls les Présidents en fonction ou les membres de la lignée de Dangshuan depuis longtemps éteinte avait ce pouvoir.

    À son entrée, la Mairesse est accueillie par des centaines de statues figées dans le marbre, représentant tous les anciens présidents de la République. Leurs esprits et leurs souvenirs ont été immortalisés dans la pierre la plus pure. Dans les ténèbres de la Salle du Souvenir, se trouve ainsi réunie la mémoire de tous ceux qui ont siégé sur le trône de la République.

    La Mairesse traverse la salle, se dirigeant vers le fond où reposent les premiers présidents, et même le légendaire Dangshuan lui-même, le père fondateur de la République.

    S'arrêtant devant lui, la Mairesse prend le temps d'en observer les traits qui, malgré 5 000 années, n'avaient pas étés altérés.

    - Bonsoir, Papa. Ca faisait longtemps.

    En réponse, les yeux de la statue s'ouvrirent.

    Hibou Souterrain
    Séraphin – Xera - Kieran – Sixte - Neera


    Alors que Xera s'enfonce dans les profondeurs de la capitale, observée par ses compagnons, une tension grandissante envahit l'atmosphère. Les ténèbres semblent s'épaissir autour d'elle, comme si l'obscurité elle-même la scrutait avec une avidité malveillante. La guérisseuse sent la lourdeur de cette pression peser sur ses épaules alors qu'elle poursuit sa descente. Les murs semblent vibrer de pulsations anciennes, comme si la cité elle-même retenait son souffle en anticipation.

    Soudain, une présence sinistre émane des profondeurs, emplissant l'air de malaise. Xera peut sentir les murmures menaçants résonner dans son esprit, des échos d'une entité puissante et ancienne qui se réveille de son sommeil millénaire.

    L'Être emprisonné dans les abysses ressent la présence de Xera et de ses compagnons, et sa colère se manifeste avec une force terrifiante. Les parois des tunnels semblent trembler sous le poids de sa rage, et des ombres inquiétantes dansent sur les murs, comme des spectres en attente de libération. Elle ressent la tentative de la guérisseuse et s'en offusque. Jamais elle ne tolèrerait qu'une autre s'immisce ainsi dans son esprit.

    "Plus jamais ..." Peux même entendre l'aventurière avant que l'accès à l'esprit de la créature ne lui sois définitivement fermé.

    Alors que Xera se trouve suspendue au milieu de l'abîme, une terreur indicible s'empare d'elle. Les ténèbres qui l'entourent semblent s'animer, prenant la forme d'une entité ancestrale et effroyable.

    Un être antédiluvien surgit des profondeurs, une silhouette arachnoïde d'une taille colossale, dont chaque mouvement évoque la lenteur implacable des siècles écoulés. Ses membres multiples, bien plus nombreux que ceux d'une araignée normale, s'entrelacent autour de Xera, formant une toile vivante qui la retient prisonnière.

    Des centaines d'yeux noirs et luisants fixent la Xera avec une intensité glaçante, semblant pénétrer jusqu'au plus profond de son âme. L'aura de puissance qui émane de cette créature antique est si écrasante qu'elle se sent presque écrasée sous son poids.

    Tandis que l'être antédiluvien se penche lentement vers elle, ses mandibules démesurées frémissant d'anticipation, elle sent une terreur indicible la saisir. Dans l'obscurité étouffante de l'abîme, elle se trouve face à face avec une force primordiale, une manifestation des ténèbres elles-mêmes.

    - Pourquoi ? demande l'entité. "Pourquoi avoir massacré mes enfants ? Ma captivité n'était-elle pas déjà suffisante ?"

    La voix de l'entité résonne dans l'obscurité, chargée d'une colère ancestrale et d'une douleur palpable. Xera sent le poids de ses paroles peser sur ses épaules, comme si chaque mot était chargé du fardeau des siècles passés.

    Au sein du groupe resté plus haut, la tension est palpable. Ils se tiennent là, à la lisière du gouffre, confrontés à un dilemme crucial. Devaient-ils rester avec Xera dans ces profondeurs sombres ou bien remonter à la surface pour prêter main forte où leur aide serait nécessaire ?

    Chacun pèse les options avec précaution, conscient des implications de leur décision. Rester avec Xera signifierait offrir un soutien immédiat en cas de besoin, mais cela comporterait également le risque de provoquer la colère de la mystérieuse créature qui les observait depuis les ténèbres.

    D'un autre côté, quitter les égouts pour rejoindre leurs compagnons à la surface leur permettrait d'apporter leur aide dans la bataille en cours, mais cela signifierait également abandonner Xera dans un moment critique, sans savoir si elle aurait besoin de leur aide.

    Le dilemme est déchirant, chacun sentant le poids de la responsabilité qui repose sur ses épaules. Ils savent qu'ils doivent prendre une décision rapidement, mais chaque option semble également risquée et chargée de conséquences. Dans ce moment crucial, ils doivent faire confiance à leur instinct et choisir ce qui semble être le meilleur cours d'action pour le bien de tous.

    Objectifs

    - Vaincre la horde de Géomi
    - Vaincre Akhos
    - Vaincre Pitié
    - Vaincre l'Entité [EN COURS]

    Adversaires

    - L'Entité

    Actions contre les joueurs

    - Vous avez le choix : ou rester avec Xera pendant qu'elle parlemente avec l'Araignée, ou partir rejoidnre les autres groupes. Si vous faites le choix de repartir à la surface, il faudra compter deux tours. Un premier pour le départ et un pour l'arrivée.

    Sterne Urbaines
    Qrupp – Gunnar – Pancrace - Takhys


    Takhys, voyant les Strygxs reprendre l'offensive, perd son sourire face à ce renversement de situation. Sachant qu'elle doit protéger ses alliés tout en affrontant les ennemis, il canalise son pouvoir aquatique et invoque des tentacules d'eau tourbillonnante qui surgissent de toutes parts pour encercler les monstres femelles. Ces tentacules se déploient ensuite avec une précision redoutable, faisant jaillir des pics d'eau acérés pour empaler les créatures de toutes parts, les maintenant ainsi immobilisées.

    Pendant ce temps, Pancrace concentre son énergie magique et lance une série impressionnante de dix projectiles magiques sur les strygxs, visant avec une précision dévastatrice.

    Gunnar, de retour auprès de ses compagnons, rejoint la mêlée avec enthousiasme, balançant des lames d'air tranchantes sur les points faibles des ennemis, cherchant à affaiblir leur défense.

    Quant à Qrupp, le Bouclier-Enclume, il profite d'une ouverture dans la ligne ennemie pour s'élancer vers l'une des Strygxs. Avec une force impressionnante, il frappe violemment la créature avec son bouclier, l'envoyant valser au sol. Puis, profitant de sa supériorité physique renforcée par son mana, il plaque la Strygx au sol, exerçant tout son poids pour l'immobiliser.

    La Justice Solide émanant du bouclier de Qrupp brûle la créature immobilisée, qui lutte désespérément pour se dégager de ce piège mortel. Les Sternes se battent avec une détermination farouche, sachant que chaque seconde compte dans cette bataille pour leur survie.

    Face à ce déferlement de puissance magique, les Strygxs se retrouvent rapidement dépassées. Leurs réflexes aiguisés et leur agilité naturelle ne leur sont d'aucune utilité contre une attaque aussi massive et coordonnée. Les tentacules d'eau invoqués par Takhys les entravent de toutes parts, tandis que les projectiles magiques lancés par Pancrace trouvent leur cible avec une précision dévastatrice.

    La strygx ciblée par le Porte-Enclume ne peut rien faire pour se protéger. Elle est littéralement écrasée sous la force brute du bouclier, combinée à la magie invoquée par Qrupp. Les tentacules d'eau l'encerclent et la transpercent de toutes parts, laissant peu de chances de survie à la malheureuse créature.

    Quant à la seconde strygx, elle tente de fuir devant l'assaut dévastateur. Mais les attaques d'air de Gunnar la désorientent, la faisant zigzaguer de manière imprévisible. Dans sa confusion, elle se retrouve finalement empalée par les projectiles magiques lancés par Pancrace, mettant ainsi un terme brutal à sa tentative de fuite.

    Dans un geste de perfidie ultime, la dernière strygx ne cherche ni à fuir, ni à contre-attaquer. Au lieu de cela, elle saisit l'opportunité offerte par la vulnérabilité des étudiants agenouillés et les empale de ses griffes acérées, usant de sa vitesse améliorée. Dans un tourbillon de sang et de violence, elle massacre impitoyablement tous ceux qui se trouvent sur son chemin, mettant ainsi fin au rituel vital maintenu par les habitants de MAGIC qui maintenaient l'Académie enfermée derrière le bouclier de lumière.

    Cependant, même si elle parvient à infliger des dommages considérables, la strygx n'échappe pas aux attaques magiques conjointes de Gunnar, Pancrace et Takhys. Sous l'impact combiné de leurs sorts, elle s'effondre au sol, provoquant une explosion de poussière qui engloutit le mausolée dans l'obscurité.

    Quand la poussière retombe, le corps de la strygx semble secoué de convulsions violentes. À la surprise de tous, elle se relève, émettant une aura de puissance renouvelée qui la rend plus redoutable que jamais.

    Dans un hurlement déchirant, un son lugubre qui semble venir des tréfonds de l'enfer, elle glace le sang de chaque membre des Sternes, faisant frémir même les plus courageux d'entre eux. Ce cri annonce la colère et la vengeance qui s'abattront sur eux sans pitié.

    Sans perdre un instant, elle se jette sur les Sternes avec une fureur redoublée, ses mouvements agiles et mortels semant le chaos parmi les rangs de ses adversaires. Chaque attaque est précise, chaque mouvement est calculé pour infliger le plus de dégâts possible. Les Sternes se retrouvent désormais confrontés à une adversaire plus terrifiante que jamais, dont la détermination à les anéantir semble inébranlable.

    La Reine-Strygx:

    Cependant, il y avait une lueur d'espoir.

    A l'extérieur du mausolée, dans le Parc de la Mandragore qui encerclait l'Académie, le mur de lumière se dissipa. Avec la prison levée, les Pléïades de MAGIC allaient pouvoir s'investir dans le cours de la bataille.

    Les élèves, enseignants et gardiens de l'Académie se précipitaient déjà à l'extérieur, armés de leur détermination à défendre leur foyer, eux qui n'avaient encore rien put faire du fait de la perfidie, ou du désespoir, d'une partie d'entre-eux.

    Les Sternes n'avaient qu'à tenir bon car, déjà, l'Intriguante avait repéré leur mana et se dirigeait vers eux. Les renforts étaient en route.

    Objectifs

    - Survivre à l'attaque.
    - Trouver la source de cette prison.
    - Enquêter sur le groupe de MAGIC.
    - Vaincre la Princesse de Trèfles
    - Vaincre les Strygx
    - Vaincre la Reine-Strygx [EN COURS]

    Adversaires

    - La Reine-Strygx.

    Actions contre les joueurs

    - Considérez que chaque attaque de la Reine-Strygx sera au maximum de ses paliers.

    Faucon de Garde
    Ruby – Athénaïs - Léonara


    Dans le fracas et le tumulte de l'affrontement, Athénaïs se trouve momentanément submergée par la puissance des sorts lancés par les sorcières ennemies. Malgré son pouvoir d'absorption magique qui lui permet de contrer la plupart des attaques, elle est touchée par certains sorts trop puissants pour être entièrement annulés. Des éclairs douloureux traversent son corps, des éclats de glace la cinglent, et des vagues de secousses telluriques la font vaciller.

    La douleur s'insinue en elle, mais la lieutenante ne fléchit pas. Elle serre les dents pour ne pas laisser échapper de cris de douleur, résolue à ne pas se laisser distraire de son objectif principal. Son attention est entièrement concentrée sur le mur de roche invoqué par la Princesse de Piques. Dans un effort surhumain, elle parvient à maintenir sa concentration malgré la douleur lancinante, refusant de céder du terrain à son adversaire.

    Face à la Princesse, elles se trouvent maintenant sur un pied d'égalité, chacune luttant avec acharnement pour prendre le dessus. La détermination brille dans les yeux d'Athénaïs, déterminée à ne pas laisser la sorcière avoir le dessus. La bataille entre les deux femmes atteint son paroxysme, éclaboussant les alentours de jets d'énergie tourbillonnante et crépitante.

    La tension monte alors que la Princesse de Piques, confrontée à la détermination d'Athénaïs, se tourne vers sa comparse de Piques pour obtenir son aide. Mais avant qu'elle ne puisse intervenir, Leonara entre en action, révélant son rôle crucial dans cette confrontation. Avec une précision et une agilité remarquables, elle lance ses deux attaques.

    Les éclairs fulgurants de Leonara, d'une puissance impressionnante, sont rapidement stoppés par des gerbes de terre élevées par la sorcière de Trèfles pour protéger leur duo. Cependant, la supériorité tactique et l'expérience militaire de Leonara lui permettent de prévaloir face à son ennemie, lui offrant l'occasion de trouver une faille dans la défense de ses adversaires. Deux éclats d'acier, presque imperceptibles dans la confusion du combat, sont déjà en route vers les sorcières.

    Trop tard, la Princesse de Trèfles réalise le danger imminent, mais elle n'a pas le temps de réagir efficacement. Dans un geste désespéré, elle crée une armure de roche autour de son corps, sacrifiant ainsi sa comparse pour privilégier sa propre défense. La dague lui étant destinés ricoche sur l'armure de roche, tandis que la Piques est frappé de plein fouet, la blessant gravement et la forçant à abandonner son attaque télékinétique.

    Evidemment, cet instant de vulnérabilité permet à Athénaïs de prendre le contrôle et, aussitôt, le mur de roche se précipite en direction des deux sorcières, portant avec lui la force dévastatrice de sa télékinésie. Les Princesses, affaiblie et désarmée, sont incapable d'éviter l'impact imminent, tandis que Leonara, bien que toujours invisible et agile, du fait de sa proximité avec ses ennemies, doit elle-même se préparer à encaisser le choc.

    Dans un ultime acte de désespoir et de vengeance, la Princesse de Trèfles, malgré son épuisement, puise dans ses dernières réserves de magie. Elle concentre son pouvoir de  nature dans une attaque dévastatrice, dirigée vers Leonara et Athénaïs. Des lianes épaisses surgissent du sol, s'enroulant autour des membres des deux réûblicaines avec une force implacable. Les épines acérées qui recouvrent ces lianes les entaillent profondément, cherchant à s'insinuer à l'intérieur même de leurs veines.

    Sous les yeux ébahis de Ruby, sa stratégie aboutit à un succès retentissant. Les monstres, désorientés par la destruction de leur formation, chutent les uns après les autres dans le gouffre béant créé par la soeur hématite. Un véritable chaos s'empare de leurs rangs, les Ogres et les Trolls se piétinant dans une lutte désespérée pour se sortir de cette situation infernale.

    La Reine de Coeur, observant impuissante cette scène désastreuse, sent la rage monter en elle. D'un regard froid et déterminé, elle fait signe à Labienus, le Traître Républicain, de passer à l'action. Dans un geste empreint de respect feint, Labienus s'incline profondément avant de se mettre en route, son regard fixé sur les remparts de Liberty. Le vent s'estompe soudainement, englouti par l'aura ténébreuse qui se forme autour de Traitre Honni. Les ombres semblent danser à ses côtés, leurs murmures sinistres résonnant dans les ruelles désertes de Liberty. Les habitants, sentant une présence maléfique approcher, se terrent chez eux, frissonnants de peur.

    Pour la Reine, cette bataille avait assez duré. Il était temps de mettre un terme à cette résistance acharnée et de s'emparer enfin des secrets tant convoités des sous-sols. Il était temps que la Souveraine se montre.

    Objectifs

    - Résister à l'assaut. [EN COURS –  AUCUN AVANTAGE]
    - Empêcher les Ogres et les Trolls de s'approcher de la porte. [ECHEC]
    - Empêcher les Ogres et les Trolls de détruire la porte. [EN COURS] - Avantage Faucon.
    - Tour avant que les portes ne soient détruites : 1 - STOPÉ
    - Vaincre la Cavalière.[ACCOMPLI]
    - Vaincre la Princesse de Piques. ?
    - Vaincre la Princesse de Trèfles. ?

    Adversaires

    - Anadéïa, la Reine de Coeur
    - La Princesse de Piques ?
    - La Princesse de Trèfles ?
    - Labienus, le Traitre

    Actions contre les joueurs

    - Athénaïs et Leonara, vous êtes blessées. La confusion du combat et votre situation vous empêchent de voir ce qui est exactement arrivé aux Princesses. (Un tour plus tranquille qui vous permet de récupérer).

    Aigle Présidentiel
    Azura – Dorilys – Zelevas – Mortifère - Soren


    L'attaque télékinétique d'Azura, amplifiée par la rage qui palpitait dans son être, frappa Phtonia de plein fouet. La puissance de l'impact projeta violemment la lycanthrope contre les débris et les roches qui s'amoncelaient autour d'elle. Dans un dernier soupir, alors que la douleur l'envahissait et que son esprit vacillait, Phtonia réalisa que sa quête de vengeance l'avait finalement conduite à sa perte.

    Le souffle de la mort l'effleura alors que les roches envoyées par Azura s'abattirent sur elle, déchirant son corps dans un dernier acte de miséricorde involontaire.

    Dans un enchaînement spectaculaire, Dorilys, accompagnée de Soren, surgit derrière la Reine de Piques et la Fou, qui, alarmés par l'arrivée d'une vingtaine de 100 dorés, n'eurent pas l'opportunité de réagir et virent leurs mouvements réduit à néant grâce à sa magie de sable. La Fou, prise au dépourvu, tenta de se libérer en invoquant son Feu Divin, mais l'emprise du sable était trop forte, trop implacable. Malgré ses efforts désespérés, les flammes furent vaines contre la résistance du sable solidifié par la magie de Dorilys.

    Pendant ce temps, la Reine de Piques, réalisant l'imminence du danger, tenta elle aussi d'activer sa magie pour se défaire de ses liens, mais ses efforts furent vains face à la conjonction de forces dirigées contre elle. La magie du sable était implacable, la magie de la Fou fut insuffisante, et alors qu'elles étaient immobilisées, l'attaque de lumière dévastatrice de Soren les frappa de plein fouet, les enveloppant dans un tourbillon éblouissant d'énergie déchirante. La Reine, impuissante, ressentit le pouvoir destructeur de cette magie, et son dernier espoir s'envola alors que la lumière l'engloutissait inexorablement.

    Allongées sur le sol, parmi les débris et les stigmates de leur affrontement, la Reine de Piques et la Fou se trouvaient dans un état déplorable, leurs corps meurtris témoignant de la violence de l'affrontement. Limos, blessée et désemparée, chercha désespérément le réconfort de la Fou, mais son regard ne rencontra que le vide, une absence palpable qui laissa son cœur déchiré. Une larme solitaire roula sur sa joue, empreinte d'une douleur incommensurable, signe de sa défaite imminente. Elle ne pouvait plus rien faire, si ce n'était que de pester contre les deux politiciens en crachant tout le venin dont elle disposait.

    Soren et Dorilys, debout au milieu du chaos, savaient qu'ils avaient triomphé. La Fou et la Reine étaient vaincues.

    Dans le bunker de la Présidente, l'atmosphère était électrique alors que Zelevas et Mortifère faisaient leur entrée. Le regard glacial de Mirelda Goldheart se posa immédiatement sur le sénateur, révélant une hostilité non dissimulée. De même, le visage sombre de Zelevas trahissait son mépris envers la présidente. Leurs échanges étaient empreints d'une tension palpable, chaque mot prononcé résonnant comme un coup de tonnerre dans la pièce confinée. Aucun des deux ne cherchait à cacher son agacement face à la présence de l'autre, voir au simple fait qu'il respire encore, et chacun allait défendre avec ferveur ses propres intérêts.

    Le premier échange en fut l'exemple parfait. Lorsque la Présidente fut interrompue par le vieux sénateur, ses sourcils s'arquèrent, ne manquant pas de lui adresser un regard empli de mépris. Comment osait-il ?

    Cependant, lorsque Zelevas énuméra les raisons qui l'avaient poussés à venir jusqu'ici alors sa âme et son esprit semblaient lui crier de s'éloigner le plus possible de cette maudite femme, et surtout lorsqu'il demanda ce que pouvaient bien cacher les sous-sols de la Maison Bleue, la Présidente perdit, l'espace d'un instant, son habituel dédain. Un instant de trouble passa dans le regard de la présidente, brisant l'armure de confiance et d'assurance qu'elle arborait habituellement.

    Cependant, elle se releva lentement de son siège, le fixant de ce regard glacial qui dégageait un air de supériorité incontestable. Son mouvement était calculé, sa posture empreinte d'assurance, comme si elle cherchait à souligner sa domination dans cet échange tendu. Chaque geste, chaque expression, trahissait son mépris pour l'homme se tenant devant elle.

    - Ce qui se trouve ici ne vous regarde aucunement, Fraternitas. C'est une affaire de président, ce que vous n'êtes et ne serez jamais. Aussi, ne me parlez pas de Dangshuan et de la République. Vous avez toujours eu l'art et la manière de vous immiscer dans des affaires qui ne vous regardent pas. Les Fraternitas, et surtout vous, n'êtes que les reliquats de l'ancien système. Moi et le nom des Goldheart représentont l'avenir ! Alors fermez-là, vous et vos questions stupides.

    Alors que la tension montait dans la pièce, quelques-uns des Cent-Dorés quittèrent précipitamment la zone, alertés par l'arrivée imminente d'un nouvel intrus. La présence réduite de ses gardes n'ébranla toutefois pas la détermination de Mirelda. Au contraire, elle se redressa davantage, affichant un sourire dédaigneux à l'égard de Zelevas, avant de tourner son regard en direction de sa milice privée, comme pour lui signifier que même en l'absence de renforts, elle restait parfaitement confiante en sa propre puissance et en sa capacité à écraser toute opposition, ses doigts venant inconsciemment carresser l'anneau qu'elle portait. Celui-ci pulsa doucement, interdisant à toutes magies de s'activer dans un rayon de 5 mètres, soit l'ensemble du bunker dans lequel tous se tenaient.

    Mortifère perdit ainsi son invisibilité, réaparaissant à la vue de tous, accompagné du fracas de ses bras tombant au sol. Celui-ci subit également le dédain de la Présidente, elle qui ne voyait pas en Paladium l'avenir si glorieux promis par le Fraternitas.

    Objectifs

    - Protéger Mirelda. [EN COURS]
    - Protéger Koraki.
    - Temps avant que la Reine de Piques n'empoisonne l'Aile Ouest : 2 tours. [INTERROMPU]
    - Temps avant que la Reine de Piques n'arrive près de Zelevas et Mortifère : 0 tours.
    - Vaincre la Reine de Piques.
    - Vaincre la Fou, personnalité "Pyromane".
    - Vaincre la Tour.

    Adversaires

    - ...

    Actions contre les joueurs

    - L'Anneau de Mirelda est activé.
    - Soren, Dorilys, Azura, vous avez le choix : ou bien vous aller en direction du bunker de Mirelda, ou bien vous filez rejoindre les autres groupes.

    Prochaine réso : Dimanche 03 Mars.


    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 9 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Zelevas E. Fraternitas
    Zelevas E. Fraternitas
    Messages : 243
    crédits : 8089

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Directeur de la Comptabilité
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1873-zelevas-d-elusie-fraternitas-la-poigne-de-mithril-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3139-liens-de-zelevas-e-fraternitas#27228
  • Mar 27 Fév - 15:09


    Il aurait pu être étonné. Il aurait pu ne pas en croire ses oreilles, mais sa haine personnelle envers Mirelda est telle que la seule surprise que Zelevas éprouve en entendant la Présidente lui dire de but en blanc de fermer sa gueule, c’est celle de réaliser qu’elle est aussi perfide qu’il se prêtait à l’imaginer. Quand les mots passent ses lèvres craquelées par quelques rides, le vieux Sénateur bouillonne intérieurement en entendant ce qu’il défend de plus cher être trainé dans la boue. La République, Dangshuan, les Familles et surtout, son nom. Quelle hypocrite, cracher sur les Grandes Familles alors qu’elle s’échine corps et âme à y placer son propre nom de famille… La colère sourde au plus profond de son âme, Zelevas expire longuement, ses sourcils gris arqués par dessus un regard furibond, dardé droit dans les yeux de la vieille Goldheart. Bleu acier contre bleu acier. Présidente contre candidat à la Présidence. Mirelda contre Zelevas.

    Il ne peut pas se permettre de perdre son sang-froid pour autant, pas en la présence d’autant de ces miliciens privés et dans un contexte aussi archaïque où une exécution sommaire serait si peu questionnée, en plus dans la chambre forte de la Maison Bleue, là où les protections magiques ne permettraient pas d’enquêter sur la mort malencontreuse du Sénateur Fraternitas. Le regard de Zelevas quitte donc celui de la Présidente pour se baisser, pesant ses mots, bien conscient du danger immédiat qui pèse dans la salle, il passe sa colère en fixant obstinément un point sur le bureau de la Présidente, entre ses mains plaquées contre le bois, il voit le porte-plume de Mirelda, les quelques papiers qu’elle signait quand ils sont entrés, une déclaration d’état-d’urgence… Ses mâchoires se serrent, quelle garce. Zelevas dévie ses yeux du document qui l’énerve bien plus encore que l’hypocrisie latente et l’avidité de pouvoir de celle qu’il considère comme une ennemie de la République, et Mirelda continue de le fixer avec toute l’arrogance dont elle sait faire preuve. Elle sait qu’elle domine, elle le sait cloué, comme le fou qui protège son roi. Zelevas écarquille légèrement ses yeux en apercevant l’outil dans le pot de fourniture sur le bureau. Il relève la tête vers la Présidente, soutenant de nouveau son regard.

    Alors qu’il ouvre la bouche pour rétorquer, le Cent Doré resté à l’extérieur de la chambre forte fait irruption à l’intérieur pour prévenir ses collègues de l’arrivée d’une nouvelle présence, cette fois seule. Un bref instant de suspens et toutes les personnes présentes dans la pièce se consultent du regard rapidement, il peut très bien s’agir de la Fou, ou de la Reine de Pique elle-même, descendant dans les sous-sols pour achever ce qu’elles ont commencé. D’un coup les miliciens de la Présidente déferlent pour beaucoup dans les couloirs, prêts à tendre une nouvelle embuscade similaire à celle qui avait accueilli Zelevas et Mortifère. Seuls trois des Cents Dorés restèrent dans la petite salle en compagnie des politiciens et du garde du corps. Profitant de la panique générée par le mouvement de sortie et le détournement d’attention qui s’ensuivit, Zelevas récupéra discrètement quelque chose sur le bureau de la Présidente. Quand le calme revint enfin et que celle-ci, dans un excès de malice, se permit d’user de l’Anneau Goldheart pour nullifier toutes menace, le d’Élusie se retourna lentement pour croiser le regard du Cerbère de la République, c’était un affront de plus. Un affront de trop.

    ”Mortifère?” Il donne l’air de se préoccuper du Premier Né, mais le regard qu’il lui accorde est étrange. Une très légère moue de sa tête vient appuyer un regard lourd de sens, et Zelevas espère que le soldat d’élite aura saisi le message. Prêt à agir.

    Quand il se retourne donc pour faire de nouveau face à Mirelda, la voix de Zelevas ne cache nullement sa colère. Son ton est grave, les mots sont prononcé à un volume à peine plus faible que d’accoutumée, comme laissés échappés entre ses lèvres pour témoigner de la haine qu’il porte envers son interlocutrice, un brasier ardent plus vif que jamais, nourrit par les décennies passées dans l’ombre des autres, par les pertes toutes de plus en plus violentes de ses proches, par son témoignage impuissant de la décadence de sa nation, et plus récemment, par le désir profond et inavoué de vouloir offrir un monde meilleur à quelqu’un de très spécial:

    ”La Nation, est littéralement à genoux. La Maison Bleue est tombée. L’ennemi est à deux doigts d’obtenir gain de cause, de menacer jusqu’à la fondation même du pouvoir que vous chérissez tant, et même là, vous continuez de vouloir préserver le secret comme si ça allait sauver le pays?” Nul sourir sur son visage, pas de prestance, pas de gestes expressifs, ce n’est pas un spectacle, c’est l’heure la plus sombre qu’il ait jamais connu. ”La République ne me regarde pas? Mais détrompez-vous Goldheart, la République me regarde de très, très près. Bien plus qu’elle ne vous a jamais regardé, tout simplement parce que le nom des Coeurs d’Or que vous vous efforcez à intégrer dans les Six Grandes est une imposture éh-on-tée.” La concernée se relève en posant ses mains sur son bureau pour se pencher par dessus, confrontant le vieillard avec un regard menaçant pour lui faire comprendre qu’il outrepasse très largement sa tolérance. Zelevas n’a pas besoin de regarder les trois miliciens pour savoir qu’ils sont peut-être sur le qui-vive, mais la nullification arcanique de la Présidente est à double-tranchant. ”Vous n’avez pas été élue Présidente de la République, Mirelda.”

    Ancien Limier du Razkaal, Zelevas faisait jadis parti du fleuron du pays en terme de compétence martiale, d’autant plus qu’il n’avait jamais eu de maîtrise magique propre, et que par conséquent son intégration chez les Limiers s’était jouée à son dépassement des standards physiques et mentaux. S’il n’était certes pas à l’aise avec l’épée qu’il avait redéposé à l’entrée de la salle, c’était parce qu’à l’époque de son activité, il se battait avec des cestes bien particuliers, possédants des lames pivotables pouvant être maniées à l’endroit comme à l’envers. Il était donc parfaitement apte avec ses poings, mais aussi avec n’importe quel couteau. Désormais, avec quarante longues années à s’asseoir dans des bureaux, il ne restait plus rien de son agilité d’antan, de sa force et de sa technique délaissée avec le temps, mais il y avait une chose qu’il n’avait jamais perdu. Sa volonté. Zelevas se saisit soudainement du poignet de la vieille femme pour maintenir sa main en place, d’un coup brutal il abattit la lame du coupe-papier qu’il avait subtilisé sur le bureau tantôt, et le métal s’enfonça brusquement dans le doigt de Mirelda portant l’artéfact. La pointe travers l’os, disjoint la phalange avec aise et se fiche dans le bois en dessous. La Présidente hurle de douleur, la surprise et l’incompréhension dans ses yeux ne rencontrent que l’impitoyable haine dans celui de Zelevas, et derrière son regard bleu acier, une lueur bleu électrique jaillit pour la mettre en relief, fusant dans la pièce tandis que les Cents qui se ruaient vers lui s’effondre.

    Son coeur bat à toute allure, le Sénateur se retourne pour contempler brièvement les miliciens tandis que Mortifère finit de les neutraliser, et il regarde la vieille femme qui se tient la main en criant toute sa souffrance. Cette fois un léger sourire décore le visage du d’Élusie. C’est peut-être la pire douleur physique que cette vieille femme ait jamais ressentie, après une vie entière passée sans entraînement quelconque, sans service militaire, derrière des bureaux à chasser non pas le gibier ou les criminels mais les deniers et les propriétaires fonciers vulnérables, il est normal qu’elle ne sache pas encaisser la douleur, elle n’est peut-être même pas si loin du choc que ça. Avec un soupir à la fois de lassitude et de soulagement devant l’avènement d’un tournant décisif, Zelevas ôta lentement son manteau. Ce lourd manteau qu’il ne quittait jamais, ce lourd manteau qu’il portait sur lui en toute circonstance, un vêtement en lequel il croyait bien plus en la sécurité que n’importe quel coffre de la Banque des Chaînes à la mercie de la Présidente et de ses sbires. Le vieillard porte la lame du coupe-papier à la hauteur de la couture entre la fourrure des épaules et l’intérieur de la doublure, et il déchire d’un coup sec le tissus, révélant une fine enveloppe dans une poche interne.

    ”Mirelda…”

    La lettre en main, il la brandit dans les airs devant la figure de Mirelda qui s’est affalée sur sa chaise en continuant de pleurer de douleur, ses cris occasionnels résonnent dans les couloirs, et Zelevas s’apprête à continuer, mais il remarque les ombres projetées sur le mur en face de lui. Il tourne la tête pour voir les nouveaux arrivants dans la chambre forte.

    Koraki Exousia, la Vice-Présidente, accompagnée des Cents Dorés.

    Un instant suspendu dans le temps, qui paraît durer une éternité, Mortifère tient encore le corps inerte d’un des miliciens dans sa dernière main griffue, Zelevas est debout devant une Mirelda qui souffre le martyr, et Koraki est là. Dans l’obscurité du contre-jour des torches, le Fraternitas ne parvient pas bien à lire son visage, il ne s’attendait pas à la voir ici, pas maintenant, sa respiration s’accéléra, quelque soit ce qui allait suivre, l’avenir s’écrivait là. Au lieu de se porter au chevet de sa maitresse, la Reine des Catins reste sur le pas de la porte.

    Elle sourit.

    Les miliciens à l’armure d’or qui l’accompagnaient entament quelques pas en direction de la Présidente blessée et de son bourreau, mais d’une seule main levée, la Vice-Présidente le leur interdit. Son regard ambré se balance de la vieille au vieux, semblant attendre la suite avant de porter son propre jugement. Zelevas les yeux grands ouverts, se rappelant de leur conversation sur les toits de Liberty il y a quelques mois, sait que la Vice-Présidente n’a d’allégeance qu’elle-même, elle est peut-être aussi dangereuse pour le pays que ne l’est Mirelda… mais… le bleu acier se repose à nouveau sur la vieille femme qui gémit en les regardant. Un mal après l’autre. Il finira par tous les purger après tout. N’est-ce pas? Il ouvre l’enveloppe et en sort un premier feuillet relié:

    ”Mirelda Goldheart, j’ai ici des preuves de comptabilité frauduleuse de vos activités foncières ainsi que des documents mettant en lumière des écarts fiscaux sur l’An 3 des Fonds d’Investissement Goldheart. Par les pouvoirs qui me sont conférés par le barreau en tant que Haut Juge de la Cour de Justice, je déclare selon l’Article IIème de la Constitution Républicaine, qu’ayant enfreint les lois relatives à l’imposition, votre protection par les droits constitutionnels garantissant votre intégrité judiciaire, propriétaire et sécuritaire, est maintenant révoquée.” Comme si elle en avait un instant oublié le supplice de sa main amputée, Mirelda écarquille les yeux alors que l’indignation monte à son visage, l’horreur se lit sur ses traits, Zelevas se demande si derrière lui, le sourire de la Vice-Présidente ne se serait pas encore élargit. ”Par conséquent, l’Article 4 stipulant que nul ne peut être accusé, détenu, arrêté ou tué de façon arbitraire, ne s’applique plus à votre personne, jusqu’à la régularisation de votre situation fiscale.” Il a attendu ce moment depuis si longtemps. Ses doigts ressortent le deuxième feuillet de l’enveloppe. ”Mirelda Goldheart, vous êtes accusée d’avoir falsifié le déroulement de votre campagne présidentielle en répandant de fausses accusations et des propos diffamatoires sur le candidat sortant, le Président Génova Falconi.” Les documents s’abattent sur le bureau avec une main accusatrice. ”Je vous déclare donc coupable de haute trahison, et vous condamne à la peine capitale.”

    Résumé:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Ruby Draglame
    Ruby Draglame
    Messages : 160
    crédits : 1709

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t179-ruby-draglame-termineehttps://www.rp-cendres.com/t375-les-aventures-de-soeur-hematite-alias-ruby-draglame#1569
  • Mar 27 Fév - 19:36
    la femme masquée n’en croyait pas ses yeux, car elle avait réussit à  créer un nouveau obstacle naturel contre les trolls. Toutefois, elle voyait que la Reine de Coeur était persistante et un autre subordonné était envoyé vers sa position. Ruby demandait des nouvelles de la lieutenante de la huitième légion et Léonara. Elle obtenait des nouvelles  au bout de quinze minutes et son œil encore valide présentait un regard de tristesse. La sœur hématite sentait qu’elle n’avait plus de mana pour créer de magie élémentaire de taille comme la crevasse . Entre-temps, elle apprenait par le bouche à oreille sur les remparts que le nouveau subordonné de la reine de coeur possédait une certaine magie étrange autour de lui.


    Ruby avait un peu de temps pour réfléchir à une stratégie afin de résister  une nouvelle fois à un ennemi magique. Elle ne pouvait pas compter sur les soldates de la République, car leurs adversaires pouvaient encore résister, malgré leurs blessures. La femme masquée commençait énumérer ses autres pouvoirs qui pouvaient être utiles et elle constatait aucun ne servirait à contrer le pouvoir étrange du traitre. Ruby se demandait si celui-ci maniait le pouvoir de l’ombre ou alors une mainmise des ténèbres. Elle faisait le constat que les pouvoirs utilitaires ne pouvaient pas vraiment aider en terme de puissance. Toutefois, son esprit lui montrait son dernier pouvoir qui avait mis une faille au sein des esprits des soldats et il avait créer la confusion. La sœur Hématite doutait encore d’utiliser ce pouvoir, mais elle devait prendre une certaine leçon dans sa bévue de manier le pouvoir de l’esprit dans plusieurs bouilles des défenseurs des remparts.


    La sœur hématite concluait que les remparts avaient la nécessité de renforts pour lutter  contre un autre subordonné de l’assemblée. Toutefois, Ruby pensait qu’elle devait mentionner la particularité de l’ennemi qui allait pourfendre les remparts et  faire rentrer l’assemblée  à l’intérieur de Liberty. La femme masquée avait un manque d’information sur ces capacités magiques du traître et elle ne voulait pas les découvrir quand celui-ci sera à portée de tir magique. Elle commençait à lister le nombre de personnes qui pouvaient éventuellement lui donner des informations sur ce traître ou amener des renforts pour combattre avec Ruby. Elle pensait en premier Athénais pour connaître les capacités de ce traître, mais son état physique et sa situation ne permettaient d’avoir une discussion dans son esprit. La sœur hématite avait l’image de la  guérisseuse rousse, mais elle ne savait pas que Xera participait aussi à ce combat. Son esprit lui montrait les deux officiers Gungar et Pancrace, mais elle se rappelait qu’elle avait eu une entente uniquement dans le combat sur l'ile de Kaizoku.


    Ruby se rendait compte qu’elle connaissait très peu de personnes avec des capacités magiques d’un niveau expert ou alors elle n’avait eu que des rencontres qui menaient une onde négative selon son point de vue. L’ancienne officière de l’armée républicaine continuait de psner à des personnes susceptibles d’envoyer des renforts et elle pensait à un visage d’un homme blond. Il s’agissait de Soren Goldheart, mais elle ne voulait pas faire face de nouveau à lui, car elle lui rappelait le conseil particulier avec tous les puissants de la République. Elle ne voulait pas avoir une dette d'une autre nature surtout avec un membre du conseil des ténèbres selon Ruby. Cependant, la sœur hématite devait sûrement effectuer un échange contre une contrepartie , si elle voulait continuer à défendre les remparts. Toutefois, son esprit lui montrait alors une figure de pouvoir qui était récemment élue. La sœur hématite commençait à penser à la consule de la   république. La femme masquée avait vu son visage lors de l’assemblée sénatoriale pour la nouvelle loi Egide. Ruby devait avant tout penser au contenu du message à donner auprès de la Lumina.

    La sœur hématite imaginait  diffuser son message dans l’esprit de la consule de la République :
    «  Bonjour, à vous Madame la Consule. Je vous contacte de cette manière, car la situation l’exige et je me présente Ombra. Je vais vous faire part de la situation au niveau des remparts. Au moment où je vous parle, les soldats résistent bien face à l’ennemi, toutefois, les remparts risquent de s’éclater sous le joug d’un nouveau lieutenant de la reine de Cœur. Il s’agit d’un dénommé  Labienus et je précise qu’il détient une magie étrange. Les soldats parlent d’ombres qui le protègent, en tout cas, il est en possession totale de mana. Contrairement à vos officiers comme la lieutenante de la huitième légion et sa subordonné qui sont salement blessés. Elles se confrontent à deux sorcières, celle de Piques et de Trèfles. Cependant, le combat est très serré.  Je peux annoncer que la Cavalière a été repoussée et les trolls sont au fond d’une crevasse créée devant les remparts. Votre  Ombra aura besoin d’aide pour repousser ce traître qui risque de faire éclater les deux grandes portes. Votre  Ombra tentera de retenir cette nouvelle menace en attendant des renforts pour empêcher ce traître républicain à faire flancher les remparts. Votre ombra demandera surtout un renfort magique, car malheureusement je ne connais pas les capacités de ce Labienus. Merci à vous et je vous demande pardon pour cet intrusion dans votre esprit, mais vous êtes la seule qui permettra faire rayonner la lumière dans les remparts. »

    Ruby répétait ce message mentalement et elle cherchait une arme longue vers les corps des  soldats morts. Elle prenait une lance et elle décidait de préciser son lancer en se basant sur les bruits de pas de la monture du traître. Elle s’apprêtait à commencer les hostilités et elle était prête à lancer l’arme en direction de la monture de Labienus. La sœur hématite voulait connaître la particularité de ses ombres ou aura ténébreuse. Ruby tentait une tentative de commande auprès des soldats qui se trouvaient vers elle. Elle leur demandait de faire une première salve de flèches et lances au moment qu’elle lancera  son arme. La sœur hématite mentionnait le nom du nouveau ennemi avec la mention traître pour motiver les soldats qui se trouvaient près d’elle. Elle projetait son message auprès de la consule juste avant son lancer et elle lançait son arme en direction de la monture
    Résumé:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Mortifère
    Mortifère
    Messages : 131
    crédits : 1012

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2391-mortifere-la-prouesse-republicaine-termine
  • Mar 27 Fév - 20:27


    La première chose que Mortifère sentit lorsque la Présidente fit usage de la magie renfermée dans son anneau légendaire fut un poids immense sur ses épaules, tout comme si la gravité de la pièce s'était subitement faite plus importante. Le soldat mécanisé réalisa bien vite que son voile d'invisibilité s'effritait contre son gré puis, l'un après l'autre, les socles lui permettant par télékinésie de maintenir ses bras en place cessèrent d'opérer et, dans un fracas de métal heurtant le sol les prothèses s'écroulèrent l'une après l'autre. Le bleu électrique de sa lentille cessa de briller et la magie offrant à ses talons renforcés la force de soutenir son corps monstrueux disparut de son être.

    En lâchant uniquement un grognement rauque, le militaire s'écroula sur place, tombant d'abord à genoux pour ensuite basculer lourdement sur son poitrail. Animé par la magie qui glissait dans ses veines depuis si longtemps qu'elle était devenue une part de lui, Abraham redécouvrait en cet instant présent la sinistre réalité de sa propre métamorphose. Les organes renforcés par l'alliance blasphématoire entre technologie et arcane cessèrent d'opérer à plein régime, insinuant dans son souffle bruyant une arythmie marqué.

    La voix de Zelevas lui parvint et malgré la douleur qu'il éprouvait, le militaire réussit non sans mal à relever la tête. Sa pitoyable condition n'arrachait à Mirelda qu'un absolu dégoût et Mortifère, quant à lui, crut enfin comprendre un aspect pour le moins sordide de sa transformation. L'annihilation de magie était une spécialité républicaine et constituait en vérité un levier ayant pu permettre l'autorisation du programme Palladium. L'anneau était, à bien des égards, un moyen comme un autre de s'assurer que le fauve, jamais, ne viendrait mordre la main qui le tenait en laisse. Déjà au fait de l'atrocité de sa propre existence, le soldat demeurait fervent même dans les heures les plus sombres et sa faiblesse passagère ne fut pas suffisante pour balayer ses convictions.

    Lorsque son seul œil encore organique et par conséquent fonctionnel se riva sur les iris glacés du vieil homme, le soldat comprit instantanément dans la résolution apparente du politicien ce qu'il allait se passer. Bien qu'incapable d'agir dans l'immédiat, il ignora sciemment les œillades appuyées des quelques miliciens présents et croisa momentanément le regard dédaigneux de la Présidente qui, en ce jour, venait apparemment de commettre une irréparable erreur face au vieux lion.

    Telle une guillotine, le couperet minuscule vint s'abattre sur le doigt de la Présidente, trancha os et tendons dans une effusion sanglante que suivit un cri strident. L'âme de l'éminente figure républicaine fut séparée de son arme ultime et lorsque l'objet enchanté cessa d'opérer, il n'y eut qu'un fragment de seconde entre la libération du cerbère et les prémices de la mise à mort des chiens à la solde de Mirelda. Ceux qui eurent l'audace d'ignorer le monstre de métal pour se jeter sur l'agresseur de l'impérieuse politicienne n'entendirent qu'à peine les claquements divers des prothèses qui se reformaient pour offrir à leur porteur sa liberté de mouvement. Le membre partiellement détruit de la créature hybridant homme et acier se tendit en avant et une multitude d'arcs électriques vint jaillir de l'extrémité sphérique qui avait constitué autrefois l'axe rotatif de son coude.

    Frappés en traître, les Cent Dorés s'immobilisèrent sur place et furent pris de convulsion tandis que le colosse reprenait de sa seule main valide ses appuis, se dressant pour abattre ses griffes mécanisées sur le plus proche tout en maintenant le flux de foudre via lequel il avait la faculté de paralyser ses proies. Le pauvre guerrier fut froidement assassiné par les serres massives du fauve que Mirelda estimait pourtant être un échec scientifique et lorsqu'elle vit ses fidèles protecteurs être hachés les uns après les autres par la force implacable du monstre de métal, elle comprit sans doute que la vision du progrès de Zelevas n'était peut être pas si dénuée de raison qu'elle l'avait cru de prime abord.

    Alors que s'opérait ce massacre fratricide entre défenseurs de la Nation Bleue, la porte du bunker s'ouvrit et Mortifère tourna la tête pour voir arriver Exousia ainsi qu'une poignée d'autres représentants des Cent Dorés. Cet assassinat orchestré à la hâte allait donc trouver un second chapitre tout aussi sanglant que le précédent ? L'œil luminescent de la bête fauve passa de la trogne déconfite d'un homme que la vie quittait pour se poser avec une mortuaire gravité sur le faciès de porcelaine de la Vice-Présidente et, des orifices taillés dans son masque de cuir, une épaisse brume bleutée émana dans une expulsion sifflante.

    Contre toute attente, il n'y eut pas de nouvelle explosion de violence et, dans le calme tout relatif que vint offrir à l'assistance Mirelda dans un appel désespéré au calme, Zelevas eut encore une fois l'opportunité d'expliciter les motifs l'ayant poussé à commettre un tel affront envers la plus haute instance républicaine et vint accomplir en dépit de toute vraisemblance une parodie de jugement dont la sentence, de toute évidence, n'allait pas être appliquée de façon très académique...

    Les révélations semblèrent atteindre le cœur de la vieille femme qui, décomposée, ne put offrir aux spectateurs pendus à ses lèvres aucune forme de réponse. Plus décontenancée encore qu'elle l'avait été lorsque son doigt lui avait été arraché avec sa seule et unique protection, elle comprit alors à quel point elle n'avait dans cette pièce isolée de tout aucun ami véritable et Mortifère, finalement, sut où devait se diriger son allégeance. Il était l'instrument de la République et la volonté de la Nation Bleue venait de se faire entendre.

    Tous savaient ce qu'impliquait une telle trahison.

    Koraki Exousia a écrit:
    Elle se tenait devant la Présidente, son regard brillant d'un mélange de détermination et de satisfaction. Après presque trois ans de loyauté et de dévouement au service de Mirelda, Koraki avait enfin l'occasion de se libérer de ses liens et de prendre les rênes du pouvoir. Pourtant, malgré la jubilation évidente qui se lisait sur son visage, elle ressentait également un forme de respect envers la femme qu'elle s'apprêtait tant à destituer qu'à éliminer. Elle avait été plus qu'une simple collègue ou une supérieure hiérarchique : elle avait été une mentor, lui enseignant les rouages du pouvoir et de la politique avec une une sagesse inestimable, à défaut de patience ou de tolérance.

    - Madame la Présidente, conformément à la constitution et aux preuves accablantes de votre trahison envers notre nation, je suis contrainte de vous destituer de vos fonctions. Que la sentence soit appliquée séance tenante.

    Alors que la Vice-Présidente prononçait cette phrase, elle croisa le regard de la vieille femme. Dans les yeux fatigués de la Présidente, elle vit certe de la déception, mais surtout une rage brulante qui, si elle avait put se déverser, aurait probablement brûlé le monde dans son sillage. Elles l'avaient toujours sut. L'une comme l'autre avaient toujours sut qu'elles finiraient tôt ou tard par se trahir. Elles en ignoraient simplement le jour et les circonstances. Le destin avait voulut que ces deux derniers soient à l'avantage de la Catin.
    Un silence pesant enveloppa la pièce alors que Koraki achevait sa déclaration. Puis, avec un dernier regard empli de respect, elle inclina légèrement la tête en direction de la dirigeante, reconnaissant tout ce que la Présidente avait fait pour elle.

    - Mirelda, vous avez été une source d'inspiration pour moi, déclara Koraki d'une voix sincère. Puisiez-vous trouver la paix.

    Sur ces mots, elle tourna les talons, se repositionnant aux côtés de Zelevas, auquel elle adressa un signe de tête. Puis elle se tourna vers le Paladium et claqua des doigts.

    Les yeux de Mirelda allèrent de Koraki jusqu'à l'infame création des militaristes républicains. La sentence avait été prononcée et le bourreau comprenait sans mal quel rôle il devait jouer dans une machination de cette ampleur. Abandonnant sans une once de respect la dépouille sans vie du Cent Doré dont le sang maculait encore ses griffes, Mortifère contourna Zelevas pour venir dominer de toute sa hauteur la Présidente qui, malgré la condamnation, se tenait derrière son bureau avec une fierté et une droiture traduisant la profondeur de ses convictions. Jusqu'au bout, elle avait cru être le phare dans l'obscurité. Jusqu'au bout, elle avait fait preuve d'un inflexible courage.

    Mirelda ferma les yeux et pas même une larme ne vint s'écouler sur sa joue. Dans ses derniers instants, toutes ses pensées allèrent à son fils, seul joyau dans la pénombre de sa vie trop tumultueuse. Son cou, dans un sifflement strident, fut brutalement sectionné par les serres agencées en lame et la dernière lueur habitant son esprit fut soufflée.

    Accordant à celle qui l'avait méprisé depuis sa genèse un dernier regard,  Mortifère vit le corps de Mirelda s'écrouler abruptement tandis que sa tête roulait sur son propre bureau. Cet effroyable spectacle venait enfin de toucher à sa conclusion et, avec la sollicitude du fils qu'il avait toujours rêvé d'être pour le vieux Lion, Mortifière fit tournoyer ses griffes mécaniques pour en chasser le sang frais avant de reprendre l'épais manteau qu'avait abandonné Zelevas et de l'apposer doucement sur ses épaules. Le géant de métal accorda un coup d'œil à sa dextre meurtrière et une étrange pensée se fraya un chemin en lui. Noirvitrail, pour laquelle il avait un invariable respect, se doutait elle seulement que ses formidables créations étaient usées pour des desseins si sombres ?

    "Partons, Sénateur."

    Abandonnant le bunker où la mort avait été semée sans distinction, Zelevas et Mortifère s'engouffrèrent dans les couloirs obscurcis des souterrains de la Maison Bleue en compagnie de Koraki et des rares soldats survivants qui, sans un mot, suivaient le mouvement. Se sachant tout aussi menacés dans ce complot sinistre, ils préféraient sans doute jouer la carte de la discrétion jusqu'à avoir l'occasion de dénicher une nouvelle place à l'ombre.

    Des mercenaires, rien de plus.

    La macabre compagnie parvint au croisement menant aux escaliers mais furent témoins, sur leur gauche, de l'impensable accomplissement d'un plan dont nul n'aurait pu entrevoir les étapes. La Mairesse, dans sa splendeur sinistre, venait de contourner l'entièreté des mystiques protections la séparant de la Salle des Souvenirs. Au delà de l'horreur dont il venait de se rendre responsable sur les ordres de la Vice-Présidente, Mortifère demeurait comme ses pairs l'un des gardiens des secrets républicains.

    Sans la moindre hésitation, il bifurqua pour s'orienter vers l'ennemie; ce avec l'inébranlable conviction qu'il pouvait la vaincre.

    Résumé:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Dorylis de Rockraven
    Dorylis de Rockraven
    Messages : 105
    crédits : 1713

    Info personnage
    Race: Elémentaire (sable)
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1112-dorylis-de-rockraven-grand-mecene-de-republique-terminee
  • Mer 28 Fév - 17:36


    Alerte Rouge à la Maison Bleue
    Aigle Présidentiel devient Faucon de Garde - Tour 7


    Soren avait été prompt à réagir à ma proposition muette, prêt à bondir sur leurs adversaires il avait attendu qu'ils apparaissent derrière les deux femmes. L'attaque n'était pas franche du collier ni bien digne des grands combattants de ce monde mais dans le fond il étaient des mages avant tout et agissaient avec leurs capacités. L'illusion de Azura fut salvatrice car les pouvoirs de leurs adversaires déferlèrent sur elles, ne trouvant que le vide par chance.

    Elles n'eurent guère de chance de réagir ou de bouger, les deux Sénateurs étaient apparus dans leur dos.

    La magie de sable cinglante et tranchante se jetta sur elles pour les enserrer autant que les blesser et si elles auraient pu se remettre des blessures causées par cette attaque il leur était totalement impossible de survivre au déferlement de pouvoir de l'Ange. La Lumière aveugla la ministre un instant tellement l'intensité de cette dernière était forte.

    Quand elle put y voir réellement de nouveau ce fut pour découvrir à son grand soulagement les deux corps gisant au sol. Néanmoins préférant éviter tout retour à la vie intempestif, elle s'avança au devant de la Reine et planta sa lance dans son coeur avant de l'en sortir pour faire de faire au corps du Fou, il ne fallait pas que quiconque joue à feindre la mort, c'était le genre de détail dont ils devaient se passer.

    Elle soufflait et respirait un peu fortement, l'usage de magie était intense mais elle allait s'en remettre, restait à savoir ce qu'elle allait faire, ils étaient à la croisée de chemins maintenant. Elle ne voulait pas rejoindre Mirelda dans le Bunker, ne souhaitait pas se retrouver privée de ses seuls atouts et elle s'inquiétait pour les soldats sur les différents fronts. Ce fut ce moment ou Azura vainquit elle aussi avec force et brio son adversaire, une sorcière de moins pour l'Assemblée.

    Ils allaient parler quand Azura fit une drôle de moue, cela dura quelques secondes avant qu'elle ne les regarde et leur donne les informations venant d'elle ne savait pas trop qui mais qui souhaitait aider. La personne, Ombra du nom qu'elle se donnait avait des informations qui paraissaient cohérentes vu la carte précédemment vue dans le bureau de la Présidente. Cela renforça la conviction de la Ministre, elle devait sortir de la Maison Bleue et aller aider les forces vives de l'armée sur les remparts, elle pourrait être utile là-bas.

    - Je vous laisse Azura, Soren. Veillez l'un sur l'autre et gardez l'oeil tant sur Koraki que sur la Présidente, je n'ai pas plus confiance en l'une qu'en l'autre je ne sais ce qu'elles manigancent... Je pars sur les remparts.

    Puis elle concentra sa magie.

    Elle traça dans les airs des symboles qui apparurent comme si le sable tissé par sa volonté flottait autour d'elle pour former des symboles étranges. Puis une fois qu'elle fut sûre d'elle, elle frappa ses deux paumes de main et activa son sort. Dans un tourbillon de sable elle disparut pour réapparaitre sur les remparts aux côtés de celles qui avaient besoin de soutien et de pouvoir souffler.

    Un rapide coup d'œil alentours alors qu'elle reprenait son souffle confirma ce qu'on venait de lui apprendre. Posant un regard sur Athenaïs et une jeune femme à ses côtés, soutenues par la 8ème légion elle demanda.

    - Quels sont les dommages actuels Lieutenant? Les objectifs à venir?

    Athénaïs et elle avaient combattu côte à côté il y avait à peine quelques mois.

    Résumé:


    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 335
    crédits : 420

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Mer 28 Fév - 21:39
    Difficile de retenir un sourire de satisfaction en voyant les trois bestioles tomber au sol, définitivement, mises hors d’état de nuire par le déferlement magique conjoint qu’elles viennent de prendre, et auquel j’ai pas petitement contribué. Mais, surtout, j’ai survécu à une nouvelle bataille pourrie, et toujours pas de signe de cette saloperie de titan. Est-ce que c’est lui qu’est aux remparts ? Ou est-ce qu’il y a des embrouilles ailleurs ? J’en sais rien, mais la proximité de Magic me remonte un peu le moral : on est en bonne position pour régler ce souci, et laisser le reste aux autres.

    Evidemment, tout se passe jamais comme prévu : les étudiants sont tous cannés et, d’une manière ou d’une autre, la dernière se relève, sa forme vacille, change, devient plus imposante, avec un genre de couronne qui lui pousse sur le haut du crâne. Le cri glaçant et l’impression de puissance terrifiante qui s’en dégage laisse peu de doute sur sa nature exacte : elle a dû bouffer les âmes ou l’énergie vitale des étudiants et des autres strygx, et s’retrouve maintenant renforcée d’autant.

    J’déglutis.

    Ses premières attaques s’abattent à une vitesse qui la rend quasiment impossible à suivre à l’oeil nu. L’armure sommaire des Effraies et des officiers républicains constitue qu’une opposition de papier, et les blessures ont l’air directement profondes. J’commence à incanter une téléportation pour me mettre hors de portée, mais c’est p’tet pas le moment, à bien y réfléchir. J’glisse la main dans ma poche et j’en ressors une p’tite flasque d’apparence anodine.

    Les mauvaises langues diraient que j’ai besoin d’un petit coup de gnôle pour me donner du courage.

    Ils auraient pas tort.

    Mais la potion d’intangibilité aura une utilité bien plus concrète en s’assurant que j’vais pas me faire couper en deux par la strygx. Et ça va me laisser les coudées franches pour commander et essayer de la prendre par surprise. Notre ligne de front est chaotique, alors j’prends ma plus belle voix de stentor.

    « Allez, les bleu-bites ! On s’remet en rang et on recule posément vers la sortie du mausolée ! TOUT DE SUITE, EXECUTION ! »

    Mes ordres semblent briser un peu l’emprise du monstre sur la situation, et l’entraînement reprend ses marques : des mois et des années à obéir sans réfléchir aux ordres de sergents acariâtres, ça s’oublie pas comme ça, et ça rentre dans la mémoire musculaire. Ouais, même celle du cerveau, vu qu’on peut le renforcer musculairement, comme me l’ont expliqué de brillants théoriciens. C’est là que j’vois que nos sept ans d’études laissent des failles quand même.

    Puis j’conjure un nouveau mur d’ombre du plus belle effet, hérissé de piques. Dedans, une partie est solide, l’autre non. Et des petites créatures en profitent pour jaillir de l’obscurité pour harceler la reine des strygx.

    Sortir d’ici, d’abord. Avec le plus de monde possible.

    « Une fois dehors, les pléiades de Magic et ceux qui auront pas trahi la République nous aideront sûrement à mettre à mort le monstre ! »

    En tout cas, on peut que l’espérer, pasque j’suis pas sûr que mes projectiles magiques suffisent, même à bout portant dans le museau.

    Spoiler:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 188
    crédits : 90

    Info personnage
    Race: Ange x Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Mer 28 Fév - 22:57
    Alerte rouge à la Maison Bleue
    feat. les Aigles Présidentiels

    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 9 Separa13

    Tout allait vite, comme si la drogue coulait encore dans son sang. Peut-être était-ce le cas, peut-être était-ce le trop plein de puissance qui faisait ployer son corps tel un pantin, nul ne le saurait. Ce que Soren savait, c'est qu'il tira une profonde satisfaction de l'acquis de conscience de la Grande Mécène quand le bruit des chairs déchirées retentirent sous sa lance. Les deux salopes étaient crevées, Azura semblait être également venue à bout de son ennemi.

    Les remparts ne semblaient pas tenir. Dorylis partit leur prêter main forte dans la plus grande des classes par une téléportation sableuse, tandis que Soren se relevait, un goût ferreux dans la bouche. Du sang ? Peut-être s'était-il mordu les joues en balançant son aura de lumière surpuissance. Peu importait, l'urgence était de rejoindre Koraki.

    "Azura, je ne sais pas ce que tu comptes faire, mais là je crois bien que je ferai figure de pigeon galeux si je vais sur les remparts. J'ai épuisé la plupart de mes ressources." Il cracha son propre sang. "Je vais voir ce qu'il en est dans les sous-sol, rejoindre la Vice-Présidente."

    Sans attendre sa réponse, il déploya ses ailes et s'élança en direction du sous-sol. Bien qu'étroit, il parvenait à piquer au-dessus des escaliers du couloir mais s'arrêta avec grande peine quand un monticule de cadavres constituaient le pavement du sol. Putain, c'est quoi ce bordel ? Y'a d'autres sbires qui sont parvenus à descendre ?

    Où étaient Koraki, Zelevas, Mortifère ? Soren parcourut des yeux les corps sans vie, ne reconnaissant aucun de tous ces visages. Puis plus loin, il les aperçut, au croisement des chemins.

    "Qu'est-ce que... ? Où est la présidente ?"

    Un obscur sentiment de malaise le gagna. Soren observa rapidement la mine choquée de Zelevas, un faciès qu'on voyait fort peu sur un tel personnage. Le vieux sénateur souffla qu'ils étaient arrivés trop tard, mais ce fut totalement inaudible pour l'ange qui voulait en avoir le cœur net. Le vioque tenta bien de le retenir en précisant qu'elle était "abîmée", mais Soren se défit de son étreinte avec vigueur et il fonça sans grande peine au bunker, de quelques battements de ses vastes ailes. Des cadavres de Cents Dorés, partout.

    Il fit là face à une tête, séparée de son corps. Figée dans une expression d'effroi et de douleur, les yeux vitreux. Cheveux blancs courts. Traits du visage si différents, mais si similaires aux siens.

    Pendant un instant, l'ange se figea. De fier sénateur il devint statue de marbre. Il ne sut que ressentir.

    Alors, un rire nerveux le pris. Il se transforma rapidement en fou rire, avant que des larmes ne vinrent parcourir allègrement ses joues.

    "Bah merde alors, ma chère tante... ton frère me renie, tu me redonnes notre nom et tu crèves comme ça ? Comme une idiote au fin fond d'un sous-sol ?"

    Un sourire figé, rictus étrange déformait le visage de Soren. Quelque chose se serrait quand même dans son cœur. Ils n'étaient pas du même parti, ils n'étaient pas du même avis sur la gestion de la République, mais elle était avec Mikael sa famille la plus proche. Sa famille qui l'avait reniée dès sa naissance, puis que Mirelda a ré-introduit en son sein, tout bâtard qu'il était.

    "Putain... mais merde ! Putain, fais chier..." Il chialait là, presque comme un gamin, tandis qu'il ramassait la tête coupée avec une telle précision qu'on voyait à peine l'os ou l’œsophage ressortir. "Ta gueule Soren. Réfléchis. Pense."

    Il la ramena à son corps, comme si cela allait changer quelque chose. Peut-être histoire de lui redonner un air digne dans cette séquence macabre. Il constata son doigt  manquant qui était censé porter la bague.

    Ses yeux de médecin analysèrent encore rapidement la situation, tandis qu'il chassa de quelques battements de paupières les dernières odieuses larmes qui embuaient sa vue.

    C'est coupé à l'arme blanche. Ou avec un élément d'air très puissant. Ses sentiments bloqués, seul le professionnel demeurait. L'Assemblée aurait des soldats avec des armes ? Ou bien auraient-elles coupé le doigt, puis la tête ? Pourquoi autant de précision pour tuer ? Le doigt coupé, il aurait suffi de pulvériser son vieux corps avec n'importe quel sort magique. C'est un peu leur spécialité, aux sorcières.

    Le doctorant qu'il était ne voyait pas les pièces s'emboîter. Mais il garda bien pour lui, au fin fond de son esprit les diverses explications qui s'ouvraient en face de ses yeux d'anatomiste. Les ailes vibrant de colère, il sortit de la pièce. Il n'était plus le temps d'être un gosse pleurant sa tante, le trio allait avoir besoin de soutien face à leur prochaine adversaire...

    Qui ne s'avérait être nul autre que celle à la tête de toutes ces sorcières fêlées.

    Spoiler:




    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 9 C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 352
    crédits : 2859

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Jeu 29 Fév - 11:50
    Les tentacules d'eau coupaient toute retraite pour les Strygxs. Face à la réussite de son sortilège, l'Aquarienne retrouva le sourire. Ce ne fut pas un sourire ravi. C'était un sourire carnassier ; celui du prédateur qui prend plaisir à jouer avec sa proie. Ces sales harpies qui pensaient avoir une place au sommet de la chaîne alimentaire au sein de ce mausolée venaient de se prendre une méchante descente douloureuse par les assauts magiques. Elles devenaient comme des nuisibles à éradiquer sans aucune pitié.

    Entre le redoutable assaut du Porte-Enclume et des effets de son bouclier, l'offensive de Gunnar et les projectiles magiques de Pancrace, qui se joignirent avec une très grande efficacité à l'emprisonnement aqueux de la Sirène, on pourrait croire que les trois ennemies volantes seraient totalement défaites. Une refusa de se laisser tuer sans se battre avec plus de hargne. Elle avait les étudiants toute proche d'elle... Elle pourfend les étudiants se trouvant à la porter de ses serres et de ses crocs. Takhys écarquilla les yeux devant cette rage à vouloir tuer encore et encore, se rappelant les effets que les âmes de ces pauvres hères auraient sur le monstre. Ce dernier s'effondre, sous le coup combiné des sortilèges. Ouf ! Il semblerait qu'ils aient réussi à le tuer avant que...

    Un cri strident retentit. Le corps de la dernière Strygx convulsa et enfla. Par Kaiyo, elle avait eu le temps de se repaître des âmes des traîtres d'étudiants, pour devenir plus monstrueuse encore ! Elle était d'une vivacit redoutable, se jetant déjà sur les Sternes.

    Takhys ne perd pas de temps pour invoquer un large bouclier d'eau, pour protéger ses alliées, le temps d'accorder un peu de temps pour tous de se replier hors du mausolée et d'avoir de possibles renforts pour abattre cette saloperie. Voyant qu'elle parait plus redoutable, la Sirène rajoute une couche supplémentaire avec une surface gelée hérissée de pics devant le bouclier aqueux. C'est toujours mieux que rien, pour ralentir cette salope ! Bien entendu, elle se repliera avec les Sternes


    Résumé:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Azura Aiwenor
    Azura Aiwenor
    Messages : 153
    crédits : 2189

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Bon
    Rang:
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1881-azura-vir-gaia-braelohn-jidmasdottir-aiwenor-termine
  • Jeu 29 Fév - 19:30
    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 9 Amicia10





    Aussitôt son attaque projetée, Azura regretta son geste, se rendant compte avec horreur qu'elle avait sciemment agis ainsi dans le but de tuer. C'était précisément ce qu'elle s'était jurée de ne plus jamais faire, sa maxime lui dictant de n'en venir à une telle extrémité que si toutes les alternatives avaient été épuisées. Or, elle aurait très bien pu mettre hors d'état de nuire la lycanthrope sans lui prendre la vie. Elle s'en voulut viscéralement, au point qu'elle eut des remontées gastriques, et elle aurait bien vomi si elle n'avait pas déjà eu le ventre vide.

    Dans un hoquet, elle s'agenouilla près de sa victime, lui prenant la main alors qu'elle rendait son dernier souffle. Et alors que Phtonia Até s'éteignait, la lumina porta son autre main au visage de la défunte, lui fermant les paupières, comme pour lui rendre sa dignité, même si c'était parce qu'elle ne pouvait affronter ce regard vitreux dont elle était la cause. La vie était trop belle pour être arbitrairement ôtée, personne ne pouvait s'arroger un tel droit, peu importe ce qu'avait commis autrui.

    - Va en paix. Articula-t-elle dans un sanglot.

    Une larme perla sur sa joue tâchée de poussière et de sang.

    Son deuil fut cependant interrompu par une voix étrangère, raisonnant dans son esprit. La consule lâcha la main inerte de sa prédécesseur et se releva vivement. Écoutant le rapport qu'on lui faisait parvenir par télépathie, elle se demanda si c'était la même personne qui lui a envoyé une lettre anonyme pour lui manifester sa loyauté, et qui, à présent, réitérait son soutien en l'informant de la situation sur les remparts. C'était donc quelqu'un qui était pris dans la tourmente, et cela lui fut confirmée lorsqu'elle tiqua au nom de Labienus, le traitre mégalomane de l'armée de Kaizoku.

    Et bien que le discours télépathique était des plus étranges, décousu et avec des tournures de phrases peu naturelles voire brouillonnes, Azura en déduit que c'était sûrement dû à l'adrénaline de la situation critique qu'elle décrivait. Comme pour chercher une confirmation visuelle, la lumina fit glisser son regard vers le trou béant dans la paroi du hall, contemplant la ligne d'horizon en flammes et les toits ignescents de la capitale. Lorsque la voix dans son esprit s'estompa, elle rapporta avec le plus de précision et d'efficacité ce qu'elle avait entendu à Dorylis, comme pour l'inviter à prêter main forte aux pauvres gens qui peinaient à assurer la défense de la ville.

    Azura la rejoindrait plus tard, d'abord elle se devait d'emboiter le pas à Soren pour découvrir où étaient partis Zelevas et Morti, mais aussi pour suivre Koraki qui s'était éclipsée une fois son massacre perpétré. Aussitôt qu'elle aurait la confirmation que tous étaient en sécurité, elle remonterai pour venir en aide aux première lignes, quoiqu'en diraient les autres.

    Mais qu'elle ne fut pas sa surprise, à l'instar de Soren, de constater le charnier qui gisait sous leurs pieds. Manifestement, la bataille s'était insinuée jusqu'aux sous sols où la violence avait fait rage. La lumina afficha une mine estomaquée avant de poser le regard sur Zelevas, pour mieux voir que son manteau était tâché de sang, par chance pas le sien, mais dans ce cas : celui de qui ? Peu importe, l'important soit qu'il fut en vie. Elle laissa Soren à son propre deuil, car la consule compris aussitôt que la présidente n'en avait pas réchappée... Le coupable devait être retrouvé et malmené comme il se devait...

    Ceci-dit, elle se retint de courir à la rencontre de Zelevas, et si l'envie de le serrer dans ses bras la démangeait, elle suivit le regard de tous pour poser à son tour le sien sur cette terrifiante femme qui se tenait devant la salle du Souvenir. Serait... non... la maitresse de l'Assemblée ? Azura ne se rendit compte que trop tard qu'elle avait pensée à voix haute.

    - Serait... non... la maitresse de l'Assemblée ?





    Les inspirations d'Azura
    • Giselle (Enchanted)
    • Amelie Poulain (Le Fabuleux Destin)
    • Margaery Tyrell (Game of Thrones)
    • Mantis (Guardians of the Galaxy)
    • Sam Gamgee (Lord of the Rings)
    • Jaskier (The Witcher)
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Xera
    Xera
    Messages : 147
    crédits : 632

    Info personnage
    Race: Fae (Mi-humaine)
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t561-xera-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1040-fiche-de-liens-xera
  • Jeu 29 Fév - 22:37
    En agrandissant le goulot dans le sol de la galerie, créé par le passage de la patte chitineuse, Xera se rend compte qu’il y a une sorte de cavité, une salle souterraine d’une taille imposante juste sous leurs pieds, et donc sous Liberté. La lumière présente dans les égouts n’arrive pas à faire reculer l’obscurité au-delà des parois du puits. Xera plonge son regard dans les ténèbres, mais ceux-ci reste insondable, la rousse inspire alors profondément avant de décrocher l’attache de sa cape et de la confier à l’un de ses camarades des Hiboux souterrains. Ses compagnons d’armes comprennent vite, pour certains peut-être avec surprise, la raison de ce geste, quand ses ailes translucides de fae se révèlent dans son dos à mesure qu’elle y infuse sa mana.

    Puis affichant un sourire mi-figue mi-raisin sur son visage, et un dernier regard envers ses camarades, la belle saute directement dans le puits menant vers l'obscurité d’en dessous. Une fois passé le goulot de la galerie, ses ailes se mettent à battre lui permettant de contrôler sa descente alors que les ténèbres semblent littéralement vouloir l’avaler. Alors qu’elle continue sa lente descente, elle ressent une présence qui fait ressentir un frisson le long de sa colonne vertébrale, comme une sorte d’avertissement. La demi-Fae porte sa main sur son effigie de l’Esprit sylvestre, qu’elle avait pris soin de monter en pendentif, le contact avec le bois du médaillon la rassérène quelque peu avant de ressentir la colère de l’entité. Elle entend la créature prononcer deux mots, “plus jamais”, dans son esprit avant de lui fermer l’accès au sien ainsi qu'à ses émotions.

    Enfin, Xera perçoit une silhouette d’une taille colossale, de forme arachnoïde se déplaçant lentement et avec de trop nombreuses pattes. L’entité en possède tant qu’elle peut emprisonner la demi-fae entre ses pattes comme dans une toile ou plutôt une cage. La rousse doit faire face à des centaines d’yeux qui la fixent froidement, mais le plus impressionnant et intimidant aux yeux de la jeune femme sont les mandibules d’une taille démesurée. Malgré la terreur qui envahit chaque fibre de son être, Xera ne flanche pas puisant sa force dans sa Foi inébranlable en l’Esprit Sylvestre.

    Le silence est brisé par la voix de la géomi primordiale qui résonne cette foi si dans la salle et non plus dans sa tête. Elle lui demande pourquoi ils ont massacré “ses enfants” alors que sa captivité aurait dû être suffisante ?

    - Pourquoi ?! Parce qu’elles nous ont attaquées alors qu’elle obéissait à Akhos pour le compte de l'Assemblée des sorcières. Akhos qui n’a pas hésité à les sacrifier pour nous attaquer avec sa magie. Vous avez dit avant de rompre notre lien télépathique, “plus jamais”, et parlez de votre captivité ici-bas, dois-je comprendre que Akhos et les autres reines de l’assemblé vous ont utilisés pour manipuler vos enfants ? Jusqu'à aujourd'hui, nous ignorions votre présence sous la capitale de la république.

    Spoiler:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum