DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Mégère

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 8 I7Vm50z
    Gazette des cendres
    Hiver 2024
    Lire le journal
    #5
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Chant des Ronces
    Derniers sujets
    [PA] Devancer l'Assemblée, Découvrir la véritéAujourd'hui à 2:28Leonora de Hengebach
    Casus BelliAujourd'hui à 2:03Ayshara Ryssen
    Mon Voisin Du DessusHier à 22:59Arès Wessex
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 22:11Kilaea Sliabh
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 20:30Rêve
    Le passé au présent | Altarus Hier à 20:29Altarus Aearon
    Une Bête AcculéeHier à 20:05Takhys Suladran
    Validation des RP de Takhys - RépubliqueHier à 16:29Takhys Suladran
    +14
    Sixte V. Amala
    Kieran Ryven
    Leonora de Hengebach
    Azura Aiwenor
    Gunnar Bremer
    Soren Goldheart
    Mortifère
    Zelevas E. Fraternitas
    Dorylis de Rockraven
    Athénaïs de Noirvitrail
    Xera
    Qrupp
    Seraphin du Razkaal
    Koraki Exousia
    18 participants
    Aller en bas
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Xera
    Xera
    Messages : 147
    crédits : 632

    Info personnage
    Race: Fae (Mi-humaine)
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t561-xera-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1040-fiche-de-liens-xera
  • Dim 18 Fév - 20:14
    Lorsque la flèche frappa Akhos et que tous crurent enfin à son trépas, un nouveau tremblement, plus violent et menaçant que jamais, secoua les égouts. Des morceaux de plafond s'effondrèrent sur le passage de Xera, menaçant de lui fracasser le crâne ou de l'ensevelir sous les décombres. Mais elle continua d'avancer, résolue à accomplir la mission qui lui avait été confiée.

    Soudain, une immense et puissante patte chitineuse émergea du sol, cherchant elle aussi à empaler la jeune femme.

    Seul le clapotis des gouttes d’eau suintant du plafond humide ainsi que les échos étouffés du combat acharné de ses compagnons contre Akhos et Pitiés venait troubler le silence pesant des égouts. Le carré composé des limiers et des mages de Magic continuent leur avancée, chaque seconde paraissait durer une minute, chaque minute une heure. Soudain, un nouveau tremblement se fit sentir, plus violent que les précédents, si violents que des morceaux du plafond s’effondrent tout autour d’eux, et manque de peu de les enterrer vivants.

    Le choc passé, la troupe reprend sa progression, lentement, mais sûrement, et là sans crier gare, sans aucun signe annonciateur, une patte monstrueuse transperce le sol juste devant Xera manquant de peu d’empaler la demi-fae. La rousse d’un geste impérieux fait signe aux limiers et aux mages de ne pas bouger. Avec leur formation, l’attaque aurait fait beaucoup plus de dommage en visant l’un des côtés du carré. Mais non, c’était elle qui était la cible de cette attaque et visiblement, la “patte” cherchait encore à l’atteindre. La rousse se para d’un sort de peau de pierre de niveau intermédiaire avant toute chose, et avant de contre-attaquer l’herboriste de Nareim tente d’entrer en communication avec la créature derrière cette patte chitineuse. Pour cela, elle utilise sa télépathie couplée à sa capacité de communiquer avec les animaux.

    - Pourquoi m'attaques-tu ? Que veux-tu ? Qui es-tu ?


    À la moindre nouvelle tentative d’attaque, Xera se tient prête à resserrer le sol au niveau de la patte pour la bloquer avant de tordre la pierre et la patte avec.

    Spoiler:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 146
    crédits : 2490

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Dim 18 Fév - 21:05
    Cogner, transpercer, carboniser, c'est pas suffisant pour mettre au sol une créature de cette envergure.

    Je me demande encore comment j'ai fait pour en arriver là.

    Ah, oui. Sixte. Et, sans regrets.

    Malgré les blessures, malgré la douleur cuisante, Pitié refuse de fléchir. Il se contorsionne dans un accès de rage et de souffrance, le sang coulant de ses plaies béantes comme des fontaines de colère. Mais je ne bronche pas, ma détermination n'est pas encore mise en branle. Le serpent me plaque contre le mur de son corps massif, sa volonté de me briser palpable dans chacun de ses mouvements. Je sens mes forces fléchir, ma constitution se fissurer sous sa pression implacable. Un goût de fer dans ma bouche qui me dit que je suis désormais dans le dur du sujet.

    Encore et encore, j'essaie de faire face à l'adversité, mes muscles criant de douleur, mon esprit embrasé par la volonté de vaincre, qui craque et se fissure au gré des impacts.

    Je m'enfonce peu à peu dans le mur, dans une cacophonie sourde. Le sang et la sueur se mêlent dans un ballet macabre. Mes os et mes muscles qui essuient les coups avec une impuissance de plus en plus effrayante. Coincé entre les crocs menaçants de la bête et l'étau étouffant du monstre, chaque instant est un combat pour la survie, une lutte où chaque souffle est une victoire arrachée de haute lutte. Ma rage bouillonne, une flamme qui refuse de s'éteindre même face à l'ombre de la mort qui plane. Pourtant, au milieu de ce tumulte infernal, surgit Neera. Telle une déesse de la magie, irradiant une lumière qui éclipse les ténèbres qui nous entourent.

    Sa présence, puissante et majestueuse, est comme un phare dans la tempête, nous guidant à travers les pires tourments. Ses gestes, empreints d'une autorité incontestable, attirent fatalement mon regard, son bras levé comme un sceptre de commandement dans le merdier de notre lutte. Ses mots, emplis de puissance et de détermination, résonnent comme un écho dans mon esprit tourmenté : "Meurs avec ta maîtresse."

    J'ai sentis la puissance de ses mots jusqu'ici.

    Soudain, le souffle brûlant de la bête se fige, captif de la volonté implacable de Neera. Une force invisible, mais irrésistible, immobilise le monstre, le rendant impuissant face à sa majesté. Dans ce moment suspendu, un répit bienvenu s'ouvre au cœur du chaos.

    Je sors de mon cratère dans un rugissement méconnaissable. Portecendres encore dans ma main, je l'oriente dans la plaie déjà ouverte, et remonte la lame jusqu'au crâne, en concentrant toute la force qui me reste pour le transpercer depuis le bas, tirer dans ma direction pour la ramener jusqu'au museau, et dégager l'épée dans une giclée de sang, un vrai déluge diluvien d'hémoglobine qui m'asperge de la tête au pied. Un nouveau rugissement bestial déchire mes cordes vocales, redressant mon bouclier dans sa direction pour anticiper la moindre offensive dans une riposte qui m'évitera cette fois-ci de faire copain avec les murs des égouts.

    Le souffle haletant, mes yeux vont s'écarquiller sur la situation de Sera, l'agonie déforme ses traits, son corps totalement mutilé, mon coeur s'embrase d'une inquiétude incontrôlée. J'ai perdu beaucoup trop de frères, hors de question que j'en perde encore un aujourd'hui.

    J'arrive, mon ami.

    J'arrive.
    Résumé:
    Maire de Courage
    Maire de Courage
    Koraki Exousia
    Koraki Exousia
    Messages : 629
    crédits : 3936

    Info personnage
    Race: Hybride (Femme/Corbeau)
    Vocation: Mage Noire
    Alignement: Neutre Mauvais
    Rang: A
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t109-koraki-exousia-mairesse-de-courage-terminehttps://www.rp-cendres.com/t143-clients-et-detracteurs-de-l-ambrosiaque-koraki-exousiahttps://www.rp-cendres.com/t142-koraki-exousia-mairesse-de-courage
  • Dim 18 Fév - 21:22
    Alerte Rouge à la Maison-Bleue
    Les Héros de la République et peut-être d'ailleurs


    L'ombre, telle une entité sinistre, avance avec une détermination inébranlable à travers les décombres et les flammes qui dévorent le palais présidentiel. Les couloirs, autrefois empreints de splendeur et de prestige, sont maintenant des dédales de destruction et de désolation. Des gravats jonchent le sol, et les murs sont marqués par les flammes et les impacts des combats récents.

    Pourtant, l'ombre ne ralentit pas. Elle semble presque glisser sur le sol, évitant les obstacles avec une agilité féline. Son allure est calme et délibérée, comme si elle était consciente de sa propre puissance et de l'impact qu'elle aura sur son environnement.

    Au fur et à mesure qu'elle avance, l'ombre laisse derrière elle une traînée d'obscurité, enveloppant tout ce qui se trouve sur son passage dans un voile ténébreux. Les cris des blessés et des mourants résonnent dans les couloirs, mais ils semblent lointains, comme étouffés par la présence oppressante de l'ombre.

    Elle se dirige vers sa destination : les sous-sols de la Maison Bleue. C'est là, dans les profondeurs de ce bâtiment autrefois prestigieux, que se cachent les secrets les plus sombres et les plus terrifiants. Et c'est là que l'ombre compte trouver ce qu'elle cherche, peu importe les obstacles qui se dressent sur son chemin.

    Hibou Souterrain
    Séraphin – Xera - Kieran – Sixte - Neera


    Dans les ténèbres oppressantes des égouts, Kieran saisit l'opportunité offerte par Neera avec une détermination sans faille. D'un geste précis et rapide, elle plonge une fois de plus sa lame dans la jugulaire béante de Pitié, enfonçant l'acier profondément jusqu'à atteindre le crâne de la créature titanesque.

    Un hurlement déchirant emplit les corridors humides et sombres, le son de l'agonie résonnant dans les voûtes souterraines. La magie de Neera tente de contenir la bête monstrueuse, mais même ses pouvoirs surnaturels peinent à contenir la souffrance qui consume Pitié dans ses derniers instants. Sous les spasmes de douleur, le lanconda se débat violemment, agitant son corps colossal dans une danse macabre.

    Malgré la furie déchaînée de la créature mourante, Kieran maintient sa prise sur le manche de son arme, résolue à en finir une fois pour toutes.

    Puis, soudain, le tumulte se calme. Les cris de Pitié s'amenuisent peu à peu jusqu'à se taire complètement. Le corps massif du serpent géant vacille dans un ultime spasme avant de s'effondrer lourdement sur le sol boueux des égouts, créant un fracas retentissant qui résonne dans les tunnels étroits, signant ainsi la fin de la redoutable créature.

    De leur côté, la tension était à son paroxysme alors que Sixte et Séraphin se lançaient dans un assaut acharné contre Akhos. Leurs mouvements étaient empreints de sauvagerie et de détermination, une féroce volonté de mettre un terme à la tyrannie de la sorcière.

    La Sorcière ne recula pas devant la menace, faisant appel à ses pouvoirs les plus sombres, invoquant des pieux acérés dans une tentative désespérée pour repousser ses assaillants. Les projectiles emergèrent du sol, des paroies, du plafond, transpercants leurs cibles, mais Sixte et Séraphin continuaient leur assaut avec une résolution implacable.

    Les échanges étaient rapides et brutaux, chaque coup porté avec une force décuplée par la détermination des deux combattants. Les cris de douleur et de rage emplissaient l'air, tandis que le combat faisait rage dans un crescendo de violence et de chaos.

    Pendant ce temps, Akhos lutta de toutes ses forces, mais les assauts incessants de Sixte et Séraphin finirent par la submerger. Son corps, déjà affaibli par les combats précédents, ne put résister aux attaques répétées et féroces de ses adversaires.

    Finalement, la Reine de Trèfles s'effondra à genoux, ses blessures suintant le sang, ses forces l'abandonnant progressivement. Un silence pesant s'abattit sur le champ de bataille alors que ses yeux se fermèrent lentement, signant sa défaite définitive.

    Il n'y eut pas de dernière parole, pas de réplique finale. Seule la mort l'accueillit, sa présence sombre et implacable mettant fin à son règne tyrannique pour de bon.

    Akhos était tombée.

    Alors que la dernière trace tangible de la Reine de Trèfles s'évaporait, les plantes carnivores qui avaient été sous son contrôle se trouvaient soudainement dépourvues de direction. Privées de leur maîtresse, elles se retrouvaient livrées à elles-mêmes, désorientées et désorganisées. Dans leur panique, elles se mirent à se déchaîner, déployant leurs vrilles acérées dans toutes les directions, cherchant frénétiquement une proie sur laquelle se repaître.

    Neera se retrouva alors confrontée à un déluge végétal, une marée d'agressivité végétale qui se rua sur elle sans relâche. Les plantes carnivores, libérées de leur contrôle, semblaient animées d'une rage farouche, déterminées à défendre leur territoire jusqu'au dernier souffle. Dans un ballet mortel, Neera fit appel à toute sa puissance magique pour contrer l'assaut végétal. Des orbes d'éclairs zébrèrent les égouts, protégeant tant elle que ses compagnons. Mais malgré ses efforts, les plantes étaient nombreuses, trop nombreuses, et elles semblaient se multiplier à chaque instant.

    Enfin, Xera se concentre avec intensité, invoquant son lien spécial avec les créatures vivantes pour tenter d'entrer en communication avec cette étrange entité. Dans un premier temps, seul le silence lui répond, un silence oppressant qui semble peser sur ses épaules tel un lourd fardeau.

    Puis, soudain, une réponse survient, mais pas sous la forme qu'elle attendait. Un cri strident déchire l'air et envahit son esprit, la faisant chanceler sous la douleur lancinante qui irradie de sa tête. Elle tombe au sol, se tenant les tempes avec force alors que chaque mot prononcé résonne comme un coup de tonnerre dans son esprit tourmenté.

    Parmi cette cacophonie assourdissante, Xera perçoit des fragments de pensées, des images éphémères qui s'insinuent dans son esprit. "Maison", résonne une voix lointaine, emplie de détresse et de désir. "Liberté", murmure une autre voix, teintée d'espoir et de détermination. "Famille", chuchote une troisième voix, empreinte de nostalgie et de tristesse.

    Objectifs

    - Vaincre la horde de Géomi [ACCOMPLI]
    - Vaincre Akhos [ACCOMPLI]
    - Vaincre Pitié [ACCOMPLI]
    - Vaincre "la Patte" [EN COURS]

    Adversaires

    - La "Patte"

    Actions contre les joueurs

    - Xera est la cible d'une patte géante. Son exosquelette à une solidité équivalent à un Renforcement P2 et sa force à celle d'un P2.
    - Seraphin récupère un 1/3 de sa santé physique. Pour ce qui est de sa psyché, c'est au delà de mes compétences ...

    Sterne Urbaines
    Qrupp – Gunnar – Pancrace - Takhys


    Takhys, Pancrace et le Porte-Enclume coordonnent leurs mouvements avec une habileté remarquable, parvenant à repousser le premier assaut des Strygxs avec une précision déconcertante. Les créatures hurlent de frustration, se déplaçant avec une agilité reptilienne pour éviter les projectiles magiques lancés par les membres du groupe. Si l'une d'entre elles est sérieusement touchée, elle en fait fi et continue le combat.

    Malgré leurs efforts combinés, les griffes des monstrueuses créatures cherchent sans relâche à entailler les protections de glace de Takhys et d'acier de Qrupp, sans y parvenir. Les défenses tiennent bon, empêchant les créatures de les atteindre directement.

    Cependant, la situation prend une tournure sombre lorsque les Strygxs réalisent que chaque distraction réussie leur permet d'aspirer l'âme d'un des étudiants, renforçant ainsi leur propre pouvoir. Alors que le rituel des étudiants est affaibli, l'énergie vitale est aspirée de leur corps, alimentant la force des créatures et les rendant encore plus redoutables.

    Dans un moment de vulnérabilité, les protections de Takhys, Pancrace et du Porte-Enclume sont finalement brisées, les exposant à la fureur décuplée des Strygxs. Les trois monstres se jettent à nouveau sur eux avec une rage déchaînée, déterminées à les submerger et à les anéantir.

    Les Strygxs:

    La manœuvre de Gunnar se révèle étrangement efficace alors que la Princesse de Trèfles semble succomber au charme de l'officier, acceptant son approche dans un regard teintées de séduction, répondant en cela à celui de l'officier avec un sourire amusé. Cependant, leur interaction prend fin lorsque la princesse saisit brusquement les mains de Gunnar entre les siennes avant de le repousser avec une fermeté qui la surprend elle-même.

    C'est la guerre, après tout ! Elle ne peut ainsi laisser ses sentiments obscurcir son esprit.

    - Tu restes en vie, ce soir, déclare-t-elle d'un ton cinglant. Du moins, tant que tu ne viens pas sur les remparts.

    Puis, sans plus de cérémonie, elle disparaît, se mêlant de nouveau à la terre, laissant Gunnar seul avec ses pensées et le sentiment confus de ce qui vient de se passer.

    Sentiment également partagé par celui qui écrit ces lignes, d'ailleurs ...

    Objectifs

    - Survivre à l'attaque. [ACCOMPLI]
    - Trouver la source de cette prison. [ACCOMPLI]
    - Enquêter sur le groupe de MAGIC. [ACCOMPLI]
    - Vaincre la Princesse de Trèfles [ACCOMPLI] J'imagine ?
    - Vaincre les Strygx [EN COURS]

    Adversaires

    - Les Strygx.

    Actions contre les joueurs

    - Pancrace, Takhys et le Porte-Enclume font face aux Strygx.
    - Chaque étudiant tué ou distrait du rituel renforce les pouvoirs des Strygxs.
    - Gunnar, tu as le choix : aller au Mausolée aider les Sternes ou aller vers les remparts aider les Faucons. Si tu vas vers les remparts, la Séduction ne marchera plus sur la Princesse de Trèfles.

    Faucon de Garde
    Ruby – Athénaïs - Léonara


    Sur les vastes plaines qui encerclaient les murailles de la cité, là où se déroulait la bataille acharnée, Anadéïa, la Reine de Coeur, s'agenouilla, son souffle haletant. À côté d'elle, sa tasse de thé renversée témoignait des tremblements qui secouaient sa main. Mais ce n'était ni terreur ni tristesse qui la secouaient. Non, c'était la colère. Une rage brûlante, impitoyable, dévorante.

    Sa sœur était morte.

    Et pour cela, la République allait payer.

    Dans un cri de rage déchirant qui résonna à travers toute la ville et jusque dans l'esprit de tout ceux qui y résidait, elle se redressa. Les éclairs déchirèrent le ciel, menaçants, prêts à s'abattre sur les remparts. Anadéïa, puisant dans son pouvoir d'illusion, créa une armée fictive d'une ampleur terrifiante. Les rangs des Cavalières se multiplièrent, les Princesses de Piques déferlèrent sur les murailles, et la légion républicaine fut entourée par une multitude d'ennemis illusoires. Un chaos inouï s'abattit sur les défenseurs, alors que les soldats de la République se trouvaient débordés par des adversaires qui n'étaient que des mirages.

    Chaque coup porté par les soldats républicains passait à travers les illusions, heurtant les murs de pierre mais pas les ennemis qui les entouraient. La confusion et la panique gagnaient les rangs républicains alors qu'ils étaient attaqués de toutes parts par des ennemis invisibles et insaisissables.

    Les cris de désespoir résonnaient sur les remparts alors que la Reine de Coeur déchaînait sa fureur sur la cité, promettant un châtiment impitoyable à ceux qui avaient osé lui causer du tort.

    Athénaïs et Ruby analysèrent attentivement les mouvements de la Cavalière, cherchant une ouverture dans sa défense implacable. Alors que les lames et les lances s'abattent sans relâche sur leur adversaire, Athénaïs réalise que seule une attaque précise sur les jointures de l'armure pourrait la mettre en difficulté. Observant attentivement les actions de Ruby, Athénaïs trouve enfin l'opportunité parfaite.

    Profitant d'un bref moment d'inattention de la Cavalière, la Noirvitrail déclenche son attaque. Elle roule habilement vers l'avant et plante sa lance sous l'aisselle de son adversaire, visant un point faible dans sa cotte de mailles. Canalisant son pouvoir de télékinésie dans la lance, elle s'octroie une force surhumaine. Avec un sifflement sinistre, la lance traverse finalement la cotte de mailles, arrachant le bras de la Cavalière.

    Malgré la perte de son bras, la Sorcière-Guerrière ne laisse pas transparaître la moindre trace de faiblesse. Au contraire, son rire retentit dans l'air, empreint de détermination et de résolution. Refusant d'admettre la défaite, elle refuse de céder à la douleur ou à la peur. Alors même que la demoiselle bleue se retrouvait si près d'elle, lorsqu'elle planta la lame de sa lance dans sa chair, dans un geste surprenant de résilience, son autre bras encore valide s'étira de manière inquiétante, ses doigts se refermant avec une force redoutable autour du visage d'Athénaïs. La lieutenant républicaine se retrouva prise au piège, impuissante face à la force titanesque de son ennemie.

    Avec une vigueur surhumaine et une rapidité déconcertante, la Cavalière projetta Athénaïs à travers les remparts, la faisant voler à travers les airs jusqu'à ce qu'elle atterrisse violemment près de Leonora. Le choc est brutal, et Athénaïs se retrouve loin des portes de la cité, loin de son objectif de défendre contre les trolls qui menacent l'enceinte de la ville.

    Car contre ces monstres immenses dont une part n'était que de parfaites illusions, que pouvaient quelques simples carreaux d'arbalètes ? Ruby était désormais la seule capable de tenir les Portes avec une réelle efficacité.

    - Tu es une adversaire valeureuse, déclara la Cavalière à une Athénaïs incapable de l'entendre. Nous nous retrouverons.

    Et sans plus de cérémonies, elle quitte la tumulte des remparts, se laissant tomber depuis leurs hauteurs. Elle quitte le champ de bataille, se jurant avec une joie que son bras manquant ne saurait lui arracher que la tête de cette femme ornerait un jour les murs de sa chambre.

    Au même instant où la lieutenante arrachait un bras à la plus dangereuse des Sorcière, Leonara plantait sa lame dans la gorge de la Princesse et le sang s'en échappait à grande giclée. Cependant, la jeune femme compris bien vite que ce sang ne tachait pas. Ce n'était pas la vraie Princesse de Piques. La femme qu'elle avait attaquée n'était qu'une illusion crée par la Reine de Coeur.

    Malgré ses blessures, la présence soudaine de multiples copies de la Princesse de Piques, permit à la Sorcière de se jeter à nouveau dans le combat avec une fureur renouvelée.

    Ce fut à ce moment précis que survint Athénaïs, s'effondra aux côtés de Leonora dans un fracas qui dut surement lui arracher quelques grognements de douleurs.

    La Princesse de Trèfles surgit également des décombres des remparts, apparaissant aux côtés de sa consœur avec une détermination inébranlable. Malgré l'épuisement causé par son trajet à travers les pierres des murailles, elle ne montre aucun signe de faiblesse. Consciente de la menace que représentent leurs adversaires, elle se lance immédiatement dans l'attaque.

    Les deux princesses unissent leurs forces, déclenchant un déferlement de magie élémentaire. Des torrents de glace, des éclairs fulgurants, des secousses telluriques et des vagues dévastatrices d'eau s'abattent sur Leonora et Athénaïs, les submergeant sous un assaut implacable et dévastateur.

    La Princesse de Piques:

    La Princesse de Trèfles:

    Le combat opposant les Princesses aux Soldates débutait.

    Objectifs

    - Résister à l'assaut. [EN COURS –  AUCUN AVANTAGE]
    - Empêcher les Ogres et les Trolls de s'approcher de la porte. [ECHEC]
    - Empêcher les Ogres et les Trolls de détruire la porte. [EN COURS]
    - Tour avant que les portes ne soient détruites : 1
    - Vaincre la Cavalière.[ACCOMPLI]
    - Vaincre la Princesse de Piques. [EN COURS]Statut-Quo.
    - Vaincre la Princesse de Trèfles. [EN COURS]Statut-Quo.

    Adversaires

    - Anadéïa, la Reine de Coeur
    - La Princesse de Piques
    - La Princesse de Trèfles
    - Labienus, le Traitre

    Actions contre les joueurs

    - Athénaïs, tu es blessée. Les armes qui t'entouraient n'ont pas put suivre ton vol planée.

    Aigle Présidentiel
    Azura – Dorilys – Zelevas – Mortifère - Soren


    Alors que la bataille fait rage, Azura se retrouve seule face au loup-garou, ses crocs acérés menaçant de la déchiqueter. D'un geste rapide et habile, elle crée un bouclier de lumière, une barrière étincelante qui bloque l'attaque féroce de la créature. Cette dernière recule d'un pas devant le rebond de son attaque échouée, laissant ainsi le temps à la Consule qui, profitant de cet instant, Azura concentre son énergie et libère une déferlante de lumière éblouissante, frappant le loup-garou de plein fouet. L'onde de choc repousse violemment la bête, lui infligeant des dégâts considérables.

    Lorsque la clarté se dissipe, le Loup-Garou se retrouve à genou, quelques mètres plus loin d'Azura.

    Dans un bruit atroce de chair pourrie, des lambeaux de peaux glissent de son corps, alors que sa forme lupine disparait. Bientôt, une femme se dévoile au regard de la Consule. Une femme que la lumina ne connait que trop bien, puisqu'elle n' est nulle autre que sa prédecesseure : Phtonia Até, l'ex-Consule de la République.

    - Rends moi mon poste ! Hurle cette dernière dans un accès de rage et de folie.

    Elle se jette à nouveau vers Azura, griffes en avant, avec la frénésie d'une bête, ses yeux s'illuminant d'une malingre lueur alors qu'elle tente de pétrifier la seule vraie Consule. Il lui suffirait d'une seule goutte de sang pour lui permettre de terrasser Azura.

    Phtonia – La Tour:

    Pendant ce temps, Dorilys décide d'essayer de prendre le contrôle mental de Limos. Malheureusement, ses efforts échouent lorsque sa cible apprend la mort de sa sœur, renforçant sa détermination et sa résistance mentale. Sans se décourager, la Mécène invoque des piques de sable du sol, les projetant violemment vers ses ennemis. Les pointes acérées tournoient dans les airs, menaçant de transpercer quiconque se trouve sur leur chemin.

    Au même instant, Soren, imprégné de la puissance de la Potion de Surpuissance, se prépare à lancer une attaque dévastatrice. Il concentre son pouvoir, visant principalement Limos, l'adversaire principal, tout en envoyant une partie de cette énergie vers le Fou. Le dragons lumineux illumine la pièce, réduisant en cendres tout sur son passage et infligeant des dégâts colossaux à ses cibles.

    Les attaques atteignent leur paroxysme lorsque les pouvoirs de Lumière, d'Ombres et de Sable se fusionnent dans un tourbillon chaotique. La pièce est secouée par un tumulte de forces élémentaires, plongeant la Reine de Piques et le Fou dans un univers de tourmente et de douleur. Un grondement assourdissant résonne à travers le bâtiment tandis que les deux sorcières sont prises pour cible par cet assaut magique dévastateur.

    Lorsque la tempête magique finit par s'apaiser et que la poussière retombe lentement, Limos git à terre, vaincue par la puissance combinée des trois magies. Cependant, la Reine de Piques se relève avec une fureur indomptable, ses blessures se refermant tandis que des larmes noires coulent de ses yeux. Chaque goutte de ses larmes toxiques semble corrosive, faisant fondre la matière autour d'elle.

    Dans un accès de rage semblable à celui de sa sœur, la Reine de Coeur, Limos tremble de fureur à l'idée de la mort d'Akhos. Son esprit est rempli d'une détermination impitoyable : la République doit payer pour ce qu'elle a fait.

    La Fou surgit des décombres, son front ensanglanté marqué par une profonde balafre, mais elle semble totalement indifférente à son état physique. Les morceaux de bois volent dans toutes les directions alors qu'elle se fraie un chemin à travers les débris pour rejoindre la Reine, une colère bouillonnante éclatant dans ses yeux.

    Elle avance vers la Reine avec une démarche déterminée, ses gestes brusques et erratiques trahissant l'intensité de ses émotions. Les éclats de sa voix résonnent dans la pièce, porteurs d'une rage froide et implacable.

    - Mais putain, de putain, de putain, de putain, de fait chier ! Y'EN A MARRE ! Hurla t-elle au point de s'en frapper le crâne.

    Cette mission ne lui plaisait plus du tout et elle comme la Reine étaient déterminés à en finir. De toute façon, ce n'était plus comme si elles avaient réellement besoin de gagner plus de temps ...

    Ainsi, face aux deux Sorcières s'opposèrent les trois politiciens.

    Koraki, Soren et Dorilys se dressent fermement et fièrement face à l'Assemblée, faisant face à la Reine et à la Fou, prêts à poursuivre le combat.

    Cependant, au moment même où ils s'apprêtent à affronter leurs ennemis, la Vice-Présidente ressent la présence menaçante de l'Ombre. Une présence qu'elle rencontré qu'une seule fois, mais qui fut suffisante pour le reste de sa vie. Un frisson glacial parcourt son échine, et la peur s'insinue insidieusement dans son esprit pour la première fois de son existence.

    Ses instincts crient de fuir, de s'éloigner de cette menace, mais le lien profond qui l'unit à Azura la retient. Malgré la terreur qui la tenaille, Koraki serre les poings, serrant les dents pour contenir sa peur grandissante. Elle sait qu'elle ne peut pas abandonner ses compagnons, qu'elle doit les aider à affronter cette menace, aussi redoutable soit-elle.

    Et tout cela à cause de son putain de pacte ! Faut-il être conne pour faire affaire dans pareilles circonstances ...

    Avec une détermination forcée, Koraki se tourne vers ses camarades, leur faisant part de sa décision.

    - Je dois descendre. Faites de votre mieux pour les vaincre ! Je vais tenter de vous faire gagner un peu de temps.

    Sans attendre de réponse, elle se dérobe habilement et se précipite vers les sous-sols, laissant ses compagnons derrière elle. Alors qu'elle s'éloigne, une étrange agitation semble animer les débris et les objets environnants, comme s'ils étaient animés d'une vie propre. Dans un dernier regard vers ses compagnons, Koraki espère ardemment que son geste leur permettra de trouver une ouverture pour vaincre leurs adversaires.

    Dans un crescendo de puissance et de rage, la Fou et la Reine de Piques unissent leurs forces, fusionnant le feu et l'ombre. Un tourbillon de pouvoir s'élève autour d'elles, obscurcissant la pièce déjà en ruine. Soren et Dorilys se retrouvent confrontés à une tempête de magie dévastatrice, une combinaison destructrice de flammes ardentes et d'ombres ténébreuses qui menace de les engloutir tout entiers. Leur position est précaire, et ils comprennent que cette attaque est d'une intensité sans précédent, bien au-delà de ce qu'ils ont déjà affronté.

    Le sol tremble sous l'impact de cette collision de forces, les murs vacillent et les débris volent en éclats dans toutes les directions.

    Fort heureusement, les petites créatures à la vie factices invoquées par Koraki leur offre un peu temps.

    La Fou – Personnalité Pyromane:

    Limos, la Reine de Piques:

    Dans l'obscurité oppressante des sous-sols, Zelevas et Mortifère avançaient avec précaution, leurs pas résonnant sur le sol de pierre humide. Leurs silhouettes se découpaient faiblement dans les ténèbres, leurs pensées obscurcies par le tourbillon des événements qui venaient de se dérouler. Leur fuite avait été un savant mélange d'intelligence et de chance. S'ils avaient réussi à échapper à la bataille qui faisait rage à la surface, leurs esprits étaient remplis de doutes et d'incertitudes quant à ce qui les attendait dans les profondeurs de la Maison Bleue.

    À mesure qu'ils avançaient, l'atmosphère devenait de plus en plus oppressante. Des murmures sourds semblaient résonner à travers les tunnels étroits, comme émanant des corps des quelques pauvres domestiques qui s'étaient réfugiés dans les dédales souterrains et que Phtonia, dans sa folie lupine, avait exterminée.

    Pourtant, malgré les menaces qui les entouraient, le Sénateur et le Paladium continuaient d'avancer, leur détermination inchangée. Ils savaient que leur destination était proche, que le Bunker de Mirelda était leur seul espoir de salut dans ce monde en proie au chaos.

    Soudain, une dizaine de Cent-Dorés surgirent des couloirs adjacents, les encerclant, lames menaçantes. Semblerait-il que le destin s'acharnait à leur compliquer la tâche. Il ne serait pas aussi aisé de rejoindre ainsi la Présidente.

    - Déclinez vos identités ! Ordonna l'un d'eux d'une voix autoritaire.

    Ils n'eurent même pas le temps de répondre que, déjà, les miliciens Goldheart se jetaient sur eux, vérifiant qu'ils ne portent nulles armes capables de blesser la personne la plus importante de la République.

    Objectifs

    - Protéger Mirelda. [EN COURS]
    - Protéger Koraki. [ACCOMPLI]
    - Temps avant que la Reine de Piques n'empoisonne l'Aile Ouest : 2 tours. [INTERROMPU]
    - Temps avant que la Reine de Piques n'arrive près de Zelevas et Mortifère : 0 tours.
    - Vaincre la Reine de Piques.[EN COURS] – Avantage Dorilys et Soren
    - Vaincre la Fou, personnalité "Pyromane".[EN COURS] – Avantage Dorilys et Soren.
    - Vaincre la Tour.[EN COURS] – Avantage Azura.

    Adversaires

    - Limos, la Reine de Piques.
    - La Fou.
    - Le Loup.

    Actions contre les joueurs

    - Zelevas et Mortifère arrivent vers le bunker de Mirelda.
    - Azura est attaquée par la pétrification de Phtonia.
    - Dorilys et Soren on réussi à blesser la Fou et la Reine. Ils sont aidés par des centaines de petits objets mobiles qui se jettent sur les deux Sorcières.

    Prochaine réso : Dimanche 25 février.


    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 8 98e0

    Pouvoir de la Reine des Catins:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Seraphin du Razkaal
    Seraphin du Razkaal
    Messages : 241
    crédits : 1212

    Info personnage
    Race: Lycanthrope
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Mauvais
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3067-terminee-seraphin-du-razkaal-d-elusiehttps://www.rp-cendres.com/t3164-liens-de-seraphin-d-elusie#27376https://www.rp-cendres.com/t3162-chronologie-du-limier-seraphin-d-elusie#27373
  • Lun 19 Fév - 12:08
    Journal du Limier
    Liberty, égoûts

    Dans les abysses d'un sommeil sans rêves, Seraphin navigue à travers les brumes de son inconscience, là où les souvenirs se mêlent aux ombres d'un passé lointain. Un éclat de lumière perfore l'obscurité, révélant un fragment d'une époque révolue, un moment d'innocence préservée dans le cristal du temps.

    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 8 1708340826-e3453ecf-bae0-4305-8490-2584aa2a3629

    Il est à nouveau cet enfant aux genoux écorchés, courant à travers les champs d'or et de lumière, sous le regard bienveillant d'un soleil éternel. Ses rires cristallins résonnent dans l'air frais, une mélodie pure dans le concert du monde. "Attrape-moi si tu peux !" lance-t-il, insouciant, à l'ombre qui le poursuit, une silhouette amicale qui joue le jeu de la poursuite avec une patience infinie.

    Mais l'ombre grandit, s'assombrit, jusqu'à engloutir la lumière, transformant le jeu en une course contre l'abîme. L'enfant trébuche, tombe, ses mains s'agrippant désespérément à la terre pour échapper à la nuit qui avance. Sa respiration se fait haletante, un murmure de peur dans le silence qui s'étend. "Ne me laissez pas..." supplie-t-il, sa voix un fil fragile tendu vers l'inconnu.

    Un souffle chaud effleure son visage, une présence réconfortante dans l'obscurité.

    "Je suis là, ne crains rien, ጮዐክ የቹፕጎፕ ልክፏቹ."

    Les mots sont une ancre, le tirant doucement vers la surface de sa conscience, vers la réalité d'un combat qui l'attend.


    ***

    Le réveil est un choc, un retour brutal à un présent où la douleur et le courage s'entremêlent. Autour de lui, les échos du combat se poursuivent, une symphonie de destruction où chaque note est un cri, chaque silence, un soupir d'agonie. Seraphin se redresse, porté par une force qui puise dans les profondeurs de son âme, là où l'enfant et le guerrier ne font qu'un.

    Le froid humide des pierres mouillées sous lui se fait écho à la brise chaude et curieusement rassurante qui effleure sa peau, lui apportant un répit dans l'étau de ses souffrances. C'est une sensation étrangère, comme un murmure d'été dans le cœur de l'hiver, une tendresse inattendue au milieu du chaos. Il ouvre les yeux, des lueurs vacillantes de conscience dansant dans son regard, alors qu'autour de lui, la bataille continue de rugir, un ouragan de nature déchaînée. Les soins de sa mentor, Neera, l'enveloppaient d'un alizé chaleureux et réconfortant, un baume sur ses blessures béantes, apportant un réconfort inattendu dans ce décor de désolation. Il pouvait sentir ses plaies se refermer, lentement, mais pas totalement, la magie œuvrant avec une douceur contrastant avec la brutalité de leurs combats.

    Ses camarades, tels des gardiens veillant sur le dernier bastion de leur volonté, s'affairent autour de lui. Ils sont le reflet de la résilience, de la force puisée dans l'union, dans cette fraternité forgée au fer de leurs convictions. "Ne bouge pas, idiot", gronde l'une de ses acolytes, une main ferme sur son épaule, mais le Prévot, avec l'obstination des âmes indomptées, et ce malgré les supplications de ses camarades, vient empoigner l'épée de la Sorcière encore empalé en lui afin de l'arracher de son corps, une décision aussi douloureuse qu'irresponsable, mais il était hors de question pour le Commandant de rester un instant de plus allongé.

    Debout, s'appuyant sur l'arme comme sur un bâton de marche, il développe son ombre qui vient serpentait son propre corps afin de servir d'attèle globalisé sur tout son cuir, stabilisant un peu sa posture, lui permettant d'être un peu mobile et ce, malgré la douleur lancinante et l'état de ses muscles. Alors drapé de ces linceuls ténébreux, il scrutait les alentours, les plantes carnivores déchaînées continuant leur assaut même après la chute de leur maîtresse, son regard parcourant cet horizon caverneux digne des enfers les plus profonds.

    "Neera, vous tous, merci" murmure-t-il, sa voix un fil tissé de gratitude et d'admiration, avant de tourner de nouveau son attention vers le feu de l'action. Son regard, bien que voilé par la douleur, brûle d'une lueur impérieuse. Alors son ordre fuse, clair et sans appel, comme un commandement sculpté dans le marbre de son autorité. "Kieran, Sixte, prenez quelques hommes, rejoignez Xera, ouvrez nous la voie. Nous vous suivrons sous peu."

    Sa pupille se pose alors vers le cadavre d'Akhos, ses pensées un flot tumultueux mêlant réflexions sur la mort et la victoire, sur le fil ténu qui sépare l'existence de l'oubli. "Elle a failli m'emporter dans son abîme", songe-t-il, un frisson d'effroi parcourant son échine tandis que son doigt glisse sur l'épée de la sorcière et le film de sang encore frais qui la colore, la déclarant sienne par un acte de conquête silencieuse.

    Ses instructions pour les survivants sont des mots gravés dans l'éther, des directives pour sauvegarder ce qui peut encore l'être. "Le reste des troupes. Regroupez-vous, soignez les blessures les plus problématiques. Une fois le danger écarté, évacuez les nôtres. Pour ceux qui peuvent encore tenir, on se prépare à rejoindre Xera."

    Dans cet instant suspendu entre deux battements de cœur du monde, le Limier se tient difficilement debout, une figure solitaire au milieu du carnage, un phare pour ceux égarés dans la tempête. Pris d'un élan de curiosité, c'est vers la carcasse de la Sorcière qu'il jetait encore son dévolu, sondant son attirail en salissant ses mains de nouveau de son sang impur... et du sien qui la tachait exagérément. Peut-être dans son bazar se cacherait la réponse à de nombreux maux, un détail, une missive, ou une ressource ? Qu'importe, du moment où ça pourrait offrir un quelconque avantage, ou quelques deniers.

    En parralèle, ses démons, spectateurs de cette résurgence, murmurent avec une insolence teintée d'une étrange forme de respect.

    "Regarde-le, se dressant comme s'il pouvait commander à la mort elle-même de reculer"

    ... s'esclaffe Cabale, tandis que Phantasme, dans un élan presque maternel, susurre :

    "Te penses-tu sage de ne pas concéder le commandement et de ne pas évacuer avec les blessés, enfant des ombres ? Tu as versé assez de ton sang pour aujourd'hui."

    Mais le Possédé, au seuil de cette nuit sans fin, fais tout pour ne pas flancher, désireux d'incarner la promesse d'une aube nouvelle, un souffle de vie persistant dans le désert de la désolation. Avec chaque parole, chaque geste, il entend bien tisser le mythe de sa propre légende, une épopée de douleur, de courage, et d'une volonté inébranlable de persévérer contre toute attente.

    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 8 Signas

    Résumé :
    - Grâce aux soins de Neera, et aux premiers secours de ses Limiers, Seraphin reprend connaissance
    - Il retire l'épée d'Akhos, s'en sert de béquille, et étire ses ombres sur son corps qui lui servent d'attèles afin de pouvoir se mouvoir, difficilement
    - Il ordonne à Kieran et Sixte de partir rejoindre Xera en ouvrant la voie
    - Il ordonne à une partie de ses troupes d'évacuer les blessés, dès que possible
    - Il ordonne au reste des troupes de se regrouper, et de se préparer, eux aussi, à rejoindre Xera
    - En attendant, il fouille le cadavre d'Akhos, désireux de voir si son attirail cache une ressource ou un document utile

    Santé physique  - ▰▰▰▰▰▰ - Stabilisé, avec plusieurs meurtrissures conséquentes mais pansés.

    Santé mentale   - ▰▰▰▰▰▰ - Stabilisé.

    Pouvoirs :
    - Magie des Ombres (Palier 1), sous la forme de liens d'ombres qui l'enlacent afin de lui servir d'attèles sur tout le corps
    - P1  * 12 / ∞
    - P2 * 6 / 10


    Disclaimer : Ouvert à tout dans mes RPs :
    torture, blessure, infirmité, supplice psychologique, mort etc...

    Liens :
    Troupes - Démons - Présentation de base
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 146
    crédits : 2490

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Lun 19 Fév - 16:53
    J'ai encore l'impression que mon épée vibre aux cordes vocales de la bestiole, qui agonise lentement après mon ultime assaut. Le souffle haletant, des acouphènes bourdonnent dans mes oreilles face au feulement éraillé du Lanconda qui gît au sol comme un sac à main grandeur nature.

    Mais, c'est fini.

    Enfin, pour cette bestiole, et enfin, pour sa propriétaire. Sauf pour ce hurlement déchaîné qui nous rappelle que Xera est seule, et ces plantes horribles qui se déversent comme une catastrophe sur une cible que je ne peux pas protéger faute d'avoir des pouvoirs plus puissants.

    Encore avec du gravier dans les jonctions de mon armure déformée par le lourd et puissant matraquage de ce reptile, entièrement maculée de sang, j'ai l'air d'une statue entièrement repeinte en rouge. Retirant mon casque, un odieux masque ensanglanté laisse voir les zones qui n'ont pas été touchées, donnant un aspect de peinture de guerre non voulu. Moi qui n'avais pas la gueule de l'emploi, je ne vais pas attirer du beau monde aujourd'hui. Mes muscles sont engourdis, mon corps malmené, ecchymosé, truffé d'hématomes, comme si on venait de me passer au rouleau compresseur. Puisant dans le peu de pouvoir qui me reste, j'active ma régénération pour m'occuper au moins des blessures superficielles.

    Doucement mais sûrement, je me rapproche du reste du groupe. Neera apporte des soins magiques au Prévot du Razkaal. Du côté de Sixte, qui s'est occupé d'Akhos avec le Limier, je n'ai pas l'impression de la voir plus blessée que ça, et ça me rassure également. Xera est absente, et il faut la rejoindre au plus vite. Le casque sous le bras, ma main va finir sur l'épaule de Tornade.

    « Merci. S'il n'y avait pas eu ce museau bien fermé par vos soins, on parlerait de moi au passé. Vous faites honneur à votre légende. »

    Et ma gratitude ira plus loin lorsque les plaies du loup se referment progressivement sous son pouvoir demi-titanesque. Alors, voilà Neera Storm. Je pourrais au moins me dire que j'étais aux côtés d'une personnalité de cette envergure malgré ma petitesse et ma carrière de Limier. Un regard vers mon ami, mais aussi la mercenaire qui est mon partenaire, mais pas mon ami, mais pas mon ennemi, mais qui est là pour mon pognon.

    « Beau travail. » Que je félicite, en redressant la tôle de mon bouclier dans un grincement inquiétant.

    Si elle m'insulte, c'est qu'elle va bien, et c'est le plus important. Le Lycan argenté se redresse avec tout le courage et la force qui l'habitent, répondant à son remerciement d'un signe de tête, puis d'un deuxième sur ses nouvelles ordres. Le boulot n'est pas terminé, et il y a encore des efforts à mobiliser, à arracher sur chaque fibre de mes muscles. Pas bien différent des précédentes batailles que j'ai pu faire au Reike. J'avise Sixte une dernière fois, pose mon casque de nouveau sur ma tête et laisse encore chuinter Portecendres, pour chercher quelques hommes avant de partir en direction de Xera. Slalomant entre les débris, quelque chose me dit que ce qui nous attend paraît bien plus gros que ce qu'on a pu voir jusqu'à présent.

    Je me repasse encore ce cri monstrueux en tête, j'espère que l'herboriste n'a pas disparu sous ses crocs. Bouclier en avant, Sixte à l'arrière, je m'attends à tout et à rien.

    Peut-être que je devrais m'attendre au pire.
    Résumé:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Xera
    Xera
    Messages : 147
    crédits : 632

    Info personnage
    Race: Fae (Mi-humaine)
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t561-xera-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1040-fiche-de-liens-xera
  • Lun 19 Fév - 21:09
    La rousse demi-fae du village de Nareim, connu pour abriter une communauté fidèle à la croyance en l’existence d’un esprit sylvestre au cœur de leur grande forêt, retient son souffle dans l’attente d’une réponse hypothétique de la créature. En son for intérieur, elle espère une réponse, une chance, une porte entrouverte à une solution sans violence. Le temps s’étire lentement, trop lentement, elle finit par reprendre son souffle en inhalant une bouffée d’air humide et malodorante, tout en commençant presque à regret à concentrer sa mana pour lancer sa contre-attaque. C’est alors qu’une réponse survient, sous la forme d’un cri sonore et psychique qui lui vrille littéralement l’esprit. Sous le choc, elle tombe sur ses genoux en se plaquant les mains sur les tempes dans un geste vain pour tenter de soulager la douleur.

    Elle n’avait jamais connu une telle expérience, c’était un peu comme si on lui hurlait mentalement directement dans son esprit, dans ce brouhaha télépathique assourdissant, elle perçoit quelques bribes de pensée plus ou moins cohérente, dans cette tempête qui résonne dans son crâne, Xera finit par isoler 3 pensées, 3 “mots” distincts, ainsi que des émotions. “Maison”, “Liberté”, “Famille”...

    Xera est touché par la détresse de cet être vivant qui a été arraché à son habitat, à sa liberté et à sa famille. Elle veut la soulager de ses fardeaux, de ses blessures émotionnelles et psychologiques. Mais avant d’étendre sa sensibilité émotionnelle vers elle pour atténuer toutes ses émotions négatives, la rousse contacte télépathiquement ses compagnons d’armes.

    - Je suis entré en contact avec la créature responsable des tremblements, par l’esprit sylvestre ne l’attaquez pas, je vais tenter de la calmer, j’ai besoin d’un peu de temps.

    Une fois son message passé, elle consacre toute son attention et sa concentration sur son contrôle des émotions. Quand elle pense avoir réussi à calmer l’animal, L’herboriste étend son lien avec la magie de la terre vers le passage créé par l’appendice de la créature et l'élargit en manipulant la structure du sol. Cela allait lui prendre du temps, ne maîtrisant cette magie élémentaire qu’au niveau intermédiaire, mais elle était bien décidée à la libérer, à la délivrer, il fallait bien cela pour espérer établir un lien et facilité ainsi la communication avec elle. La demi-fae était intriguée, c'était la première fois, qu'elle croisait un animal avec de telles capacités psychiques, était ce normal pour son espèce, ou bien avait elle affaire à un phénomène de béhémotisation ou bien encore à une expérimentation magique ?

    Spoiler:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Sixte V. Amala
    Sixte V. Amala
    Messages : 119
    crédits : 1148

    Info personnage
    Race: Elfe (mi-ange)
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2672-sixte-v-amala-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2705-liens-sixte-v-amalahttps://www.rp-cendres.com/t2714-passe-et-present-sixte-v-amala
  • Lun 19 Fév - 23:36
    “Plus fort, plus fort putain ! Aller !” Les mâchoires si contractées qu’elle était incapable de parler, Sixte continuait ses efforts sans ménagement. Chacun de ses mouvements étaient emprunt de la méticulosité propre à son regard acéré et sa force était celle d’une rage de vivre ; Akhos devait mourir. Ses yeux agrandis par la peur d'échouer et la détermination, donnaient à son visage éclaboussé de sang une lueur singulière de folie sur le point de prendre feu. Elle aurait pu, après toutes ces années, toutes ces horreurs et toutes ces épreuves. C’était pour cela qu’elle enviait les races éphémères, ils n’avaient pas le malheur de découvrir toutes les répugnances de ce monde, ni de devoir combattre l’aliénation de leur propre esprit. Sixte se demandait parfois si, lorsque les titans les avaient créés, ils leur avaient offert -aux elfes et autres autres espèces à la longévité presque infinie-, une puissance mentale au-delà des autres. Car il aurait fallu au moins cela pour affronter ce monde durant un millénaire.

    Une dernière gerbe de sang épais et chaud éclaboussa son visage avant que la reine de daigne enfin tomber à genoux. Mais là encore, l’elfe ne relâcha pas ses efforts. Elle aurait voulu voir la tête de son adversaire rouler sur le sol, elle aurait voulu l’arracher elle-même de son tronc pour la lancer dans l’eau croupis. Exactement à l’endroit où elle devait reposer. Quand elle retira ses dagues aux chairs ce fut dans une exclamation vainqueur et seul le corps de Séraphin, lui aussi à ses pieds, la retint d’envoyer valdinguer le crâne d’Akhos d’un coup de pied.

    Le calme était attendu, mais ne vint jamais. Au contraire, le monde sembla s’effondrer en même temps que la reine. Les plantes devinrent folles faisant une fois de plus de la professeure leur cible privilégiée, les égouts vibrèrent sous la présence d’une intruse et les cris alentours, ceux de leurs alliés, étaient un bon indice sur la situation au-delà de leur position. Et comme seule une mage de talent sait le faire, Neera brilla une fois de plus par son efficacité terrifiante. Le déluge de flamme laissa place à celui de cendre avant même que la sang-mêlée n’ait eu le temps de réaliser ce qui était en train de se passer. Elle n’allait pas s’en plaindre cependant, de plus il y avait plus important à traiter comme cet imbécile de Limier qui, déjà, semblait vouloir ajouter une plaie béante à son panel déjà conséquent et cela malgré les soins de leur compagne.

    - Ne bouge pas, idiot. La main ancrée sur son épaule pour le maintenir, elle n’eut d’autre effet que de lui faire arracher l’épée de son corps, déversant une mare sanguinolente sur le sol. - Je comprends mieux pourquoi l'espérance de vie des limiers est basse. Lança Sixte dans un sourire sardonique avant de prendre ses distances. - Très bien, consenti-t-elle cependant lorsque l’ordre lui fut donné.

    Sans demander son reste, Sixte tourna les talons et fila dans le sillage du gigantesque drakyn qui, somme toute, semblait plutôt ronchon. D’une certaine façon, elle le comprenait. Elle non plus n’était pas de sa meilleure humeur et pourtant, elle était dans un meilleur état que le sien.

    - Faut croire que tes dieux ont été indulgents. Lâcha-t-elle simplement, faisant allusion à la mort à laquelle il venait de réchapper.

    Ce fut finalement dans le silence qu’ils rejoignirent Xéra et Sixte dû lutter contre tous ses instincts pour ne pas étriper la fae séance tenante. Mais déjà le sol sous leurs pieds s’était mit à vibrer de magie.

    - Elle va tous nous tuer. Murmura l’elfe à son camarade tout en lui saisissant le poignet pour l’inviter à reculer d’un pas avec elle.

    Résumé:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Neera Storm
    Neera Storm
    Messages : 520
    crédits : 1323

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique bon
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t832-neera-storm-termineehttps://www.rp-cendres.com/t837-neera-liens#5839https://www.rp-cendres.com/t836-neera-storm-chronologie#5836
  • Mar 20 Fév - 22:24
    Le cri de Pitié est déchirant, mais il n’attire aucune pitié dans le cœur de la Tornade. Peut-être parce qu’elle est trop occupée avec les soins de Séraphin et encore plus par les fleurs qui leur tombe dessus. Mais vient enfin la victoire. Akhos meurt. La Reine de Trèfle n’est plus. Et son lanconda, trop amoché par les attaques de Kieran et de Sixte ne tarde pas à rendre l’âme non plus. C’est une victoire, oui.
    … Alors pourquoi ces maudites fleurs ne veulent pas mourir ?

    Agacée, grapillant tant bien que mal des informations face à la horde végétale qui l’entoure, Neera aimerait connaître l’état de ses compagnons, et surtout s’assurer qu’elle a bien compris leur situation. Leur ennemie a été si résistante qu’elle ne veut pas se faire se faire de faux espoirs. Pourtant, la désorientation des créatures florales est déjà un indice de taille, et c’est peut-être parce qu’elles ne sont plus orientées par une force supérieure que la belle sait facilement contrattaquer. Ayant quand même affaire à une invocation complexe, l’enseignante décide de ne pas lésiner sur ses moyens, et elle envoie donc une gerbe de flammes assez impressionnantes consumer tout ce qui l’entoure. C’est littéralement un petit tourbillon de feu qui entoure la Républicaine, et ce jusqu’à qu’elle ne ressente plus aucune attaque hostile. Alors enfin, le calme revient dans les égouts. Le calme ? Pas tout à fait. Du côté où est parti Xera, il y a de nouveau un cri dissonant… Et la diviniste n’aime pas savoir la guérisseuse seule. Pour autant, la jeune femme prend sur elle pour ne pas se précipiter. Kieran est en vie, les Divins soient loués ; Sixte aussi, et Séraphin… Séraphin a bien besoin d’une seconde séance de soins. Repoussant sa fatigue légitime, Neera s’approche du Limier et de ses deux autres compagnons.

    - Vous avez tous fait un travail formidable. Félicitations pour ce travail d’équipe, affirme-t-elle. Un travail d’équipe qui n’était pas simple de prime abord puisqu’il y a quelques heures à peine, rien ne les disposait à collaborer ensemble. Je ne pourrai pas soigner tout le monde, mais Séraphin, je ne peux te laisser dans cet état. Laisse-moi faire, indique-t-elle alors que ses yeux s’illuminent encore d’une lueur surnaturelle. Elle accueille bien sûr ses remerciements d’un hochement de tête assez sobre, et bientôt ses yeux se posent sur Akhos. [color=#5DADE2Il faudrait la fouiller,[/color] murmure-t-elle. On ne sait jamais qu’elle possède des indications sur leur plan ou bien quelques objets utiles qui pourraient intéresser le gouvernement. Voire même des indications sur l’emplacement de la Dame et ce qu’ils ont voulu faire d’elle. En toute honnêteté, la sang-mêlée n’espère pas grand-chose de cette fouille, mais mieux vaut être méticuleux et ne rien laisser au hasard. Aussi, elle se tourne vers son ancien élève et lui demande : Tu peux t’en occuper ?

    Lui saura comment s’y prendre. D’ailleurs, il donne déjà ses ordres au reste du groupe, et quand le Limier mentionne Xera, Neera approuve naturellement l’idée d’aller la rejoindre. Cependant, un détail n’a pas échappé à son esprit et elle plonge son regard dans celui de leur chef de groupe.

    - Séraphin, il faut aller aux remparts rapidement. Il y a du grabuge là-bas, et la Reine de Cœur s’y trouve. On doit l’affronter. Apprendre même aux soldats qu’une reine est tombée dynamisera les troupes et si elle est là-bas, sa présence ne promet rien de bon.

    Désormais, le groupe a bougé, et cette fois, la belle canalise sa magie uniquement pour elle-même. Peut-être n’en aura-t-elle plus l’occasion après ceci, alors il lui faut saisir toutes les occasions pour refaire ses réserves. D’une main, elle caresse sa potion de mana, mais elle ne l’utilise pas encore. Après tout, peut-être que ses compagnons en auront davantage besoin. En tous les cas, une chose est sûre : désormais, elle a hâte de remonter à la surface. D’ailleurs, elle précise quelques éléments au guerrier qui est à ses côtés.

    - Anadeïa m’a contactée et provoquée durant l’affrontement. Je ne dis pas que ce sera facile après avoir déjà mis à terre Akhos. Mais rester en retrait n’est pas une option.

    Du moins, de son point de vue. Elle pourrait comprendre que le Limier pense autrement et respectera d’ailleurs ses décisions.

    En tous les cas, les voilà non loin de Xera et Neera ne peut s’empêcher d’hausser un sourcil. Elle est… dubitative sur la méthode employée par la Fae, mais cela a intérêt à être efficace.

    Après tout, une réussite leur permettrait d’aller soutenir les forces républicaines, de retrouver Athénaïs, Ruby et Léonora, même s’ils ignorent que les trois femmes se trouvent là.

    Et enfin, cela lui permettrait d’affronter Anadeïa.

    Spoiler:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Azura Aiwenor
    Azura Aiwenor
    Messages : 153
    crédits : 2189

    Info personnage
    Race: Lumina
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal-Bon
    Rang:
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1881-azura-vir-gaia-braelohn-jidmasdottir-aiwenor-termine
  • Mar 20 Fév - 22:28
    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 8 23cc7410




    « On pourrait croire que la République est éternelle.
    Et pourtant, jusqu'au jour où la tempête le fend en deux, un tronc d'arbre pourri de l'intérieur vous semblera plus solide que jamais. »


    - Azura vir Gaïa Braelohn-Jidmasdottir Aiwenor.



    Dans son champ de vision chargé de multiples éléments en tout genre, dont des sorts destructeurs, des débris, des flammes dévorant les lieux, ses amis, ses ennemis, Azura perçu le sort dévastateur de Soren qui surprit même la Lumina. Elle n'eut cependant pas le temps de trop voir comment il s'y était pris ni même quel effet son action avait eue. Et pour cause, si elle était parvenue à vaincre le lycanthrope, après tout cette race était particulièrement sensible à son élément (lui ayant facilité la tâche), le visage qui se révéla à elle la consterna aussitôt. S'il y avait bien une personne qu'elle n'avait pas pensé revoir un jour, qui plus est dans une telle situation, c'était bien sa prédécesseur, Phtonia Até.

    Pourquoi s'en prenait-elle à elle ? Comment était-elle arrivée là ? Que lui était-il arrivé ? Tant de questions qui se bousculèrent dans l'esprit perturbé de la lumina. Aussitôt, elle fit un pas en arrière, se rendant compte avec horreur que l'ex-consule ne voulait que sa mort. Pourquoi avait-elle acceptée ce poste ? Pourquoi seulement s'était-elle présentée ? Elle ne le voulait même pas à la base, et le carcan dans lequel cela l'avait enfermé, avec toute cette sécurité et ces cérémonies afférentes à la fonction, tout cela, elle voulait bien le redonner à Phtonia Até. Si elle voulait tant le poste, qu'elle le garde ! Azura le lui aurait bien redonné si elle n'avait pas été intimement convaincu, au vu de la situation, que sa prédécesseur n'était plus à même d'occuper une telle position.

    Alors que la folle se jetait dans sa direction, Azura sentit avec horreur ses membres se raidir, entravant ses mouvements comme s'ils étaient immobilisé telle la roche. Se rendant compte avec effroi que c'était bel et bien ce qui était en train de lui arriver, elle réagit du mieux qu'elle put pour couper le contact visuel avec la Tour. Usant de sa télékinésie, elle arracha au sol d'imposants morceaux de marbre ainsi que des débris environnant. Elle dressa alors un mur de gravas entre elle et l'ex-consule. La lumina, soulagée, sentit alors ses terminaisons nerveuses se renforcer aussitôt, elle leva alors les bras pour renforcer son sort.

    Ses traits se durcirent soudainement, se convaincant que Phtonia Até avait fait son temps, son règne était révolu, elle avait faillit, il était temps pour elle de laisser sa place. Azura se devait de mettre fin à sa folie, de l'aider à oublier cette faim dévorante pour le pouvoir. Dans un ultime geste, elle projeta son bouclier hétérogène vers son adversaire, dissipant sa barrière en envoyant violemment les débris tranchants vers elle.

    Parallèlement, ce fut que maintenant qu'elle se rendit compte avec consternation que Zelevas et son gardien avaient disparus, s'étant manifestement éclipsé dans les souterrains menant à la zone de sécurité. Ils allaient tomber sur bien pire en bas, il ne faisait aucun doute que la Maison Bleue était tombée, incluant ses caves, tout n'était plus que chaos à tous les niveaux. Mais pour l'heure, elle ne pouvait leur venir en aide. Percevant dans son champ de vision leurs adversaires, la Consule compris qu'elle devait accroitre un peu plus la pression sur eux.

    Azura se concentra alors, et aussitôt, une compagnie entière de cent dorés déferla des escaliers d'où Dorylis, Koraki, Soren et elle étaient arrivés, et si ce n'était qu'une illusion, les magiciennes pourraient bien y voir des renforts considérables volant au secours des politiciens, ce qui les ferait a minima gaspiller leurs sorts sur des soldats factices, et a maxima les ferait se replier.

    Résumé :

    Pouvoirs utilisés :



    Les inspirations d'Azura
    • Giselle (Enchanted)
    • Amelie Poulain (Le Fabuleux Destin)
    • Margaery Tyrell (Game of Thrones)
    • Mantis (Guardians of the Galaxy)
    • Sam Gamgee (Lord of the Rings)
    • Jaskier (The Witcher)
    Noble de La République
    Noble de La République
    Zelevas E. Fraternitas
    Zelevas E. Fraternitas
    Messages : 243
    crédits : 8089

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Directeur de la Comptabilité
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1873-zelevas-d-elusie-fraternitas-la-poigne-de-mithril-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3139-liens-de-zelevas-e-fraternitas#27228
  • Mer 21 Fév - 14:00


    Épée en main, la pointe guidant son avancée dans les tréfonds obscures, les pas joints de Zelevas et de Mortifère se font doucement entendre, les sous-sols de la Maison Bleue n’ont paradoxalement rien de rassurant alors qu’ils devraient au contraire compter parmis les endroits les plus sécurisés de toute la République. Ça n’a pas empêché la Maison Bleue de tomber dès les premières secondes de l’assaut, pensa quand-même le vieil homme. La sécurité n’était plus devenue qu’une notion relative alors même que la Nation des Lois se targuait d’un certain avantage défensif, il allait peut-être falloir revoir cette évaluation qui ne s’avérait pas si exacte que ça. Navré d’avoir dû délaisser de la sorte le Sénateur, la Consule et la Mécène qui venaient tout juste d’arriver tantôt pour les extirper de cette situation épineuse, le vieux d’Élusie avait intimé à Mortifère de fuir tant pour protéger sa propre vie que pour poursuivre son objectif important: retrouver Mirelda et lever le voile sur quelques points. Désormais ils avancent donc à tâton dans les souterrains, inquiets de l’absence d’éclairage magique pour illuminer leur progression hésitante.

    Une silhouette allongée au sol se découpa des ténèbres environnants, et les deux républicains s’immobilisèrent instinctivement. Le Cerbère de la République s’avance de quelques pas, garantissant la sécurité de son protégé, et ils inspectèrent avec anxiété ce qui se révéla être le cadavre d’un servant de la Maison-Bleue. En inspectant le corps rapidement, aucun signe de lividité ne pouvait être discerné sur la peau, avec l’écoulement de sang sur la blessure, Zelevas en déduisit que la mort remontait à environ trente à cent-vingt minutes. Il ne tarda pas à apercevoir un autre corps allongé non loin, la présence de ces cadavres soulevait encore une fois bien plus de question sur l’intégrité de la Présidente et de sa garde privée et le Sénateur jetta un coup d’oeil à la lentille magique de Mortifère tandis qu’il réfléchissait et que les pièces du puzzle s’assemblaient dans sa tête.

    Ils reprirent leur avancée dans l’obscurité palpable, et après n’avoir fait que quelques mètres de plus seulement, des portes sur les côtés et dans les couloirs adjacents jaillirent immédiatement une demi-douzaine de mercenaires armés, en position de combat. d’Élusie et le Premier Né s’arrêtèrent net et alors que Zelevas se tint prostré derrière son gardien, il fut décontenancé de constater que le même nombre de Cent Dorés se tenaient aussi derrière eux. Le Sénateur brandit son épée dans leur direction, les menaçant implicitement de ne pas avancer tandis que le Cerbère maintenant dans son dos adopte aussi une posture défensive. Dans la pénombre, difficile de distinguer quoi que ce soit d’autre que des formes, seul la faible lumière bleutée de l’équipement techno-magique de Mortifère apportait une lueur chancelante, mais cette même lueur aurait normalement dû être suffisante pour y reconnaître le fleuron d’innovation de la République. Des comme lui, on n’en croise pas à tout les coins  de rue, alors quand les soi-disant miliciens privés de la Présidente intiment à l’un des Sénateur les plus connus du pays dont la silhouette toujours ornée du même lourd manteau est iconique entre mille, et au Premier Né du Projet Palladium dont la forme unique ne laisse nul place au doute, de décliner leurs identité, Zelevas sait que quelque chose cloche. Peut-être sont-ils au courant de l’intrusion du Fou métamorphe dans leurs rangs, mais dans ce cas… Pourquoi ne l’ont-ils pas éliminé plus tôt? Pourquoi l’ont-ils laissé libérer la Tour? Ne l’auraient-ils pas forcément croisée en descendant ici tantôt? S’ils les suspectent d’être le Fou, ne se rendent-ils pas compte qu’il aurait été impossible pour elle d’usurper l’identité de seulement un d’entre nous? Alors que visiblement les miliciens tentent de s’approcher d’eux, Zelevas se plaque un peu plus contre Mortifère et balaye les airs devant lui de sa lame d’un mouvement aussi vif que son corps le lui permette, faisant siffler la lame dans le vide, avant de continuer de la braquer vers les mercenaires.

    ”Zelevas d’Élusie Fraternitas né Zelevas d’Élusie, ancien Limier, Haut-Juge de Justice et Garde des Sceaux de la République. Directeur de la Societas Septum Gardianorum, Sénateur de la République, Champion des Réformateurs aux élections Présidentielles et membre du Bureau Spécial des Effraies d’Acier. J’ai avec moi les accréditations d’accompagnement pour mon garde du corps Abraham de Sforza.”

    Usant de sa main libre, sans quitter les ténèbres dansants des yeux, Zelevas vient glisser ses doigts dans la poche intérieur de sa veste, il tâtonne pour retrouver le papier de l’autorisation, et le brandit enfin devant les miliciens qui ne pourront certainement pas le voir.

    ”Je vous retourne l’injonction, lequel d’entre vous est l’officier en charge de votre détachement? Et qu’avez-vous fait de la Présidente?”

    Deux lances braquées sur Zelevas s’avancent un peu plus, et très lentement, sans escalader plus loin la tension insoutenable de la situation, le Sénateur pose doucement sa propre lame contre les fers pour les dévier, mais les soldats continuent de les braquer. Zelevas sait que Mortifère ne tardera pas bien longtemps avant de prendre l’initiative, et le temps joue en leur défaveur, il ne veut pas être pessimiste surtout quand la santé d’Azura est en jeu, mais si les autres politiciens ne parviennent pas à endiguer la progression de la Reine de Pique, ils ne seront pas en sécurité tant qu’ils n’auront pas gagné la chambre forte de Mirelda.

    ”Doucement Mortifère, attends…”

    Les armes sont toujours tendues, les respiration se font entendre tant le silence est intenable, seul le crépitement électrique occasionnel et le son des rouages des prothèse perturbe le mutisme ambiant. Allaient-ils vraiment s’entre-déchirer ici après avoir survécu aux assauts répétés de l’Assemblée? Ce serait une fin bien cruelle pour les perdants de cette escarmouche. Zelevas juge que dans un couloir aussi étriqué l’avantage numérique des Cents est fortement diminué contre la foudre du Premier Né, l’espace manque pour esquiver et il peut lui-même se plaquer au sol pour laisser le champs libre. Ça ne va pas jusqu’à leur donner l’avantage, mais l’issue d’un combat potentiel est plus qu’incertaine.

    Enfin, un des soldats s’avance d’un pas, en baissant précautionneusement son arme. Il bouge avec une lenteur effarante, sans faire de mouvements brusques, et il tend une main en direction de Zelevas, faisant signe que le vieil homme lui donne les papiers en question. Derrière eux, une torche s’allume comme par magie et apporte enfin un peu de lumière à la scène, révélant les visages à la mine endurcie des mercenaires ainsi que celui plus fermé encore du Sénateur. Délicatement, ce dernier incline les papiers de l’accréditation et accompagne son geste en plaçant sa lame contre le poignet de l’officier, s’il tente quoi que ce soit, ça lui coûtera au moins une entaille à l’avant-bras. Dans le dos de Zelevas Mortifère continue de tenir en joue les autres soldats, faisant claquer les griffes de la seule main qui lui reste désormais.

    ”Capitaine Elibéd Sorg, cinquième Escouade de la Centurie. La Présidente est en lieu sûr Sénateur, mais nous ne pouvons pas vous emmener la rejoindre à moins que vous ne nous laissiez vous fouiller… et vous désarmer.”

    ”C’est une mauvaise blague j’espère?” Les pointes des fers de lance et celle de l’épée de Zelevas sont toujours en suspens dans les airs, le Sénateur affiche un air on ne peut plus sérieux. ”Dans ce contexte? Je devrai accepter de me promener sans plus de défense et de faire désarmer mon garde du corps? En qualité de membre du Bureau Spécial je vous ordonne de nous mener à la Présidente sans plus de-”

    ”Les Cents ne répondent qu’à leur employeur Monsieur le Sénateur, je suis navré, mais vous n’avez pas l’autorité pour-”

    ”Vous êtes de nationalité républicaine non?” Les deux hommes se coupent la parole et parlent l’un au dessus de l’autre, la tension se renforce encore un peu plus tandis que ceux sous les ordres d’Elibéd s’échangent des regards de concertation et que Mortifère rappelle sa propre dangerosité d’un faible crépitement statique. ”Les ordres de la Présidente sont absolus et ne peuvent être supplantés, même par le Bureau!” ”La Constitution des Effraies stipule que la Présidente n’a pas juste le droit mais le devoir de collaborer avec-” ”Cette charte ne concerne que les institutions étatiques, pas-” ”Cette charte concerne surtout tout les citoyens de la Nation, si vous avez des papiers républicains vous devez coopérer.”

    Un silence brusque tombe sur l’ensemble des combattants à couteaux tirés, Zelevas resserre un peu plus sa prise sur le pommeau du glaive qui a été ironiquement ramassé sur le cadavre d’un Cent, alors que leur capitaine scrute de son regard méfiant le visage du vieil homme. Il finit par lever un bras, paume vers le Sénateur et son garde, avant de dire d’un ton résigné:

    ”Baissez vos armes, et vous, suivez nous.”

    Si l’escarmouche se désamorce, si certains poussent un faible soupir, tous ne sont pas plus à l’aise pour autant mais obtempèrent aux ordres de leur supérieur. Le d’Élusie lui-même ne peut s’empêcher d’être soulagé que la situation se résolve de façon pacifique. Ils se laissent donc escorter jusqu’à une porte renforcée qui marque l’entrée du repaire de Mirelda, et en pénétrant à l’intérieur, Zelevas sent un léger agacement lui monter au nez en découvrant la Présidente confortablement installée, semblant se prélasser avec une légèreté inappropriée à la gravité de la situation tandis qu’elle demeure oisive, un verre de vin en face d’elle posé sur son bureau. D’un autre côté, il ne pouvait pas s’attendre non plus à ce qu’elle puisse faire quoi que ce soit depuis cette salle complètement coupée du monde. Le Capitaine Sorg referme la porte derrière eux.

    ”Sénateur Fraternitas.”

    ”Présidente Goldheart.”

    La vieille femme l’accueille en soulevant un sourcil d’indifférence devant la présence d’un de ses opposants aux élections. Zelevas est froid, le visage méprisant et la mâchoire crispée pour éviter d’être acerbe à vue, s’il déteste cette prédatrice du plus profond de son âme il sait tout de même se faire violence pour respecter un minimum l’étiquette. Il dépose comiquement son épée dans la corbeille à l’entrée de la pièce comme s’il s’agissait d’un vulgaire parapluie et s’avance pour rejoindre la Présidente au bureau, prenant place sur un des fauteuils sans même en avoir reçu l’invitation, mais les formalités ne sont que le cadet de ses soucis quand la bataille fait rage là haut.

    ”Comment est la situation à l’extérieur…” commence-t’elle avant d’être interrompue par Zelevas.

    ”Je vais bien merci.”

    ”...et est-ce que vous avez des nouvelles du front sur nos remparts?” finit-elle, agacée par l'impertinence puérile du Sénateur.

    Un silence empli de mépris mutuel s’installe pendant une brève seconde, avant que l’homme politique ne réponde enfin convenablement:

    ”Chaotique. La Maison Bleue est déjà tombée, le Conseil de Défense n’est probablement plus à l’heure où nous parlons, et les sorcières de l’Assemblée ont déjà commencé à investir l’endroit. Les couloirs du bâtiment central et de ses ailes regorgent d’ennemis et je crains que nous ne soyons livrés à nous-même dans cette chambre forte pendant quelques temps. La Consule, la Grande Mécène, la Vice-Présidente et votre neveu se battent en ce moment-même contre deux ou trois des terroristes, incluant entre autre notre vieille amie Phtonia.” Zelevas croise les mains sur un de ses genoux. ”Quant aux remparts, je crains ne pas être plus avancé que vous Madame la Présidente. La dernière nouvelle que j’en ai eu était un grand flash blanc luminescent aperçu à travers la fenêtre.”

    Il se pencha en avant doucement, plongeant ses yeux bleus aciers glacials dans ceux similaires de la Présidente.

    ”Cependant sur le chemin jusqu’ici j’ai appris certaines choses, notamment que l’attaque est factice. L’Assemblée ne vient pas seulement pour vous Présidente Goldheart, mais surtout pour ce qui se cache dans les sous-sols de la Chambre de Confinement. Au nom de Dongshuan, de la République et de tout ce qui a un jour forgé notre Nation, qu’est-ce qui peut bien intéresser les Sorcières de l’Assemblée et qui se cache dans ces foutus sous-sols?”

    Résumé:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 352
    crédits : 2859

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mer 21 Fév - 16:07
    Takhys fut heureuse au début de voir que ses sortilèges, combinés au savoir-faire combatif de ses alliées et de leurs subalternes, provoquait le recul et un cri de colère et de rage dans la bouche des Strygxs. Ces saletés méritaient de sentir le goût de la défaite. Mais c'était penser à la victoire un peu trop rapidement. Dans la tentative de faire cesser le sortilège psalmodié par les étudiants, les créatures enragées arrivaient à se gaver d'une nouvelle âme. L'idée de base partait d'un bon sentiment, elle était même logique, dans l'idée de la Sirène, mais quand cela provoquait l'effet inverse... Donc, ces enfoirées bouffeuses d'esprit pouvaient aussi se nourrir de ces malheureux sans avoir à les tuer… pourquoi fallait-il toujours que les monstres aient un côté vicieux à ce point ? Ne pouvaient pas accepter de se faire trucider comme n'importe quelle bestiole nuisible ? Un cafard ne faisait pas chier son monde quand la semelle d'une botte ou la paume d'une main venait s'écraser sur lui. Ainsi était la vie non ? Et puis, si ces trois-là se croyaient aptes à être des prédateurs, elles avaient misé sur les mauvaises proies !

    Donc, l'Aquarienne avait perdu son sourire en constatant que les Strygxs avaient repris du poil de la bête, sabrant ses protections de leurs serres acérées, avant de se briser, offrant toute ouverture aux trois harpies volantes pour fondre sur leur cible respectives. Pour qui n'avait jamais vu la belle blonde prendre les traits de la hargne et de la colère, on pourrait se demander si elle n'était pas une proche cousine des dévoreuses d'âmes. Ces dernières se jetèrent sur leurs adversaires avec rage. Takhys vit en une fraction de seconde dans leur faciès la tronche d'un requin lutin doublée d'un caractère de requin bouledogue. Un sale mélange qui la motiva à ne pas se laisser faire. Alors certes, elle avait l'habitude de gagner ses petits jeux et certains combats. Et des fois, elle perdait. Mais là, elle se refusait de subir la défaite dans cet affrontement. Mourir, elle le savait, cela lui tombera dessus un jour, mais pas dans les griffes de... ces trucs moches et sales ! Mourir d'accord, mais avec un semblant de dignité et proprement ! Le sang, ça tache mine de rien sur un corps et quand cela sèche, vous imaginez l'odeur !

    Elle invoqua sa magie. De l'eau s'éleva subitement du sol, formant une myriade de tentacules aqueux qui s'encercla chacune des Strygxs, les bloquant de toute fuite possible, peu importait la direction. Et là où devraient se trouver en lieu et place des ventouses sur des tentacules, ce fut de longs creux qui se densifièrent, qui prirent forme, pour s'étendre d'un coup en direction du corps de chacun des créatures monstrueuses, dans le but de les empaler, de transpercer leur tête, leurs membres, leurs ailes de toutes parts. Une pelote d'aiguille, mais inversée en somme.


    Résumé:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Athénaïs de Noirvitrail
    Athénaïs de Noirvitrail
    Messages : 202
    crédits : 726

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre Bonne
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t122-athenais-de-noirvitrail-faconneuse-de-la-republique-terminee
  • Mer 21 Fév - 23:39
    Alerte Rouge à la Maison-Bleue
    Message n°7 – Groupe des Faucons-de-Garde
    ➤ SUR LES MURAILLES


    Blessée mais en vie, Athénaïs se releva difficilement.

    Elle avait vu pire …

    Elle n’eut cependant pas le temps de savourer sa victoire que déjà, les deux Princesses se pressaient à la rencontre d’elle et de Léonora, bien décidées à en découdre. Et il fallait avouer que ces dernières n’y allaient pas de main morte : des illusions, pour commencer, puis une vague de sortilèges meurtriers. Pas le choix … il fallait agir vite, malgré les blessures.

    Athénaïs toussa. Le choc de la chute et la poussière de la bataille ne l’avait pas laissé dans un bel état, mais elle survivrait. Faisant face à la puissance combinée des Princesses, la lieutenante ne dut sa survie qu’à son entrainement et à l’absence de stratégie concertée de ses adversaires. A mesure que les torrents de glace, les éclairs, les secousses et l’eau fusaient vers les deux jeunes femmes, Athénaïs, elle, avait préparé sa contre-attaque.

    Le problème avec les élémentalistes, c’est qu’ils oubliaient que des gens avaient passé leur vie à apprendre à contrer les éléments. Dans un mouvement, Athénaïs en appela à son savoir magique et puisa dans ses ressources pour activer la barrière anti-sortilèges qu’elle concoctait depuis des années. Devant sa main tendue, les runes et les équations métamagiques créèrent une toile immense, prête à recevoir les sortilèges des sorcières. Ceux-ci s’écrasèrent sur le bouclier magique d’Athénaïs, crépitant dans des flashs dorés et bleutés tandis que la protection détissait leur magie délétère.

    Si la demoiselle n’eut pas de difficulté à détisser les sortilèges des princesses, celle de Trèfles semblait bien décidée à y mettre le paquet. L’un de ses sorts semblait beaucoup plus résistant que ce à quoi elle s’imaginait et la jeune femme eut la présence d’esprit de le sentir au bon moment. Les murs se mirent à trembler et l’attaque de la Princesse fonçait droit sur la magicienne et sa subordonnée.

    Athénaïs se concentra et renforça sa barrière pour absorber les derniers sorts des Princesses, puis incanta de l’autre main pour bloquer l’attaque élémentaire de terre de la Princesse de Trèfles. Son bras décrivit une vague et immédiatement, les pierres du mur se mirent à son service. Agrippant fermement les pierres du mur grâce à la télékinésie, la jeune femme affirma sa volonté contre celle de la Princesse de Trèfles. Celle-ci voulait faire trembler le mur et les renverser … Et bien Athénaïs allait le tenir, ce satané mur. Son esprit et sa magie s’accrochèrent à la maçonnerie, bloquant les tentatives de la sorcière pour faire trembler le mur. La pression était forte, mais Athénaïs faisait avancer son sortilège comme une stratège avisée, opposant mentalement sa science du combat contre la volonté brute de la sorcière à la peau d’ébène. Avec un peu de chance, la magicienne renverserait la situation et alors, elle lui jetterait à la figure quelques moellons bien sentis.

    « Léonora, à toi !!! »

    Spoiler:
    CENDRES



    Event République : Alerte Rouge à la Maison-Bleue - Page 8 Signat12

    Pouvoirs palier 1 : illimités
    Pouvoirs palier 2 : 16/16
    Pouvoirs palier 3 : 8/8
    Pouvoirs palier 4 : 2/2
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Mortifère
    Mortifère
    Messages : 131
    crédits : 1012

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2391-mortifere-la-prouesse-republicaine-termine
  • Jeu 22 Fév - 16:46


    Prendre la poudre d'escampette semblait avoir fonctionné, du moins pour le moment. Un valeureux guerrier républicain aurait sans doute abhorré l'idée d'abandonner ses pairs au sort peu enviable que leur réservait ces maudites sorcières mais Mortifère savait aussi qu'en une telle situation de crise, il était impossible de sauver tout le monde. Pleinement concentré sur la sécurité du Sénateur et sur l'accomplissement de leur objectif, le géant d'acier n'éprouvait donc aucun regret à laisser derrière lui les autres politiciens qui combattaient comme des beaux diables face à la menace que constituaient les ensorceleuses.

    Privé de l'un de ses bras, le Premier Né de Palladium profita du moment de calme que leur accordait leur progression pour inspecter le socle duquel il avait décroché une part de sa prothèse. L'électricité générée par ses aptitudes magiques pouvait à priori encore circuler librement dans cette moitié de membre artificiel, ce qui lui conférait donc un semblant d'utilité pratique malgré le désavantage évident qui venait avec le retrait de cinq de ses griffes bestiales. Alors qu'il réfléchissait pour parfaire la marche à suivre afin d'optimiser ses futurs affrontements éventuels malgré la perte de cet atout majeur, il fut extirpé de ses pensées par les bruissements de plaques d'armures entrechoquées non loin de lui.

    Zelevas tendit son arme avec la fierté du lion et Mortifère vint dresser ses serres droit devant lui tout en faisant claquer des étincelles foudroyantes entre ses doigts d'acier, se montrant aussi menaçant que possible en dépit de sa condition. Lorsqu'il découvrit face à lui les silhouettes partiellement dissimulées des Cent Dorés, il n'abaissa pas sa garde malgré l'assurance qu'auraient dû lui offrir la vue de ces combattants. Il avait été floué une fois par une monstruosité camouflée sous ces mêmes traits et ne risquait pas de tomber dans le panneau pour un second tour.

    ”Capitaine Elibéd Sorg, cinquième Escouade de la Centurie. La Présidente est en lieu sûr Sénateur, mais nous ne pouvons pas vous emmener la rejoindre à moins que vous ne nous laissiez vous fouiller… et vous désarmer.”

    "J'aimerais bien voir ça." aurait pu lancer le cerbère si son esprit n'avait pas été lourdement apaisé par le sinistre cocktail de substances qui infectait ses veines. Fort heureusement, il n'eut nullement besoin de se montrer aussi véhément envers les gardiens présidentiels car le Sénateur Fraternitas prit les devants en offrant avec la légendaire verve et l'autorité que lui connaissait son garde du corps. Toujours sur le qui-vive, Mortifère empêcha toute approche indésirable de la part des hommes mais Zelevas ne tarda pas à le rappeler à l'ordre, lui évitant ainsi de commettre une littérale agression.

    Sans reculer ne serait-ce que d'un pas, Mortifère suivit d'un œil inquisiteur la conversation qui suivit et lorsqu'enfin le Sénateur prit l'ascendant sur l'incompétent qui tentait par tous les moyens de lui barrer la route, le politicien ainsi que son garde du corps eurent enfin la possibilité de se rendre jusqu'au bunker présidentiel, l'ultime ligne de défense. Zelevas y pénétra le plus naturellement du monde mais lorsque Mortifère s'approcha de l'entrée, un glaive lui barra la route et la voix assurée d'un mercenaire tonna :

    "Vous, vous restez dehors. Vous monterez la garde depuis l'extérieur."

    Avec une lenteur mesurée, Mortifère porta doucement ses griffes jusqu'à l'épée du soldat puis referma ses serres sur l'acier qui, contre toute attente, commença fébrilement à se distordre sous la force écrasante qui le comprimait. Le Cent Doré tenta de résister face à la tenaille qui broyait petit à petit son arme de service mais ce ne fut que lorsque le cerbère relâcha volontairement son emprise qu'il put récupérer son glaive partiellement entaillé. Abraham fit claquer ses doigts métalliques dans le vide, puis lança le plus calmement du monde :

    "Vous ne prenez vos ordres que de la présidente et je ne reçois les miens que de l'homme qui vient de pénétrer dans ce bureau. Ôtez vous de mon chemin."

    Arrogant et faux, de surcroit, mais si les singes chargés de la protection de Mirelda n'étaient même pas capables de le reconnaître, ils ne risquaient pas de savoir précisément si le soldat mécanisé venait d'outrepasser ou non ses accréditations. Il y eut une esquisse de protestation gestuelle mais Mortifère ne prit même pas le temps de la traiter convenablement et vint repousser le bretteur d'un revers de la main, avant de refermer par télékinésie la porte derrière lui. Enfin à l'intérieur, il salua la Présidente d'une pompeuse révérence et se posta ensuite dans un coin de la pièce à bonne distance des deux politiciens tout en actionnant dans un crépitement électrique son camouflage magique.

    Résumé:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 157
    crédits : 1937

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Jeu 22 Fév - 22:58
    Léonora sentit un frisson de surprise lui parcourir l'échine alors qu'elle réalisait la vérité amère : son adversaire n'était qu'une illusion. Le sang, les blessures, tout cela n'était qu’une manipulation habile par la magie.
    Le souffle court, essuya d'un geste machinal le sang de son visage, un sang qui, à sa grande surprise, n'existait pas. Avec cette illusion si parfaite, la véritable Princesse de Piques avait non seulement évité le combat direct, mais Léonora avait été poussée à dépenser inutilement son énergie contre un ennemi qui n'existait pas.

    Athénaïs fut soudainement projetée au sol, atterrissant violemment à côté d’elle. Le choc de sa chute souleva un nuage de poussière autour d'elles, témoignant de la brutalité de l'impact. La de Hengebach se tourna rapidement vers elle, elle évalua à peine la situation en un instant, pour s'assurer que sa Lieutenante était en vie et capable de se battre ou de fuir. Dans cet instant de vulnérabilité partagée, il était nécessaire de forger un lien entre elles, un sentiment tacite de solidarité face à maintenant deux ennemies coriaces. Il ne s'agissait plus seulement de combattre un ennemi visible, mais de démêler le vrai du faux, de percer à jour les mensonges enveloppés dans la magie.

    Alors que les deux princesses unissaient leurs forces, libérant un déluge de magie élémentaire sur elles, la situation semblait désespérée. Des torrents de glace, des éclairs fulgurants, des secousses telluriques, et des vagues dévastatrices d'eau s'abattaient sur elles, menaçant de les submerger sous un assaut à la fois implacable et dévastateur. Face à cette puissance combinée, Léonora et Athénaïs se tenaient côte à côte, déterminées à faire face à l'adversité.
    Dans un acte de défiance pure, Athénaïs concentra son énergie, pour contrer l'attaque combinée des princesses. L'effort était visible sur le visage d'Athénaïs. Maintenir un tel niveau de protection demandait une concentration et une force considérables. Léonora, reconnaissant le sacrifice de son alliée, ne resta pas passive. Elle concentra son propre pouvoir, canalisant l'énergie qu'elle pouvait invoquer pour préparer une contre-attaque. Elle devait trouver une ouverture dans le fracas des éléments déchainés autour d’elles.

    Puis, à la demande d’Athénaïs, saisissant un moment de faiblesse dans l'assaut des princesses, Léonora fit appel à sa puissance pour lancer une riposte ciblée. Elle libéra une série d'éclairs concentrés, non pas dispersés et chaotiques, mais précis, visant les points faibles de l'union magique des princesses. Le combat devenait un test d'endurance et de volonté, Mais dans cette lutte, Léonora et Athénaïs avaient un avantage crucial : la force de leur union complémentaire.
    Toujours enveloppée dans son manteau d'invisibilité, dans le chaos du combat, où chaque seconde comptait, elle concentra sa détermination, visant les deux ennemies avec une intention claire et sans hésitation. D'un geste fluide et calculé, Léonora lança deux couteaux, leurs lames aiguisées sifflant à travers l'air avec précision. Les projectiles trouvèrent leurs cibles avec une efficacité terrifiante, se logeant dans la poitrine de chaque princesse. Le but, que le choc de la foudre et de l'impact interrompt momentanément le flux de leur magie élémentaire, créant une ouverture critique.

    Sans perdre un instant, Léonora exploita une faille. Sa formation et son expérience au combat lui avaient appris à utiliser chaque avantage, aussi minime soit-il. Elle se mit à tourner autour des deux princesses avec une agilité qui défiait la gravité, son invisibilité lui permettant de se mouvoir sans être détectée. Chaque pas était calculé, chaque mouvement était exécuté avec la plus grande précision. Puis, avec la rapidité d'un éclair, elle s'approcha pour administrer ce qui devait être le coup fatal à chacune des princesses, utilisa son expertise au combat rapproché pour exploiter les faiblesses exposées par ses premières attaques. Les lames de Léonora, guidées par sa volonté, trouvèrent leur chemin vers les points vitaux de ses adversaires dans une synchronisation parfaite.

    Résumé:
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Ruby Draglame
    Ruby Draglame
    Messages : 160
    crédits : 1709

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t179-ruby-draglame-termineehttps://www.rp-cendres.com/t375-les-aventures-de-soeur-hematite-alias-ruby-draglame#1569
  • Ven 23 Fév - 19:42
    Ruby avait crée une ouverture sans le vouloir ou alors elle avait utilisé la bonne stratégie pour la lieutenante de la huitième Légion. Elle voyait la force musculaire maintenait la lance vers la lieutenante de la Reine de Cœur et elle constatait le bras qui s’arrachait. Toutefois, elle prenait une leçon de combat de la part de la cavalière notamment quand elle envoyait valser Athénais plus loin dans les remparts. La sœur Hématite voyait l’ennemie qui tombait de l’autre côté des remparts. Elle tournait son regard vers le point de réception de la lieutenant de la huitième légion  et elle remarquait léonara. Cependant il eut un moment de vérité ou de leçon de magie quand la reine de Cœur lançait son sort de l’illusion. La sœur hématite voyait plusieurs cavalières qui pullulaient et sorcières qui se multipliaient en nombre. Ruby comprenait qu’elle avait été sous l’illusion quand elle avait été en conflit contre les trolls. Néanmoins, elle ne savait pas comment se défaire de cette emprise, car elle avait une chance sur deux d’abattre de nouveau trolls fantomatique. Toutefois, elle devait étudier une autre stratégie, car au loin on pouvait entendre le bruit distinct du bois qui allait céder très prochainement.

    L’ancienne officière décidait de se tourner de nouveau vers les remparts et elle voyait la cavalière qui se laissait tomber de l’autre côté de la protection. La sœur hématite courait et elle commençait avoir une nouvelle idée pour détruire une bonne fois la menace géante de l’ennemi qui tambourinait sur les deux portes. Elle décidait de prendre la dernière gorgée de la fiole et elle filait à travers les illusions des sorcières et cavalières. Toutefois, elle entendait des cris qui mentionnaient la venue d’une autre sorcière et il s’agissait de la princesse de trèfles. Ruby regardait autour d’elle et elle ne la voyait devant elle. Elle pensait que cette nouvelle ennemie allait sûrement se venger de la défaite de la cavalière et elle donnait l’option qu’Athénais devra une nouvelle fois se battre. La sœur hématite arrivait vers les deux grandes portes et elle ne savait pas que les deux sorcières lançaient une attaque commune contre Athénais et Léonara. Cependant, cette opposition faisait bruit parmi les soldats qui se battaient contre les illusions. Ruby espérait une nouvelle fois une victoire des deux soldates, mais elle devait elle aussi se transcender dans la magie.

    La sœur hématite n’allait pas utiliser son épée pour générer son sort élémentaire. Toutefois la manière dont elle s’apprêtait à lancer son sort qui allait surprendre les soldats qui se trouvaient vers les deux grandes portes. Ils voyaient Ruby qui était au bord des remparts et elle regardait les trolls qui tapaient les deux portes. Cependant elle ne pouvait pas distinguer entre les vrais et les faux. Néanmoins, elle ne savait pas qu’il n’y avait plus d’illusions parmi les géants ennemis qui se trouvaient juste en dessous d’elle. Elle se concentrait et elle mettait sa main sous forme de poing. La sœur hématite allait imiter une attaque physique très connue par les guerriers, car il s’agissait de créer un cratère dans la terre. Cependant, Ruby ne pouvait pas exercer une telle force sur sol avec sa puissance actuelle et elle réfléchissait à une ordre moyen qui pouvait avoir le même effet. La femme masquée espérait ajouter un rempart plus efficace qu' un cratère pour arrêter les trolls qui se trouvaient contre les deux portes.


    Ruby changeait la forme de sa main et elle mettait le plat de manière horizontale. Elle plaçait celle-ci juste en dessous des têtes des trolls. Les soldats voyaient les cheveux de l’ancienne officière de la grande armée qui se levaient verticalement et elle formait une sorte de bouclier d’air circulaire. Néanmoins elle devait le rendre plus grand pour créer une entaille la large plus possible. La sœur hématite voulait créer une crevasse pour faire tomber les trolls présents et créer un nouveau obstacle naturel qui renforcera la défense contre les autres ennemis géants. Toutefois, elle modifiait pour créer ce bouclier directement sur le sol et elle demandait aux soldats si ils pouvaient estimer la       hauteur des remparts. Ruby voulait estimer le temps de chute d’une pierre pour arriver au sol et elle obtenait la réponse. Elle décidait de former son bouclier d’air quand elle finissait son compte. Elle commençait un boucler d’air plat juste à coté des pieds des trolls et les soldats remarquaient le mouvement de la main de la sœur hématite qui faisait du haut vers le bas. Son plat de main en position horizontale plongeait et le bras était plié ensuite il se tendait. Les soldats et l’ennemi entendaient le bruit caractéristique d’impact sur la terre qui se dessinait sous forme d’une fissure. La femme masquée regardait si sa double attaque élémentaire allait donner le glas de l’ennemi qui était proche de pourfendre les deux grandes portes.


    Résumé:
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum