DiscordDiscord  
  • AccueilAccueil  
  • CalendrierCalendrier  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • bienvenue
    ×
    navigation rapide
    lore
    général
    systèmes
    jeu

    menu
    Top-sites
    Votez!
    top sitetop sitetop sitetop site

    Derniers messages

    Avatar du membre du mois
    Membre du mois
    Seraphin

    Prédéfinis

    PrédéfiniPrédéfiniPrédéfini
    [FLASH-RP][LIBRE REPUBLIQUE] L'Ere de l'Indépendance. InRH1Ti
    Gazette des cendres
    Printemps 2024
    Lire le journal
    #6
    RP coup de coeurCoeur

    RP coup de coeur

    Le Lever de Lune
    Derniers sujets
    La mascarade de minuit. [PV Gwynneth De Evelune]Aujourd'hui à 0:02Galen Torvalds
    Le feu de la forge. (Pv- Cyradil)Hier à 23:00Kilaea Sliabh
    [PA] - Un coup que MAGIC ne verra pas venirHier à 22:13Capitaine Saumâtre
    RP's de Mortifère [République]Hier à 17:47Abraham de Sforza
    [PA] Le Chant des RoncesHier à 17:43Résiliente & Crow
    Echappée Belle [PV Kilaea]Hier à 16:46Kilaea Sliabh
    Validation des rps de KassandraHier à 16:30Kassandra Whype
    +13
    Leonora de Hengebach
    Soren Goldheart
    Orifa Sigrior
    Xera
    Abraham de Sforza
    Zelevas E. Fraternitas
    Sixte V. Amala
    Dorylis de Rockraven
    Takhys Suladran
    Kieran Ryven
    Ruby Draglame
    Genryusai
    PNJ
    17 participants
    Aller en bas
    PNJ
    PNJ
    Messages : 392
    crédits : 1393

    Info personnage
    Race:
    Vocation:
    Alignement:
    Rang:
    qui suis-je ?:
  • Lun 25 Mar 2024 - 22:40
     
    L'Ere de l'Indépendance


    Le soleil se levait doucement sur la ville de Liberty, ses rayons dorés éclairant les traces encore fraîches de la bataille qui avait fait rage seulement quelques jours auparavant. Malgré l'aube naissante, un étrange calme régnait dans les rues, comme si la cité elle-même s’autorisait enfin à un long soupir après les événements tumultueux qui l'avaient secouée.

    Liberty. Joyau de la République vibrant de vie, de magie et de marchandises. A présent, elle portait les stigmates de la bataille qui s'était déroulée sur son sol sacré. Les remparts, bien que toujours impénétrables, portaient les marques des assauts répétés, tandis que les portes étaient balafrées des agressions trolls et ogresques. Les parapets étaient ébréchés, et les créneaux détruits laissaient entrevoir les champs environnants, dévastés, desquels émergeaient encore quelques lueurs d’incendies en phase d’être maîtrisés.

    Les rues étaient jonchées de débris, de morceaux d'armures brisées, de cadavres d’assaillants comme de noyés que les forces républicaines avaient affrontés. Les pavés étaient maculés de sang et de boue, chaque coin et recoin de la ville portant la marque de la bataille. Les maisons, autrefois fières et majestueuses, étaient endommagées, certaines réduites à des ruines.

    L'inondation avait laissé derrière elle des traces d'humidité et de désolation. Certaines rues continuaient d’être encore partiellement submergées, l'eau stagnante reflétant le ciel assombri.

    À la Maison-Bleue, le cœur de la cité, l'impact du combat était le plus visible. Les bâtiments étaient sérieusement endommagés, leurs façades ébréchées et leurs structures ébranlées. Les jardins qui l’ entouraient et qui en avaient fait la fierté n’étaient désormais plus que de vagues souvenirs.

    Certes, des équipes s'affairaient déjà dans les rues à déblayer les débris et à réparer les dommages causés par l'inondation dévastatrice, tandis que des volontaires distribuaient de la nourriture et des soins aux sinistrés, témoignant de la solidarité qui unissait les habitants dans l'adversité. Des fonds exceptionnels émanant de la Banque des Chaînes et de la SSG avaient étés débloqués et MAGIC, dans une volonté de faire amende honorable, avait dépêché une grande majorité de ses mages pour contribuer à nettoyer, rénover, replanter, secourir et soigner.

    Certes, les visages étaient marqués par la fatigue et le chagrin, mais ils témoignaient surtout d’ une détermination farouche à se relever et à reconstruire leur ville bien-aimée. Certes, la journée s'annonçait longue et difficile, mais dans les cœurs des habitants de Liberty, brûlait la flamme de l'espoir et de la résilience. Avec courage et solidarité, ils se préparaient à relever les défis qui les attendaient, déterminés à reconstruire leur ville, leur nation et à affronter l'avenir.

    La Forteresse Républicaine avait une nouvelle fois vaincu l’ennemi.

    Et aujourd’hui n’était pas un jour dédié à la reconstruction.

    Aujourd’hui était un jour marqué du sceau du recueillement et du deuil. Imprégnée d'une atmosphère solennelle, la Place des Héros, relativement épargnée, voyait les habitants de Liberty converger en masse, formant une mer de visages aux expressions mêlées tant de tristesse que de détermination ou de gratitude. Au centre de la place, un podium avait été dressé, orné de drapeaux flottants et de banderoles portant les symboles de la République.

    Au premier rang, face à l’édifice, se tenaient les survivants de l'attaque, les héros qui avaient combattu avec bravoure pour protéger leur cité. Leurs uniformes étaient peut-être encore marqués par les stigmates du combat, mais leurs regards brillaient d'une lueur d'orgueil et de détermination. Ils savaient qu'ils avaient fait preuve de courage et de sacrifice pour sauver leur ville bien-aimée. Plus que cela, ils avaient sauvé le monde.

    Au centre du podium, un autel avait été dressé. Et au centre de cet l'autel reposait le cercueil fermé renfermant le corps de Mirelda, entouré d'une montagne de fleurs. L'étiquette aurait voulu que l'on laisse le cercueil ouvert, mais on racontait que l'ignominieuse maladie que la Reine de Piques avait injectée à feu la présidente avait déjà prélevé sa dîme, rendant le corps boursouflé, méconnaissable. Aussi avait été déposée devant le cercueil une peinture représentant la matriarche Goldheart dans toute sa splendeur présidentielle. C'était l'image qui devait restée gravée dans la mémoire collective de la nation, celle qui rappellerait aux générations futures le visage de celle qui avait dirigé la République avec sagesse et dévouement, cette peinture même qui allait dorénavant rejoindre tous les autres portraits de président dans le Salon Ovale de la Maison Bleue.

    Mais feu la présidente n’était pas la seule à occuper l’estrade.

    Au côté du cercueil se dressait un second tableau,  dernier vestige tangible de la mémoire de Koraki Exousia.

    Peint le jour de son investiture à la Mairie de Courage, il représentait l’ancienne Vice-Présidente dans toute sa splendeur, en une posture digne et déterminée. Ses yeux, bien que peints, continuaient d’afficher ce regard hautain que beaucoup avait détesté, observant les spectateurs comme s’ils étaient près à hausser un sourcil dédaigneux.

    [FLASH-RP][LIBRE REPUBLIQUE] L'Ere de l'Indépendance. E55p[FLASH-RP][LIBRE REPUBLIQUE] L'Ere de l'Indépendance. 7pj6

    Oh oui, ces deux femmes avaient peut-être marqué l’histoire de la République, mais certainement pas pour les mêmes, ni pour les bonnes raisons. Sources de nombreuses crispations, origines ou vecteurs de corruption, monstres politiques au compas morales bien particulier, si on pouvait leur reprocher bien des mots, il était impossible de nier qu’elles avaient frappées cette époque de leur présence.

    Et à présent, cette ère s’achevait.

    Le son du tocsin résonna à travers la cité, ponctuant le silence quasi-religieux qui s’était installé. Chaque coup de cloche semblait marquer le temps qui s'écoulait depuis le départ des deux politiciennes, depuis la fin de la bataille. Une fois le dernier carillon tombé dans le silence, le chef du cabinet présidentiel, un homme que la postérité ne retiendrait pas, aussi était-il inutile de citer son nom,  se leva de sa chaise, ses vêtements noirs flottant légèrement autour de lui alors qu'il se dirigeait vers le cercueil et le tableau recouverts de fleurs et entourés de bougies.

    Il s'inclina humblement devant eux, honorant la mémoire des défuntes. Puis, d'un mouvement délicat, il déposa un baiser sur le bois poli.

    Le silence régnait toujours, les regards fixés sur lui alors qu'il s’apprêtait à parler. C'était un moment d'hommage et de réflexion, un moment où la cité se rassemblait pour honorer celles et ceux qui avaient tant donné pour la nation.

    - Citoyens de Liberty, citoyens de la République, commença-t-il d'une voix empreinte de gravité. Aujourd'hui, nous sommes réunis pour rendre hommage à ceux qui ont donné leur vie pour protéger les nôtres. Ils ont beau être innombrables, leur nom ne sera pas oublié et seront salués pour les siècles à venir. Cependant, le plus illustre d’entre-eux sera celui une grande femme, une dirigeante exceptionnelle qui a consacré sa vie au service de notre nation : Mirelda Goldheart, notre présidente bien-aimée.

    Ils n’étaient peut-être pas nombreux parmi les politiques assis à s’accorder sur ces dernières paroles, mais que voulez-vous ? Lorsque l’on enterre quelqu’un, on a souvent tendance à … Enjoliver la réalité, de la parer d’un brin de noblesse. Et à l’heure ou la République enterrait sa présidente, mieux valait garder d’elle l’image d’une femme forte qui avait tout fait pour garantir l’intégrité de son pays, malgré les dissenssions politiques qui avaient marqués son octénat.

    - Sa perte est une tragédie pour nous tous, mais son héritage restera gravé dans nos cœurs pour toujours.

    Le reste, la vérité, serait le travail des historiens.

    - Nous nous souviendrons également de Koraki Exousia, qui a sacrifié sa vie pour défendre notre République contre le Titan des Océans. Son nom rejoindra celui des héros de la bataille, et tous resteront à jamais gravés dans nos mémoires.

    La n’était pas la forme d’immortalité qu’elle avait tant souhaité. Quelle ironie. Que penserait-elle, cette si vindicative et incisive hybride, alors que ses alliés comme ses ennemis s’étaient rassemblés pour “pleurer” sa perte ? Probablement sourirait-elle d’un coin de bouche, ponctuant ce geste de son petit rire insupportable et agaçant, à manigancer on ne sait quel complot.

    - Mais notre deuil ne doit pas nous aveugler sur les défis qui nous attendent. Bien que l'Assemblée des Sorcières ait été vaincue et que sa dirigeante ait été exécutée, nous savons que de nombreuses autres restent cachées dans l'ombre, prêtes à frapper à nouveau. Peut-être même se tiennent ici, parmi nous. La libération de Kaiyo représente également une menace imminente, et nous devons rester vigilants pour protéger notre nation. Et à ces terroristes et ces Titans qui ne souhaitent que notre destruction, j’adresse ce message : la détermination de la République ne fléchira pas.

    Nombreux dans l’assemblée furent les visages qui acquiescèrent. Ils avaient affronté un Titan et avaient survécu. Mieux, ils avaient vaincus. Le Reike n’était désormais plus la seule nation à pouvoir s'enorgueillir d’un tel fait d’arme.

    - Car aujourd’hui, même si nous enterrons nos morts, même si nous pleurons la perte de nos dirigeantes, nous célébrons également notre victoire. Plus jamais nos ennemis n'auront la bêtise de croire que la République est faible. Plus jamais les Titans n'auront la folie de s’opposer à nous. Aujourd’hui est le jour marquant le début d’une nouvelle ère, l’Ere de l’Indépendance !

    Des cris de joie fusèrent, ponctués ultimement par une dernière intervention du discoureur :

    - Au nom du Courage, de la Justice et de la Liberté, vive la République !

    Les tablées furent dès lors installées, dans une volonté d’apporter après cette nuit terrible un brin de réconfort chez les habitants de la cité sinistrés et de la nation endeuillées.

    Que ce soit dans la joie et l'allégresse ou la tristesse et le recueillement, ce jour était celui où tous les républicains se rassemblaient pour tourner ensemble une nouvelle page de l’histoire à présent teintée de sang de la République.

    CENDRES
    Noble du Reike
    Noble du Reike
    Genryusai
    Genryusai
    Messages : 43
    crédits : 78

    Info personnage
    Race: Demi-titan
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3656-genryusai-termine#34263
  • Mar 26 Mar 2024 - 15:12
     
    L'ère de l'indépendance
    Feat. Les défenseurs de la démocratie

    « AH ! Bien-aimée République ! Ta robustesse et ta force n’ont fait qu’une seule bouchée des forces adverses ! Même le maitre divin des océans s’est prosterné devant ta puissance ! »

    C’est ce que Qrupp, le Porte-Parole de la République, aurait déclaré en temps normal, mais une envolée lyrique à ce moment précis n’aurait pas eu l’effet escompté. Arrivé plus tôt de Courage, une fois qu’on lui avait assuré que Liberty avait été sécurisée, le Ministre se tenait assis sur son siège, non loin du premier rang, tout en affchant un air de circonstances : Grave, respectueux, avec une touche de solennité. De temps à autre, pendant le discours du chef de cabinet de feu Mirelda Goldheart, le Premier Représentant lançait un regard sur son garde du corps personnel, le Bouclier-Enclume, qu’il avait envoyé au front pour le représenter.

    Le Drakyn se tenait au premier rang, aux côtés des hommes et femmes qui avaient participés à la défense. Son armure lourde affichait de sérieux dommages, notamment des sillons ayant creusé le métal, causés par la sauvagerie des Strygx. Son fidèle bouclier affichait quant à lui quelques petites stries noires, à même le métal, signe que la Justice Solide s’était réveillée pendant les combats. Malgré ces dégâts, le protecteur du Ministre avait rempli sa mission. Il avait tenu !

    Une fois le discours terminé, le magnifique Gobelin se dirigea en direction de l’estrade, rejoignant le Bouclier-Enclume. Après s’être légèrement incliné pour rendre hommage, Le Porte-Parole, s’adressa à son garde du corps :

    « Bouclier-Enclume, Qrupp ne peut que vous féliciter pour avoir contribué à la victoire de notre douce République ! Vous avez porté votre titre à merveille ! »

    Une petite pause, pendant laquelle le Ministre de la Diplomatie afficha une moue pensive :

    « Si Qrupp avait su, il vous aurait assigné au groupe de protection de la présidence. Peut-être les choses se seraient-elles déroulées différemment »  

    Alors que les deux figures se rapprochaient des tables, la moue pensive du magnifique Gobelin n’avait pas quitté son visage, en proie à des questions qui prendraient bientôt une grande importance : Qu’allait-il advenir de la République ? Qu’allait-il advenir de son gouvernement ? Qu’allait-il advenir … de la place de Qrupp ?
    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Ruby Draglame
    Ruby Draglame
    Messages : 177
    crédits : 559

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t179-ruby-draglame-termineehttps://www.rp-cendres.com/t375-les-aventures-de-soeur-hematite-alias-ruby-draglame#1569
  • Mar 26 Mar 2024 - 16:52
    Ruby fut surprise quand elle apprenait le sort de l’ancienne vice présidente de la République et elle pensait  à un proverbe qui stipulait :


    qui sème le vent, récolte la tempête.


    Quand elle apprenait la cérémonie qui allait se dérouler après cette attaque de grande envergure, elle décidait d’aller vers la résidence de l’ancienne présidente de la République. Elle voulait se vêtir proche d’un vêtement militaire sans les grades, mais elle n’avait plus d’habits décents à cause des inondations qui avaient envahit la résidence. Toutefois, elle trouvait une malle qui contenait tous ses affaires et notamment une médaille qui méritait de porter pour ce moment de recueillement.

    La sœur Hématite en avait marre de cacher son visage et elle ne voulait plus porter ce masque pour la cérémonie, mais elle n’avait pas beaucoup de temps. Toutefois,  sans se rendre compte, elle venait  d’activer sa propre guérison sur la moitié encore brûlée de son visage. Son œil anciennement brûlé reprenait vive, mais elle voyait toujours la couleur de l’obscurité, à cause de son masque avec un seul orifice. Elle prenait une médaille qu’elle avait gagné après sa participation dans un combat lors d’un débat public  dans la rue.  Elle pensait qu’elle devait porter cet insigne pour honorer au mieux l’ancienne présidente de la République. Elle se déplaçait de manière instantanée pour ne pas être retard au défilé qui allait vers les tombes. Elle notait avec étonnement  la qualité d’ affichage  des peintures des visages de Koraki et Mirelda.


    L’ancienne officière de la grande armée, gardait son armure teinte de noire avec son arme, quand elle paradait pour aller vers les deux tombes. Elle écoutait le discours de l’homme politique et elle repensait à son combat contre le géant. Elle avait frôlé la mort , mais cette fois elle avait été sauvé par une agent du SCAR .  Cependant elle ne mettait pas sa capuche, pour mieux honorer ses deux grandes figures de la République. Le public et les autres héros pouvaient voir la médaille de la République autour du cou de la sœur Hématite. Elle portait aussi la récompense représentant les cursus de Magic comme une broche. Ruby avait toujours ses cheveux teintés en couleur pourpre et elle fit un salut militaire quand elle se trouvait devant les deux tombes. Elle ne parlait pas ouvertement comme le demandait ce moment, mais elle parlait dans sa tête :

    «  Mme la présidente et Mme la vice-présidence, je vois dans vos morts, que le destin vous a joué un mauvais tour. Quand vous pensez être en total contrôle  de vie, toutefois je vais vous remercier de vous avoir côtoyé.  Certes, vous avez rendu ma vie pas très facile, mais cela m’a permis  maintenant d’être plus vigilante. Je pense rejoindre réellement dans les ombres, cependant je sais que même là-bas le destin peut aussi me jouer un mauvais tour. Si c’est le cas alors je le prendrai avec un sourire. La seule chose que je peux souhaiter c’est que vous veillerez toujours la République là vous êtes maintenant. Vos actions vont inspirer la nouvelle génération au sein de la République. »

    Elle arrêtait son signe militaire et elle se dirigeait vers la table qui était attribuée pour parler entre les combattants et les survivants de la cité Liberty. La sœur hématite avançait  vers la première table qui se présentait devant elle  et elle allait s'asseoir en jetant un regard vers la première ligne composée d’héros. L’ancienne officière espérait retrouver celles qui avaient combattu avec elles, pour parler et  mieux découvrir les renforts. Elle avait noté un petit être vert accompagné par un  Drakyn parmi les héros et  deux silhouettes qui les rejoignaient. Ruby  s'asseyait et elle faisait un signe envers bouclier-enclume pour l'inviter vers sa table. Elle essayait de présenter un regard amical avec son oeil non caché par le masque. Ensuite en fonction d'une réponse ou pas, elle pointait son regard sur les renforts féminins qui avaient composé les renforts.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Kieran Ryven
    Kieran Ryven
    Messages : 191
    crédits : 3140

    Info personnage
    Race: Drakyn
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Neutre Bon
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2655-kieran-ryven-terminehttps://www.rp-cendres.com/t2721-carnet-froisse-d-un-limier-kieranhttps://www.rp-cendres.com/t2732-journal-carbonise-kieran-ryven
  • Mar 26 Mar 2024 - 17:52
    Alors que je me perche sur un toit surplombant la Place des Héros, je reste à l'affût, écoutant les discours qui résonnent dans les rues en contrebas. Les politiciens, avec leur rhétorique ronflante et leurs promesses vides, essaient de calmer les masses agitées. Mais pour moi, leurs paroles sonnent creux. Je ne peux m'empêcher de voir au-delà des apparences, de gratter la surface lisse pour révéler la vérité dissimulée sous les couches de mensonges et de manipulations. Les hommages aux héros tombés au combat résonnent dans l'air, mais je sais que derrière les façades de marbre et les stèles commémoratives se cachent des secrets plus sombres.

    La République aura toujours deux identités. Une plus laide que l'autre.

    De là où je me tiens, je peux sentir les tensions palpables, les fissures dans le tissu social de la ville qui menacent de s'élargir à tout moment. Dans ce théâtre politique où chaque geste est calculé et chaque mot est pesé, et en fidèle limier qui sent la carcasse, la rouille et le sang, je reste loin pour continuer à faire mon travail. Bien plus honnête que la flicaille qu'on soudoie et qui casse la gueule à des mendiants pour passer le temps.

    Une bande de fiottes avec un uniforme.

    Alors que je regarde les politiciens se pavaner sur la scène, je ne peux m'empêcher de me demander quelles machinations se trament dans l'ombre, quelles alliances secrètes sont forgées et quelles trahisons se préparent. Et si finalement l'Assemblée va permettre à d'autres de tenter encore leur chance ? D'essayer de tirer les ficelles pour nous foutre dans la bouse jusqu'à la noyade ? Une question à laquelle je n'ai pas envie de répondre. Parce que, c'est vrai que...

    On a gagné. Et le Reikois qui m'habite est admiratif de ce que ses habitants peuvent envoyer à leurs ennemis.

    Un soupir, et je me tourne sur la droite. Sixte à mon niveau, ce serait mentir de refouler le soulagement de la voir en vie. Peut-être parce qu'on travaille depuis un bout de temps, peut-être parce que ça fonctionne, ou alors, peut-être parce que tout nous oppose et pourtant tout nous tient par un équilibre difficile à déceler.

    Peut-être un peu tout ça réuni.

    « J'ai pas pu te rattraper à temps, navré. Mais faut croire qu'un millier d'araignées a pu t'escorter saine et sauve, c'est le plus important. »

    Je repose mon attention sur le chaos qui ronge Liberty.

    « Un lanconda, des arachnides, une autre faisant la taille de plusieurs bâtiments, une Sorcière surpuissante et un Titan. Tout ça emportant Mirelda et Koraki Exoudia dans la foulée. Sur ta grille de salaire ça vaut combien tout ça ? T'es tranquille jusqu'à la retraite, non ? »

    Une taquinerie qui cache une certaine curiosité. Je me demande ce que Soren a allongé pour remuer une Mercenaire de son calibre. Et, surtout, je me demande ce qui la retient pour... Rester avec nous. Peur d'être seule ? Ou Loyauté nouvelle ?

    Je ne suis pas certain de vouloir la réponse.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Takhys Suladran
    Takhys Suladran
    Messages : 383
    crédits : 3554

    Info personnage
    Race: Sirène
    Vocation: Mage élémentaliste
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1636-takhys-suladran-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2575-liens-avec-la-poiscaille-takhys-suladran#22178https://www.rp-cendres.com/t2576-grimoire-mouille-de-takhys-suladran#22179
  • Mar 26 Mar 2024 - 17:53
    La Sirène avait été présente dans la foule, se mêlant aux citoyens rescapés des assauts des ennemis et des flots. Elle aimait se fondre dans la masse....  Comme tous, elle avait écouté les paroles du héraut républicain. Elle n'avait jamais été très portée sur la politique, se contentant de ragots, de rumeurs, se tenant juste informée du strict minimum pour assurer la bonne marche de sa petite taverne. Heureusement que le Marsouin Blanc se trouvait à Courage. Elle n'osait imaginer les frais financiers à débourser si elle s'était établie à Liberty ! Comme quoi, les premiers coups de coeurs demeurent les meilleurs. 

    Donc, juste le nécessaire à suivre pour ce qui touchait à la scène politique de la République... et à entendre l'éloge funèbre fait à la défunte Présidente eut de quoi la froisser un peu. Elle aurait préféré entendre une longue liste de noms de citoyens décédés dans cette bataille. Mais bon, les gros poissons avaient bon dos, jusqu'à ce qu'ils viennent à se faire bouffer par plus forts qu'eux, laissant la place à d'autres poiscailles qui s'impatientaient de prendre leur place.  Bah... Ainsi étaient la plupart des terrestres quand ils se retrouvaient dans les hauts de leur propre société : ils se sentaient toujours obligés d'en faire de trop. Elle réussit à ne pas renifler de dédain quand le chef du cabinet présidentiel évoqua son souvenir impérissable. Allons bon, on connaissait tous la réalité de cette réplique. Dans un an, les gens seront passés à autre chose. 

    Elle ne se retint pas de se gratter le coin de sa longue chevelure nattée, quand vint l'énoncé funèbre de la Mairesse. Quelque chose paraissait lui souffler qu'elle aurait été jalouse de cette femme. Allez savoir pourquoi ! Bon, le reste du discours ? Takhys n'écoutait plus vraiment, remettant la tenue de soldat républicain qu'elle portait un peu en ordre. Un officier lui avait généreusement prêté, pour qu'elle ne se balade pas la partie inférieure de son corps toute dénudée. Elle n'avait pas prévu de jouer les véritables Sirènes durant la bagarre. 

    Bon... c'était fini ? Restait à voir qui elle pourrait croiser pour piquer sa flasque ou une bouteille de vin à boire. Elle avait envie de se rincer le gosier... tout en espérant recroiser des visages connues. Ou alors bavasser avec celles et ceux qui avaient été ses alliées du moment ? Ca pourrait être très intéressant. 
    Noble de La République
    Noble de La République
    Dorylis de Rockraven
    Dorylis de Rockraven
    Messages : 123
    crédits : 2208

    Info personnage
    Race: Elémentaire (sable)
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1112-dorylis-de-rockraven-grand-mecene-de-republique-terminee
  • Mar 26 Mar 2024 - 19:42


    l’ère de l’indépendance
    Sur l’estrade


    Les jours qui avaient suivi la fin de la grande bataille pour Liberty, la grande Mécène n’avait guère eu le loisir de chômer. Son ministère complexe regroupait bien entendu les arts, la culture, les sciences mais depuis des décennies son cheval de bataille était le logement pour tous. Aussi avait-elle œuvré pour la mise en place rapide de relogement du plus grand nombre dans l’attente des reconstructions de maisons touchées. Elle avait fait réquisitionner des bâtiments administratifs pour les changer en abri temporaires. Elle avait réquisitionné les ingénieurs des trois villes pour mettre en oeuvre au plus vite les grands travaux.

    Le gouvernement connaissait une période de flottement et bientôt l’heure du remaniement et de l’élection inéluctable du prochain dirigeant de la Nation Bleue, déjà certains tissaient leurs toiles d’influence. Elle avait de son côté à coeur de comprendre ce qu’il s’était réellement passé dans la Maison Bleue mais c’était une autre histoire.

    Des décisions avaient été prises et dans l’esprit de la ministre une seule chose était sûre, elle ne briguerait pas la Présidence mais elle ferait tout pour rester dans le gouvernement, il restait tant à faire. Une fois le porte parole retourné à sa place, elle se leva à son tour pour s’avancer devant la foule de républicains assemblés.

    - Mes chers compatriotes. C’est un jour sombre que nous avons connu, le voile de la mort s’est glissé dans nos rangs et a meurtri nos âmes et nos cœurs. Tous nous pleurons un proche et rien ne pourra nous le rendre. Nos maisons ont été ravagées par la folie destructrice de ces engeances du passé, maudits soient les titans et cette damnée Assemblée. Gageons que cette bataille gagnée à la sueur de nos fronts, à la pointe de nos lames ou de nos compétences magiques marque un tournant dans notre histoire. Ce jour nous avons vaincu un avatar de Kaiyo, ce jour nous pouvons être fier de nos actes. Et nous ne l’oublierons pas.

    Elle se tait un instant, avisant les gens devant elle, fatigués, blessés, épuisés mais vivants et c’est cela qu’elle veut garder en tête.

    -  Ce jour de bataille sera dans nos livres comme celui de notre libération, nous avons repris notre liberté face à l’adversité. Unis, nous allons aborder l’avenir main dans la main, les chantiers de reconstruction sont lancés, demain Liberty rayonnera de nouveau sur le Sekaï. Et à compter de cette année, nous célébrerons tous les ans cette bataille pour ne pas oublier. Peuple de Liberty, Républicains de tous horizons, ce soir pleurons nos morts, honorons leurs mémoires et buvons à demain ! Car il existera et nous le vivrons pour écrire la suite de notre histoire.

    Cela étant dit, elle salua l’assemblée et rejoignit l’arrière de l’estrade mais elle avait prévu de se mêler à la foule ce soir, même si d’aucuns diraient qu’avec sa propension à ne pas connaître la sobriété vestimentaire elle ne passerait jamais inaperçue.


    CENDRES
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Sixte V. Amala
    Sixte V. Amala
    Messages : 137
    crédits : 1698

    Info personnage
    Race: Elfe (mi-ange)
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: D
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2672-sixte-v-amala-termineehttps://www.rp-cendres.com/t2705-liens-sixte-v-amalahttps://www.rp-cendres.com/t2714-passe-et-present-sixte-v-amala
  • Mar 26 Mar 2024 - 22:06
    Sixte avait retrouvé sa juste place, debout à l’angle d’un toit qui lui donnait une vue imprenable sur la place des Héros. “La place des menteurs” songea-t-elle alors qu’un sourire sardonique venait étirer ses traits. Contrairement à ses habitudes, elle n’avait pas couvert ses cheveux blonds qui, battus par les vents, luisaient du soleil de midi. Pour la première fois depuis longtemps elle ne cherchait pas à dissimuler sa présence mais elle ne comptait pas se mêler à la foule non plus. Pas maintenant.

    Sous son regard bleu vert, semblable à des centaines de fourmis, les habitants de la cité en ruine s’amoncelaient sur la place. D’ici elle devinait sans peine les visages graves, fermés, certains portant les stigmates de cette bataille, rare étaient ceux qui arboraient un sourire. Après tout, ils avaient perdu leur présidence, des amis et des proches. La cité était sauve mais qu’en restait-il ? Pas grand chose. L’odeur d’iode était encore prenante, si bien que parfois Sixte s’éveillait persuadée d’avoir regagné Courage. Elle avait toujours un sursaut lorsque cela arrivait, comme cette fois où elle s’était réveillée percluse de contusions dans un lit qui n’était pas le sien. Les mois avaient passé mais les souvenirs ne la quittaient pas, ni ses doigts gantés dans ses cheveux, ni cette main sur sa jambe, ni les arcs électriques qui avaient parcouru son corps jusqu’à le zébrer. Certaines n’avaient pas encore complètement disparues. Ses yeux se posèrent sur la silhouette large de Zelevas au premier rang puis sur Mortifère et la colère se rua sur elle comme la misère sur le monde. Seule une voix grondante la détourna de son ire.

    - Un Reikois qui se fait doubler par des araignées. J’aurais tout vu. Moi qui vous croyait invincible. Elle lui lança un coup d'œil glacial où, si l’on y regardait bien, l’on pouvait deviner l’amusement. Quoi que puisse en dire la demi-elfe Kieran avait prouvé de bien des façons qu’il était loyal et même si elle continuait d'arborer cette froideur qu’il avait toujours connu, elle savait maintenant quelle était sa valeur.

    - Plus cher que ce que tu me paies et sûrement plus cher que ce qu’il avait prévu. Mais c’est un Goldheart et mamie vient de passer l’arme à gauche. Je suis certaine qu’il aura de quoi payer la différence. Si c’est pas le cas… Elle haussa les épaules tout en s’accroupissant, continuant d’observer la foule dans l’espoir d’y dénicher des visages amicaux. Elle en repéra quelques-uns et se releva pour faire face au drakyn. - Tu te joins pas aux festivités ? T’es pourtant pas du genre à jouer les wyverns sur une corniche.

    Le silence tomba lourdement sur la place et la voix de Dorylis lui parvint sans qu’elle ait besoin d’utiliser ses capacités magiques.

    - Je sais pas si je la trouve plus douée pour le blabla ou pour le combat. Elle prit le temps d’écouter quelques bribes du discours puis pointa la foule d’un coup de nez. - Tu veux descendre ?
    Noble de La République
    Noble de La République
    Zelevas E. Fraternitas
    Zelevas E. Fraternitas
    Messages : 269
    crédits : 861

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: B - Directeur de la Comptabilité
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1873-zelevas-d-elusie-fraternitas-la-poigne-de-mithril-terminehttps://www.rp-cendres.com/t3139-liens-de-zelevas-e-fraternitas#27228
  • Mer 27 Mar 2024 - 2:31


    Assis au premier rang de l’assistance, les quatre candidats aux élections présidentielles sont installés les uns à côté des autres à écouter le discours tout d’abord du représentant du cabinet de feu Mirelda Goldheart, puis celui de la Grande Mécène. Zelevas d’Élusie Fraternitas possède une mine grave et sombre que peu lui connaissent, un air que ceux qui en témoignent assimileront au lugubre deuil de la nation et à la gravité de l’heure que traverse le pays, mais qui en réalité vient d’une situation qu’il n’a pas l’habitude de subir. Un avenir incertain, voilà ce qui pesait sur les épaules du d’Élusie. Il n’avait pas prévu que Koraki Exousia les rejoigne aussi tôt dans la chambre forte, tout comme il n’avait pas prévu que l’exécution de Mirelda Goldheart se fasse de façon aussi impromptue, il n’avait pas prévu la disparition subséquente de la Vice-Présidente. Il n’avait pas prévu grand chose, et maintenant son futur semblait plus que précaire.

    Il lève un regard inquiet vers les cieux à l’issue du discours du représentant du cabinet et pendant que de Rockraven monte sur l’estrade pour prendre la parole, ses mots pleins d’espoirs lui font diriger ses yeux bleus aciers en direction de la Consule de la République assise à sa gauche. Azura Aiwenor, la Candidate du Courant Humaniste à la présidence, lui rend sa contemplation avec un triste sourire tandis que Zelevas se force également à une moue crispée du bout des lèvres. Il a quelques difficultés à agir naturellement en sa présence, tout est encore trop récent et il est incapable de dire de quoi demain sera fait, l’intégralité de ce qu’il a construit dans sa vie est sur le point de s’effondrer ou de se concrétiser, et il n’est pas sûr d’avoir de contrôle sur le résultat. C’est peut-être cette dépossession de maîtrise sur son destin qui le taraude autant. Il a tout à perdre. Son regard alterne entre l’amas de bouquet à la base du cercueil de la Présidente, les ruines de Liberty tout autour d’eux sur la Place des Héros, et la Lumina à ses côtés. Quand de Rockraven descend les marches après avoir rendu hommage à la fois aux combattants rescapés de l’attaque, à Mirelda et à la République, l’assemblée applaudit son intervention et Zelevas en fait de même. En silence, chaque candidat aux présidentielle se lève pour aller se recueillir tour à tour devant le cercueil sans ajouter mot. Ils s’étaient tous concertés en amont pour s’accorder qu’aujourd’hui n’est pas une heure aux dissensions politiques ni à la course à l’électorat mais bien à l’honneur de la patrie et au respect des disparus. Azura se lève à son tour quand le candidat des Optimates, Karl Highgate, revient s’asseoir, Zelevas la regarde avec mélancolie passer sur les planches de l’estrade et alors qu’elle revient pareillement, il s’appuie sur sa canne de marche pour se lever, ses rhumatismes sont impitoyables avec les folies récentes auxquelles il s’est livré pendant l’attaque.

    Alors qu’il se redresse, une silhouette bien particulière se détache du groupe des illustres combattants non loin pour venir le rejoindre, Abraham de Sforza alias Mortifère, le Premier-Né du Projet Palladium instigué par Zelevas et qui avait fait ses preuves pendant la défense de la cité, était toujours le garde du corps attitré du vieil homme. Ensemble, ils contournent la scène et gravissent les marches de bois pour atteindre le pupitre, les deux hommes s’arrêtent devant le coffre funéraire de la Présidente et le vieillard adresse un regard aux portraits des deux défuntes. Koraki Exousia avait été une femme mystérieuse qui jouait sur plusieurs échiquiers à la fois, quand Zelevas l’avait premièrement approché il se méfiait d’elle comme de la peste, et c’était toujours le cas lors de son ultime chute aux mains de l’Avatar de Kaiyo, mais il avait développé une forme de confiance très spécifique envers cette femme, une collaboration prudente. Il lui avait toujours été impossible d’estimer à juste titre où allait l’allégeance de l’hybride si ce n’était à la République, et encore, c’était certainement à sa propre vision de la République, mais il savait globalement suite aux aveux du Fou de l’Assemblée qu’elle avait oeuvré du bon côté de la balance. Pour l’autre personne dépeinte sur les portraits post-mortems en revanche, il n’eut aucune réflexion de second ordre, Zelevas posa symboliquement une main contre le bois du cercueil présidentiel et tourna la tête pour accorder un regard à Mortifère, lui faisant signe d’un hochement de tête de partir.

    Ils quittèrent donc l’estrade de la même façon qu’ils y avaient accédé, mais au lieu d’aller se rasseoir, le candidat des Réformateurs vint se mettre légèrement à l’écart de la foule pour entamer ses préparatifs de départ, s’il avait assisté à la cérémonie du glas des deux femmes d’état, et qu’il avait adhéré à la trêve de campagne des autres candidats sur la Place des Héros, il restait d’une importance capitale qu’il s’exprime sur la situation désorganisée dans laquelle la disparition des deux femmes laissait le pays. Ailleurs à Liberty, sur la Place du Tertre, un rassemblement des partisans Réformateurs organisé par le FRN l’attendait.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Abraham de Sforza
    Abraham de Sforza
    Messages : 160
    crédits : 212

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Guerrier combattant
    Alignement: Loyal Mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2391-mortifere-la-prouesse-republicaine-termine
  • Mer 27 Mar 2024 - 6:53


    De la rouille, des planches moisies et une incommensurable masse de débris imprégnés de sel; voilà ce dont étaient maculées les rues de la cité la plus formidable du Sekaï. La victoire contre le Titan océanique, bien qu'indéniable, s'accompagnait d'un goût amer et d'une franche montée de désespoir chez un peuple que les aberrations d'un autre monde avaient pourtant déjà eu l'occasion de faire souffrir. Les rites funéraires, les belles estampes et bouquets de fleurs ne chassaient pas des esprits cette impression sinistre d'un nouveau cataclysme qui, de toute évidence, ne tarderait pas à faire suite  au précédent. Les Hommes étaient moroses, l'heure était au recueillement et nulle célébration ne parvenait à chasser la corruption rampante qui gagnait les cœurs des uns et des autres.

    Il y avait pourtant, dans cette atrocité, une vilénie plus sinueuse encore que celle du façonneur de mers. Durant cet affrontement contre les forces mystiques dont le pouvoir dépassait de loin l'entendement des mortels, la dissension s'était faite plus grande et certains avaient profité du chaos de la bataille pour accomplir leurs propres desseins, ce au nez et à la barbe des vaillants aux plus nobles intentions.

    Affichant un air grave dans lequel ne se lisait aucune forme d'émotion, le Premier-Né de Palladium arborait pour l'occasion une tenue sobre mais toutefois plus élégante qu'à l'accoutumée et avait, en vue des dégâts essuyés par ses prothèses habituelles,  été équipé d'une paire de bras tout aussi léthaux que les originaux, mais dotés quant à eux de proportions plus raisonnables. Plus discrets et plus soigneusement ornés, les appendices sculptés avec grâce n'attiraient pas autant l'attention que les armes colossales dont il était habituellement pourvu et c'était justement pour cette même raison qu'ils avaient été ainsi conçus.

    En ce jour bien particulier, il valait mieux éviter de s'attirer à outrance un intérêt trop vif.

    Zelevas E. Fraternitas se releva avec noblesse malgré les sévices qu'avaient subi son corps lors de la guerre contre l'innommable. Mortifère ne lui porta pas assistance, trop désireux qu'il était d'entretenir l'image de cet homme aussi inaliénable qu'un roc qu'il adulait avec tant de ferveur. Le soldat se contenta de suivre son mentor jusqu'à la sépulture de la présidente pour laquelle il éprouvait un profond désamour et, tout comme Zelevas lui-même, il posa symboliquement sa patte griffue sur la pierre avant de faire demi-tour. Ses griffes quittèrent prestement le support dans un crissement léger.

    Si la chose avait été à refaire, il l'aurait à nouveau décapitée sans la moindre hésitation.

    Après avoir adressé ces "respects" à la dépouille pourrissante de la vieille harpie puis à la vice-présidente qui n'avait été au final pour lui qu'une complice d'un jour, il prit le temps de pivoter en direction de la Consule à laquelle il adressa une courtoise révérence, puis il fit de même avec Dame de Rockraven et s'éclipsa pour de bon en faisant voleter sa demi-cape dans une rotation presque théâtrale. Lorsqu'il descendit de l'estrade en empruntant l'escalier, il leva instinctivement les yeux vers les cieux et par un hasard tout à fait fortuit, il croisa l'espace d'un instant le regard d'une petite blonde nichée sur un toit, une "jeune" femme qu'il avait eu le plaisir de côtoyer lors d'une entrevue particulièrement enrichissante.

    Mortifère retint un sourire empli de malveillance lorsque son œil mécanique se posa sur le visage de la mercenaire puis, tout naturellement, le soldat disparut dans un sifflement électrique et devint invisible pour redevenir ce que tous voyaient en lui : l'ombre de Zelevas.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Xera
    Xera
    Messages : 160
    crédits : 48

    Info personnage
    Race: Fae (Mi-humaine)
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Loyal Neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t561-xera-termineehttps://www.rp-cendres.com/t1040-fiche-de-liens-xera
  • Mer 27 Mar 2024 - 16:16
    Cela faisait déjà quelques jours que la bataille avait pris fin, l’herboriste de Nareim n’avait toujours pas rejoint son village ni sa chère forêt. Elle n’avait pas trop vu le temps passé en réalité, depuis la fin de la bataille, elle n’avait pas ménagé ses efforts pour aider les survivants. L’eau stagnante encore par endroit, l'humidité installée dans les bâtiments encore debout ou s'entassent les survivants et les blessées, tout cela réunissait des conditions idéales aux développements de diverses maladies. Xera avait donc peut dormit depuis que le fracas des armes et de la magie s'étaient estompés. Dès qu’un hôpital de campagne digne de ce nom fut opérationnel, elle fut réquisitionnée pour gérer l’aile pédiatrique, son sang de fae aidant grandement dans cette tâche.

    La demi-fae avait enfin réussi à dormir 6 heures d'affilée la nuit précédente la cérémonie de recueillement, il n’y avait eu aucune urgence médicale, et de nouveaux soigneurs étaient arrivés en renfort, lui permettant de s’éclipser de l'hôpital. Elle avait réussi à dénicher une cape pour remplacer celle qu’elle avait perdue dans les égouts et avait pu acheter, à 3 fois le prix habituel, une bouteille d’hydromel. C’est en marchant qu’elle rejoint la place des Héros, les discours ne l'intéressaient pas vraiment, sa réelle motivation était autre part, elle espérait bien revoir ses camarades des Hiboux souterrains, qu’elle n’avait pas revu pour certains depuis leur sortie des égouts. Quand la place fut en vue, elle chercha la présence de leur esprit, elle reconnut l’empreinte mentale de Sixte en premier, en raison de la colère qui se dégageait de la demi-elfe quand cette dernière reconnut la silhouette du Premier-né de Palladium. La rousse perçoit ensuite la présence de Kieran, proche elle aussi. Pour mieux les repérer, elle quitta le plancher des vaches pour s'élever légèrement au-dessus des toits entourant la place des Héros. Elle les découvrit tous deux installée sur des rebords de toit surplombant l'esplanade qui se remplit. L’herboriste se pose à côté du Drakyn à la stature imposante mais aussi rassurante.

    - Et bien toujours debout et en un seul morceau, c’est une bonne nouvelle, Séraphin a-t-il fini par se faire soigner correctement ?

    Malgré ses 6 heures de sommeil, Kieran ne peut que remarquer les fatigue qui se lit sur le visage de la belle campagnarde.

    - Sixte, tu nous rejoins où on te rejoint, j’ai apporté une bouteille de chouchen, enfin d’hydromel.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Orifa Sigrior
    Orifa Sigrior
    Messages : 82
    crédits : 424

    Info personnage
    Race: Valkyrie
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyal mauvais
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t3518-terminee-orifa-sigrior
  • Mer 27 Mar 2024 - 16:41
     
    L'Ere de l'Indépendance
     
     Peu de temps après que l’attaque avait été lancée sur Liberty, Orifa fut mise au courant, ce n’était pas une échauffourée avec des braconniers ou des brigands, ici nous parlions de la potentielle disparition pure et dure de l’ensemble de Liberty. Comment le SCAR n’avait pas pu être au courant de ça ? Qu’est ce que faisaient ceux qui étaient à la tête de l’organisation ? La valkyrie avait fait tout son possible pour pouvoir se mettre en route en écourtant sa mission en même temps que la vie de sa cible bien plus tôt que prévu. Sacrifiant ses repas aussi que son sommeil pour arriver au plus tôt, sachant fort bien qu’elle n’aurait jamais la possibilité de pouvoir prêter main forte aux défenseurs de la ville.

    En arrivant, tout n’était que désolation et destruction, la victoire avait été emportée au prix de nombreux sacrifices. Pas seulement humain mais également matériel, mais son être se crispait un peu plus alors qu’elle se faisait attirer par la foule vers une grande place destinée à faire l’éloge des héros victorieux et des martyres au nom de la république.

    Ils étaient donc là, les héros qui avaient sauvé Liberty, il n’y a pas si longtemps elle avait pu être à cette place au prêt de Mirelda, couverte d’honneur et de gloire. A ce moment-là, rien ne lui semblait impossible, ces 5 dernières années elle avait voué sa vie au SCAR, espérant pouvoir œuvrer pour le bien de la présidente et par extension la république. Quand le discours commença, son coeur, si seulement il lui en restait se brisa en mille morceaux alors qu’elle apprit la nouvelle, il est vrais que sur la route elle avait entendu des rumeurs, des ragots mais de l'entendre de la part d’un officiel de la république, cela n'avait absolument plus rien à voir. Se sentant faillir jusqu’à tomber à genoux au milieu de la foule qui ne lui prêtait pas attention, sa tête entre ses mains toujours cachée sous sa capuche alors que les perles de ses yeux venaient se mélanger aux résidus humide présent encore sur le sol de la place.

    Il fallut le discours de Dorylis pour que la tristesse se transforme en haine, ce jour aurait dû être un moment de joie pour elle, la présidente qui l’avait enchaîné à la république n’était plus là pour lui rappeler son serment. La liberté aurait dû l'émouvoir au point qu’elle se réjouisse de cette mort soudaine, mais pour l’instant …

    - Dans la mort, il n’y a ni colère, ni vengeance, les morts laissent ça aux vivants et qu’importe le temps que cela me prendra, cette mort sera vengée.

    Malgré ses paroles et sa résolution, son œil droit laissait toujours une larme couler le long de sa joue sans qu’elle ne puisse la retenir. Ses bonnes résolutions prises, Orifa était sur le point de partir quand elle entendut dans sa tête.

    “ Orifa ? C’est bien toi ? C'est Ruby Draglame Je suis au niveau des tables sous le masque ”

    Cherchant du regard qui était en train de lui parler, pour s’arrêter sur un petit bout de femme avec qui elle avait combattu côte à côte. Depuis ce jour elles ne s’étaient jamais revues, chacune ayant leurs missions, il faut croire que survivre à la mort créer une sorte de lien. Bien qu’elle aurait préféré tourner les talons, la voilà en train de se rapprocher de Ruby.

    Dévoilant sa longue chevelure ainsi que sa tenue officielle n’ayant cure des murmures et insanités en vers le SCAR qui n’avait pas vu une nouvelle fois venir la catastrophe sur Liberty. Son chemin était tout tracé pour faire face à celle qui avait une fois de plus montré son courage lors de la défense de la ville.

    - Cela faisait longtemps que l’on ne s’était vu, on dirait que la mort ne veut décidément pas de toi. Je suis désolée de ne pas être arrivée à temps pour vous aider …

    On pouvait lire de la fatigue sur son visage et sa tenue l’était tout autant, on aurait presque pu imaginer qu’elle avait combattu aux côtés des héros qui avaient protégé cette ville. Alors qu’en réalité, à part presser ses montures pour arriver au plus vite, elle n'avait rien pu faire. Une larme était toujours présente le long de sa joue droite alors que l’affluent ne semblait montrer aucun signe de faiblesse.

    - Je vois que tu portes toujours la médaille que la présidente nous avait offerte, je ne pense plus la mériter pour ma part en ce jour si sombre …
    Noble de La République
    Noble de La République
    Soren Goldheart
    Soren Goldheart
    Messages : 230
    crédits : 515

    Info personnage
    Race: Ange / Humain
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Chaotique Neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t1870-soren-goldheart-from-the-ashes-terminehttps://www.rp-cendres.com/t1903-liens-carnet-de-contacts-soren#16014https://www.rp-cendres.com/t1884-chroniques-angeliques-soren#15805
  • Mer 27 Mar 2024 - 20:47
    L'ère de l'indépendance
    feat. les républicains

    [FLASH-RP][LIBRE REPUBLIQUE] L'Ere de l'Indépendance. Separa13

    Quelle étrange tournure des événements. Quiconque tenait les fils du destin devait avoir un humour bien tordu. Si les dieux existaient vraiment en ce monde, auraient-ils laissé toutes ces vies rendre l'âme au ciel, ou était-ce là tout ce que ces hommes, femmes, enfants, combattants, politiques méritaient ? Pourrait-on alors parler de karma ?

    Soren, le visage marqué de plaies au sang coagulé, le corps meurtri et épuisé, des bandages sur les bras et les mains calcinés par sa propre magie se tenait au premier rang parmi les "héros de guerre", dirait-on. Non loin des autres politiques, mais surtout des alliés de fortune aux côtés desquels il avait combattu. Azura paraissait réellement abattue : pour une âme aussi pure et gentille, il n'y avait certainement pas pire drame que ce qu'il venait de se dérouler. Zelevas, lui, avaient les traits inquiets. Et il y avait de quoi : la République venait de perdre ses deux dirigeantes.

    Mirelda. Une figure lointaine et absente la majeure partie de sa vie, mais celle qui lui a donné le nom des Goldheart officiellement pour abandonner le Kai impie qu'il portait derrière le prénom Soren. Leurs idées différaient parfois, mais ce fut bien cette femme-là, qui l'avait réintégré à la famille, qui était décédée. Son corps décapité tenait dans le cercueil de bois poli en face de l'ange.

    Koraki. Étrange femme, étrange relation. Du sexe, de la violence, un ciel mitigé constant. Entre eux, tout était nébuleux ; des pions, un jeu de cartes. Qu'aurait-elle pu devenir d'autre ? Présidente ? Sa femme ? Par ironie, il aurait bien pu l'épouser. Un peu plus de pouvoir, un peu plus de relations, un peu plus d'ombre dans son cœur. Peut-être connaîtra-t-il un jour le même destin funeste qu'elle. Il laissera derrière lui deux orphelins, comme il avait lui-même été un enfant esseulé. La mort de l'hybride laissait quand même quelque chose d'amer dans la bouche : tout ça pour ça, Koraki Exousia ? Si elle pouvait le voir, il rirait d'elle.

    Dorylis fit un discours travaillé, honorable, motivant. À son image. Soren ne saurait nier que la Mécène n'avait plus rien à prouver : compétences diplomatiques et martiales forgeaient la femme à la peau sombre. Lorsqu'elle eut fini cependant, l'ange se sentit appelé : il fallait lui aussi prononcer quelques mots. Pour la bonne figure, pour la postérité peut-être. Pour tata qui regarde tout là-haut.

    Peu après le passage de Dorylis, Soren gravit l'estrade après l'hommage silencieux qu'il venait de rendre aux cercueils. Une foule d'yeux l'accueillit.

    "Compatriotes républicains." Il y avait comme une genre de pression qui pesait sur ses épaules, tandis qu'il tenait ses mains jointes devant lui, enveloppées dans leur bandage blanc éclatant. "Dorylis de Rockraven a certainement déjà exprimé avec les mots justes ce qu'il vient de nous arriver. Cette bataille marquera à tout jamais l'histoire de Liberty, l'histoire de notre nation toute entière qui a fait face à une Assemblée de mages extrêmement puissants, à des monstres gargantuesques, à des cohortes d'étrangetés magiques, à l'avatar d'un titan lui-même. Contemplez tous, combien vous avez été vaillants, courageux. Inébranlables."

    Il tourna sa tête vers les cercueils pour reporter ses yeux de chat sur la foule.

    "Je témoignerai également du courage de Koraki Exousia, notre Vice-Présidente qui n'a pas hésité à se jeter au combat et à prêter main forte dès que la situation l'a exigé." Via un contrat ténébreux et obscur avec nous. "Le destin semble lui avoir fait payé cet élan de bravoure et de puissance. En mourant, Kaiyo l'a emportée avec lui, dans un dernier geste de désespoir sûrement, une dernière tentative de semer le chaos parmi le gouvernement. Cependant, il n'en sera rien. Les instances se positionneront sous peu et l'ordre sera rétabli au sein de cette nation."

    Pour le meilleur et pour le pire. Mais comment, avec qui ? Nous le saurons bientôt.

    "Je rends un dernier hommage à ma tante, Mirelda Goldheart. Nos idéologies ne concordaient pas toujours, et le parti Goldheart n'a pas été le havre de paix que l'orphelin que j'ai été à dix ans désirait tant. Cependant, ils demeurent ma famille. Mirelda était ma famille. Son... meurtre", ses yeux dorés parcoururent la foule, effleurèrent ses alliés politiques, glissa passablement sur un homme aux cheveux d'albâtre et l'étrange chimère humaine à ses côtés, retourna parcourir la populace, "est fort déplorable et m'ébranle un peu. J'ai perdu ma demeure comme nombre d'entre vous, mes enfants ont failli périr sous l'eau, j'ai perdu aussi une présidente, mais j'ai surtout perdue une tante. Un membre de la famille qui m'a tant donné. Son décès ne sera pas oublié, ni impuni. La République ressortira toujours vainqueur, quoique le future nous réserve. Merci de votre attention."

    Il se retira, les ailes vibrant de colère.




    [FLASH-RP][LIBRE REPUBLIQUE] L'Ere de l'Indépendance. C6ROr9z
    #f6efd8

    Good Omens - Linael & Avenn (enfants)
    Infos & Pouvoirs:
    Noble de La République
    Noble de La République
    Leonora de Hengebach
    Leonora de Hengebach
    Messages : 172
    crédits : 209

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Guerrier assassin
    Alignement: Loyale neutre
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t2438-leonora-de-hengebach-valideehttps://www.rp-cendres.com/t2451-liens-de-leonora-de-hengebach
  • Mer 27 Mar 2024 - 23:26
    Après que Liberty ait été ravagée, le nombre de morts laissait un voile de tristesse sur la ville encore vibrante et pleine de vie il y a peu. Il fallait s'occuper l'esprit après les affrontements. Léonora, parcourait sa demeure. Les murs fissurés et les fondations qui avaient pris l’eau, menaçaient à présent de s'effondrer.  pas que Léonora faisait résonnait comme un écho dans le silence.
    Au milieu de cette désolation, elle avait trouvé la force de rassembler quelques affaires indispensables. Trois livres, quelques vêtements… Cela suffirait pour le moment. Pour aller où, cela restait encore à déterminer.

    Aussi, elle avait rendu visite à Séraphin, tous les jours, pour prendre de ses nouvelles là où il avait été soigné. On lui avait dépeint son état comme critique, aussi bien physiquement que psychiquement. Les descriptions sombres qu'on lui avait fournies esquissaient l'image d'un homme brisé, réduit à l'ombre de lui-même, incapable de reconnaître le monde autour de lui, encore moins les gens qui l'avaient aimé. Léonora s'attendait à retrouver un légume, ceinturé à une chaise, la tête tombante et le filet de bave à la bouche. Mais il n'en était rien.

    Elle était arrivée avec lui pour assister au pot de départ de Mirelda et Koraki. L’estrade, était ornée de bannières et de fleurs. L'air autour d'eux était chargé d'émotions. Dans son uniforme, Léonora malgré les ecchymoses encore visibles qui parsemaient son corps et son visage, témoignages silencieux de la dureté des épreuves récentes, affichait une force tranquille. Le d’Elusie, quant à lui, s'appuyait sur une canne, son mouvement légèrement entravé.  Après avoir aidé le Limier à prendre place, Léonora s’était installée à la gauche de son lieutenant Noirvitrail qu’elle salua. Tout comme les visages connus, à commencer par le charismatique vieillard, d’un signe de tête discret.
    Installée entre le Prévôt et le Lieutenant, Léonora restait attentive aux discours qui s'enchaînaient. Chacun d’entre eux apportait son lot d'émotions, de projections vers l'avenir.
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Athénaïs de Noirvitrail
    Athénaïs de Noirvitrail
    Messages : 206
    crédits : 896

    Info personnage
    Race: Humaine
    Vocation: Mage soutien
    Alignement: Neutre Bonne
    Rang: B
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t122-athenais-de-noirvitrail-faconneuse-de-la-republique-terminee
  • Mer 27 Mar 2024 - 23:30
    L’ère de l’indépendance
    Feat. Les survivants

    La Huitième Légion avait survécu et brillé lors de cette attaque. Auréolée de la gloire d’avoir massacré la Troisième Légion et sauvé les citoyens de Liberty d’un funeste sort, la Huitième, bien qu’amochée, était toujours fidèle à son poste. Les soldats avaient pansé leurs plaies et s’étaient faits présentables pour l’oraison funèbre. Rien de bien extraordinaire … juste les mises de circonstance et un rasage à peu près propre pour ceux que l’on avait placé derrière les officiers pour faire le nombre. Les plus grands blessés avaient été cantonnés aux baraquements et aux infirmeries d’urgence.

    Athénaïs de Noirvitrail, commandante de la Huitième Légion, se tenait au premier rang, accompagnée de ses officiers et notamment de Léonora, qui s’était illustrée pour la défense des remparts. Elle était restée silencieuse pendant les différents discours. On ne demandait pas à la Grande Armée Républicaine de faire de la communication de crise. Et puis, de l’avis de la plupart des soldats, ces discours étaient totalement hypocrites. Ces célébrations étaient là avant tout pour permettre aux prétendants à la Présidence de rafler quelques points pour les futures élections et de montrer que si eux avaient été aux commandes, rien de tout ceci ne se serait passé. Et pendant que les politiciens faisaient leur travail et continuaient leurs luttes à mort, les soldats, eux, encaissaient.

    La commandante resta de marbre quand elle déposa un bouquet de fleurs sur les cercueils des disparus. Il n’y avait rien à dire de plus que ce que les politiciens avaient pu répéter ad nauseam. Aux poètes les éloges funèbres ! Les militaires avaient d’autres préoccupations désormais … et rebâtir Liberty était l’une d’entre elles.
    CENDRES



    [FLASH-RP][LIBRE REPUBLIQUE] L'Ere de l'Indépendance. Signat12

    Pouvoirs palier 1 : illimités
    Pouvoirs palier 2 : 16/16
    Pouvoirs palier 3 : 8/8
    Pouvoirs palier 4 : 2/2
    Citoyen de La République
    Citoyen de La République
    Pancrace Dosian
    Pancrace Dosian
    Messages : 367
    crédits : 1245

    Info personnage
    Race: Humain
    Vocation: Mage noir
    Alignement: Chaotique neutre
    Rang: C
    qui suis-je ?:
    https://www.rp-cendres.com/t917-pancrace-dosian-terminehttps://www.rp-cendres.com/t945-liens-pancracehttps://www.rp-cendres.com/t946-chronologie-pancrace
  • Sam 30 Mar 2024 - 10:05

    Pas ouf, l’ambiance.

    Normal, c’est un enterrement.

    Un double-enterrement, même, mais voilà. Dans la foule assemblée, y’a un peu de tout, encore qu’on n’a pas laissé le tout-venant se radiner dans les premiers rangs. Nan, là, c’est les politiciens qui prennent la pose devant les dessinateurs des gazettes qui tentent d’immortaliser la scène de quelques coups de crayon. Certains en profitent pour relire leurs notes, griffonnées sur un bout de parchemin, d’autres se concentrent à pas cligner des yeux pour faire venir quelques larmes de crocodile, et la plupart guette les attitudes et les commentaires.

    Bref, on assiste à la République dans toute sa splendeur, et chaque discours qui s’enchaîne en rajoute une couche sur l’hypocrisie généralisée, surtout sachant que l’écrasante majorité l’aurait évincée pour prendre sa place avec un plaisir non-dissimulé. Y’a bien que la SSG et la Banque des Chaînes qui pétochent pour de vrai, m’est avis : une période d’instabilité, c’est une opportunité, mais c’est aussi un risque, et personne a envie d’être celui qui se fait mettre la tête sous l’eau.

    La file avance doucement, et j’me dis que les derniers jours ont pas été de tout repos. Après la bataille, dont j’suis sorti miraculeusement relativement indemne, l’a fallu s’occuper des blessés, excaver les débris, ranger les cadavres, et putain qu’est-ce qu’il y en avait. Mais l’Assemblée a pris la pâtée, et si le titan s’est ramené comme prévu, il a vite compris qu’on en avait quand même un peu dans le bide,vu qu’on l’a renvoyé manu militari d’où il venait. C’est que l’début, comme dirait l’autre, mais c’est pas si mal.

    Puis la destruction relative de Liberty, moi, ça m’en touche sans faire bouger l’autre : j’habite pas ici et ma famille va bien, ce que j’ai vérifié en deux-deux.

    Par contre, Courage est au bord de l’eau, et pour se la coller avec le titan des océans, c’est p’tet pas le meilleur calcul. Est-ce que c’est le moment de demander une mutation à Justice ? A réfléchir.

    En tout cas, j’me retrouve devant les deux cercueils, d’abord celui de Mirelda. Le portrait est pas mal, il donne un air sérieux tout en portant une ambiance un peu triste mais motivée. On peut pas lui retirer qu’elle avait une direction pour la République, personnellement j’avais voté pour elle, en tout cas. Beaucoup l’aimaient pas, mais j’trouve que ça allait. Elle nous a pas envoyés en guerre au casse-pipe et la République se portait bien, avant l’Assemblée et Kaiyo. Terrible mort cependant, par les sorcières d’après les rumeurs. Paraît que la Maison-Bleue était un vrai coupe-gorge.

    Le Commissaire Patoche a évidemment survécu, il avait même pas une goutte d’eau sur son uniforme. A ce niveau-là, c’est une véritable légende.

    J’fais un salut militaire de circonstance, et j’m’avance avec les autres vers le second cercueil. Bon, la boîte en bois, c’est la même chose, un peu moins ornementé, moins de décoration autour vu qu’elle était vice-présidente au lieu de présidente, mais y’a bien un truc qui attire tout de suite le regard : le portrait. Visiblement, y’a pas eu le temps d’en faire un bien, ou alors le peintre avait la gigite, je sais pas. Mais y’a un truc dérangeant, même si j’arrive pas à bien identifier quoi. Y’a un côté pas naturel, comme si ç’avait pas été dessiné par une race humanoïde.

    Le plus probable, c’est que le gus était dans la précipitation et il a torché un truc comme il a pu, sans faire vraiment attention. A côté de moi, un quarantenaire peut pas s’empêcher de pouffer de rire, puis se racle la gorge. D’un autre point de vue, si c’est cette image qui sert à immortaliser Koraki Exousia, c’est un message d’espoir pour tous les gens en situation de handicap : même avec les deux mains fusionnées au niveau du majeur, il est possible d’accéder à un des plus grands postes de la nation.

    Et ça, c’est beau.

    Même si c’est un mensonge.
    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum